chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
179 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Mayhem - Daemon

Chronique

Mayhem Daemon
On pourrait croire comme ça que Mayhem est un groupe qui, tout au long de cette tumultueuse carrière, a toujours su faire l’unanimité, cela en grande partie parce qu’il est de ces formations ayant contribué au développement et à l’essor d’un genre qu’il façonne depuis la fin des années 80. Pourtant, aussi surprenant que cela puisse paraître, cela n’a jamais vraiment été le cas. Car si la majorité s’accorde en effet à dire que De Mysteriis Dom Sathanas est l’une des pierres angulaires du Black Metal et l’un des plus grands albums du genre, beaucoup plus contrastés sont les avis concernant le reste de la discographie des Norvégiens. Et peut-être même encore davantage depuis le départ de Blasphemer il y a onze ans. Il faut dire que Mayhem a toujours su emprunter des chemins de traverses n’étant pas nécessairement du goût de tous. Des choix souvent très intéressants (le tortueux Grand Declaration Of War) mais beaucoup trop marqués pour plaire à tout le monde. Pour autant, toujours aussi nombreux sont ceux qui attendent quasi-religieusement chaque nouvelle offrande de l’entité norvégienne. Ce Daemon ne déroge pas à la règle.

Après dix-neuf ans passées dans le giron du label Season Of Mist, Mayhem a décidé qu’il était temps d’aller voir si l’herbe était plus verte ailleurs. Le groupe a ainsi trouvé refuge chez Century Media qui en cette période de fin d’exercice 2019 doit se frotter les mains avec un large sourire de satisfaction (petit rappel des faits, le label a sorti cette année les derniers albums de Blood Incantation, Borknagar, Vitriol, Insomnium, Possessed et quelques autres pointures capables de ramener elles aussi une large part de ces bénéfices tant escomptés). D’ailleurs, comme souvent avec la structure allemande, Daemon est proposé dans une version digibook "limitée" particulièrement réussie (le fourreau, l’artwork, les diverses illustrations...) avec en guise de bonus permettant notamment de justifier la légère différence de prix, deux titres inédits bien loin de faire pâle figure face au reste de l’album. Du coup, si vous en êtes encore à hésiter bah n’hésitez plus en fait…

Vous l’aurez donc probablement déjà compris mais Daemon est, au moins en ce qui me concerne, un excellent cru. Tout d’abord, si vous partagiez l’avis de FleshOvSatan concernant la production d’Esoteric Warfare et notamment son manque de puissance, il y a fort à parier que vous retrouviez ici le sourire. L’enregistrement de la batterie et du chant au Necromorbus Studio n’y est probablement pas étranger. Les autres instruments ont quant à eux été enregistrés aux Pays-Bas et en Norvège pour un mastering final signé Thomas Johansson (Centinex, Mors Principium Est, Nuclear Assault, Soilwork, Watain...). Le résultat, à défaut de véritablement surprendre en ces temps où les productions modernes, équilibrées et efficaces pullulent, renoue en tout cas avec une dynamique qui, il est vrai, faisait quelque peu défaut à son prédécesseur alors handicapé par une production molle et sans relief. Entre les guitares très en avant de Teloch et Ghul, la batterie dominatrice et particulièrement volontaire de Hellhammer, la basse agressive et toujours sur le qui-vive de Necrobutcher et le chant vicieux et malfaisant d’Attila, Mayhem ne fait clairement pas son âge, assurant l’exécution de son Black Metal avec une poigne de fer indiscutable.
Cette étreinte, le groupe ne la relâche quasiment jamais, menant ce Daemon à un rythme souvent haletant ("The Dying False King", les premières mesures menées tambour battant d’"Agenda Ignis", "Worthless Abominations Destroyed"...), parfois suffocant ("Aeon Daemonium", "Daemon Spawn"...), généralement sans détour ("Falsified And Hated", "Of Worms And Ruins"...) et surtout d’une manière qui rappelle finalement les grandes heures de De Mysteriis Dom Sathanas. Car une chose est sûre, Mayhem semble en avoir plus ou moins terminé - en tout cas pour le moment - avec ces riffs et autres structures tarabiscotés et pour le moins hermétiques (même si le riffing demeure tout de même plus élaboré et dense que sur leur premier album). Ce nouvel opus se caractérise ainsi par une immédiateté retrouvée qui, clairement, ne laisse pas l’auditeur indifférent. Entre les trémolos typiquement norvégiens et autres riffs glacés redoutables du duo Teloch/Ghul (pour le coup bien inspirés), les assauts soutenus d’un Hellhammer décidément en très grande forme et le chant possédé, halluciné, illuminé et inquiétant d’Attila qui confère sans surprise à l’atmosphère générale un aspect sombre et diabolique ainsi qu’une aura religieuse particulièrement forte, on retrouve un Mayhem plus agressif que jamais pour un résultat sans faille et d’une efficacité absolue.

Si Daemon n’offre en soit aucune véritable surprise, capitalisant ainsi sur une formule somme toute assez classique rendue célèbre par cette pièce-maîtresse qu’est De Mysteriis Dom Sathanas, difficile de jouer l’indifférence face à un disque aussi savamment exécuté. D’une grande homogénéité malgré certains changements de rythmes, ce sixième album est définitivement l’un des meilleurs que le groupe ait sorti à ce jour. Porté par une production puissante et dynamique, ces nouvelles compositions de Mayhem se concentrent essentiellement sur l’attaque en prenant soin néanmoins de développer à chaque fois une atmosphère sombre et malfaisante. Enfin, et surtout parce que je ne sais pas comme l’insérer dans cette chronique, mention spéciale à l’excellent "Falsified And Hated" dont on appréciera le petit clin d’œil porté à Burzum avec ces notes synthétiques qui ne devraient pas manquer de faire écho aux amateurs de Varg Vikernes le musicien (oui parce que l’adepte de self-défense et de survivalisme vivant en Corrèze, on s’en fout un peu à vrai dire). Bref, ce nouveau Mayhem est excellent, et si vous pensez l'inverse c'est malheureusement que vous avez tort.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

9 COMMENTAIRE(S)

Dantefever citer
Dantefever
22/12/2019 16:31
Caïn Marchenoir a écrit : Dantefever a écrit : Quelle ambiance ! Mayhem est impérial. C'est inspiré, bien composé, diabolique .... The Past is Alive !
Je ne dirai pas mieux, donc je cite.
Cela étant dit, je trouve bien que Teloch et Ghul ont bien fat d'arrêter de vouloir singer Blasphemer et sont revenus à quelque chose de plus classique mais bien plus efficace, comme si la tournée De Mytheriis Dom Sathanas leur avait fait du bien dans ce sens.
Et pourtant, je ne partais pas vraiment convaincu quand l'album avait été annoncé et j'en suis très agréablement surpris pour le moment.


Très vrai. Personne ne peut sonner comme Blasphemer, autant qu'ils fassent ce qu'ils aiment/savent faire
Caïn Marchenoir citer
Caïn Marchenoir
22/12/2019 16:06
Dantefever a écrit : Quelle ambiance ! Mayhem est impérial. C'est inspiré, bien composé, diabolique .... The Past is Alive !
Je ne dirai pas mieux, donc je cite.
Cela étant dit, je trouve bien que Teloch et Ghul ont bien fat d'arrêter de vouloir singer Blasphemer et sont revenus à quelque chose de plus classique mais bien plus efficace, comme si la tournée De Mytheriis Dom Sathanas leur avait fait du bien dans ce sens.
Et pourtant, je ne partais pas vraiment convaincu quand l'album avait été annoncé et j'en suis très agréablement surpris pour le moment.
Fabulon citer
Fabulon
22/12/2019 06:15
note: 6/10
Jamais réussi à rentrer dedans malgré un nombre conséquent d'écoutes.

Même si je suis content de voir que Mayhem pratique de nouveau une musique écoutable, je trouve toujours les riffs de Teloch médiocres.

fufupue citer
fufupue
21/12/2019 15:27
note: 6/10
Je rejoins Solarian à 100% sur son ressenti, un pote me l'avais présenté comme un top absolu ... au final bof-bof; mais surtout la désagréable impression que les 2 morceaux qui pour moi ressortent du lot à savoir les titres 5 & 7 (pas de nom!) ne sont respectivement que de simples inspirations d' Urgehal et Hetroertzen. Pour info je doit en être à la 25ème écoutes ... quand ça veut pas ... à part 5 & 7 ...
Oxcidium citer
Oxcidium
20/12/2019 16:18
note: 4/10
Pour moi une c'est une déception. Mayhem a pour moi toujours fait des albums qu'on arrive à retenir et qui nous marque. Le meilleur est pour moi Ordo Ad Chao qui est un album avec une musique sombre et déstructuré.
Cette album dans l'absolu est pas forcément mauvais, on retrouve toujours des qualités du groupe. Mais, je le trouve pas marquant du tout, presque oubliable pour moi et pas à la hauteur de mes attentes pour un groupe aussi qualitative que Mayhem.
Personnellement, j'aime ce groupe pour la direction qu'il prenne : faire une musique assez bizarre et anormal. Là je trouve ça trop Black Metal conventionnel et du coup ça fait que je m'accroche pas. La seule déception de 2019 pour moi.
Solarian citer
Solarian
20/12/2019 14:31
Mayhem ça n'a jamais été vraiment ma came, malgré un Wolf's Lair Abyss impérial et toujours référentiel à mes yeux. Le reste bof bof...
Esoteric Warfare ne m'avait pas plus emballé que les autres avec ses relents ortho que je trouvais pour le coup plus opportunistes qu'autre chose.
Et celui là, ben... toujours bof. Il me glisse dessus comme l'eau sur les plumes d'un canard.
Malgré 3 écoutes attentives au compteur, impossible de m'imprégner de quoi que ce soit même si on sent un retour à un truc plus frontal.
Euronymous, Blasphemer ou Teloch aux commandes, au final j'ai jamais vraiment réussi à capter ce groupe de mon point de vue largement overrated, en dépit de son aura de précurseur et de la fascination irrationnelle qu'il continue à exercer.
Troll Traya citer
Troll Traya
20/12/2019 11:20
note: 8/10
Excellente critique qui reflète également mon avis; Il nécessite tout de même plusieurs écoutes pour que l'on puisse saisir son plein potentiel, les premières étant souvent décevantes.
Jean-Clint citer
Jean-Clint
20/12/2019 10:52
note: 8/10
Très belle chronique et je me retrouve dans ton avis. Pas convaincu pourtant au départ je me suis laissé embarquer dedans et il passe franchement très bien le cap des écoutes, sans compter ce retour à une sobriété appréciable après les deux précédents opus qui m'avaient laissé totalement de marbre. Le groupe n'est pas mort et arrive encore à pondre des choses intéressantes, et c'est déjà en soi une super nouvelle !
Dantefever citer
Dantefever
20/12/2019 10:48
Quelle ambiance ! Mayhem est impérial. C'est inspiré, bien composé, diabolique .... The Past is Alive !

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Mayhem
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs : (8)  7.31/10
Webzines : (9)  8.52/10

plus d'infos sur
Mayhem
Mayhem
Black Metal - 1984 - Norvège
  

vidéos
Falsified And Hated
Falsified And Hated
Mayhem

Extrait de "Daemon"
  

tracklist
01.   The Dying False King  (03:45)
02.   Agenda Ignis  (04:34)
03.   Bad Blood  (04:58)
04.   Malum  (05:05)
05.   Falsified And Hated  (05:48)
06.   Aeon Daemonium  (06:03)
07.   Worthless Abominations Destroyed  (03:48)
08.   Daemon Spawn  (06:02)
09.   Of Worms And Ruins  (03:48)
10.   Invoke The Oath  (05:33)
11.   Everlasting Dying Flame (Bonus Track)  (05:52)
12.   Black Glass Communion (Bonus Track)  (04:25)

Durée : 59:41

line up
parution
25 Octobre 2019

voir aussi
Mayhem
Mayhem
Chimera

2004 - Season Of Mist
  
Mayhem
Mayhem
Grand Declaration Of War

2000 - Season Of Mist
  
Mayhem
Mayhem
Ordo Ad Chao

2007 - Season Of Mist
  
Mayhem
Mayhem
De Mysteriis Dom Sathanas

1994 - Deathlike Silence Productions
  
Mayhem
Mayhem
Esoteric Warfare

2014 - Season Of Mist
  

Essayez aussi
Leviathan
Leviathan
True Traitor, True Whore

2011 - Profound Lore Records
  
Lord Ketil
Lord Ketil
Long Lone Among the Wolves

2018 - Ogmios Underground
  
Nine Covens
Nine Covens
On the Dawning of Light

2012 - Candlelight Records
  
Utzalu
Utzalu
The Loins Of Repentance

2017 - Vrasubatlat
  
Sigillum Diabolicum
Sigillum Diabolicum
Monothéisme : Le Grand Culte Mortifère

2014 - Hass Weg Productions
  

Sadus
Swallowed In Black
Lire la chronique
Skullcrush
Archaic Towers Of Annihilation
Lire la chronique
Dread Sovereign + Saturnalia Temple + Wolvennest
Lire le live report
Skelethal
Antropomorphia (Démo)
Lire la chronique
Bovary
Sur ce mur trop souillé (Dé...
Lire la chronique
Feastem
Graveyard Earth
Lire la chronique
Muvitium
Evighetens Cirkel...
Lire la chronique
The True Werwolf
Devil Crisis
Lire la chronique
Sons Of A Wanted Man
Kenoma
Lire la chronique
Sijjin
Angel Of The Eastern Gate (...
Lire la chronique
Seder
Sunbled
Lire la chronique
Wormhole
The Weakest Among Us
Lire la chronique
Wombbath
Choirs Of The Fallen
Lire la chronique
Deathmaze
Eau Rouge
Lire la chronique
Pearl Jam
Vs.
Lire la chronique
Ad Vitam Infernal
Infernal Comedy
Lire la chronique
Contre-Feux
Mort/Vivant
Lire la chronique
Carcass
Symphonies Of Sickness
Lire la chronique
Mourir
Animal Bouffe Animal
Lire la chronique
Slaughtbbath
Alchemical Warfare
Lire la chronique
Yacøpsæ
Timeo Ergo Sum
Lire la chronique
Caronte
Wolves Of Thelema
Lire la chronique
Lurker of Chalice
Tellurian Slaked Furnace (C...
Lire la chronique
Azels Mountain
Wieczny sen
Lire la chronique
Petits labels français BM : Rupture de stock CHALLENGE
Lire le podcast
Come to Grief
Pray for the End (EP)
Lire la chronique
Hellvetron
Trident Of Tartarean Gateways
Lire la chronique
Svarttjern
Shame Is Just A Word
Lire la chronique
Schizophrenia
Voices (EP)
Lire la chronique
Beneath The Massacre
Fearmonger
Lire la chronique