chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
109 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Unfathomable Ruination - Enraged & Unbound

Chronique

Unfathomable Ruination Enraged & Unbound
Nous avions quitté Unfathomable Ruination il y a trois ans avec un « Finitude » qui avait mis tout le monde d’accord et terminé en bonne place sur le podium des meilleurs sortis extrêmes de l’année, un album sacrément brutal, technique, dont la richesse et la densité demandaient un sacré paquet d’écoutes au compteur avant d’être pleinement appréhendées. Qu’allait donc nous réserver cette nouvelle offrande des Anglais et surtout allaient-ils parvenir à maintenir un tel niveau de composition ? Pas de suspense inutile la réponse est « oui ». Et même si « Enraged & Unbound » prendra quelques minces distances avec son prédécesseur, le propos reste le même et la qualité de l’ensemble n’a guère baissé.

Accusant uniquement le départ du bassiste Federico Benini, c’est à ce détail près le même groupe que sur « Finitude » qui sévit ici, déjà un bon point. Continuité dans le line-up et continuité dans le style pratiqué, « Enraged & Unbound » poursuivant dans la droite lignée de son prédécesseur ce brutal death ultra vindicatif, technique et chaotique tout en restant d’une cohérence totalement bluffante. Pas de grosse surprise à attendre donc ici, Unfathomable Ruination n’a pas changé sa recette et c’est tant mieux ! Rythmique complètement épileptique, riffing technico-chaotique bouillonnant, breaks à foison, mélodies insidieuses, growl de boucher… Tout le monde est au rendez-vous et assure une prestation impeccable à commencer par un Doug Anderson en feu encore intenable derrière ses fûts mitraillant sans répit tous les patterns possibles et imaginables avec une vélocité et une précision à faire pâlir un anémique. Du blast, du tchouka-tchouka, du gravity, une double pilonnante, le tout saupoudré d’une pointe de groove bien senti, encore une fois chapeau. Et si le gus s’échine à jouer au poulpe ce n’est pas par simple plaisir d’éblouir son monde mais bien pour suivre un riffing lui aussi en ébullition, totalement schizophrène entre gros riffs de bucheron sous amphétamines, tremolo perçants, technicité permanente restant toujours à bonne distance de la ligne rouge et continuant encore sur « Enraged & Unbound » à insuffler un soupçon de mélodies venant compléter le propos et lui conférer une ambiance aussi déshumanisée que sur « Finitude ». Bref, ça tricote mais sans jamais perdre ni le fil ni l’auditeur. Inutile évidemment de compter sur l’ex-Fleshrot Ben Wright pour apporter un peu d’humanité ou de douceur ici, le frontman persistant dans un growl toujours aussi puissant, caverneux, accompagné de petites envolée plus écorchées et si en plus je vous dis que le sieur s’est fait le plaisir de se voir épaulé par deux hurleurs et pas des moindres (les deux featuring totalement idoines de Julien Truchan sur « Defy The Architect » et Sven de Caluwé sur « Occulta Violentiam », ton sur ton donc) vous vous doutez que le moment où Unfathomable Ruination donnera dans le chant clair n’est pas prêt d’arriver.

Si je vous disais plus haut que « Enraged & Unbound » prenait de minces distances par rapport à son ainé c’est essentiellement par son aspect un peu moins dense (attention, ne croyez pas pour autant maitriser la bête en deux ou trois écoutes vous vous fourvoieriez !) et proposant une approche un poil plus groovy car nombreux seront les passages qui vous feront remuer nerveusement la nuque (le début de «An Obsidian Perception » puis à 4’54, ce passage presque hardcore sur le titre éponyme à 46, le début de « Defy The Architect », « Maniacal Disillusion » à 3’06, la fin de « Protoplastic Imprisonment »), n’étant d’ailleurs pas sans rappeler parfois un certain Benighted, quand d’autres revêtiront des atours presque thrashy (« Codebreaker » à 2’31, « Defy The Architect » à 2’50, « Maniacal Disillusion » à 1’29). Rien de fondamentalement nouveau car ces éléments étaient déjà présents sur « Finitude » mais ils me semblent avoir été, ici, encore plus mis en avant ce qui n’est malheureusement pas le cas de la basse du nouvel arrivé Jake Law qui souffre d’un mix peu avantageux (tout juste pointe-t-elle un peu plus le bout de son nez au début de « A Prophetic Compulsion ») à l’intérieur d’une prod pourtant toujours aussi puissante qu’organique.

Bref il n’y a pas à tortiller du cul, en un mot comme en mille, « Enraged & Unbound » est une nouvelle petite bombe et ne fera absolument pas honte à son ainé. Peut-être un poil moins dense que « Finitude », il vous faudra pour autant un bon petit nombre d’écoute avant d’en percevoir finement les contours. Brutal comme il faut, technique sans excès, chaotique et sachant intelligemment intégrer ses mélodies, ce troisième opus des Anglais (et sa pochette d’Eliran Kantor dépeignant si bien les tourments et démons intérieurs de l’âme humaine) est une réussite de bout en bout et devrait finir d’asseoir la statut d’Unfathomable Ruination comme l’un des leaders de la scène brutale mondiale.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

4 COMMENTAIRE(S)

Niktareum citer
Niktareum
17/11/2019 11:34
MoM a écrit : Niktareum a écrit : Merci MoM ! Clin d'oeil
En fait c'est "marrant" parce que pour moi c'est un peu l'opposé du précédent qui m'avait paru super dense au départ et qui s'éclaircissait avec les écoutes et celui-ci me fait presque l'effet inverse...


Tu veux dire que le disque se révèle plus complexe et dense au fil des écoutes ?
Je verrai ça alors Sourire

Oui exactement.
MoM citer
MoM
17/11/2019 11:33
Niktareum a écrit : Merci MoM ! Clin d'oeil
En fait c'est "marrant" parce que pour moi c'est un peu l'opposé du précédent qui m'avait paru super dense au départ et qui s'éclaircissait avec les écoutes et celui-ci me fait presque l'effet inverse...


Tu veux dire que le disque se révèle plus complexe et dense au fil des écoutes ?
Je verrai ça alors Sourire
Niktareum citer
Niktareum
17/11/2019 10:59
Merci MoM ! Clin d'oeil
En fait c'est "marrant" parce que pour moi c'est un peu l'opposé du précédent qui m'avait paru super dense au départ et qui s'éclaircissait avec les écoutes et celui-ci me fait presque l'effet inverse...
MoM citer
MoM
17/11/2019 09:09
Très bonne chronique pour un album vraiment surprenant. De mon côté, j'ai trouvé que Unfathomable apportait ici un touche Brutale bien plus diversifiée, et je pense que les plans Thrashy dont tu parles participent beaucoup à dévoiler d'autres facettes d'un groupe qui m'a accompagné en 2016-2017 durant mes longs trajets en voiture.

Je n'ai pas assez écouté celui-ci pour pleinement me prononcer, mais c'est clairement le haut du panier dans le genre, et ça fait plaisir d'avoir quelque chose d'aussi bien composé et richement produit, tout en apportant des éléments qui ne lasseront pas.
Du tout bon, quoi Sourire

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Unfathomable Ruination
Brutal Death Technique
2019 - Willowtip Records
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs :   -
Webzines : (2)  8.25/10

plus d'infos sur
Unfathomable Ruination
Unfathomable Ruination
Brutal Death Technique - 2010 - Royaume-Uni
  

nouveaute
A paraître le 22 Novembre 2019

vidéos
 Protoplasmic Imprisonment
Protoplasmic Imprisonment
Unfathomable Ruination

Extrait de "Enraged & Unbound"
  

tracklist
01.   An Obsidian Perception  (06:02)
02.   Enraged and Unbound  (03:05)
03.   Codebreaker  (04:49)
04.   Defy the Architect  (05:01)
05.   A Prophetic Compulsion  (05:17)
06.   Maniacal Disillusion  (04:52)
07.   Fibers  (04:12)
08.   Occulta Violentiam  (04:17)
09.   Protoplasmic Imprisonment  (05:49)

Durée : 43'24

line up
voir aussi
Unfathomable Ruination
Unfathomable Ruination
Misshapen Congenital Entropy

2012 - Sevared Records
  
Unfathomable Ruination
Unfathomable Ruination
Finitude

2016 - Sevared Records
  

Essayez aussi
Odious Mortem
Odious Mortem
Cryptic Implosion

2007 - Willowtip Records
  
Virvum
Virvum
Illuminance

2016 - Autoproduction
  
Suffocation
Suffocation
Breeding The Spawn

1993 - Roadrunner Records
  
Posthumous Blasphemer
Posthumous Blasphemer
Exhumation Of Sacred Impunity

2014 - Coyote Records
  
Anachronism
Anachronism
Orogeny

2018 - Autoproduction
  

Liturgy
H.A.Q.Q.
Lire la chronique
Sulfuric Cautery
Chainsaws Clogged With The ...
Lire la chronique
Ofdrykkja
Gryningsvisor
Lire la chronique
Caustic Vomit
Festering Odes to Deformity...
Lire la chronique
Kosmokrator
Through Ruin... Behold
Lire la chronique
Bölzer
Lese Majesty (EP)
Lire la chronique
Tan Kozh
Lignages oubliés
Lire la chronique
Ars Moriendi
La solitude du pieux scélér...
Lire la chronique
Mutilated
In Memoriam (Compil.)
Lire la chronique
Silure
Route De Troche (Démo)
Lire la chronique
Dreamlord
Disciples of War
Lire la chronique
Grief
Torso
Lire la chronique
Havohej
Table of Uncreation
Lire la chronique
Avslut
Tyranni
Lire la chronique
Traveler
Traveler
Lire la chronique
A.A. Williams + Brutus + Cult of Luna
Lire le live report
Verse
Aggression
Lire la chronique
Suppression
Repugnant Remains (EP)
Lire la chronique
Mur
Brutalism
Lire la chronique
Nightbearer
Tales Of Sorcery And Death
Lire la chronique
Diocletian
Amongst The Flames Of A Bvr...
Lire la chronique
Profanatica
Rotting Incarnation of God
Lire la chronique
Sentient Horror
Morbid Realms
Lire la chronique
Botanist à l'occasion de la sortie de Ecosystem
Lire l'interview
NONE #2 - RAVENSIRE - A Stone Engraved in Red
Lire le podcast
In The Woods...
Cease The Day
Lire la chronique
Pa Vesh En
Pyrefication
Lire la chronique
Stormwarrior
Norsemen
Lire la chronique
Desekryptor
Chasm Of Rot (Compil.)
Lire la chronique
Gone In April
Shards of Light
Lire la chronique