chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
98 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Vastum - Orificial Purge

Chronique

Vastum Orificial Purge
Il aura mis du temps à voir le jour ce successeur à l’excellent « Hole Below », car quasiment quatre années se sont écoulés depuis cette réussite qui a permis à ses géniteurs de passer un cap en termes de notoriété. Jamais en effet le quintet ne nous avait habitué à une si longue attente depuis le début de sa carrière commencée il y’a déjà une décennie, ceci étant notamment dû au fait que chacun de ses membres a été particulièrement actif dans ces formations annexes (NECROT, EXTREMITY, ACEPHALIX, ULTHAR), qui ont chacune publié un album durant cette période. Après ces projets éloignés les uns des autres tout ce beau monde a décidé de revenir travailler ensemble (y compris l’ancien batteur Chad Gailey de retour au bercail) afin d’enregistrer ce quatrième opus, qui est probablement le plus attendu de toute leur histoire commune. Cependant cette pression n’a eu aucun impact au niveau de l’écriture tant cette nouvelle livraison reprend avec qualité les éléments des précédentes, afin de rester dans un chemin connu et balisé où la prise de risque est absente. Mais malgré ce non-renouvellement musical la bande fait mouche une fois encore, tant son Death putride et bridé se révèle être toujours aussi redoutable d’efficacité, d’ailleurs cela va sauter aux oreilles dès les premières secondes de « Dispossessed In Rapture (First Wound) », qui ouvre les hostilités de la meilleure des façons.

D’entrée les américains vont nous balancer un titre imparable qui va trouver rapidement sa place en concert, car ici ils nous mélangent toute leur palette technique où les riffs humides et angoissants se mêlent à une vitesse qui joue le grand-écart entre lourdeur totale d’un côté et accélérations en règle de l’autre. Ici le classicisme est comme prévu de rigueur tant il reprend une construction typique déjà présente sur les trois autres longs-formats, en enchainant les rythmes et les breaks avec une fluidité totale, tout cela étant porté par un solo qui rajoute à la noirceur ambiante et permet ainsi de trouver le juste équilibre au niveau des tempos. Cela sera également le cas sur le tout aussi excellent « Abscess Inside Us » où diversité et variété sont mises à l’honneur, mais sont aussi renforcées via un riffing rampant à souhait où l’on ne peut s’empêcher de secouer la nuque. Misant sur une base plus rudimentaire et prévisible l’accroche est toujours immédiate et confirme les bonnes dispositions entrevues jusque-là, même quand l’ensemble lève le pied histoire de créer un sentiment mortifère qui ne va plus quitter l’auditeur jusqu’à la conclusion de cette galette. En effet « I On The Knife (Second Wound) » va adopter une ambiance quasi-doomesque, tant la rythmique va être ralentie et alourdie presque à son maximum. Mais afin de ne pas tomber dans la redondance et répétition l’entité n’a pas hésité à y ajouter quelques courts passages explosifs lancés à fond la caisse, afin de densifier son propos et mieux surprendre son auditoire qui n’attendait pas forcément à cela, à l’instar du ressemblant et tout aussi prenant « Reveries In Autophagia ». Copie quasi-conforme de la plage précédente elle contient néanmoins quelques différences liées principalement à l’apparition de rares blasts et des roulements de toms du batteur, qui n’hésite d’ailleurs pas à les sortir régulièrement ici (comme sur le reste du disque d’ailleurs).

Ce dernier amène de par son jeu, breaks et cassures un supplément d’âme à la musique, mais aussi grâce son style moins monolithique que ceux qui l’ont précédé à ce même poste. Preuve en est avec le redoutable « His Sapphic Longing » (dont l’introduction aux claviers inspirée par les vieux films d’horreur des années 50 et 60 est totalement raccord), qui démarre par le bruit des cymbales et des riffs massifs qui s’entendent dans le loin, avant qu’ils ne montent progressivement en volume pour créer une ambiance occulte poussée à son maximum (et ponctuée de variations nombreuses où le headbanging est de rigueur).

Avec cette conclusion implacable VASTUM continue sur sa lancée en offrant une réalisation soignée et sans faute de goût majeure (hormis peut-être le planplan « Orificial Purge » plus passe-partout et linéaire). Avec en prime des changements rythmiques plus fréquents et des leads toujours aussi incisifs et foutraques (le tout avec la voix de Daniel Butler impeccable de bout en bout), les californiens n’ont rien perdu de leur force de frappe malgré le temps qui passe et la dispersion temporaire de chacun de ses éléments. Sans marquer 2019 de son empreinte ce nouveau chapitre ravira les fans de la première heure (comme les plus récents) qui se retrouveront en terrain connu, sans qu’ils aient la sensation d’avoir entendu la même chose qu’auparavant. On trouve en effet tout ce qu’il faut pour passer un excellent moment où l’on s’apercevra que ces trente-six minutes musicales de haut vol sont pleines de subtilités (et bien moins primitives que de prime abord). On n’hésitera pas d’ailleurs à se les remettre régulièrement dans la platine pour apprécier la précision de chaque instrument, mais aussi pour se faire happer dans un voyage où la saleté est reine et l’humidité totale, mais qui paradoxalement file un sourire jusqu’aux oreilles.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

1 COMMENTAIRE(S)

BBB citer
BBB
18/11/2019 12:58
note: 8/10
Commandé la semaine dernière. Je ne sais pas encore vraiment s'il dépasse Hole Below, mais je sens que c'est pas mal parti.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Vastum
Death Metal
2019 - 20 Buck Spin Records
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (1)  8/10
Webzines : (4)  7.08/10

plus d'infos sur
Vastum
Vastum
Death Metal - 2009 - Etats-Unis
  

tracklist
01.   Dispossessed In Rapture (First Wound)
02.   I On The Knife (Second Wound)
03.   Abscess Inside Us
04.   Orificial Purge
05.   Reveries In Autophagia
06.   His Sapphic Longing

Durée : 36 minutes

line up
parution
25 Octobre 2019

voir aussi
Vastum / Spectral Voice
Vastum / Spectral Voice
Vastum / Spectral Voice (Split 7")

2018 - Dark Descent Records
  
Vastum
Vastum
Hole Below

2015 - 20 Buck Spin Records
  

Essayez aussi
Krypts
Krypts
Unending Degradation

2013 - Dark Descent Records
  
Gutted
Gutted
Bleed For Us To Live

1994 - Red Light Records
  
Demigod
Demigod
Slumber Of Sullen Eyes

1992 - Drowned Productions
  
Bodyfarm
Bodyfarm
Dreadlord

2019 - No Dust Records
  
Nucleus
Nucleus
Entity

2019 - Unspeakable Axe Records / Me Saco Un Ojo Records
  

Liturgy
H.A.Q.Q.
Lire la chronique
Sulfuric Cautery
Chainsaws Clogged With The ...
Lire la chronique
Ofdrykkja
Gryningsvisor
Lire la chronique
Caustic Vomit
Festering Odes to Deformity...
Lire la chronique
Kosmokrator
Through Ruin... Behold
Lire la chronique
Bölzer
Lese Majesty (EP)
Lire la chronique
Tan Kozh
Lignages oubliés
Lire la chronique
Ars Moriendi
La solitude du pieux scélér...
Lire la chronique
Mutilated
In Memoriam (Compil.)
Lire la chronique
Silure
Route De Troche (Démo)
Lire la chronique
Dreamlord
Disciples of War
Lire la chronique
Grief
Torso
Lire la chronique
Havohej
Table of Uncreation
Lire la chronique
Avslut
Tyranni
Lire la chronique
Traveler
Traveler
Lire la chronique
A.A. Williams + Brutus + Cult of Luna
Lire le live report
Verse
Aggression
Lire la chronique
Suppression
Repugnant Remains (EP)
Lire la chronique
Mur
Brutalism
Lire la chronique
Nightbearer
Tales Of Sorcery And Death
Lire la chronique
Diocletian
Amongst The Flames Of A Bvr...
Lire la chronique
Profanatica
Rotting Incarnation of God
Lire la chronique
Sentient Horror
Morbid Realms
Lire la chronique
Botanist à l'occasion de la sortie de Ecosystem
Lire l'interview
NONE #2 - RAVENSIRE - A Stone Engraved in Red
Lire le podcast
In The Woods...
Cease The Day
Lire la chronique
Pa Vesh En
Pyrefication
Lire la chronique
Stormwarrior
Norsemen
Lire la chronique
Desekryptor
Chasm Of Rot (Compil.)
Lire la chronique
Gone In April
Shards of Light
Lire la chronique