chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
105 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Bloody Alchemy - Reign Of Apathy

Chronique

Bloody Alchemy Reign Of Apathy
Après avoir donné pas mal de concerts et vu en son sein un changement de guitariste l’heure est à la confirmation pour le quatuor, un peu plus de deux ans après la sortie du réussi « Kingdom Of Hatred ». Si celui-ci voyait quelques petites baisses de régime et erreurs de jeunesse, il fallait quand même souligner le boulot effectué par le groupe qui montrait déjà un gros potentiel malgré le jeune âge de ses membres. Du coup avec de l’expérience supplémentaire et un vécu scénique plus important il faisait peu de doutes qu’ils allaient franchir un palier avec leur Death/Thrash ultra-classique mais qui passait très bien le cap des écoutes.

Et effectivement dès les premières notes de « Betray The Braves » on sent que les gars ont pris de la bouteille, car ça démarre à fond les ballons via une vitesse mise à l’honneur et une brutalité bien affirmée, où se mêlent des parties plus lourdes et écrasantes sur un riffing particulièrement sombre et froid. Si au niveau de la construction ça reste dans la droite ligne du précédent opus on s’aperçoit néanmoins que la production y est plus massive et l’écriture plus affûtée, ce qui amène de fait plus de densité dans ce grand-écart rythmique de qualité (où Max Otero de MERCYLESS vient donner de la voix en tant qu’invité). Cette alternance va d’ailleurs se retrouver dans la foulée sur l’ultra-rythmé « No Justice No Peace » parfait pour headbanguer et porté par une accroche qui ne faiblit à aucun moment, à l’instar des tous aussi réussis « Battlefield », « No One Talks, Everyone Walks » et « Martyrs ». Ces trois compositions d’obédience classiques montrent là-encore les progrès réalisés par ses géniteurs, car là-où auparavant à schéma identique une certaine linéarité pouvait se faire sentir il n’en est là nullement question (pour la première grâce au côté uppercut qui se mêle à une lourdeur massive, quand aux deux autres c’est l’ajout d’un long solo léché tout en fluidité qui renforce cette sensation).

C’est d’ailleurs un autre point positif à souligner car les leads signés du nouveau venu sont franchement convaincants, et on sent qu’il se fait plaisir en les jouant tant il a tendance à les étirer mais sans jamais en faire des caisses (ce qui est fort appréciable). D’ailleurs l’apport de cette recrue de choix va se faire également sentir chez ses camarades de jeu au niveau des riffs et par l’ajout de plans modernes, où ils osent sortir de leur zone de confort. Cela va être marquant sur le surprenant « Look What You’ve Done » aux accents Melodeath, dont l’inspiration semble provenir du SOILWORK de la grande époque, et prouve que même en faisant quelquechose de différent l’entité garde une vraie cohérence, même si cette compo aurait pu être encore meilleure en étant un raccourcie. Si ce léger souci de longueurs apparait ici et là (ce « Reign Of Apathy » dure quand même quarante-huit minutes) il n’affecte en rien l’écoute et le plaisir auditif auquel on a droit, comme avec la doublette « We Strive Against »/« Alone » à la facette Metalcore étonnante de prime abord. En effet on retrouve ici ce penchant moderniste via le son des guitares et dans la façon dont les passages écrasants sont foutus, que l’on retrouve durant la majeure partie du temps. Ceci montre là-encore une certaine prise de risque de ses auteurs qui testent leurs limites et essayent de nouvelles choses sans se louper, même si ces deux titres sont finalement plus passe-partout et moins marquants que les autres.

Une fois franchit tous ses obstacles avec beaucoup de facilité on est déjà presque arrivé au bout de cette galette, puisque surgit « A Perpetual Process » qui durant sept minutes va montrer toute la palette technique des jeunots où accélérations et ralentissements sont de sortie, portés par un groove imparable. Car l’ensemble se montre super remuant et on ne peut s’empêcher de headbanguer au milieu de ses cassures et variations qui conservent malgré tout un point de fixation, jusqu’à sa conclusion en fade-out qui sert de prétexte à l’apparition d’une outro (présente sous forme de nappes de claviers). Cependant alors que tout semble indiquer qu’on en a terminé une ultime rasade retentit sous le nom de « Kill The Tyrants », et qui vu le nom scandé ne va pas faire de quartier. Effectivement ce bonus est carrément la plage la plus radicale et brutale de tout ce long-format où la vitesse ne va baisser que lors de rares accalmies, afin de mieux déverser son message et mettre dans la bataille les ultimes forces disponibles. Nul doute qu’elle fera un carton sur scène et servira probablement à clôturer les futurs shows tant sa simplicité de façade et sa rage serviront d’exutoire aussi bien à ses géniteurs, qu’au public venu les voir.

Car il est certain qu’avec cette nouvelle page dans sa courte histoire BLOODY ALCHEMY a confirmé les espoirs placés en lui sans tambour ni trompettes, mais simplement à force de travail et de volonté sans avoir besoin d’un marketing intensif et trompeur. Il offre donc aujourd’hui un disque très efficace où la simplicité et l’entrain priment sur le surplus technique (ça ne se prend pas la tête de ce côté-là), et où l’énergie déployée se mêle à une mélodie discrète mais présente, et surtout appréciable. Montrant que la valeur n’attend pas le nombre des années et s’éloignant légèrement de son style initial le désormais trio (le bassiste ayant récemment quitté l’aventure) n’a pas à rougir au sein d’une scène nationale à la concurrence exacerbée, et tient la dragée haute à de nombreux musiciens en activité (malgré un vécu personnel et musical inférieur), signe d’un avenir qui continue de s’annoncer radieux pour lui.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Bloody Alchemy
Death/Thrash Moderne
2019 - M&O Music
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs :   -
Webzines : (1)  8/10

plus d'infos sur
Bloody Alchemy
Bloody Alchemy
Death/Thrash Moderne - 2014 - France
  

tracklist
01.   Message For The Apathetic
02.   Betray The Braves
03.   No Justice No Peace
04.   Look What You've Done
05.   We Strive Against
06.   Alone
07.   Martyrs
08.   Battlefield
09.   No One Talks, Everyone Walks
10.   A Perpetual Process
11.   Kill The Tyrants

Durée : 48 minutes

line up
parution
25 Octobre 2019

voir aussi
Bloody Alchemy
Bloody Alchemy
Kingdom Of Hatred

2017 - Autoproduction
  

Essayez aussi
Dystopy
Dystopy
Womb Of The Abyss (EP)

2018 - Autoproduction
  
Mencea
Mencea
Dark Matter Energy Noir

2008 - Indie Recordings
  
Fear My Thoughts
Fear My Thoughts
Hell Sweet Hell

2005 - Lifeforce Records
  
Destinity
Destinity
The Inside

2008 - Rupture Music
  
Mors Principium Est
Mors Principium Est
Liberation = Termination

2007 - Listenable Records
  

Liturgy
H.A.Q.Q.
Lire la chronique
Sulfuric Cautery
Chainsaws Clogged With The ...
Lire la chronique
Ofdrykkja
Gryningsvisor
Lire la chronique
Caustic Vomit
Festering Odes to Deformity...
Lire la chronique
Kosmokrator
Through Ruin... Behold
Lire la chronique
Bölzer
Lese Majesty (EP)
Lire la chronique
Tan Kozh
Lignages oubliés
Lire la chronique
Ars Moriendi
La solitude du pieux scélér...
Lire la chronique
Mutilated
In Memoriam (Compil.)
Lire la chronique
Silure
Route De Troche (Démo)
Lire la chronique
Dreamlord
Disciples of War
Lire la chronique
Grief
Torso
Lire la chronique
Havohej
Table of Uncreation
Lire la chronique
Avslut
Tyranni
Lire la chronique
Traveler
Traveler
Lire la chronique
A.A. Williams + Brutus + Cult of Luna
Lire le live report
Verse
Aggression
Lire la chronique
Suppression
Repugnant Remains (EP)
Lire la chronique
Mur
Brutalism
Lire la chronique
Nightbearer
Tales Of Sorcery And Death
Lire la chronique
Diocletian
Amongst The Flames Of A Bvr...
Lire la chronique
Profanatica
Rotting Incarnation of God
Lire la chronique
Sentient Horror
Morbid Realms
Lire la chronique
Botanist à l'occasion de la sortie de Ecosystem
Lire l'interview
NONE #2 - RAVENSIRE - A Stone Engraved in Red
Lire le podcast
In The Woods...
Cease The Day
Lire la chronique
Pa Vesh En
Pyrefication
Lire la chronique
Stormwarrior
Norsemen
Lire la chronique
Desekryptor
Chasm Of Rot (Compil.)
Lire la chronique
Gone In April
Shards of Light
Lire la chronique