chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
125 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Revel In Flesh - The Hour Of The Avenger

Chronique

Revel In Flesh The Hour Of The Avenger
Quelques semaines après Bodyfarm, un ancien de (feu ?) Cyclone Empire refait surface pour un genre de death metal très similaire. C’est War Anthem Records (merci encore pour la découverte LIK) qui recrutera les Allemands de Revel In Flesh pour la compilation Relics Of The Deathkult puis la sortie de ce cinquième opus, trois années presque jour pour jour après Emissary Of All Plagues. Une galette au fort potentiel possédant de très bons passages mais embourbés en dents de scie dans une musique générique, relativement frustrant donc. Comme pour chaque nouvelle offrande, un artwork (aguicheur cette fois) de Juanjo Castellano (un rouge qui tape bien dans la rétine) et un mixage/mastering de maître Swanö. « More EPIC, more MELODIC, more INTENSE » aux dires de leur label. Let’s see.

Autant commencer de suite, la phrase d’accroche de le fiche promo n’est pas mensongère. Revel In Flesh continue sur la lancée de Emissary Of All Plagues et peaufine son death direct aux leads glacials par paquet mais pas que. Outre la base de Stockholm subsistant (avec un nom de groupe clin d’œil à Entombed forcément), les références suédoises mélodiques du début/milieu 90 (Gates Of Ishtar, Eucharist, At The Gates, Unanimated) deviennent encore plus présentes, tout particulièrement Hyprocrisy et Edge Of Sanity. On retrouve ce death doomy mélodique (l’entêtant « Sky Burial » dont le refrain possède des faux airs d’un « Coming Race », « The Wayfarer » ou le final « The Nightbreed ») ou le death éclectique incisif du grand Dan Swanö, quitte à reprendre ses délires heavy/rock années 80 sur « The Nihilistic Nothingness » (hommage à « Sacrificed » ?).

Des influences marquées certes mais frissons en sus, plutôt rare en ces temps, je viens d’ailleurs de réaliser que le guitariste Maggesson (compositeur et producteur) est aussi le membre fondateur de Dawn Of Dreams, groupe de death/black trop méconnu dont je vous recommande chaudement l’écoute (un album en 2000 puis silence radio). Les similitudes dans le riffing « dark » (dans l’esprit parfois d’un Belphegor) prennent ainsi tout leur sens, « Pervitin Speed Kill » vous donnera pour sûr un sourire malicieux. Le bonhomme épaulera le frontman de ses hurlements démoniaques. Ce dernier gagnera d’ailleurs en coffre, l’introduction de « Blood Oath » comme une belle démonstration de la chose.

Proche du label « qualité supérieure », proche oui. Car à l’instar de ses prédécesseurs, des moments de flottement sur certains passages encore trop lambda pour le style (dont un peu maigre « Death Blow » et « Skull Sacrifice »). De suite repris par une mélodie transperçante. La rythmique n’a rien de renversant mais elle fait le job. Après coup des « hammer blasts » plus virils auraient pu donner un coup de pied au cul sur les quelques baisses de régime présentes. Quant à la reprise de Motörhead le résultat est plus que convaincant, on se prête volontiers au jeu. Non Revel In Flesh sait comment posséder notre nuque, il lui manque encore une pincée d’efficience et d’ambiance pour parachever son objectif.

« Avec un peu plus d’impact et une atmosphère encore plus léchée, la recette de Revel In Flesh devrait monter d’un bon cran. J’espère que la prochaine chronique ira en ce sens. » Banco, Revel In Flesh répond à mes critiques. Le groupe affute son death metal 90’s à fortes appétences mélodiques et à l’ambiance digne des références de l’époque. Encore un peu plus d’effort dans les compositions pour que les Allemands puissent s’imposer (label plus important à la clé). Une année morose pour le genre mais finalement contrebalancée in extremis par les sorties récentes de Sentient Horror, Nightbearer et ce The Hour Of The Avenger (tous non Suédois). Le style n’est pas mort.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

2 COMMENTAIRE(S)

Solarian citer
Solarian
24/11/2019 14:23
Mouais... Sympatoche mais le swedish revival a tendance à vite me saouler malgré le fait que je sois un inconditionnel de cette belle période.
C'est bien fait mais ça ne m'interpelle pas plus que ça.
Quitte à me taper du old school suédois 2.0, je garde le parpaing Resurrection Through Carnage qui avoine toujours autant, et côté teuton, je préfère m'envoyer un Obscure Infinity bien au dessus du lot, ou à la rigueur un bon Fleshcrawl des familles comme l'excellent As Blood Rains from the Sky qui constitue l'une des meilleures repompe des cadors de l'époque.
coreandcoupdate citer
coreandcoupdate
21/11/2019 21:51
On est tout en phase mon Mitchounet... notamment au niveau de la conclusion Clin d'oeil

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Revel In Flesh
Death Metal
2019 - War Anthem Records
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs :   -
Webzines : (9)  7.85/10

plus d'infos sur
Revel In Flesh
Revel In Flesh
Death Metal - 2011 - Allemagne
  

vidéos
The Hour of the Avenger
The Hour of the Avenger
Revel In Flesh

Extrait de "The Hour Of The Avenger"
  

tracklist
01.   The Hour of the Avenger  (03:26)
02.   My Trial  (03:20)
03.   Blood Oath  (04:59)
04.   The Nihilistic Nothingness  (03:31)
05.   Sky Burial  (05:32)
06.   Deathblow  (03:34)
07.   Pervitin Speed Kill  (03:46)
08.   The Wayfarer  (04:41)
09.   Skull Sacrifice  (03:50)
10.   The Nightbreed  (06:00)
11.   Rock Out (Motörhead cover)  (02:05)

Durée : 44:44

line up
parution
6 Décembre 2019

voir aussi
Revel In Flesh
Revel In Flesh
Emissary Of All Plagues

2016 - Cyclone Empire Records
  
Revel In Flesh
Revel In Flesh
Manifested Darkness

2013 - F.D.A.
  
Revel In Flesh
Revel In Flesh
Relics Of The Deathkult (Compil.)

2018 - War Anthem Records
  
Revel In Flesh
Revel In Flesh
Death Kult Legions

2014 - Cyclone Empire Records
  

Essayez aussi
Volturyon
Volturyon
Blood Cure

2008 - Obscure Domain Productions
  
Affliction Gate
Affliction Gate
Last Night Wandering (EP)

2018 - Forgotten Wisdom Productions
  
Stass
Stass
The Darkside

2017 - Mighty Music
  
Death
Death
Symbolic

1995 - Roadrunner Records
  
Bastard Grave
Bastard Grave
Diorama Of Human Suffering

2019 - Pulverised Records
  

Azath
Through a Warren of Shadow
Lire la chronique
Paradise Lost
Paradise Lost
Lire la chronique
Tristengrav
II - Nychavge (EP)
Lire la chronique
Fluoride
Disentanglement
Lire la chronique
Soul Blind
Greatest Hits Vol. I (Compil.)
Lire la chronique
Putrid Offal
Sicknesses Obsessions
Lire la chronique
Novae Militiae
Topheth
Lire la chronique
Ascended Dead / Evil Priest
Nexus Of The Black Flame / ...
Lire la chronique
Uada
Djinn
Lire la chronique
Drowning / Misgivings
Requiem For Gods Perdition ...
Lire la chronique
Polymoon
Caterpillars Of Creation
Lire la chronique
Candiria
Beyond Reasonable Doubt
Lire la chronique
L'affaire JP FOURNIER... L'illustrateur qui tua son père.
Lire le podcast
Darkened
Kingdom Of Decay
Lire la chronique
The Great Old Ones
Cosmicism
Lire la chronique
Eirik
Omnis Erit Eductus
Lire la chronique
Paradise Lost
Gothic
Lire la chronique
Bestial Invasion
Monomania
Lire la chronique
Palehorse
Soft as Butter; Hard as Ice
Lire la chronique
Lik
Misanthropic Breed
Lire la chronique
Necrot
Mortal
Lire la chronique
Diabolic pour "Mausoleum of the Unholy Ghost"
Lire l'interview
Skeletal Remains
The Entombment Of Chaos
Lire la chronique
Diabolic
Mausoleum of the Unholy Ghost
Lire la chronique
Katavasia
Magnus Venator
Lire la chronique
Hulder
De Oproeping Van Middeleeuw...
Lire la chronique
Morta
Fúnebre (EP)
Lire la chronique
Disembowel
Echoes Of Terror
Lire la chronique
Mimorium
Blood of Qayin
Lire la chronique
Bethlehem
Dictius Te Necare
Lire la chronique