chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
115 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Helloween - Walls of Jericho

Chronique

Helloween Walls of Jericho
Les bonnes ventes de l'EP "Helloween" ne sont pas forcément synonymes de bonnes nouvelles. Sur le plan personnel, le bilan est même plutôt mitigé : Michael Weikath, principal compositeur, ne peut pas se rendre régulièrement au studio et son travail de nuit l'épuise et diminue ses performances. Le morceau "Guardians" est enregistré quelques temps à peine avant d'entrer dans le studio, ce qui ne laisse aucun moment pour le répéter. De ce fait, il se brouille régulièrement avec Ingo, le batteur, qui l'accuse d'avoir négligé le groupe. Noise a donné son accord pour un premier album mais ici, le groupe décide de ne sortir que des morceaux inédits, à l'exception de "Metal Invaders", réenregistré pour l'occasion. Il faut donc redoubler d'efforts à un moment critique, où le groupe souhaite rivaliser avec les grands maintenant qu'il s'en sent capable. Il lui faut donc une identité unique, qui passe par un jeu et un son dont Weikath en a une idée très précise. Jamais satisfait, il s'embrouille avec ses partenaires. Il veut donner un relief particulier aux morceaux "Guardians" et "How Many Tears" et fait donc appel à un claviériste berlinois, ce que Hansen désapprouve vivement. D'autres problèmes plus mineurs viendront mettre au disque des bâtons dans les roues : suite à une erreur d'impression, la première partie de certaines cassettes de Walls of Jericho contient des morceaux de To Mega Therion de leurs frères de label Celtic Frost, qui déroute énormément les premiers auditeurs.

C'est donc dans ce contexte tendu que sort Walls of Jericho en Décembre 1985. Le groupe a conscience qu'il s'agit d'un grand album : il décide d'exploiter les particularités qui avaient marqués les esprits sur le premier EP, notamment ce jeu si singulier entre les deux guitares leads, qui est pleinement exploité durant les soli. Alors, pour l'opener "Ride the Sky", il est normal de trouver une partie instrumentale abusivement longue et remplie de soli reposant sur diverses techniques (mélodies en harmonie, tapping, tremolo picking, montées de gammes...) pour en mettre d'emblée plein la vue. On retrouvera cette surabondance de mélodies dans "Phantoms of Death" notamment, mais aussi dans "Metal Invaders", "Heavy Metal is the Law", et quelques passages de "How Many Tears".

"Ride the Sky" donne donc le ton : on retrouve un Helloween en pleine forme, au taquet, prêt à déverser son flot de riffs fraîchement composés et prêt à mettre en oeuvre tous leurs talents de compositeurs. Et autant être clair dès à présent : "Walls of Jericho" est mon album préféré de tous les temps. S'il ne m'a pas introduit au metal (concernant le groupe, j'ai plutôt commencé par les Keepers) il m'a montré ce que j'aimais concrètement : du speed metal, oui, mais qui se casse plus la tête que la moyenne à alterner riffs simples et efficaces avec des mélodies en harmonies à n'en plus finir, appuyée par un jeu de basse incroyable et parfaitement audible et par le chant rauque et puissant de Kai Hansen qui relève bien plus du milieu heavy metal et rock n roll que du power metal au sens où on l'entend aujourd'hui. Un album décidément influencé par Metallica, Judas Priest et Iron Maiden mais surtout Pretty Maids, dont le Red, Hot and Heavy jouera un rôle absolument primordial dans la production de Walls of Jericho - Weikath souhaitant faire sonner son debut exactement comme lui - et dans le jeu des guitares - mais, cette fois-ci, en allant encore plus loin que les Danois à leur époque.

Pleins d'inspirations, les musiciens allemands nous délivrent également un nombre tout à fait phénoménal de riffs à en écouter jusqu'à la surdité, commençant par le classique main riff de "Ride the Sky", suivi de son pré-refrain plus mélodique et du deuxième riff rythmique à 04:28 qui en devient limite meilleur que le premier. Les autres morceaux n'en sont pas en reste avec un riff plus mélodique dans "Guardians" et "Metal Invaders", assez similaires, et d'autres plus heavy dans "How Many Tears" et surtout "Heavy Metal is the Law" qui contient mon riff préféré de tout l'album à 2:45, juste après un solo assez original où les deux guitares se répondent d'une manière plutôt comique.

Un autre aspect de la composition est à mentionner. Je l'ai brièvement évoqué précédemment mais il mérite son paragraphe à lui tout seul tant son musicien semble être minimisé par les mémoires : je veux parler de Markus Grosskopf et de sa basse. Et à la lecture de certaines chroniques ainsi que de ce qui ressort plus généralement sur le groupe, tout le monde semble oublier ce membre absolument essentiel du groupe alors qu'il a pourtant grandement contribué à la mise en forme de son identité, lui qui est pourtant un membre si discret - et peut-être que c'est pour ça qu'on a tendance à l'ignorer ? Adoptant un jeu de basse assez virevoltant, à s'octroyer fréquemment des libertés et des lignes originales, on peut le rapprocher de Steve Harris d'Iron Maiden - et c'est d'ailleurs, selon moi, le point commun le plus facilement remarquable entre les deux groupes. Le mix mettant très bien la basse en avant, on l'entendra parfaitement dans "Reptile" ou, encore plus flagrant, dans "Guardians", où elle a sa propre ligne. Elle prend également de nombreuses libertés dans le break sans instruments de "Heavy Metal is the Law".

Un dernier aspect généralement peu évoqué concerne la patte progressive de l'album. Oui, progressive. Ce même mot "progressif" que dans "metal progressif". Alors ici, pas question de changer quinze fois de signature rythmique ni de tempi. J'utilise le terme "progressif" pour désigner plus une volonté du groupe de prendre des distances avec des codes simplistes et binaires (que l'on retrouve dans les morceaux les plus courts, "Heavy Metal" et "Gorgar"), pavant la voie à un futur genre de power metal. Et pour appuyer mon propos, deux excellents exemples : tout d'abord, "Phantoms of Death", constitué d'un nombre assez inhabituel de parties et qui voit passer bien des breaks. L'atmosphère change pas mal aussi, commençant par un riffing très typé hard rock pour passer sur du speed mid-tempo avec ces tremoli dans les couplets puis s'orientant encore vers un nouveau genre lors de la deuxième partie. Les claviers, les mélodies, la reprise... autant d'éléments qui rendent ce morceau très riche, bien plus riche que la composition traditionnelle. Deuxième exemple : le morceau de conclusion "How Many Tears", où l'on retrouve sensiblement les mêmes codes : début avec un excellent riff speed metal, quelques temporisations mélodiques et mélancoliques, un break aux guitares cleans, une reprise qui montre tout le potentiel du jeune batteur, des variations dans la mélodie du chant sur le refrain dont la deuxième ligne est d'ailleurs exceptionnelle... et, pour terminer, une wild outro composée de trois parties qui conclue parfaitement ce chef-d'oeuvre, entamé quarante minutes plus tôt.

Ainsi mené, cet album ne manque pas d'être acclamé, que ce soit à l'autre bout du monde au Japon, où à la maison en Allemagne où il est considéré aujourd'hui comme étant le - ou du moins, l'un des - meilleur debut allemand en matière de metal, place que certains groupes tels Paradox ou Edguy viendront remettre rapidement en question quelques années plus tard. Weikath alors se surprend à rêver qu'il peut concurrencer directement les plus gros noms metal de l'époque. Il a une toute nouvelle idée qui pourrait renouveler le groupe et qui apparaît immédiatement comme bien trop ambitieuse pour le reste du groupe : s'atteler à la conception d'un double-album de fantasy. Il lui faut également passer par un changement majeur, une pilule qui est très difficile à avaler pour les autres membres : Kai Hansen doit cesser le chant. Il n'arrive plus à suivre avec son jeu de guitares très dynamique. Helloween doit se mettre à la recherche d'un nouveau chanteur qui pourrait dédier pleinement ses capacités vocales au groupe, lui permettant alors d'atteindre de nouveaux sommets.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

5 COMMENTAIRE(S)

Niktareum citer
Niktareum
23/11/2019 18:43
note: 9/10
Clairement un excellent album oui, que j'ai découvert un peu sur le tard perso ayant toujours eu un a priori négatif sur Helloween dans ma jeunesse. Il n'a donc pas pour moi tout le cachet nostalgie mais difficile de faire la fine bouche !
Caïn Marchenoir citer
Caïn Marchenoir
23/11/2019 10:23
Keyser a écrit : Encore aucune réaction sur ce chef d'œuvre ?
Désolé, pas le temps hier de réagir sur ce disque, j'avais entraînement de levage de coude.

Je n'ai que cet album couplé avec le premier mini et je trouve que c'est une pure merveille, pourtant je suis plus porté sur la lenteur que la vitesse. Mais je ne sais pas pourquoi, ça a matché tout de suite avec ce disque, rien que le titre Ride the Sky et son pré-refrain entêtant, j'ai su que ça allait me plaire. Oui, il y a tous les éléments pour en faire un classique du Metal, avec une majuscule s'il vous plait: des riffs de fou, des lignes de guitares excellents, un bassiste virevoltant, et le chant de Kai Hansen qui a une certaine magie. C'est très bien joué, les compositions bien ficelées, notamment How Many Tears et ça ne prend pas une ride. Évidemment, c'est un mix entre Metallica et Iron Maiden, mais alors qui pourrait s'en plaindre. D'ailleurs, je crois que Kerrang les avait un peu descendu en les comparant avec Metallica, à cause de Gorgar, il y a la chronique dans la réédition que je possède. Bref, je vais me le repasser dans quelques minutes et mes voisins vont m'entendre m'égosiller à hurler "give me winnnnnnnnnnnngggggggssssss!!!".
Belle chronique au passage, je trouve ça cool d'ailleurs de visiter les classiques et vieilleries en plus des nouveautés.
andreas_hansen citer
andreas_hansen
22/11/2019 23:09
note: 10/10
Bien d'accord pour Pretty Maids, Keyser. Sourire
Et oui, seul tâche d'ombre, ce riff sur Gorgar... c'est vraiment dommage. Mais bon ! En fait, ce que j'aime surtout c'est que c'est devenu du power, oui, mais tout en gardant quelque part des racines très heavy (surtout dans 7 Sinners, qui est un de mes disques préférés du groupe) !

Thomas, j'irai pas jusqu'à dire que les Keepers sont très surestimés. Mr Green Mais clairement, ils n'égalent pas WOJ. Enfin, on verra tout ça quand je les aborderai. Clin d'oeil
Thomas Johansson citer
Thomas Johansson
22/11/2019 21:27
Ça fait plaisir de le voir chroniqué celui-là. Un album exceptionnel que j'ai campé dans ma (lointaine) jeunesse et que je préfère largement aux très surestimés "Keepers". Les riffs de Kill'em All combinés aux envolées d'Iron Maiden, le meilleur mariage qui soit.
Keyser citer
Keyser
22/11/2019 20:55
note: 9.5/10
Encore aucune réaction sur ce chef d'œuvre ?! Une pierre angulaire du metal, Metallica (ah ce "Gorgar", vils copieurs !) et Maiden qui copulent ensemble. Cet album et l'EP éponyme, ça reste pour moi ce que Helloween a fait de mieux (normal je préfère le speed au power). Absolument divin !

Je savais pas pour Pretty Maids mais pas étonnant. Leurs deux premiers albums sont assez ultimes dans le genre (surtout "Future World" !

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Helloween
Speed Metal
1985 - Noise Records
notes
Chroniqueur : 10/10
Lecteurs : (3)  9.17/10
Webzines : (4)  7.63/10

plus d'infos sur
Helloween
Helloween
Speed metal - 1983 - Allemagne
  

tracklist
01.   Walls Of Jericho  (00:49)
02.   Ride The Sky  (05:57)
03.   Reptile  (03:45)
04.   Guardians  (04:21)
05.   Phantoms Of Death  (06:35)
06.   Metal Invaders  (04:12)
07.   Gorgar  (03:57)
08.   Heavy Metal (Is The Law)  (04:01)
09.   How Many Tears  (07:16)

Durée : 40:53

line up
parution
1 Décembre 1985

voir aussi
Helloween
Helloween
Rabbit Don't Come Easy

2003 - Nuclear Blast Records
  
Helloween
Helloween
Pink Bubbles Go Ape

1991 - Essential Records
  
Helloween
Helloween
Gambling With The Devil

2007 - SPV
  
Helloween
Helloween
7 Sinners

2010 - Sony Music
  
Helloween
Helloween
Better Than Raw

1998 - Raw Power
  

Essayez aussi
Iron Angel
Iron Angel
Hellbound

2018 - Mighty Music
  
Ranger
Ranger
Shock Skull (EP)

2014 - Ektro Records
  
Ranger
Ranger
Speed & Violence

2016 - Spinefarm Records
  
Megadeth
Megadeth
Killing Is My Business...
(and Business Is Good!)

1985 - Combat Records
  

Liturgy
H.A.Q.Q.
Lire la chronique
Sulfuric Cautery
Chainsaws Clogged With The ...
Lire la chronique
Ofdrykkja
Gryningsvisor
Lire la chronique
Caustic Vomit
Festering Odes to Deformity...
Lire la chronique
Kosmokrator
Through Ruin... Behold
Lire la chronique
Bölzer
Lese Majesty (EP)
Lire la chronique
Tan Kozh
Lignages oubliés
Lire la chronique
Ars Moriendi
La solitude du pieux scélér...
Lire la chronique
Mutilated
In Memoriam (Compil.)
Lire la chronique
Silure
Route De Troche (Démo)
Lire la chronique
Dreamlord
Disciples of War
Lire la chronique
Grief
Torso
Lire la chronique
Havohej
Table of Uncreation
Lire la chronique
Avslut
Tyranni
Lire la chronique
Traveler
Traveler
Lire la chronique
A.A. Williams + Brutus + Cult of Luna
Lire le live report
Verse
Aggression
Lire la chronique
Suppression
Repugnant Remains (EP)
Lire la chronique
Mur
Brutalism
Lire la chronique
Nightbearer
Tales Of Sorcery And Death
Lire la chronique
Diocletian
Amongst The Flames Of A Bvr...
Lire la chronique
Profanatica
Rotting Incarnation of God
Lire la chronique
Sentient Horror
Morbid Realms
Lire la chronique
Botanist à l'occasion de la sortie de Ecosystem
Lire l'interview
NONE #2 - RAVENSIRE - A Stone Engraved in Red
Lire le podcast
In The Woods...
Cease The Day
Lire la chronique
Pa Vesh En
Pyrefication
Lire la chronique
Stormwarrior
Norsemen
Lire la chronique
Desekryptor
Chasm Of Rot (Compil.)
Lire la chronique
Gone In April
Shards of Light
Lire la chronique