chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
109 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Demiurgon - The Oblivious Lure

Chronique

Demiurgon The Oblivious Lure
Voilà un album que j'attendais avec intérêt. Demiurgon avait en effet signé des débuts fort prometteurs sur son premier opus Above the Unworthy sorti en 2015 chez Ungodly Ruins Productions, label russe de brutal death qui avait fait fort cette année-là entre les Italiens, Impure Violation et Vermingod, avant de retomber dans l'anonymat (ou est-ce moi qui ai raté quelque chose ?). Pas de changement de line-up pour ce deuxième longue-durée mais un déménagement judicieux chez leurs compatriotes très en vue de Everlasting Spew Records qui ont sorti en juillet dernier ce The Oblivious Lure à la jolie pochette "gros machin monstrueux qui monte vers des cieux menaçants" typique du brutal death des années 2010.

Nous voilà début novembre près de quatre mois après la sortie du disque, de quoi l'avoir fait tourner un paquet de fois (et avoir vu en live le combo à l'excellent NRW Deathfest). Le verdict était cela dit connu depuis un moment déjà. S'il n'égale pas Above the Unworthy qui était un peu sorti de nulle part, engendrant donc forcément une certaine déception, The Oblivious Lure n'en reste pas moins un album plaisant, en particulier en ces temps de disette niveau BDM. Demiurgon propose un brutal death plutôt moderne, assez proche de ce que peut faire Beheaded depuis trois albums, notamment au niveau du chant plus écorché/arraché qu'ultra guttural avec quelques shrieks par-ci par-là parfois superposés aux growls (un grand classique). Le riffing se fait toutefois un peu plus américain, les rapprochant également de leurs compatriotes d'Unbirth avec lesquels le combo de Modène partage le guitariste Emanuele Ottani. Le bassiste Umberto Poncina faisait également partie de cette formation. Rien d'étonnant, donc. Pour rester en Italie, Hideous Divinity et Hour of Penance ne sont pas non plus très loin, du moins stylistiquement. On se retrouve du coup avec un brutal death à la production puissante et claire adéquate (quoiqu'un peu trop portée sur les aigus), au jeu rapide et intense. Ça défouraille sévère avec pléthore de blast-beats, de semi-blasts voire de gravity-blasts que nous balance à la tronche le talentueux batteur Riccardo Valenti (qui joue aussi dans le groupe de black metal symphonique Darkend avec l'autre guitariste Dani Benincasa). L'ouverture de "Tsansas" dès les premières secondes du disque qui te plaquent au mur ou encore le début du morceau suivant "Kapalikas" qui fait encore moins dans la dentelle, voilà un démarrage en fanfare qui fait bien mal ! Les Transalpins ne se contentent toutefois pas de brutalité frontale en laissant pas mal de place au groove (plus rapide que mid-tempo cela dit). La basse se montre d'ailleurs bien présente, un autre atout intéressant du quintette. Demiurgon se permet même d'instaurer un peu plus d'ambiance sur la première partie du titre de clôture "The Day Dawn Came Twice" et la deuxième moitié plus mid-tempo de "Profezia di una specie morente" (oui ça parle rital sur la moitié des pistes !), morceau assez réussi qui se démarque le plus des huit compositions que compte ce The Oblivious Lure pour quarante minutes de musique. Les pistes affichent ainsi une durée plus importante que ceux de Above the Unworthy (on passe de quatre à cinq minutes en moyenne), preuve de davantage de variété et de progression dans l'écriture sur ce deuxième opus. Tout en gardant l'efficacité indispensable au style.

Cela dit, cela ne fait pas de The Oblivious Lure un meilleur album que Above the Unworthy. Je le trouve même en-deçà de son grand frère qui m'avait pris par surprise (oh oui j'aime ça être pris par surprise !). Si l'efficacité s'avère bien présente et l'intensité de mise, l'opus fait son petit effet pendant cinq-six écoutes avant de rentrer un peu dans le rang puis de se faire oublier. La faute, entre autres, à des riffs corrects mais pas assez marquants pour tenir sur la durée, même si certains plus tarabiscotés sortent du lot. Et ce n'est pas le travail niveau leads qui compense car il se résume à quelques tentatives peu abouties si ce n'est deux-trois solos un peu plus mélodiques qui aurait mérité un meilleur développement (fin de "Teatro del coito", trop court, ou celui de "The Day Dawn Came Twice" sur les blasts, déjà mieux). Les vocaux prennent aussi trop de place et gagneraient à se mettre parfois en retrait pour laisser respirer la musique. On pourrait aussi rajouter des harmoniques sifflées un peu trop utilisées, ce qui a tendance à me fatiguer.

Il manque ainsi à ce The Oblivious Lure ce petit quelque chose qui ferait passer Demiurgon au stade supérieur, ce dont on sentait pourtant la formation italienne capable dès son premier longue-durée. Il serait toutefois exagéré de parler de régression vu les progrès réalisés niveau écriture et son. Ce deuxième album du quintette reste ainsi tout de même très solide dans un style brutal death moderne où il ne faut pas trop faire la fine bouche ces derniers temps. La brutalité, l'intensité, la maîtrise technique, le gros son, le groove rapide, certains riffs bien vus ou encore l'ambiance sombre légèrement plus appuyée, l'œuvre ne manque pas d'atouts pour satisfaire un tant soit peu. Mis en concurrence, The Oblivious Lure s'en sort d'ailleurs très bien. Clairement, c'est toujours mieux que le dernier Beheaded ultra décevant ou que les sur-côtés Hour of Penance et Hideous Divinity. Rien que pour ça, Demiurgon mérite les félicitations du jury.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

3 COMMENTAIRE(S)

Keyser citer
Keyser
22/11/2019 20:30
note: 7/10
Ander a écrit : Du death brutal Italien typique de ce pays, qui souffle le chaud (les deux premières pistes) et le froid (le reste avec un Teatro Del Coito où on retrouve un peu l'intensité du début), trop classique et consensuel pour pleinement me convaincre.

Et je la trouve plutôt moche cette pochette, le trait est vraiment trop gros, elle ferait peine à voir si ça devait sortir en vinyl. :mrgeen:

Et à propos de Unbirth, faut vraiment que je me le chope ce Fleshforged Columns Of Deceit...


Oui très bon ce Unbirth, dommage qu'on ne l'ait pas chroniqué !
Ander citer
Ander
22/11/2019 18:43
note: 6/10
Du death brutal Italien typique de ce pays, qui souffle le chaud (les deux premières pistes) et le froid (le reste avec un Teatro Del Coito où on retrouve un peu l'intensité du début), trop classique et consensuel pour pleinement me convaincre.

Et je la trouve plutôt moche cette pochette, le trait est vraiment trop gros, elle ferait peine à voir si ça devait sortir en vinyl. :mrgeen:

Et à propos de Unbirth, faut vraiment que je me le chope ce Fleshforged Columns Of Deceit...
AxGxB citer
AxGxB
22/11/2019 14:11
note: 7/10
Effectivement, je le trouve aussi moins bon que son surprenant prédécesseur. Ça manque de riffs et séquences vraiment marquantes malgré, en effet, la qualité d'exécution. Et oui, c'est bien pauvre en leads et autres solos. Dommage.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Demiurgon
notes
Chroniqueur : 7/10
Lecteurs : (2)  6.5/10
Webzines : (2)  8.5/10

plus d'infos sur
Demiurgon
Demiurgon
Brutal Death - 2014 - Italie
  

tracklist
01.   Tsansas  (02:33)
02.   Kapalikas  (05:27)
03.   ...dèi dimenticati  (05:15)
04.   Il culto cannibale  (05:25)
05.   Profezia di una specie morente  (05:35)
06.   The Oblivious Lure (05:00 )
07.   Teatro del coito  (05:05)
08.   The Day Dawn Came Twice  (05:41)

Durée : 40:01

line up
parution
12 Juillet 2019

Essayez aussi
Infinitum
Infinitum
Behold Eradication

2008 - Slime Shaft Productions
  
Malebolgia
Malebolgia
Requiem For The Inexorable

2009 - Comatose Music
  
Flesh Consumed
Flesh Consumed
Fermented Slaughter / Inhuman Butchery (Démo)

2006 - Sevared Records
  
Spawn Of Possession
Spawn Of Possession
Noctambulant

2006 - Neurotic Records
  
Thornesbreed
Thornesbreed
The Splendour Of The Repellent

2003 - Animate Records
  

Liturgy
H.A.Q.Q.
Lire la chronique
Sulfuric Cautery
Chainsaws Clogged With The ...
Lire la chronique
Ofdrykkja
Gryningsvisor
Lire la chronique
Caustic Vomit
Festering Odes to Deformity...
Lire la chronique
Kosmokrator
Through Ruin... Behold
Lire la chronique
Bölzer
Lese Majesty (EP)
Lire la chronique
Tan Kozh
Lignages oubliés
Lire la chronique
Ars Moriendi
La solitude du pieux scélér...
Lire la chronique
Mutilated
In Memoriam (Compil.)
Lire la chronique
Silure
Route De Troche (Démo)
Lire la chronique
Dreamlord
Disciples of War
Lire la chronique
Grief
Torso
Lire la chronique
Havohej
Table of Uncreation
Lire la chronique
Avslut
Tyranni
Lire la chronique
Traveler
Traveler
Lire la chronique
A.A. Williams + Brutus + Cult of Luna
Lire le live report
Verse
Aggression
Lire la chronique
Suppression
Repugnant Remains (EP)
Lire la chronique
Mur
Brutalism
Lire la chronique
Nightbearer
Tales Of Sorcery And Death
Lire la chronique
Diocletian
Amongst The Flames Of A Bvr...
Lire la chronique
Profanatica
Rotting Incarnation of God
Lire la chronique
Sentient Horror
Morbid Realms
Lire la chronique
Botanist à l'occasion de la sortie de Ecosystem
Lire l'interview
NONE #2 - RAVENSIRE - A Stone Engraved in Red
Lire le podcast
In The Woods...
Cease The Day
Lire la chronique
Pa Vesh En
Pyrefication
Lire la chronique
Stormwarrior
Norsemen
Lire la chronique
Desekryptor
Chasm Of Rot (Compil.)
Lire la chronique
Gone In April
Shards of Light
Lire la chronique