chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Blue Hummingbird on the Left - Atl Tlachinolli

Chronique

Blue Hummingbird on the Left Atl Tlachinolli
Je me suis pris une bonne claque en écoutant cet album. En fait j’étais particulièrement curieux avant même de l’entendre parce qu’il m’avait semblé, dans mon ignorance, que le nom du groupe et le pochette étaient en totale contradiction. Tout de même… Hummingbird, c’est un colibri ! Et il sera difficile à quiconque de trouver un lien entre ce petit oiseau ridicule et le black metal. Ou alors un black metal de victime (comme on peut l’aimer parfois) qui ferait dans le post-black ! Mais la pochette est dans ce cas-là bien loin de ce que nous gratifie le post-black ! Fond noir, tête de mort toute rouge qui crache des flammes toutes rouges et le nom du groupe et de l’album tout aussi rouges ! Il suffisait pourtant d’une petite vérification pour comprendre. BLUE HUMMINGBIRD ON THE LEFT est en fait la traduction du nom d’une divinité aztèque : Huitzilopochtli. Mais alors la prochaine énigme vient de la nationalité du groupe : américaine. Des Américains qui feraient de la musique inspirée par Mexica ? Oh là, il y a fort à parier qu’en fait ils ont des origines qui les incitent à choisir cette thémétique, parce que ces énergumènes l’abordent aussi ensemble dans la formation VOLAHN. En fait VOLAHN est un one mans band pour lequel trois autres musiciens ont assuré les concerts. Et BLUE HUMMINGBIRD ON THE LEFT est devenu leur vértiable projet commun.

Et ça fait du bien leur premier album !!! Je n’avais ni écouté leur EP de 2010, ni les splits de 2014 et 2018 (qui ne contenaient chacun que deux pistes), et c’est donc une grosse révélation. L’une des plus importantes en 2019. La musique vient tout droit des Enfers, avec une violence crue et directe qui fait aussi mal que les meilleurs titres de PROFATANICA. Mais si c’était sa seule qualité, cela ne serait pas suffisant pour me convaincre autant. Non, ce qui me trucide chez nos petits colibris, ce sont les vocaux. Là, on va avoir des opinions divisées, mais j’ai totalement adhéré au choix opéré. La voix est ultra crade et bien grave, mais surtout elle est toujours suivi d’un écho ! Sur tout l’album, constamment ! Et j’adore parce que cela me donne l’impression d’être plongé au plus profond de la grotte de ces monstruosités. Ils ne sont plus humains, et d’ailleurs ils deviennent carréments bestiaux, à quelques reprises quand le chanteur imite des hurlements de loup ! Personne ne se dira « Oh, il fait bien le loup ! » mais plutôt : « Oh putain, il est perché lui ! ». Oh oui, il est malsain, il est totalement possédé ! Et ce cri m’a rappelé des cérémonies ou des cultes de Mexica où justement les hommes le lançaient !

Et bien entendu, l’autre élément qui me fait définitivement vénérer BLUE HUMMINGBIRD ON THE LEFT, ce sont les apports raisonnables d’instruments traditionnels. Flûte et tambour en introduction. L’ambiance est démentielle car cela plante un décor ritualiste ancien. On visualise très bien la séance de sacrifice qui va débuter ! Et c’est surtout employé à deux ou trois reprises uniquement, ce qui empêche de s’en lasser ! Au contraire, on en aurait bien repris un petit coup ou deux ! Résultat aussi convaincant que chez YAOTL MICTLAN ou TEZCATLIPOCA. Grosse agressivité, mélodies tueuses, vocaux originaux et puissants, ajouts presonnels bien utilisés ! C’est la formule qui m’a explosé ! Je ne serai pas suivi par tout le monde sur ce coup-là, mais tant pis, j’ai adoré ce black metal destructeur sans temps mort. 36 minutes qui me permette de dire à nouveau qu’avec 25 ans dans les pattes de black metal j’arrive encore à avoir des frissons !

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

3 COMMENTAIRE(S)

mayhem13 citer
mayhem13
24/11/2019 12:17
Je ne suis jamais déçu quand je commande ce que tu ensences. Merci pour ces riches découvertes sakri. Le seul truc qui me fait chier, c'est que tu me fais mal au porte monnaie. Au passage, ta plume s'affine au fil des ans.
Sagamore citer
Sagamore
24/11/2019 11:06
note: 9/10
Le haut du haut du panier des groupes du Black Twilight Circle. J'ai eu la chance de les voir sur scène, une raclée spectaculaire tant le frontman est possédé, avec ses cris d'animaux... Un album attendu et qui n'a pas déçu.
Solarian citer
Solarian
23/11/2019 20:34
Intéressant. Les 2 extraits donnent envie d'approfondir le truc en tout cas. On sent bien le côté ritualiste et il y a une vraie ambiance donc ça me parle.
Par contre la prod est un peu limite. On entend pas la caisse claire pendant les blast et le son est assez étouffé. Dommage mais en même temps c'est peut-être ce qui participe au rendu global.
La voix est bien dark et menaçante donc ça le fait aussi, d'autant plus que c'est pas le genre de vocaux qui courent les rues dans le black.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Blue Hummingbird on the Left
Black Metal Destructeur
2019 - Iron Bonehead Productions
notes
Chroniqueur : 9/10
Lecteurs : (1)  9/10
Webzines : (1)  8/10

plus d'infos sur
Blue Hummingbird on the Left
Blue Hummingbird on the Left
Black Metal Destructeur - 2010 - Etats-Unis
  

tracklist
01.   Sun / War Club
02.   Blood Flower
03.   Precious Death
04.   Hail Huitzilopochtli
05.   Rain / Campaign
06.   Life Death Rebirth
07.   Tenochtitlan
08.   Storm
09.   Southern Rules Supreme / Moon

Durée : 36:24

parution
8 Février 2019

Essayez aussi
Hyems
Hyems
Anatomie des Scheiterns

2020 - Black Sunset
  
Cirith Gorgor
Cirith Gorgor
Sovereign

2019 - Hammerheart Records
  
Nocturnal Amentia
Nocturnal Amentia
Necromentia

2012 - Zyklon-B Productions
  
1349
1349
Massive Cauldron of Chaos

2014 - Indie Recordings
  
Arkona
Arkona
Lunaris

2016 - Debemur Morti Productions
  

Smile
What a Wonderful World (EP)
Lire la chronique
Fange
Poigne (EP)
Lire la chronique
Electric Wizard
Let Us Prey
Lire la chronique
Crowbar
Odd Fellows Rest
Lire la chronique
Dawn of Nil
Culminating Ruins
Lire la chronique
Sombre Héritage
Alpha Ursae Minoris
Lire la chronique
Candiria
Surrealistic Madness
Lire la chronique
Devouring Void
Septic Fluid Dripping From ...
Lire la chronique
Vaal
Visioen Van Het Verborgen Land
Lire la chronique
Mourning Beloveth / The Ruins Of Beverast
Don’t Walk on the Mass Grav...
Lire la chronique
Lifeless Dark
Who Will Be The Victims? (D...
Lire la chronique
Bait
Revelation Of The Pure
Lire la chronique
Mora Prokaza
By Chance
Lire la chronique
Meurtrières
Meurtrières (EP)
Lire la chronique
Irae
Lurking in the Depths
Lire la chronique
Death Courier
Necrotic Verses
Lire la chronique
Bašmu
Enshrined In Eternity
Lire la chronique
Exocrine
Maelstrom
Lire la chronique
Cryptic Shift
Visitations from Enceladus
Lire la chronique
Bezwering
Aan De Wormen Overgeleverd
Lire la chronique
Odiosior
Odiosior (EP)
Lire la chronique
Non Serviam
Le Cœur Bat
Lire la chronique
Hum
Inlet
Lire la chronique
Nexion
Seven Oracles
Lire la chronique
Mosaic
Secret Ambrosian Fire
Lire la chronique
BLACK METAL qui parle de virus !
Lire le podcast
Gloom
Rider of the Last Light
Lire la chronique
Witchcraft
Legend
Lire la chronique
Front
Antichrist Militia (EP)
Lire la chronique
Pearl Jam
Binaural
Lire la chronique