chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Haunter - Sacramental Death Qualia

Chronique

Haunter Sacramental Death Qualia
Soyons honnêtes : je découvre l'existence d'Haunter avec ce second opus. Avant ? Jamais écouté. Oh, j'ai bien du voir passer "Thrinodia" quelques fois, mais l'austérité de sa pochette et l'étiquette "Black/Death" et surtout "Screamo" me laissaient craindre d'abord l'ennui, puis le ridicule (dans l'ordre). J'entends bien : "Mais alors, sombre idiot, qu'est-ce qui te rend légitime pour aborder ce dernier longue durée ?". Je suis comme vous : je me collerais bien des baffes à l'occasion, tant ce que j'ai découvert sur "Sacramental Death Qualia" tient de l'épiphanie - mais à grands coups de pompes dans le derrière. C'est que les Texans sont d'excellents boxeurs ; Ils collent des bourre-pifs à t'en faire décoller du ring, certes, mais la technique, le jeu de jambes, la gestuelle... Tout est ciselé, tout a été bossé avec acharnement, et l'amateur ne s'y trompera pas.

C'est justement ce double-jeu qui rend "Sacramental Death Qualia" aussi intéressant. Au-delà de l'étiquette "Black/Death" revendiquée, qui pourrait ne masquer qu'un énième album sans inspiration, agressif sans jamais être brutal, Haunter pioche dans ses influences, qu'elles viennent du Jazz Fusion (qu'on ne vienne pas m'affirmer le contraire à l'écoute de certains plans de batterie, notamment à 2:39 sur "Spoils Vultured Upon Sole Deletion") ou tout simplement de la musique Prog. Et loin d'être un patchwork cousu à la hâte, l'univers dépeint par ce deuxième long-format est aussi cohérent qu'envoûtant. I, Voidhanger ne s'y est d'ailleurs pas trompé, offrant au groupe un pressage digne de ce nom, et une pochette signée par l'excellent Elijah Tamu (Panegyrist), qui colle à merveille à l'ambiance du disque.

Oui, l'ambiance. C'est bien sur ce point que le groupe tire son épingle du jeu, et qu'il réussit à séduire les sceptiques - moi le premier, qui d'ordinaire ne tarde jamais à piquer du nez en présence d'un disque de Death. Le constant décalage entre le feeling massif de l'ensemble, navire imaginaire fumant, figuré par la pochette, naviguant au beau milieu du vide, et les quelques percées cristallines disséminées tout au long du périple, notamment les quelques notes de piano de la seconde moitié de "Dispossessed Phrenic Antiquity", aussitôt contrebalancées par un riff qui invite à se déboîter les vertèbres. Le chant grave, qui occupe l'espace immense déployé par les instruments, et les hurlements plus rauques qui lacèrent les tympans, jouent à la balançoire et avec nos nerfs. Oui, "Sacramental Death Qualia" se construit sous nos yeux, et le bâti est si grand que le vertige ne tarde pas à nous gagner. Les sentiments qu'il évoque sont bien difficiles à décrire, tant ces cinq titres sont personnels, et tant chacun les vivra comme il l'entendra. Tenez, à titre personnel, mon titre favori est "Abdication", l'interlude acoustique de 7 minutes. Étrange, pour un album de Death, hein ? Pas tant, c'est bien là la force d'Haunter : il est là où on ne l'attend pas. Et la beauté de cette guitare folk, conjuguée à ce motif déchirant et ces chants en toile de fond, forcément, ça me fait fondre.

"Sacramental Death Qualia" est grand. Grand par la taille, grand par ce qu'il peut figurer, grand par le talent de ses cuisiniers. Haunter livre ici un disque mature, maîtrisé de bout en bout, certes pétri d'influences mais qui réussit à ne jamais les rendre trop évidentes. Un disque d'une puissance et d'une beauté comme on aimerait plus souvent qu'il nous en passe par les oreilles - et qui ne dépareille pas au sein du catalogue d'I, Voidhanger, loin s'en faut. J'en ai assez dit, un galette pareille, ce n'est pas en lisant qu'on la savoure, mais bel et bien en l'écoutant. Qu'est-ce que vous faites encore là ?

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

1 COMMENTAIRE(S)

Sunn0)) citer
Sunn0))
19/01/2020 21:29
Mais quelle claque ! J'ai accroché direct, du death qui sait créer des ambiances et surprendre ! Et super chronique au passage.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Haunter
Death/Black Metal
2019 - I, Voidhanger Records
notes
Chroniqueur : 9/10
Lecteurs : (2)  8/10
Webzines : (3)  7/10

plus d'infos sur
Haunter
Haunter
Death/Black Metal - 2013 - Etats-Unis
  

tracklist
01.   Dispossessed Phrenic Antiquity  (09:27)
02.   Spoils Vultured Upon Sole Deletion  (09:52)
03.   Abdication  (07:43)
04.   Subversion of a Heathen Tongue  (07:08)
05.   Sacramental Death Qualia  (12:02)

Essayez aussi
Belphegor
Belphegor
Necrodaemon Terrorsathan

2000 - Last Episode
  
Archgoat
Archgoat
The Apocalyptic Triumphator

2015 - Debemur Morti Productions
  
Mourning Beloveth / The Ruins Of Beverast
Mourning Beloveth / The Ruins Of Beverast
Don’t Walk on the Mass Graves (Split-CD)

2020 - Ván Records
  
Shabti
Shabti
Trembling And Shorn

2019 - Autoproduction
  
Esoctrilihum
Esoctrilihum
Eternity Of Shaog

2020 - I, Voidhanger Records
  

Smile
What a Wonderful World (EP)
Lire la chronique
Fange
Poigne (EP)
Lire la chronique
Electric Wizard
Let Us Prey
Lire la chronique
Crowbar
Odd Fellows Rest
Lire la chronique
Dawn of Nil
Culminating Ruins
Lire la chronique
Sombre Héritage
Alpha Ursae Minoris
Lire la chronique
Candiria
Surrealistic Madness
Lire la chronique
Devouring Void
Septic Fluid Dripping From ...
Lire la chronique
Vaal
Visioen Van Het Verborgen Land
Lire la chronique
Mourning Beloveth / The Ruins Of Beverast
Don’t Walk on the Mass Grav...
Lire la chronique
Lifeless Dark
Who Will Be The Victims? (D...
Lire la chronique
Bait
Revelation Of The Pure
Lire la chronique
Mora Prokaza
By Chance
Lire la chronique
Meurtrières
Meurtrières (EP)
Lire la chronique
Irae
Lurking in the Depths
Lire la chronique
Death Courier
Necrotic Verses
Lire la chronique
Bašmu
Enshrined In Eternity
Lire la chronique
Exocrine
Maelstrom
Lire la chronique
Cryptic Shift
Visitations from Enceladus
Lire la chronique
Bezwering
Aan De Wormen Overgeleverd
Lire la chronique
Odiosior
Odiosior (EP)
Lire la chronique
Non Serviam
Le Cœur Bat
Lire la chronique
Hum
Inlet
Lire la chronique
Nexion
Seven Oracles
Lire la chronique
Mosaic
Secret Ambrosian Fire
Lire la chronique
BLACK METAL qui parle de virus !
Lire le podcast
Gloom
Rider of the Last Light
Lire la chronique
Witchcraft
Legend
Lire la chronique
Front
Antichrist Militia (EP)
Lire la chronique
Pearl Jam
Binaural
Lire la chronique