chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
89 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Astriferous - Raise High The Scepter Of Indulgence

Chronique

Astriferous Raise High The Scepter Of Indulgence (Démo)
Pour la première fois sur Thrashocore nous allons parler aujourd'hui d’un groupe originaire du Costa Rica. Si Metal Archives compte tout de même 264 entrées pour ce petit pays coincé entre la mer des Caraïbes et l’océan Pacifique, Astriferous n’en demeure pas moins la première à trouver grâce aux yeux de votre webzine préféré (enfin on l’espère).
Fondé en 2018 à San José, Astriferous va se monter à l’initiative de quatre musiciens évoluant déjà dans d’autres formations telles que Deplorable et surtout Bloodsoaked Necrovoid dont on parlera prochainement. Après quelques mois passés dans l’ombre à composer, répéter et enregistrer ses premiers titres, le groupe sort en février 2019 sa toute première démo intitulée Raise High The Scepter Of Indulgence. Parue tout d’abord sous forme numérique et en autoproduction via Bandcamp, celle-ci sera rapidement éditée au format cassette par les labels Desert Wasteland Productions (Charnel Altar, Encoffinized, Boethiath...) et Me Saco Un Ojo (Undergang, Wormridden, Gorephilia...).

Au programme de cette dernière, quatre titres d’un Death Metal à l’ancienne introduit par quelques nappes de synthétiseur aux délicieuses sonorités eighties. Une entrée en matière délivrant une atmosphère pour le moins horrifique bien qu’un peu datée et qui naturellement en dit long sur les intentions d’Astriferous. En effet, ce dernier n’entend pas relever ce défi utopiste et surtout inutile qui consisterait à réinventer le Death Metal mais plutôt rendre tout simplement hommage à ses aînés en marchant avec humilité et déférence dans les pas de ces groupes qui pour la plupart ont ouvert la voie. Du coup, si tout au long de ces dix-huit minutes vous entendez un peu d’Incantation, un peu de Depravity, un peu d’Autopsy ou un peu de Demigod, n’y voyez pas là le fruit du hasard mais belle et bien la volonté d’un groupe misant toutes ses billes sur l’efficacité et l’amour du Death Metal, le vrai, celui qui pue, qui suinte et qui dégouline.
A l’aide d’une production dans son jus ou devrais-je plutôt dire parfaitement adaptée à la situation (des guitares avec du grain, beaucoup de grain, une batterie naturelle, presque dépouillée, un growl légèrement en retrait, une basse ultra saturée, etc), Astriferous va s’évertuer avec un brio à reprendre tous les poncifs du genre. Certes, on ne peut pas dire que le groupe fasse preuve de beaucoup d’originalité ni ne cherche à développer un semblant de personnalité à travers ses compositions mais comme souvent, ceci n’a pas vraiment d’importance ici.
Pour être certain du résultat lorsque l’on mise sur l’efficacité, il faut des riffs suffisamment solides pour espérer convaincre et offrir également une certaine dynamique. Pour le coup, les deux guitaristes derrière Astriferous s’en sortent très bien avec un mélange de riffs à trois notes aussi rudimentaires qu’efficaces (ces trémolos infernaux qui pullulent tout au long de ces dix-huit minutes, notamment sur les deux premiers morceaux "Mother Of Abominations" et "Negative Hesychasm") et de séquences de tricotages à faire sourciller les amateurs de Morbid Angel, Immolation, Blood Incantation et compagnie (les dernières parties un poil plus tarabiscotées et soutenues de "Negative Hesychasm" ou encore de l’excellent "Mind Bending Distortions"). S’ils sont à l’inverse à l’économie sur les passages plus insidieux et pesants, c’est bien évidemment pour mieux mettre en lumière l’atmosphère alors sensiblement plus suffocante qui en découle. On appréciera également cette brève introduction acoustique dispensée en préambule de "Mind Bending Distortions" qui permet de varier les sonorités sans néanmoins trahir l’ambiance générale. Dans tous les cas, le résultat est suffisamment satisfaisant pour que l’on puisse prendre du plaisir à chaque nouvelle écoute.
Côté cadence de feu, Astriferous ne démérite pas là non plus et à le bon goût de brasser large avec, comme chez Bloodsoaked Necrovoid, un intérêt certain pour les passages plombés et lourdingues (les premières secondes de "Mother Of Abominations" (enfin une fois passé cette fameuse introduction à base de synthé), "Negative Hesychasm" à 1:14, la première partie de "Veil Not Your Vices In Virtuous Words"). A l’inverse, lorsqu'il s’agit de cavaler (la plupart du temps, pour ceux qui s’en inquiéteraient), les Costaricains ne font pas semblant avec ce qu’il faut d’accélérations haletantes à base de tchouka-tchouka, semi-blasts et autres joyeusetés du même acabit exécutées tête dans le guidon.

De bonnes surprises en provenance du Costa Rica, on en a reçu bien peu depuis que le webzine existe. Celles-ci se comptent d’ailleurs sur les doigts d’une seule main en vingt ans de Thrashocore. Alors forcément il y a de quoi être enthousiaste lorsque l’on pose coup sur coup ses oreilles sur deux groupes qui valent le coup que l’on s’y intéresse. Si on reparlera de Bloodsoaked Necrovoid très prochainement, cette première démo d'Astriferous ne devrait pas manquer de susciter un brin de curiosité chez tous les amateurs de Death Metal à l’ancienne qui n’ont pas peur de ce qui transpire et suinte un peu.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

3 COMMENTAIRE(S)

AxGxB citer
AxGxB
02/02/2020 09:30
note: 4/5
N4pht4 a écrit : Mais pas mal du tout cette demo! Si on ajoute ça à sedimentum, ossuary et autophagy (tous chroniqué par toi il me semble d’ailleurs) 2019 aura été très riche en terme de découvertes prometteuses. Un petit détail général quand même m’ennuie : Pourquoi, systématiquement, les démos (et particulièrement de OSDM) doivent sortir sur K7 ? C’est pour la street cred? Pour faire vraiment trve ? Je comprends le rapport au passé qu’ils entretiennent, mais p***** y’a encore des gens qui sont équipés pour lire ce format chez eux?

Oui, c'est moi qui m'en suis occupé. Bah après, le format cassette c'est surement le moins cher à produire pour un petit label et plus "noble" qu'un vulgaire CD-R... Après, pour les démos les plus plébiscitées, les labels proposent souvent quelques mois plus tard des pressages CD ou LP. C'est le cas avec Ossuary. En tout cas, 2019 nous a bien gâté en matière de démo, c'est certain.
X-Death citer
X-Death
02/02/2020 09:27
note: 3.5/5
Oui bien sympa, Mind Binding Distorsions elle démonte.

Je ne comprend pas trop pourquoi Sedimentum et compagnie ne sont pas dans les découvertes de l'année du bilan d'ailleurs.

En tout cas ce groupe est à suivre, merci bien pour la découverte.

Les K7 ça fait chier.
N4pht4 citer
N4pht4
02/02/2020 09:17
note: 4/5
Mais pas mal du tout cette demo! Si on ajoute ça à sedimentum, ossuary et autophagy (tous chroniqué par toi il me semble d’ailleurs) 2019 aura été très riche en terme de découvertes prometteuses. Un petit détail général quand même m’ennuie : Pourquoi, systématiquement, les démos (et particulièrement de OSDM) doivent sortir sur K7 ? C’est pour la street cred? Pour faire vraiment trve ? Je comprends le rapport au passé qu’ils entretiennent, mais p***** y’a encore des gens qui sont équipés pour lire ce format chez eux?

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Astriferous
notes
Chroniqueur : 4/5
Lecteurs : (2)  3.75/5
Webzines :   -

plus d'infos sur
Astriferous
Astriferous
Death Metal - 2018 - Costa Rica
  

formats
  • Digital / 2019 - Autoproduction
  • K7 / 2019 - Desert Wastelands Productions

tracklist
01.   Mother Of Abominations  (04:39)
02.   Negative Hesychasm  (04:36)
03.   Mind Bending Distortions  (03:38)
04.   Veil Not Your Vices In Virtuous Words  (05:45)

Durée : 18:38

line up
parution
12 Février 2019

Essayez aussi
Venenum
Venenum
Trance Of Death

2017 - Sepulchral Voice Records
  
Unleashed
Unleashed
Sworn Allegiance

2004 - Century Media Records
  
Genital Grinder / Como Muertos
Genital Grinder / Como Muertos
Genital Grinder/Como Muertos (Split 12")

2012 - Apathia Records
  
Altars / Heaving Earth
Altars / Heaving Earth
Engulfed (Split-tape)

2012 - Nihilistic Holocaust
  
Heresic Synopsis
Heresic Synopsis
Je Suis D'ailleurs

2014 - Autoproduction
  

Laetitia in Holocaust
Fauci Tra Fauci
Lire la chronique
Winter Deluge
Degradation Renewal (EP)
Lire la chronique
Nekrovault
Totenzug : Festering Peregr...
Lire la chronique
Infestment
Human Altar (Démo)
Lire la chronique
Naglfar
Cerecloth
Lire la chronique
Asofy
Amusia
Lire la chronique
Helfró
Helfró
Lire la chronique
Infestment
Maggots In Your Brain (Démo)
Lire la chronique
Serment
Chante, O Flamme de la Libe...
Lire la chronique
Unearthly Trance
V
Lire la chronique
Kurnugia
Forlorn And Forsaken
Lire la chronique
Misanthrope
Lire l'interview
Iku-Turso
Pakana
Lire la chronique
Massacre
From Beyond
Lire la chronique
Bâ'a
Deus Qui Non Mentitur
Lire la chronique
Hellsodomy
Morbid Cult
Lire la chronique
No/Más
Last Laugh (EP)
Lire la chronique
Groupe Mystère
Album mystère
Lire la chronique
Esoctrilihum
Eternity Of Shaog
Lire la chronique
Amyl And The Sniffers
Big Attraction & Giddy Up (...
Lire la chronique
Sodomisery
The Great Demise
Lire la chronique
ACxDC
Satan Is King
Lire la chronique
Dynfari
Myrkurs Er þörf
Lire la chronique
Hyems
Anatomie des Scheiterns
Lire la chronique
Massacre
Back From Beyond
Lire la chronique
Abhorrence
Evoking The Abomination
Lire la chronique
Resent
Crosshairs
Lire la chronique
Old Corpse Road
On Ghastly Shores Lays the ...
Lire la chronique
Unholy
From the Shadows
Lire la chronique
Ahret Dev
Hellish
Lire la chronique