chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Verse - Aggression

Chronique

Verse Aggression
Généralement, les gens qui disent « ouais, je suis pas né à la bonne époque » et autres niaiseries du genre sont des réacs à veste à patchs qui se lamentent sur le fait que le heavy metal traditionnel ne soit plus à la mode en France, et que l’Europe du Nord c’est mieux, et que le Keep It True est devenu trop commercial… Je me suis souvent moqué d’eux, les toisant du haut d’une scène hardcore qui va toujours de l’avant tout en sachant garder un pied dans des traditions bien ancrées et respectées d’une bonne majorité. Et puis il y a quelques années, j’ai commencé à mettre le nez dans le hardcore mélodique des années 2000. Evidemment, je n’ai pas pu rater Bridge 9 Records, c’eut été une hérésie. Et parmi leur catalogue plus que fourni, la perle rare. Non, je ne veux pas mettre la lumière sur Have Heart ici, bien que ce soit un classique parmi les classiques, injustement absent de nos lignes. C’est bien de Verse dont il va être question aujourd’hui. Tout droit sorti de Providence, Rhode Island, le quintet a sorti trois albums et un EP sur leurs 8 années d’activité, bien qu’elles aient été entrecoupées d’un split de deux ans. Rien de très surprenant dans une scène caractérisée par cette philosophie « better burn out than fade away ». Bref, tout ça pour dire que le jour où j’ai écouté cette galette pour la première fois, moi aussi je suis devenu un réac.

« Aggression » est donc le deuxième album de Verse, sorti quelques mois avant que le groupe perde son étiquette « straight edge », ce qui aura accéléré sa (première) chute. C’est donc un album qu’il faut aborder dans son contexte. Un contexte de tournées intenses, éreintantes, certainement vectrices de doutes et de remises en question. Ce bouillon d’émotions sera le terreau pour un album caractérisé par une approche écorchée du hardcore. Cela va sans dire qu’on pensera à Have Heart et Champion à l’écoute de ce second album. Pour autant, autre chose s’en dégage. La rage est tantôt contenue, tantôt elle jaillit. Attention, l’explosion n’est pas volontaire, elle n’est pas contrôlée, mesurée, millimétrée. Elle a été trop longtemps contenue et sort dans un déchaînement de coups lancés au hasard et de pleurs colériques. Elle est la résultante d’un trop-plein, d’un amoncellement de questionnements internes (« Suffering To Live, Scared of Love ») et de cruauté sociale (« Sons and Daughters »). Verse n’oublie pas pour autant de regarder plus haut que ses problèmes et nous gratifie d’envolées mélodiques planantes qui redonnent espoir (« The New Fury »). A ce stade de la chronique, ne pas avoir cité le triptyque « Story of a Free Man » relève de l’hérésie. Disons que je me suis gardé ce monument pour conclure ce paragraphe tant ces morceaux sont ambitieux et représentatifs de ce que Verse est capable de proposer à son apogée. L’histoire poignante d’un homme qui touche le fond et qui se relève du pire sur fond de mid-tempos contemplatifs, de crescendos tels des hommages à ce que le hardcore a de plus emo jusqu’au final épique, grandiose, chargé. « He walked away a new man. This is the story of a free man ».

J’ai pour habitude d’atténuer mes éloges du premier paragraphe dans un second paragraphe où je liste les points que j’ai trouvés plus discutables voire carrément dérangeants dans un album. Ici, l’exercice devient particulièrement périlleux voire forcé. La seul reproche que je pourrais faire à Verse serait les quelques passages lents, limites post, en fin d’album qui ressemblent parfois à des outros et qui peuvent surprendre. On ne va pas se mentir, j’ai longtemps gratté pour venir trouver ce défaut-là. C’était vraiment question d’en trouver un. Et si je veux vraiment insister, appeler « Aggression » un album chargé d’émotions aussi complexes et subtiles est réducteur. Voilà. Trop humbles messieurs !

Cet album est à ranger entre Promise Kept de Champion et Songs to Scream at the Sun de Have Heart. Si un Comeback Kid traîne dans le coin, vous pouvez lui accorder une petite place aussi. Par contre, si vous avez une étagère réservée aux classiques, aux pépites, à ces albums qui vous marquent à jamais et que vous pourriez écouter en toutes circonstances, alors il y a peut-être plus sa place.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

5 COMMENTAIRE(S)

RelapsoBananas citer
RelapsoBananas
29/05/2020 23:32
note: 10/10
choochoo a écrit : Très surpris de lire cette chronique

"La seul reproche que je pourrais faire à Verse serait les quelques passages lents, limites post, en fin d’album qui ressemblent parfois à des outros et qui peuvent surprendre."

Je trouve au contraire que ces passages apportent du relief dans le maelstrom des émotions brutes. Ils sont sporadiques, légers et dosés avec intelligence. cela contribue à accentuer l'aspect "épique" de la narration... et celle-ci se révèle très authentique... il me plait à penser que c'est cette quête qui a cramé le groupe...

Bref, une demi-heure de furie et de sensibilité dans laquelle je me replonge très régulièrement et la note reste très légitime.

Merci pour cette mise en lumière pour un album à mon sens référentiel.


Merci pour ton commentaire (que je ne lis que maintenant). Je pense en fait que le seul "reproche" ici est que j'ai parfois eu une impression de fin d'album, de conclusion alors que ça repartait derrière et que je trouve que la charge émotionnelle s'en retrouvait amoindrie. De toute façon, c'est une perception personnelle ! Ravi de voir qu'on partage le même avis sur tout le reste.
choochoo citer
choochoo
18/04/2020 22:37
note: 10/10
Très surpris de lire cette chronique

"La seul reproche que je pourrais faire à Verse serait les quelques passages lents, limites post, en fin d’album qui ressemblent parfois à des outros et qui peuvent surprendre."

Je trouve au contraire que ces passages apportent du relief dans le maelstrom des émotions brutes. Ils sont sporadiques, légers et dosés avec intelligence. cela contribue à accentuer l'aspect "épique" de la narration... et celle-ci se révèle très authentique... il me plait à penser que c'est cette quête qui a cramé le groupe...

Bref, une demi-heure de furie et de sensibilité dans laquelle je me replonge très régulièrement et la note reste très légitime.

Merci pour cette mise en lumière pour un album à mon sens référentiel.
korbendallas citer
korbendallas
05/12/2019 12:51
Énorme album ! Mélodique, rapide, rempli d'émotion (la voix de Sean Murphy n'y est pas pour rien). La suite n'est pas du même acabit malheureusement.
L’ayant découvert sur le tard, i faut que j’approfondisse leurs débuts.
Il y avait vraiment du lourd chez Rivalry, entre eux et les Betrayed, The First Step, Allegiance ...
RelapsoBananas citer
RelapsoBananas
05/12/2019 08:48
note: 10/10
C'était peut-être pas nécessaire de me faire jalouser plus ! Verse en live, le rêve Sourire
AxGxB citer
AxGxB
05/12/2019 00:30
Ca fait longtemps que je n'ai pas écouté cet album mais j'en garde un excellent souvenir. Tout comme leur set au Ieper Fest en 2005. Tu m'as donné envie de le ressortir Clin d'oeil

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Verse
Hardcore Straight Edge
2008 - Bridge Nine Records
notes
Chroniqueur : 10/10
Lecteurs : (1)  10/10
Webzines : (4)  8.5/10

plus d'infos sur
Verse
Verse
Hardcore Straight Edge - 1988 † 2013 - Etats-Unis
  

tracklist
01.   The New Fury  (02:46)
02.   Old Guards, New Methods  (02:31)
03.   Suffering To Live, Scared Of Love  (02:34)
04.   Signals  (01:22)
05.   Scream  (02:11)
06.   Story Of A Free Man - Chapter One: The End Of Innocence  (02:31)
07.   Story Of A Free Man - Chapter Two: The Cold Return  (01:57)
08.   Story Of A Free Man - Chapter Three: Serenity  (01:53)
09.   Blind Salvation  (00:41)
10.   Unlearn  (02:41)
11.   Earth And Stone  (03:18)
12.   Sons And Daughters  (04:08)

Durée : 28.38 min.

line up
parution
10 Juin 2008

Essayez aussi
Year of the Knife
Year of the Knife
Ultimate Aggression

2019 - Pure Noise Records
  
Kindred / Culture
Kindred / Culture
Split CD (Split-CD)

1997 - Goodlife Recordings
  

Mora Prokaza
By Chance
Lire la chronique
Meurtrières
Meurtrières (EP)
Lire la chronique
Irae
Lurking in the Depths
Lire la chronique
Death Courier
Necrotic Verses
Lire la chronique
Bašmu
Enshrined In Eternity
Lire la chronique
Exocrine
Maelstrom
Lire la chronique
Cryptic Shift
Visitations from Enceladus
Lire la chronique
Bezwering
Aan De Wormen Overgeleverd
Lire la chronique
Odiosior
Odiosior (EP)
Lire la chronique
Non Serviam
Le Cœur Bat
Lire la chronique
Hum
Inlet
Lire la chronique
Nexion
Seven Oracles
Lire la chronique
Mosaic
Secret Ambrosian Fire
Lire la chronique
BLACK METAL qui parle de virus !
Lire le podcast
Gloom
Rider of the Last Light
Lire la chronique
Witchcraft
Legend
Lire la chronique
Front
Antichrist Militia (EP)
Lire la chronique
Pearl Jam
Binaural
Lire la chronique
Buköwski
Grind on the Rocks
Lire la chronique
Le sondage des années 2010
Votre top 10 ! Difficile he...
Voir le sondage
Vspolokh
Помре
Lire la chronique
Zemial
Nykta
Lire la chronique
Meth Leppard
Woke
Lire la chronique
Runemagick / Chthonic Deity
Chthonicmagick (Split 12")
Lire la chronique
Azziard
Liber Secondus - Exégèse
Lire la chronique
Cathedral
The Last Spire
Lire la chronique
Carach Angren
Franckensteina Strataemontanus
Lire la chronique
Xibalba
Años en Infierno
Lire la chronique
Brutal Avengers
Chapter II - Mission to Ext...
Lire la chronique
PPCM #35 - Cherchons du STONER DEATH METAL !
Lire le podcast