chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
152 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Dreamlord - Disciples of War

Chronique

Dreamlord Disciples of War
Dreamlord est un de ces groupes que l'on peut qualifier de "persévérant" : formé en 1995, il végète dans la scène locale pendant cinq ans avant de faire une pause pendant deux ans pour cause de service militaire. De retour en 2003, il effectue plusieurs concerts à droite à gauche et change souvent son line-up avant d'aboutir à une première démo en 2007 qu'il distribue lors de ses lives avant de se mettre à plancher sur un premier album dont la sortie est prévue pour le 20 Décembre prochain, soit presque vingt-cinq ans après sa formation. Et alors, que nous propose-t-il ? Du thrash qui se veut oldschool, un peu à la manière de ces groupes de heavy revival. Les influences, ici, ne sont pas Iron Maiden ou Judas Priest mais plutôt Testament, Megadeth ou, surtout, Sacred Reich. Dreamlord nous propose donc du thrash plutôt pépère, appuyé par une production très lisse, qui se conforte dans ses codes établis et répétés depuis toujours mais qui n'empêchent pas de passer malgré tout un bon moment.

Si cette brève présentation n'est guère alléchante, il s'avère que musicalement, le groupe propose quelque chose de plus pugnace et de plus convaincant que ce que fait aujourd'hui Sacred Reich, groupe dont Dreamlord transpire par tous les pores, à commencer par la voix du frontman Babis Paleogeorgos qui rappelle terriblement celle de Phil Rind mais qui n'échoue pas dans sa parodie puisqu'elle reste malgré tout elle aussi efficace et convaincante. Ici, il n'est pas question de retenir une quelconque mélodie ou passage marquant - on n'est pas chez Forbidden - mais plus de voir ce que la voix peut apporter au reste de la composition. Et globalement, c'est assez satisfaisant, le chant apportant une petite touche dynamique et agressive que n'ont pas les compositions instrumentales, empêchées par le mix. Ainsi, parmi les meilleurs morceaux, on comptera la piste d'ouverture "Out for Blood", du thrash absolument classique mais qui est assez efficace et qui montre bien l'apport de la voix, "Aggressive Denial" ou "Blinded Eyes", soit les morceaux les plus frontaux de ce Disciples of War. Il s'agit pour tous les trois de thrash metal de bonne facture et plutôt facile à faire mais qui sait satisfaire quand on est fan du genre comme moi.

La particularité de ce groupe, c'est qu'il a tendance à beaucoup tempérer : l'album contient beaucoup de morceaux mid-tempos qui se rapprochent plus du heavy metal - voire qui le sont complètement pour certains, à l'image du riffing et de la lenteur assumée de "Act of God" et de "The 11th Hour" ainsi que du solo hardrock de "Outcast", des mélodies façon heavy revival de "Uncompromised" et du riff d'intro tranquille de "Out for Blood". Malheureusement, ces nuances sont bien maigres et n'arrivent pas à rendre ce disque vraiment convaicant. Si j'ai apprécié Disciples of War dans l'ensemble, il ne restera pas non plus longtemps dans ma mémoire tant il peut y avoir des répétitions ou des longueurs. Les bonnes idées qui n'aboutissent pas sont trop nombreuses, ce qui peut parfois trahir un certain manque d'inspiration, à l'image des mélodies dans "Infratricide" qui sont correctes mais qui ne vont pas bien loin. Parfois, ce sont des morceaux entiers qui ne marchent pas : on pensera alors à "Humanity Enslaved" qui tente d'inclure quelques éléments groovy comme a pu le faire Sacred Reich sur ses sorties postérieures à Surf Nicaragua mais qui s'effondre assez platement bien vite. Même dans les morceaux plus offensifs, comme "Blinded Eyes" ou "Disciples of War", rien ne semble vraiment se détacher, comme si le groupe enclenchait le mode automatique de la composition thrash metal. Certes, il tente quelques choses, avec une instrumental assez intéressante ("Act of God"), quelques mélodies heavy et un solo de basse ici et là, mais au final, tout finit par peser et on est presque content que le disque se termine.

Cet album n'est pas mauvais; il est même plutôt correct, pour du thrash metal qui se réclame de la Bay Area, et il propose un contenu honnête pour un premier essai. Malheureusement, après vingt-cinq ans de carrière, on est en droit de s'attendre à quelque chose de moins maigre et de plus convaincant car ce ne sont clairement pas les bons morceaux comme "Out for Blood" qui vont satisfaire mon appétit. Il serait plutôt de bon ton, maintenant, pour Dreamlord, de tenter de s'émanciper de ses influences - sans les renier ! - et de chercher un style de jeu particulier qui pourrait le démarquer des autres, chose que l'on verra si le groupe se décide à sortir un second album dans le futur.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Dreamlord
Heavy / Thrash Metal
2019 - No Remorse Records
notes
Chroniqueur : 7/10
Lecteurs :   -
Webzines : (3)  6.94/10

plus d'infos sur
Dreamlord
Dreamlord
Heavy / Thrash Metal - 1995 - Grèce
  

écoutez
tracklist
01.   Out for Blood  (04:44)
02.   Disciples of War  (04:43)
03.   The 11th Hour  (05:00)
04.   Humanity Enslaved  (04:35)
05.   Aggressive Denial  (04:44)
06.   Infratricide  (05:00)
07.   Blinded Eyes  (04:26)
08.   Act of God  (06:26)
09.   Outcast  (05:12)
10.   Uncompromised  (06:00)

Durée : 50:50

line up
parution
20 Décembre 2019

Essayez aussi
Heretic
Heretic
From The Vault... Tortured And Broken (Compil.)

2013 - Metal Blade Records
  
Megadeth
Megadeth
Youthanasia

1994 - Capitol Records
  
Annihilator
Annihilator
Never, Neverland

1990 - Roadrunner Records
  
Megadeth
Megadeth
Th1rt3en

2011 - Roadrunner Records
  
Year Of Desolation
Year Of Desolation
Year Of Desolation

2007 - Prosthetic Records
  

Weakling
Dead as Dreams
Lire la chronique
Abigail Williams
Walk Beyond the Dark
Lire la chronique
Harm's Way
Posthuman
Lire la chronique
Sacrifizer
La Mort Triomphante (EP)
Lire la chronique
Impiety
Versus All Gods
Lire la chronique
Cult of Luna
A Dawn to Fear
Lire la chronique
Forlorn Citadel
Ashen Dirge of Kingslain
Lire la chronique
Moonreich
Wormgod (EP)
Lire la chronique
Municipal Waste
The Last Rager (EP)
Lire la chronique
Necrolatry
Dead And Buried (Démo)
Lire la chronique
Haunter
Sacramental Death Qualia
Lire la chronique
Shrine of Insanabilis
Vast Vortex Litanies
Lire la chronique
Finsterforst
Zerfall
Lire la chronique
Amyl And The Sniffers
Amyl And The Sniffers
Lire la chronique
SETH pour la sortie du live "Les Blessures De l'Âme : XX Ans De Blasphème"
Lire l'interview
Atriarch
Forever The End
Lire la chronique
Kawir
Adrasteia
Lire la chronique
Meth Drinker
Discography (Compil.)
Lire la chronique
PPCM #29 - Ces groupes "similaires à" que je préfère aux originaux
Lire le podcast
Dreadful Fate
Bringer Of Damnation (EP)
Lire la chronique
Vardan
The Wish of Weeping
Lire la chronique
Infernal Conjuration
Infernale Metallum Mortis
Lire la chronique
Nile
Vile Nilotic Rites
Lire la chronique
Reign in Blood
Missa pro Defunctis
Lire la chronique
Deathawaits
Rapture Smites
Lire la chronique
Hulder
Embraced By Darkness Mysts ...
Lire la chronique
Obsequiae
The Palms of Sorrowed Kings
Lire la chronique
Aggravator
Aggravator (EP)
Lire la chronique
Nightfell
A Sanity Deranged
Lire la chronique
Enokhian
Perseverare Diabolicum (EP)
Lire la chronique