chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
156 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Caustic Vomit - Festering Odes to Deformity

Chronique

Caustic Vomit Festering Odes to Deformity (Démo)
Je m’aperçois que plus le temps passe – et j’avance cette idée depuis au moins 10 ans… - plus je m’oriente, comme d’autres camarades, vers les très bas-fonds pour trouver des sons de qualité, moins formatés, moins photocopiés que l’immense flot de groupes reproduisant telle ou telle star de la scène. L’assertion est valable aussi bien dans le black que dans le death, un peu moins dans le doom.

C’est par ce cheminement que je suis parvenu à Caustic Vomit et à sa première demo, Festering Odes to Deformity qui, de mon humble point de vue, avait bien des choses pour écraser pas mal de groupes nettement plus cotés en doom/death... mais ne l’a pas fait ! Trois titres, trente minutes, dans un joli parallélisme des formes. Mais beaucoup de ratés.

Le groupe russe a, dans son bagage, de quoi ravir l’amateur de death gras et lourd. Ce son écrasant, caverneux, mais suffisamment clair pour qu’il soit donné à entendre tous les instruments. Ce son qui pouvait porter le groupe si ce n’est que le mastering comme le mix sentent bon le DIY et que, de fait, tantôt les grattes sont très mises en avant, tantôt c’est la batterie et presque toujours… la voix d’ours broie tout le reste ! C’est patent sur l’enchaînement intro / premier morceau (Immured in Devouring Rot), où son intervention vient littéralement écraser toute la structure, en noyant le reste de l’instrumentation. Sous certains aspects, ce chant se rapproche de certains régurgitements propres au grind, qui colle parfois mal avec la structure.

L’autre difficulté tient dans la cohérence de la demo. Sur Immured in Devouring Rot, le pont central est découpé par un solo qui tombe comme un cheveu sur la soupe et une accélération dingue qui brise la dynamique, mais sans apporter de relief ou d’intérêt spécifique pour le titre. Il en va de même dans le second morceau, pour les mêmes conséquences. Par ailleurs, c’est au sein même de la demo elle-même que l’incohérence prend corps puisque l’enchaînement entre les titres jure. Ainsi, le second titre, Churning Bowel Tunnels tranche par ses atours beaucoup plus festifs ! Alors que le premier titre te happe dans les profondeurs, le second convoque davantage l’esprit de la fête. Son départ est étrange, presque thrash déconne, limite sautillant, alors que la suite s’engage de nouveau dans les profondeurs. L’auditeur a du mal à suivre, c’est le moins que l’on puisse dire, d’autant que la voix reste uniformément caverneuse, y compris sur les passages les plus aérés.

Once Coffined Malformities ferme la demo sur une note un peu entre les deux, soit un doom assez lourd mais non exempt là encore de passages plus aérés où la voix, de nouveau, écrase tout sur son passage.

Caustic Vomit a des ingrédients qui doivent lui permettre de mieux faire à la condition de corriger un certain nombre de défauts encombrants. La voix est ce qu’elle est ; pour ma part, elle peut s’avérer pertinente mais à la condition d’opter plus radicalement pour une musique encore plus… radicale. Si l’on souhaite s’inscrire dans les traces des Thergothon et autres Winter, il faut en assumer toute l’ambition stylistique. De même, l’existence de ponts perclus de solis n’est pas, dans ce style, une bonne idée. Là encore, il me semble que le groupe gagnerait à radicaliser sa démarche et à purger sa musique de tout élément… agréable !

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

1 COMMENTAIRE(S)

Sim citer
Sim
15/12/2019 01:00
note: 3.5/5
C'est sympa mais sans plus pour l'instant. Il y a Gosudar en Russie également. C'est plus classique et moins doomy donc ça peut te plaire !

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Caustic Vomit
Doom/death
2018 - Indépendant
notes
Chroniqueur : 3/5
Lecteurs : (1)  3.5/5
Webzines :   -

plus d'infos sur
Caustic Vomit
Caustic Vomit
Doom/death - Russie
  

tracklist
01.   Intro / Immured in Devouring Rot
02.   Churning Bowel Tunnels
03.   Once Coffined Malformities

Durée : 30:29

parution
30 Décembre 2018

Essayez plutôt
Acid Witch
Acid Witch
Evil Sound Screamers

2017 - Hells Headbangers Records
  
Anatomia
Anatomia
Cranial Obsession

2017 - Nuclear War Now! Productions
  
October Tide
October Tide
Tunnel Of No Light

2013 - Pulverised Records
  
Evoken
Evoken
Antithesis of Light

2005 - Avantgarde Music
  
Mar de Grises
Mar de Grises
Draining The Waterheart

2008 - Firebox Records
  

Weakling
Dead as Dreams
Lire la chronique
Abigail Williams
Walk Beyond the Dark
Lire la chronique
Harm's Way
Posthuman
Lire la chronique
Sacrifizer
La Mort Triomphante (EP)
Lire la chronique
Impiety
Versus All Gods
Lire la chronique
Cult of Luna
A Dawn to Fear
Lire la chronique
Forlorn Citadel
Ashen Dirge of Kingslain
Lire la chronique
Moonreich
Wormgod (EP)
Lire la chronique
Municipal Waste
The Last Rager (EP)
Lire la chronique
Necrolatry
Dead And Buried (Démo)
Lire la chronique
Haunter
Sacramental Death Qualia
Lire la chronique
Shrine of Insanabilis
Vast Vortex Litanies
Lire la chronique
Finsterforst
Zerfall
Lire la chronique
Amyl And The Sniffers
Amyl And The Sniffers
Lire la chronique
SETH pour la sortie du live "Les Blessures De l'Âme : XX Ans De Blasphème"
Lire l'interview
Atriarch
Forever The End
Lire la chronique
Kawir
Adrasteia
Lire la chronique
Meth Drinker
Discography (Compil.)
Lire la chronique
PPCM #29 - Ces groupes "similaires à" que je préfère aux originaux
Lire le podcast
Dreadful Fate
Bringer Of Damnation (EP)
Lire la chronique
Vardan
The Wish of Weeping
Lire la chronique
Infernal Conjuration
Infernale Metallum Mortis
Lire la chronique
Nile
Vile Nilotic Rites
Lire la chronique
Reign in Blood
Missa pro Defunctis
Lire la chronique
Deathawaits
Rapture Smites
Lire la chronique
Hulder
Embraced By Darkness Mysts ...
Lire la chronique
Obsequiae
The Palms of Sorrowed Kings
Lire la chronique
Aggravator
Aggravator (EP)
Lire la chronique
Nightfell
A Sanity Deranged
Lire la chronique
Enokhian
Perseverare Diabolicum (EP)
Lire la chronique