chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
155 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Ofdrykkja - Gryningsvisor

Chronique

Ofdrykkja Gryningsvisor
Quelle misère… Avec le premier album, j’y croyais. Avec le deuxième un peu moins, mais là, le troisième m’a désespéré… Pfffff, quel ennui, quel gâchis… Où est passé le « dépressif urbain » que j’avais envie de comparer à LIFELOVER en 2014 ? Il n’en reste plus grand-chose. OFDRYKKJA, qui signifie « ivresse » en islandais, est bien loin de faire tourner la tête. En quelques années, ses membres se sont assagis et sont même devenus bien soporifiques...

Le visuel aurait pu mettre la puce à l’oreille remarquez. Passer d’une pochette torturée avec des illustrations choc à une forêt aux ambiances fantastiques et au centre un putain de cygne, on devrait se douter que la musique ne va pas être aussi sombre qu’auparavant. Et donc oui, c’est la majeure partie du temps très mou, à cause d’une trop grosse tendance à placer du folk pur... Guitare acoustique sur des airs introspectifs. Guitare acoustique sur un nuage de mélancolie. Guitare acoustique tristoune. Et avec de longs passages sans vocaux... Quand il y en a, soit ils sont interprêté par la voix claire de monsieur, soit par la voix lancinante de madame... C’est joli, mais répétitif, et particulièrement lassant. Les 4 premiers morceaux sont tous dans ce style, et il faut avoir du courage pour poursuivre, ou bien vraiment savoir qu’on allait se caliner les oreilles de Tagada bien sucrés... Arrive alors « Wither », qui serait passé inaperçu ailleurs, mais qui vient nous tirer de la somnolance hypnotique dans laquelle nous étions plongée. Le morceau est toujours aussi calme et reposant que les précédents, mais il offre des vocaux plus arrachés, plus intéressants, et posés sur une musique ambiant assez féérique. Il est suivi d’une piste à l’ambiance assez médiévale, balade auprès du lac des songes en compagnie de Dame Chansonnette. C’est mignon...

Finalement, tout est bien doux, et peut bien évidemment séduire les oreilles de celui qui veut se reposer, se baigner dans un bain de fleurs naturelles. Mais ce n’est pas ce que OFDRYKKJA peut proposer de mieux. Il donne carrément l’impression qu’un des membres a imposé sa compagne, cette Miranda Samuelsson qui chante beaucoup sur l’album, au détriment de l’identité du groupe. Cet album est donc à classer dans le rayon « sérénité et lumière », plutôt que dans « Dépressif torturé ». Pas pour moi donc...

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

1 COMMENTAIRE(S)

Oxcidium citer
Oxcidium
15/12/2019 14:32
note: 8/10
J'ai découvert ce groupe avec cette album. Très grand fan de DSBM, je me suis laissé prendre par ces ambiances très douce et folk qui peut se dégager de l'album. Et sur moi cela a marcher.
Ce petit côté dépressif qu'on peut sentir m'a plu.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Ofdrykkja
Folk avec une misérable pointe de black
2019 - Art Of Propaganda
notes
Chroniqueur : 4.5/10
Lecteurs : (1)  8/10
Webzines : (6)  7.99/10

plus d'infos sur
Ofdrykkja
Ofdrykkja
Folk avec une misérable pointe de black - 2012 - Suède
  

vidéos
Wither
Wither
Ofdrykkja

Extrait de "Gryningsvisor"
  

tracklist
01.   Skymningsvisa
02.   The Swan
03.   Swallowed by the Night
04.   Ensam
05.   Wither
06.   In i natten
07.   As the Northern Wind Cries
08.   Herr Mannelig
09.   Våra minnens klagosång
10.   Köldvisa
11.   Grey
12.   Gryningsvisa

Durée : 61:18

line up
  • Pessimisten / Chant, Cor
  • Ahlström / Guitare, Chant, Basse, Électronique, Violon, Lyre
  • Drabbad / Guitare, Chant, Basse, Batterie, Électronique

parution
29 Novembre 2019

voir aussi
Ofdrykkja
Ofdrykkja
A Life Worth Losing

2014 - Avantgarde Music
  

Weakling
Dead as Dreams
Lire la chronique
Abigail Williams
Walk Beyond the Dark
Lire la chronique
Harm's Way
Posthuman
Lire la chronique
Sacrifizer
La Mort Triomphante (EP)
Lire la chronique
Impiety
Versus All Gods
Lire la chronique
Cult of Luna
A Dawn to Fear
Lire la chronique
Forlorn Citadel
Ashen Dirge of Kingslain
Lire la chronique
Moonreich
Wormgod (EP)
Lire la chronique
Municipal Waste
The Last Rager (EP)
Lire la chronique
Necrolatry
Dead And Buried (Démo)
Lire la chronique
Haunter
Sacramental Death Qualia
Lire la chronique
Shrine of Insanabilis
Vast Vortex Litanies
Lire la chronique
Finsterforst
Zerfall
Lire la chronique
Amyl And The Sniffers
Amyl And The Sniffers
Lire la chronique
SETH pour la sortie du live "Les Blessures De l'Âme : XX Ans De Blasphème"
Lire l'interview
Atriarch
Forever The End
Lire la chronique
Kawir
Adrasteia
Lire la chronique
Meth Drinker
Discography (Compil.)
Lire la chronique
PPCM #29 - Ces groupes "similaires à" que je préfère aux originaux
Lire le podcast
Dreadful Fate
Bringer Of Damnation (EP)
Lire la chronique
Vardan
The Wish of Weeping
Lire la chronique
Infernal Conjuration
Infernale Metallum Mortis
Lire la chronique
Nile
Vile Nilotic Rites
Lire la chronique
Reign in Blood
Missa pro Defunctis
Lire la chronique
Deathawaits
Rapture Smites
Lire la chronique
Hulder
Embraced By Darkness Mysts ...
Lire la chronique
Obsequiae
The Palms of Sorrowed Kings
Lire la chronique
Aggravator
Aggravator (EP)
Lire la chronique
Nightfell
A Sanity Deranged
Lire la chronique
Enokhian
Perseverare Diabolicum (EP)
Lire la chronique