chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
174 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Liturgy - H.A.Q.Q.

Chronique

Liturgy H.A.Q.Q.
Avant H.A.Q.Q., chaque album de Liturgy ressemblait à un miracle. En effet, chacune des œuvres du groupe mené par l’inénarrable Hunter Hunt-Hendrix avait, dès la première écoute, ce côté époustouflant, unique, qui aveuglait de sa superbe lumière en s’appropriant des éléments normalement situés du côté de la noirceur. Réussissant constamment à prendre une base black metal pour porter une musique mystique et abrasive empreinte de religiosité vécue à travers le cœur, les Ricains m’impressionnaient d’entrée dès les premières lancées, où il était alors impossible pour moi de discerner les qualités et les défauts, les hauteurs et les baisses. Acculé, emporté, je devais prendre le temps d’assimiler pour déconstruire, une fois que je m’étais habitué à la nouvelle direction que prenait la formation, celle-ci se renouvelant sans cesse.

H.A.Q.Q. peut se voir comme étant également miraculeux. Après un The Ark Work posant, à sa façon, un point final à l’évolution de la formation, il paraît inattendu de voir sortir un nouveau disque de la part de Liturgy, d’autant plus après le départ du batteur Greg Fox – qui portait à lui seul une grande part du son particulier de la bande – ainsi que celui du bassiste Tyler Dusenbury, remplacés respectivement par Leo Didkovsky et Tia Vincent-Clark. Ce quatrième longue-durée tient en cela de l’inespéré. Pourtant, lors des premières écoutes, ce n’était pas cette sensation extraordinaire que j’ai rencontré, mais une impression étrange, celle d’entendre une musique revenant en arrière après avoir dépassé les frontières, recherchant son pouls – Leo se débrouille comme un chef à la batterie, il n’en reste pas moins que son jeu n’a ni la précision, ni l’intensité punk de celui de Greg Fox – après avoir vécu un peu trop fort.

Oui, H.A.Q.Q. revient en surface à quelque chose de plus accessible, metal, se rapprochant d’autres œuvres avant-gardistes habitant le genre qu’on affectionne. De quoi se dire, à chaud, que Liturgy perd ici en spécificité, valorisant les mélodies black metal portées par une production cristalline, quelque part entre Renihilation (ces grognements hystériques) et Aesthethica (ces riffs épiques qui étalent leurs aventures). Par exemple, des titres comme « Virginity » ou « God of Love » n’auraient pas dépareillé sur l’essai de 2011. C’est donc en pleine « vallée dérangeante » que j’ai en premier lieu erré dans ces nouvelles quarante-cinq minutes, pris entre émotions connues et confort un peu trop important, espoir d’être une nouvelle fois ébahis et surprise de me sentir aussi à l’aise dans des compositions s’écoutant sans y prêter d’attention particulière. L’illusion d’être avec une version de Liturgy « light », toujours comme « Lumière » mais aussi comme « Léger », voire « Facile ».

Et malgré tout, H.A.Q.Q. donne envie de sortir des gros mots de chroniqueur peu regardant sur les effets d’annonce. Il finit, après une multitude d’écoutes et de tergiversations, par s’imposer comme une nouvelle preuve de la radicalité de Liturgy, que ce soit dans ses compositions ou ses ambiances, ainsi qu’une nouvelle occasion d’admirer la ténacité de Triple H qui, en dépit d’une haine envers lui, continue à rester intègre à l’art qu’il développe depuis les débuts du groupe. Je me retrouve sur mes genoux une nouvelle fois donc, mais pas pour les mêmes raisons qu’auparavant : plutôt que d’emmener ailleurs, on voyage ici dans une totalité naissant des expériences antérieures, comme le résultat d’années à parcourir les diverses étendues ayant constitué la discographie des Ricains. En cela, H.A.Q.Q. est un album-somme, contenant, reliant entre elles, les expérimentations faites avant lui, cela dans l’unique but de transmettre une nouvelle fois cette extase qui, toujours, habite ses créateurs.

Compréhensible donc qu’il n’y a aucune stupéfaction, aucun temps d’adaptation lors de sa rencontre. Que ce soit durant les « Exaco » et leurs influences provenant des musiques concrètes et minimalistes, les passages glitchés du morceau-titre, ou encore la dronisante conclusion « . . . . », tout est construit pour que l’on rentre ici comme dans un bain chaud, familier parmi les familiers. Sans esbroufe, sans besoin de se mettre en marche vers l’inconnu, Liturgy modèle ici ce qu’il a fait sien de la plus belle façon possible, mettant en première la majesté de ses mélodies avant le reste. Un coup de cœur qui se fait progressivement, mais finissant par rejoindre ceux déjà créés par la bande, où sa personnalité s’affiche sûre d’elle-même et constamment cohérente, l’oreille ne lâchant à aucun moment trois quart d’heure durant. Cependant, H.A.Q.Q. n’est pas simplement un décalque ingénieux. Il a ses subtilités propres, comme ce jeu à la batterie plus massif et imposant ou encore les nombreux entremêlements des guitares et instruments à cordes entre eux. Il assoit l’extraterrestre qu’est le projet comme maître, au point de voir les différents avis à son sujet changer, se centrant davantage sur sa qualité que sur d’autres débats moins intéressants généralement attachés à sa tête pensante.

Moins audacieux, plus consensuel, mais aussi plus focalisé et moins dispersé, H.A.Q.Q. a des allures de synthèse éclatante demandant à l’amateur de longue date d’oublier certaines attentes construites avec les précédents albums pour profiter pleinement de sa beauté. Bien sûr, tout n’est pas parfait ici, un morceau comme « Pasaqalia » n’ayant pas exactement la même splendeur que d’autres, tel que « God of Love » (qui est peut-être bien ce que la formation a sorti de plus typique et haut). Il n’empêche que si H.A.Q.Q. aura finalement le destin d’être le dernier miracle de Liturgy, il pourra endosser ce rôle sans soucis. Car que sortir après ça ?

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Liturgy
Pure Transcendental Black Metal
2019 - Autoproduction
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs :   -
Webzines : (1)  9.5/10

plus d'infos sur
Liturgy
Liturgy
Pure Transcendental Black Metal - 2005 - Etats-Unis
  

tracklist
01.   HAJJ  (08:30)
02.   Exaco I  (02:19)
03.   Virginity  (03:58)
04.   Pasaqalia  (05:18)
05.   Exaco II  (02:16)
06.   God of Love  (08:05)
07.   Exaco III  (04:00)
08.   HAQQ  (07:03)
09.   . . . .  (03:42)

Durée : 45 minutes 11 secondes

line up
parution
12 Novembre 2019

voir aussi
Liturgy
Liturgy
Aesthethica

2011 - Thrill Jockey Records
  
Liturgy
Liturgy
The Ark Work

2015 - Thrill Jockey Records
  
Liturgy
Liturgy
Renihilation

2009 - 20 Buck Spin Records
  

Dread Sovereign + Saturnalia Temple + Wolvennest
Lire le live report
Skelethal
Antropomorphia (Démo)
Lire la chronique
Bovary
Sur ce mur trop souillé (Dé...
Lire la chronique
Feastem
Graveyard Earth
Lire la chronique
Muvitium
Evighetens Cirkel...
Lire la chronique
The True Werwolf
Devil Crisis
Lire la chronique
Sons Of A Wanted Man
Kenoma
Lire la chronique
Sijjin
Angel Of The Eastern Gate (...
Lire la chronique
Seder
Sunbled
Lire la chronique
Wormhole
The Weakest Among Us
Lire la chronique
Wombbath
Choirs Of The Fallen
Lire la chronique
Deathmaze
Eau Rouge
Lire la chronique
Pearl Jam
Vs.
Lire la chronique
Ad Vitam Infernal
Infernal Comedy
Lire la chronique
Contre-Feux
Mort/Vivant
Lire la chronique
Carcass
Symphonies Of Sickness
Lire la chronique
Mourir
Animal Bouffe Animal
Lire la chronique
Slaughtbbath
Alchemical Warfare
Lire la chronique
Yacøpsæ
Timeo Ergo Sum
Lire la chronique
Caronte
Wolves Of Thelema
Lire la chronique
Lurker of Chalice
Tellurian Slaked Furnace (C...
Lire la chronique
Azels Mountain
Wieczny sen
Lire la chronique
Petits labels français BM : Rupture de stock CHALLENGE
Lire le podcast
Come to Grief
Pray for the End (EP)
Lire la chronique
Hellvetron
Trident Of Tartarean Gateways
Lire la chronique
Svarttjern
Shame Is Just A Word
Lire la chronique
Schizophrenia
Voices (EP)
Lire la chronique
Beneath The Massacre
Fearmonger
Lire la chronique
Vulture
Ghastly Waves & Battered Gr...
Lire la chronique
Nefarious Dusk
The Wanderer of the Cold North
Lire la chronique