chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
158 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Stromptha - Endura

Chronique

Stromptha Endura
Lorsque j’ai reçu le nouvel album de STROMPTHA, il était accompagné d’un petit message, le suivant :

« Voici le dernier STROMPTHA, baptisé Endura. Il est différent de Odium Vult. Il se compose de deux parties de 3 titres chacune. La première partie est dans un registre plutôt black atmosphérique, la seconde plus avant-gardiste. Endura était un rituel cathare qui consister à jeûner jusqu’à la mort pour être le plus pur possible. Etant du pays cathare, et cet album étant cathartique, le nom était parfait. »

Cela donne à la fois très peu et beaucoup d’indices sur le contenu musical de ce deuxième album. Tout d’abord, recevoir une telle information préalable montre bien évidemment qu’il ne faut pas s’attendre à une redite de l’opus précédent. L’unique membre de la formation tient à être clair avant même qu’on appuie sur lecture, afin de nous prévenir. Et effectivement on ne retrouve pas les ambiances de Odium Vult, qui était sorti sur Ossuaire Records. On se doute d’ailleurs que celui-ci n’a pas dû trouver la nouvelle orientation adaptée à sa politique musicale. Mais c’est ainsi, il y a des artistes qui ne s’enferment pas dans ce qu’il est attendu d’eux, mai qui font bel et bien ce que leur âme leur guide. Et Endura sonne véritablement comme une émancipation, une libération, une explosion de vécu enfermé trop longtemps dans l’esprit.

Je ne pense pas être véritablement à même de parler avec justesse de STROMPTHA version 2019 parce qu’il est entré dans une sphère musicale qui s’éloigne beaucoup du black metal. Et si notre homme parle de « black metal atmosphérique » dans sa description, c’est à prendre avec des pincettes, tout comme le terme d’ « avant-gardiste ». Je ne sais pas comment je pourrais qualifier cette musique, et je vais donc m’en abstenir. Ce qui est certain, c’est qu’elle charme par son naturel. Elle parvient à créer en engouement au fond de notre cœur. Chacune des 6 pistes dure environ 9 minutes, et forme un voyage spirituel puissant, magnifié par une palette de vocaux assez impressionnante. Un chant black se retrouve par moment, mais il n’est pas non plus omniprésent, laissant fréquemment la place à un chant ou à des déclamations en français. En français audible !

La musique sur Endura surprend. Pour elle-même d’abord, puisqu’on ne saura pas la classer sous une étiquette définitive, mais aussi parce qu’elle nous touche malgré ses imperfections ! Et si elle nous touche, c’est parce que l’évolution est toujours limpide, claire, évidente, et surtout, sincère.La seule comparaison qui me convient, c’est celle de la photo de famille. On peut faire appel à un photographe professionnel qui saura mettre en scène les parents et les enfants, et ce sera sans aucun doute une belle image, avec éventuellement un côté artistique. STROMPTHA n’est pas un photographe professionnel, c’est un des membres de la famille lui-même qui prend des clichés à la volée, de l’intérieur, à des moments véritables. Voilà l’impression que me donnent ces pistes. Elles me parlent, et je les entends. Il faut se laisser tenter, se laisser pénétrer, et alors on ne risque plus de décrocher !

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Stromptha
Black Metal avant-gardiste
2019 - Autoproduction
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs :   -
Webzines :   -

plus d'infos sur
Stromptha
Stromptha
Black Metal avant-gardiste - 2009 - France
  

tracklist
01.   De sang et de brouillard
02.   Au bout du tunnel: La nuit et la neige
03.   Que les corbeaux forgent les tempêtes
04.   Le passage aux fleurs
05.   Brûle, prairie de roses
06.   Quand le cornu moissonnera

Durée : 56:21

parution
21 Juin 2019

voir aussi
Stromptha
Stromptha
Odium Vult

2018 - Ossuaire Records
  

Essayez aussi
Grand Alchemist
Grand Alchemist
Intervening Coma-Celebration

2002 - Sound Riot Records
  
Ephel Duath
Ephel Duath
Rephormula

2001 - Elitist Records
  
Diabolical Masquerade
Diabolical Masquerade
Death's Design

2001 - Avantgarde Music
  
Slagmaur
Slagmaur
Thill Smitts Terror

2017 - Osmose Productions
  
Urarv
Urarv
Aurum

2017 - Svart Records
  

Monarque
Jusqu'à La Mort
Lire la chronique
Khnvm
Foretold Monuments of Flesh
Lire la chronique
Berzerker Legion
Obliterate The Weak
Lire la chronique
Nekro Drunkz
Terminal Perversion
Lire la chronique
Nyogthaeblisz
Abrahamic Godhead Besieged ...
Lire la chronique
Bilan 2019
Lire le bilan
Belore
Journey Through Mountains ...
Lire la chronique
Mephitic Corpse
Immense Thickening Vomit (D...
Lire la chronique
Depressed
Beyond The Putrid Fiction
Lire la chronique
Weakling
Dead as Dreams
Lire la chronique
Abigail Williams
Walk Beyond the Dark
Lire la chronique
Harm's Way
Posthuman
Lire la chronique
Sacrifizer
La Mort Triomphante (EP)
Lire la chronique
Impiety
Versus All Gods
Lire la chronique
Cult of Luna
A Dawn to Fear
Lire la chronique
Forlorn Citadel
Ashen Dirge of Kingslain
Lire la chronique
Moonreich
Wormgod (EP)
Lire la chronique
Municipal Waste
The Last Rager (EP)
Lire la chronique
Necrolatry
Dead And Buried (Démo)
Lire la chronique
Haunter
Sacramental Death Qualia
Lire la chronique
Shrine of Insanabilis
Vast Vortex Litanies
Lire la chronique
Finsterforst
Zerfall
Lire la chronique
Amyl And The Sniffers
Amyl And The Sniffers
Lire la chronique
SETH pour la sortie du live "Les Blessures De l'Âme : XX Ans De Blasphème"
Lire l'interview
Atriarch
Forever The End
Lire la chronique
Kawir
Adrasteia
Lire la chronique
Meth Drinker
Discography (Compil.)
Lire la chronique
PPCM #29 - Ces groupes "similaires à" que je préfère aux originaux
Lire le podcast
Dreadful Fate
Bringer Of Damnation (EP)
Lire la chronique
Vardan
The Wish of Weeping
Lire la chronique