chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
61 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Esoteric - A Pyrrhic Existence

Chronique

Esoteric A Pyrrhic Existence
Il est toujours délicat de s’attaquer à la chronique d’un album d’un groupe culte comme peut l’être Esoteric. Les Britons sont en effet, avec Thergothon et Skepticism, les pères fondateurs du funeral doom, à ceci près toutefois qu’Esoteric a sensiblement évolué et que, dès le départ, sa patte, la singularité du son développé comme celle des ambiances psychédéliques proposées l’ont assez largement départi de ses confrères.

La carrière du combo de Birmingham est en tout point remarquable. Si les débuts sont obscurs, emprunts d’une inaccessibilité aristocratique et d’une épaisseur certaine qui ne sont pas pour me déplaire (en gros, Epistemological Despondency, The Pernicious Enigma et Metamorphogenesis), la suite est plus directe (Subconscious Dissolution into the Continuum), moins torturée et alambiquée (The Maniacal Vale), voire nettement plus lumineuse (Paragon of Dissonance). A Pyrrhic Existence marque le retour à des ambiances sombres et fortement marquées par des atours psychédéliques occupant assez largement l’espace sonore.

L’auditeur va devoir d’emblée retenir sa respiration car la plongée dans ce double album de 1h37 pour 6 titres s’annonce abyssale. Elle est exquise.

Descent ouvre ainsi les hostilités avec une intro nocturne, mi-éthérée, mi-souterraine, très caractéristique du combo anglais. Le son est, comme à l’habitude, fortement réverbéré, clair et lourd à la fois. La voix unique de Greg Chandler pose ses effets sur des mélodies sublimes, faisant jouer à plein le contraste entre ses atours abyssaux et les aspects totalement éthérés de la musique. Le relief ainsi dessiné est magnifique, les riffs tournoyant autour de cette voix sépulcrale sans que le titre ne perdre une once de dynamique. La réverb’ est totale, comme si le morceau était joué au fond des eaux profondes, donnant le sentiment que les riffs se répandent comme une ondulation.

Le schéma d’Esoteric est connu. Il se répète depuis ses débuts : de l’intro opaque aux structures prog’, semi-ambiant jusqu’au final éthéré. Il est ici démultiplié à l’envie pour notre plus grand bonheur. Les montées en puissance (Rotting in Dereliction et son accélération subite dès 7’) le disputent aux ponts atmosphériques (le pont vers les 8’ sur Consuming Lies, mélange d’ambiances spatiales et bluesy, remarquable ; le départ majestueux de Culmination), les structures prog’ pénètrent les ambiances psychés, la voix tellurique redessine les riffs aériens (le pont sur Descent dès 13’ ; Rotting in Dereliction). Les titres s’enchaînent ; l’immersion est totale.

L’onirisme est fortement souligné sur cet album. Descent et Rotting in Dereliction l’illustrent parfaitement, avec leurs développements quasi Lovecraftiens, mais Antim Yatra en est l’apothéose, qui s’étale littéralement dans une atmosphère de contemplation merveilleuse. Cet instrumental sublime s’impose par sa majesté et permet un basculement vers la seconde partie de l’album.

Consuming Lies et Culmination modifient la perspective. Plus lumineux que le début de l’album, ils relancent la dynamique sur des ambiances plus lumineuses, plus proche de The Maniacal Vale. Les riffs lentement égrenés, sobrement détachés participent là encore de cette atmosphère méditative qui constitue le fil rouge de cet album. Les riffs sont profonds, amples, le son est enveloppant, presque cotonneux. La structure se répand comme un miel épais, doucement, inexorablement et finit par tapisser tout l’espace sonore, remplissant chaque interstice. L’impression auditive est surprenante. Sauf quelques riffs plus tranchants, plus saccadés, accompagnés d’une voix plus agressive (vers 5’ sur Consuming Lies ou au bout de 14’ sur Culmination), la progression n’est jamais heurtée.

Sick and Tired clôture l’album de la même façon, le départ délié du morceau, léger, annonce une fin d’album en douceur. Comme s’il était temps de revenir vers la surface. Ce final, disons-le d’emblée, est magnifique. Bourrée d’effets, la structure est proprement surchargée d’informations, alternant sans cesse entre des mélodies ultra aériennes, enchanteresses et une voix d’outre-tombe qui créé un contraste hallucinant, le tout porté par un son clair et enveloppant qui met l’ensemble en valeur comme jamais. Les changements sont multiples, le seul fil rouge demeurant ces mélodies sublimes, totalement immersives.

A Pyrrhic Existence est un chef d’œuvre. Disons-le clairement. C’est, pour ma part, le meilleur album d’Esoteric depuis très longtemps. Il réussit la gageure de réunir, véritablement, sans aspects marketing, tout le meilleur du groupe, des ambiances crépusculaires aux atmosphères lumineuses, des structures prog’ aux mélodies envoutantes. Seule cette pochette, indigne, le met (très légèrement) à la faute. Pour le reste, l’hésitation n’est pas permise. Sans aucun doute l’album funeral doom de l’année.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

7 COMMENTAIRE(S)

gulo gulo citer
gulo gulo
29/12/2019 09:36
note: 8.5/10
The Maniacal Vale, j'ai dû le dire chez moi, c'est leur album bourgeois, plus encore que Paragon finalement, que j'avais trouvé à chier à sa sortie, et que je trouve aujourd'hui très touchant, dans son humanité.
Caïn Marchenoir citer
Caïn Marchenoir
29/12/2019 01:19
gulo gulo a écrit : J'avais personnellement enregistré les miennes en partant, en prévision d'une disparition possible, pour raison x ou y, mais si grand soit mon regret des chroniques historiques - celles de Cathedral, Anathema, Esoteric entre autres, par Nirguna et Mojo - dont j'ai vu se rapprocher la disparition une fois le site passé en archive, je n'ai pas eu la motivation pour tout enregistrer ou même faire le travail de tri pour sauvegarder les plus légendaires...

Mais j'ai toujours du mal, vraiment, à croire que le boss ait pu laisser tout ça disparaître. Je suis un peu choqué.


Je n'ai rien sauvegardé de mon côté, à part celle que je dois avoir encore sur mon pc. En même temps, la tâche de sauvegarde était moindre.

EDIT: Ça va en fait, il doit me manquer mes six premiers mois de chroniques, et l'essentiel, c'est qu'il me reste encore celle du Eye of Solitude.

Un des grands albums de cette année, mais j'ai toujours une petite préférence pour The Maniacal Vale.
Oxcidium citer
Oxcidium
28/12/2019 16:58
note: 9.5/10
Une claque phénoménale dés la première écouté. Et une deuxième pendant une lecture vraiment prenante. Un son abyssale, des ambiances plombantes avec un chant très profond. Clairement une des sorties de l'année et un futur classique surement.
gulo gulo citer
gulo gulo
28/12/2019 13:53
note: 8.5/10
Je reviens sur la pochette : je pense qu'il y a surtout le dessin que l'on peut discuter (quand bien même encore une fois j'ai fini par y trouver des charmes), mais que les couleurs sont parfaites : elles sont comme le nez d'un spiritueux, et on a le cuir d'un bon fauteuil, le bronze oxydé, l'huître...
Elles préparent à merveille les oreilles, en fait. Rien qu'à les regarder on a envie de se replonger dedans.
gulo gulo citer
gulo gulo
28/12/2019 13:48
note: 8.5/10
J'avais personnellement enregistré les miennes en partant, en prévision d'une disparition possible, pour raison x ou y, mais si grand soit mon regret des chroniques historiques - celles de Cathedral, Anathema, Esoteric entre autres, par Nirguna et Mojo - dont j'ai vu se rapprocher la disparition une fois le site passé en archive, je n'ai pas eu la motivation pour tout enregistrer ou même faire le travail de tri pour sauvegarder les plus légendaires...

Mais j'ai toujours du mal, vraiment, à croire que le boss ait pu laisser tout ça disparaître. Je suis un peu choqué.
Raziel citer
Raziel
28/12/2019 13:29
note: 9.5/10
Un pur chef d'oeuvre, qui a mis du temps à faire sa place dans mon petit coeur.

Mais surtout, le sentiment que rien n'est à jeter car tout est à sa place.

Une vraie synthèse, comme tu le soulignes. Presque incroyable, à ce niveau de perfection.

Sur un autre registre, puisqu'on parle de nuit polaire, toutes les chros de Slow End ont fini dans les abysses cette fois-ci... vraiment... J'y ai cherché ma chro de l'avant-dernier Esoteric et ma foi, pouf, disparue. Tout. Quelle tristesse.
gulo gulo citer
gulo gulo
28/12/2019 12:55
note: 8.5/10
Je n'irais peut-être pas (encore ?) aussi loin que toi (diantre, 9.5 ?!), mais assez d'accord sur "le meilleur depuis un moment" (d'ailleurs il est temps de déboulonner The Maniacal Vale d'un piédestal usurpé) ; et une assez remarquable réalisation de la figure dite "album de la synthèse", avec en effet un indéniable retour aux origines et leurs ambiances de nuit polaire (Thergothon, Lovecraft, et cet "onirisme" bien à eux), mais sans revenir sur des acquits plus récents en terme de matériaux luxueux, domotique et cie.

Quant à la pochette, je m'y suis attaché, elle a un côté vieillot, limite livre dont vous êtes le héros, qui sied particulièrement bien à l'indifférence totale et in tersidérale que manifeste l'album à l'air du temps - et le groupe au Temps tout court.

Cet album est beau et émouvant.

Tu m'as donné envie de le réécouter très bientôt, tiens, c'est malin !

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Esoteric
Funeral Doom
2019 - Season Of Mist
notes
Chroniqueur : 9.5/10
Lecteurs : (3)  8.83/10
Webzines : (4)  8.13/10

plus d'infos sur
Esoteric
Esoteric
Funeral Doom - 1992 - Royaume-Uni
  

tracklist
01.   Descent  (27:39)
02.   Rotting In Dereliction  (15:51)
03.   Antim Yatra  (04:40)
04.   Consuming Lies  (15:16)
05.   Culmination  (19:03)
06.   Sick And Tired  (15:46)

Durée : 98:15

line up
parution
8 Novembre 2019

voir aussi
Esoteric
Esoteric
The Maniacal Vale

2008 - Season Of Mist
  
Esoteric
Esoteric
Paragon Of Dissonance

2011 - Season Of Mist
  
Esoteric
Esoteric
Subconscious Dissolution into the Continuum

2004 - Season Of Mist
  

Essayez aussi
Void Of Silence
Void Of Silence
The Sky Over

2018 - Avantgarde Music
  
Mournful Congregation
Mournful Congregation
The June Frost

2009 - Weird Truth Productions
  
Eye Of Solitude
Eye Of Solitude
Sui Caedere

2012 - Kaotoxin Records
  
Longing For Dawn
Longing For Dawn
One Lonely Path

2005 - Twilight Foundation
  
Bosque
Bosque
Passage

2009 - Total Holocaust Records
  

Album de l'année
Sodom
Out Of The Frontline Trench...
Lire la chronique
BLACK METAL 1995-1996 : Top 10 et Pas top 3 !
Lire le podcast
Pearl Jam
Ten
Lire la chronique
Gorgon
The Veil of Darkness
Lire la chronique
Slave One
Omega Disciples
Lire la chronique
Monarque
Jusqu'à La Mort
Lire la chronique
Khnvm
Foretold Monuments of Flesh
Lire la chronique
Berzerker Legion
Obliterate The Weak
Lire la chronique
Nekro Drunkz
Terminal Perversion
Lire la chronique
Nyogthaeblisz
Abrahamic Godhead Besieged ...
Lire la chronique
Bilan 2019
Lire le bilan
Belore
Journey Through Mountains ...
Lire la chronique
Mephitic Corpse
Immense Thickening Vomit (D...
Lire la chronique
Depressed
Beyond The Putrid Fiction
Lire la chronique
Weakling
Dead as Dreams
Lire la chronique
Abigail Williams
Walk Beyond the Dark
Lire la chronique
Harm's Way
Posthuman
Lire la chronique
Sacrifizer
La Mort Triomphante (EP)
Lire la chronique
Impiety
Versus All Gods
Lire la chronique
Cult of Luna
A Dawn to Fear
Lire la chronique
Forlorn Citadel
Ashen Dirge of Kingslain
Lire la chronique
Moonreich
Wormgod (EP)
Lire la chronique
Municipal Waste
The Last Rager (EP)
Lire la chronique
Necrolatry
Dead And Buried (Démo)
Lire la chronique
Haunter
Sacramental Death Qualia
Lire la chronique
Shrine of Insanabilis
Vast Vortex Litanies
Lire la chronique
Finsterforst
Zerfall
Lire la chronique
Amyl And The Sniffers
Amyl And The Sniffers
Lire la chronique
SETH pour la sortie du live "Les Blessures De l'Âme : XX Ans De Blasphème"
Lire l'interview
Atriarch
Forever The End
Lire la chronique