chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
168 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Visigoth - Bells of Awakening

Chronique

Visigoth Bells of Awakening (EP)
D'habitude, je ne chronique pas les deux-titres. Les EPs oui si la durée reste conséquente mais pas les sorties de moins de dix minutes. Je n'ai déjà pas le temps pour tous les albums alors s'il faut aussi se taper les mini-EPs, singles et autres, je ne vais jamais m'en sortir ! Pas que je n'aime pas ces formats ultra courts mais est-ce pertinent de déblatérer et juger sur un ou deux morceaux alors qu'il est logiquement plus facile de briller sur des durées aussi restreintes ? Quoiqu'il en soit, j'ai décidé de faire une exception pour Visigoth et son nouvel EP Bells of Awakening. Pourquoi ? Parce que Visigoth est un de mes gros coups de cœur heavy metal de ces dernières années et que je ne me lasse pas de parler d'eux. Parce que Bells of Awakening est la sortie 2019 que j'ai le plus écoutée, égayant jusqu'au bout mes longs trajets quotidiens domicile-travail en voiture quand un album se finissait alors que je n'étais pas encore arrivé. Parce que la pochette est superbe, même si je ne peux pas m'empêcher de voir une béquille à la place de l'épée au bras du chevalier. Et surtout parce que c'est foutrement excellent !

Il faut battre le fer tant qu'il est encore chaud et cet adage s'applique on ne peut mieux aux Américains qui continuent sur la lancée du génial Conqueror's Oath paru l'année dernière. Certains avaient été déçus d'une simplification de leur musique par rapport au epic heavy doomy de leur premier album, le très bon The Revenant King, ils risquent de ne pas changer d'avis ici car la longueur moyenne des titres descend encore d'un cran pour passer sous les cinq minutes. Personnellement ça ne me dérange pas car le groupe arrive avec brio à marier efficacité directe et caractère épique sur ses compositions, qu'elle que soit leur durée et leur rythme. On retrouve donc avec plaisir sur Bells of Awakening la recette du combo de Salt Lake City, ce heavy/power US héroïque qui pose les couilles et prend aux tripes. On citera dès lors les mêmes influences Omen, Manilla Road, Grand Magus, Manowar, Medieval Steel ou, en plus récent, leurs potes de Eternal Champion avec lesquels ils partagent le goût du glaive.

Bells of Awakening se compose de deux morceaux complémentaires, "Fireseeker" et "Abysswalker", tous deux des références au jeu vidéo "Dark Souls". Le premier ouvre l'opus sur un rythme mid-tempo quand le second se fait plus rapide. Les deux dégagent la même puissance, la même efficacité, la même ambiance qui ont fait le succès de l'album précédent. La production est claire et limpide, proposant un champ de bataille idéal aux guerriers de l'Utah pour qu'ils y démontrent l'étendue de leurs qualités. Les riffs sont couillus, taillés dans de l'acier valyrien. Le feeling mélodique est omniprésent et glorieux, la paire Palmer/Campana nous offrant leads et solos majestueux. Et le tout est à nouveau porté de main de maître par Jake Rogers, chanteur d'exception qui n'en finit plus de séduire et de convaincre qu'il fait partie des meilleurs chefs de guerre pour mener ses troupes à la victoire finale. On oubliera du coup très vite cette nouvelle barbe pas terrible qu'il arbore depuis quelque temps. Dans son style baryton puissant, noble et courageux aux multiples vibratos, il dispense ses contes épiques avec un talent insolent. Nous offrant couplets entraînants et refrains ultra catchy à chœurs qui rentrent en tête dès la première écoute. Quel chanteur magistral, lui qui donne vie à ses paroles, y insuffle tant d'émotions sans larmoyer. C'est ce qui fait notamment la différence pour moi avec un autre groupe très estimé qui ne me satisfait pas entièrement comme Atlantean Kodex, dans un style certes plus epic doom que foncièrement heavy mais pas non plus très éloigné du quintette dans l'esprit, où la voix du chanteur sonne trop fragile pour que j'y adhère. Là, on suit Rogers les yeux fermés dans la bataille, prêt à mourir pour lui en chantant à gorge déployée, le poing levé, le torse bombé et le regard fier et conquérant, ces hymnes heavy metal qui donnent une énergie incroyable. Je peux vous dire qu'en voiture, c'est pas facile !

Deux titres, ça ne veut pas dire grand chose, mais pour un groupe qui a déjà confirmé tout son potentiel, c'est encore ça de pris. Tant que le mojo est là, il ne faut pas hésiter, balancez la sauce ! En moins de dix minutes, Visigoth plie le game avec un condensé de tout ce qu'il sait faire. La quintessence du heavy metal épique aux attributs masculins hypertrophiés. De la production impériale au riffing plus heavy tu meurs, en passant par des leads mélodiques qui vous caressent les oreilles et un chant toujours aussi souverain (foutre Satan ces deux refrains !), il n'y a rien à redire sur ce Bells of Awakening absolument parfait. Peut-être une légère frustration due à la durée très éphémère. Encore qu'il suffit de l'écouter en boucle, ce que je ne me suis pas privé de faire. Après des dizaines et des dizaines d'écoutes, je frissonne encore et prends un plaisir toujours aussi orgasmique en me mettant l'EP. Plus qu'à attendre un nouvel album maintenant !

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

1 COMMENTAIRE(S)

andreas_hansen citer
andreas_hansen
31/12/2019 22:02
J'avoue que d'habitude, les EP inédites ne me font pas grand-chose, surtout quand ils sont aussi courts... mais en deux titres, le groupe a encore fait très fort. J'avais peur que, vu la galette, ils se seraient contentés de deux titres oubliables, mais même pas, ça reste prenant à souhait ! Ta chronique le décrit bien, d'ailleurs.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Visigoth
Heavy Metal
2019 - Metal Blade Records
notes
Chroniqueur : 4.5/5
Lecteurs : (1)  4.5/5
Webzines : (1)  4/5

plus d'infos sur
Visigoth
Visigoth
Heavy Metal - 2010 - Etats-Unis
  

tracklist
01.   Fireseeker  (04:37)
02.   Abysswalker  (05:07)

Durée : 09:44

line up
parution
24 Mai 2019

voir aussi
Visigoth
Visigoth
Conqueror's Oath

2018 - Metal Blade Records
  

Essayez aussi
Iron Savior
Iron Savior
Kill or Get Killed

2019 - AFM Records
  
Nicolas Merrien
Nicolas Merrien
Black Sabbath - Children Of The Grave (Livre)

2016 - Le Mot Et Le Reste
  
Portrait
Portrait
Crossroads

2014 - Metal Blade Records
  
Wytch Hazel
Wytch Hazel
II : Sojourn

2018 - Bad Omen Records
  
Annihilator
Annihilator
Set The World On Fire

1993 - Roadrunner Records
  

Monarque
Jusqu'à La Mort
Lire la chronique
Khnvm
Foretold Monuments of Flesh
Lire la chronique
Berzerker Legion
Obliterate The Weak
Lire la chronique
Nekro Drunkz
Terminal Perversion
Lire la chronique
Nyogthaeblisz
Abrahamic Godhead Besieged ...
Lire la chronique
Bilan 2019
Lire le bilan
Belore
Journey Through Mountains ...
Lire la chronique
Mephitic Corpse
Immense Thickening Vomit (D...
Lire la chronique
Depressed
Beyond The Putrid Fiction
Lire la chronique
Weakling
Dead as Dreams
Lire la chronique
Abigail Williams
Walk Beyond the Dark
Lire la chronique
Harm's Way
Posthuman
Lire la chronique
Sacrifizer
La Mort Triomphante (EP)
Lire la chronique
Impiety
Versus All Gods
Lire la chronique
Cult of Luna
A Dawn to Fear
Lire la chronique
Forlorn Citadel
Ashen Dirge of Kingslain
Lire la chronique
Moonreich
Wormgod (EP)
Lire la chronique
Municipal Waste
The Last Rager (EP)
Lire la chronique
Necrolatry
Dead And Buried (Démo)
Lire la chronique
Haunter
Sacramental Death Qualia
Lire la chronique
Shrine of Insanabilis
Vast Vortex Litanies
Lire la chronique
Finsterforst
Zerfall
Lire la chronique
Amyl And The Sniffers
Amyl And The Sniffers
Lire la chronique
SETH pour la sortie du live "Les Blessures De l'Âme : XX Ans De Blasphème"
Lire l'interview
Atriarch
Forever The End
Lire la chronique
Kawir
Adrasteia
Lire la chronique
Meth Drinker
Discography (Compil.)
Lire la chronique
PPCM #29 - Ces groupes "similaires à" que je préfère aux originaux
Lire le podcast
Dreadful Fate
Bringer Of Damnation (EP)
Lire la chronique
Vardan
The Wish of Weeping
Lire la chronique