chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
183 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Rivers Like Veins - Z iskier srebrnych orszaków

Chronique

Rivers Like Veins Z iskier srebrnych orszaków
Je suis ennuyé. Il me fallait faire une comparaison entre le groupe du jour : RIVERS LIKE VEINS et un autre que je suis depuis ses débuts : STWORZ. Mais voilà, je ne sais pour quelle raison, je n’ai jamais chroniqué ce dernier dans nos pages ! Il a pourtant sorti 6 albums entre 2009 et 2019, et mérite véritablement le détour... Bon eh bien je vais en profiter pour faire d’une pierre deux coups. STWORZ existe depuis une douzaine d’années, RIVERS LIKE VEINS depuis seulement deux ans. Mais nos deux formations se rejoignent grâce à plusieurs points communs. Leur nationalité avant tout : polonaises. Mais on le verra plus tard, elles ne rentrent pas dans la case du style qu’on prête habituellement à cette patrie. Ensuite, on remarque leur goût pour des peintures similaires. Voici la pochette du premier album de RIVERS LIKE VEINS :



Et celle de Zagony bogów, sorti en 2015 par STWORZ :



Univers visuel très proche donc. Approche musicale ? Légèrement, mais avec chacun sa personnalité. Mais l’affiliation entre les deux est évidente, et on doit même signaler qu’un split entre les deux Polonais est paru en septembre 2018, quelques mois donc avant ce Z iskier srebrnych orszaków sur lequel nous nous penchons ici. Ah oui, la langue aussi est commune. Les groupes de black qui chantent dans leur langue sont devenus de moins en moins rares, mais bon, c’est intéressant à signaler. Il faudra maîtriser le polonais pour saisir les paroles de ces deux groupes. Ne comptez pas sur moi pour les expliquer, je suis déjà à peine sûr que cet album signifie « Cortège d’étincelles argentées ».

Alors, maintenant qu’on a saisi quelques traits de la personnalité de STWORZ et RIVERS LIKE VEINS, penchons-nous sur leur musique. Black metal, assurément. Agressif, slave, avec des vocaux masculins rageurs, sans concessions. Mais chacun d’entre eux ajoute autre chose. Le premier, ce sont des parties folk, plutôt dans des ambiances old NOKTURNAL MORTUM. Le deuxième... aussi, mais moins fréquemment, et surtout pas uniquement. Il ne les applique que sporadiquement, les contrebalançant avec des effets tout à faits opposés ! Ainsi on commence l’album paisiblement avec des chants d’oiseaux, un cours d’eau, une guitare acoustique qui nous plongent dans une forêt. Et dès la fin de cette introduction, on trouve un élément qui en fera tiquer certains : des sons électroniques, légers mais bel et bien présent, immanquables. Eux non plus ne sont pas omniprésents, mais ils marquent l’oreille. Ils nous font obligatoirement relever la tête sur « Do śmierci - Melodia mgieł nocnych II », quand ils apparaissent à la 3ème minute alors que le titre était jusqu’alors bien rèche. Alors oui, cet élément peut perturber ceux qui ne supporteront pas son emploi, pourtant rare. Un autre ajout fort, c’est une voix féminine. Apparaissant uniquement à quelques reprises, elle ne chante pas vraiment, mais déclame plutôt. Et personnellement, j’apprécie la manière dont c’est intégré. STWORZ aussi fait appel à des vocaux féminins, encore un point commun.

L’ensemble est proposé avec un rendu lo-fi qui donne un côté amateur mais qui colle bien aux compositions. Tout cela a bien du charme, et l’on a envie de réécouter ces 8 compositions avec plaisir, pour 44 minutes dépaysantes sachant jouer sur une palette d’ambiances variées tout en restant logiques.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Rivers Like Veins
Black Metal
2019 - Werewolf Promotion
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs :   -
Webzines :   -

plus d'infos sur
Rivers Like Veins
Rivers Like Veins
Black Metal - 2017 - Pologne
  

tracklist
01.   Wschód
02.   Kształt obcego ducha
03.   Skrzydlaty siewca ciszy
04.   Trupie ich ręce
05.   Jak widmo potępione
06.   Do śmierci - Melodia mgieł nocnych II
07.   Wian Osmętnic
08.   Twe imię Nieszczęście

Durée : 44:20

parution
21 Juin 2019

Essayez aussi
Blut Aus Nord
Blut Aus Nord
What Once Was... Liber II (EP)

2012 - Debemur Morti Productions
  
Marduk
Marduk
Warschau (Live)

2005 - Blooddawn Productions
  
Haemoth
Haemoth
In Nomine Odium

2011 - Debemur Morti Productions
  
Whoredom Rife
Whoredom Rife
Dommedagskvad

2017 - Terratur Possessions
  
Aosoth
Aosoth
Ashes of Angels

2009 - Agonia Records
  

Sodom
Out Of The Frontline Trench...
Lire la chronique
BLACK METAL 1995-1996 : Top 10 et Pas top 3 !
Lire le podcast
Pearl Jam
Ten
Lire la chronique
Gorgon
The Veil of Darkness
Lire la chronique
Slave One
Omega Disciples
Lire la chronique
Monarque
Jusqu'à La Mort
Lire la chronique
Khnvm
Foretold Monuments of Flesh
Lire la chronique
Berzerker Legion
Obliterate The Weak
Lire la chronique
Nekro Drunkz
Terminal Perversion
Lire la chronique
Nyogthaeblisz
Abrahamic Godhead Besieged ...
Lire la chronique
Bilan 2019
Lire le bilan
Belore
Journey Through Mountains ...
Lire la chronique
Mephitic Corpse
Immense Thickening Vomit (D...
Lire la chronique
Depressed
Beyond The Putrid Fiction
Lire la chronique
Weakling
Dead as Dreams
Lire la chronique
Abigail Williams
Walk Beyond the Dark
Lire la chronique
Harm's Way
Posthuman
Lire la chronique
Sacrifizer
La Mort Triomphante (EP)
Lire la chronique
Impiety
Versus All Gods
Lire la chronique
Cult of Luna
A Dawn to Fear
Lire la chronique
Forlorn Citadel
Ashen Dirge of Kingslain
Lire la chronique
Moonreich
Wormgod (EP)
Lire la chronique
Municipal Waste
The Last Rager (EP)
Lire la chronique
Necrolatry
Dead And Buried (Démo)
Lire la chronique
Haunter
Sacramental Death Qualia
Lire la chronique
Shrine of Insanabilis
Vast Vortex Litanies
Lire la chronique
Finsterforst
Zerfall
Lire la chronique
Amyl And The Sniffers
Amyl And The Sniffers
Lire la chronique
SETH pour la sortie du live "Les Blessures De l'Âme : XX Ans De Blasphème"
Lire l'interview
Atriarch
Forever The End
Lire la chronique