chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
154 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Kickback - Forever War

Chronique

Kickback Forever War
« Horror... Horror has a face... And you must make a friend of horror.
Horror and moral terror are your friends.
If they are not, then they are enemies to be feared. They are truly enemies. »


C’est sur cette citation de Marlon Brando extraite du célébrissime Apocalypse Now que s’ouvre, sur une intro mélodique menaçante devenue culte pour beaucoup, ce deuxième album de Kickback. En 1995 les Parisiens avaient déjà frappé très fort avec un « Cornered » très inspiré NYHC et se montrant déjà sévèrement burné, deux ans plus tard « Forever War » et sa pochette signée Wrung Division encore une fois dans le genre BD bien vénère (Judge Dredd), allait enfoncer le clou, un putain de gros clou bien rouillé.

Si le premier effort de Kickback gardait un esprit très urbain (même s’il prenait déjà, notamment dans les lyrics, une bonne distance avec tout l’aspect positif d’une partie de la scène), tout ici n’est que violence pure, haine et désolation, de l’artwork au layout et ce mec venant de se faire sauter le caisson. Exit donc ici les survets et les tags, Kickback montre sa vraie nature que l’on sentait déjà poindre sur « Cornered », sombre, féroce, misanthrope, nihiliste… Et sans bizarrerie aucune la musique est à l’image du visuel plus violente encore, furieuse, carnassière, chaque riff se plantant dans votre chair comme les coups de crocs d’une bête enragée qui jamais ne relâchera son étreinte. De l’intro évoquée plus haut suivie de cette explosion absolument jouissive (bordel de merde quoi ! Je pourrais me le repasser la journée entière ce début de « Heaven and hell » !!) aux dernières lacérations vicelardes de « No one gets out alive », le quintette (ayant intégré Irvin Oziel et Stefan Scigalla respectivement à la guitare et à la batterie) enchaine les attaques sans pitié dans un style qui tout en gardant la base hardcore qui est la sienne (le début de « Forever war », « Fist of fury », « Kingdom ») continue de muscler son jeu avec un riffing qui se fait encore plus incisif et lorgnant toujours plus du côté metal de la force (on est globalement bien plus proche ici de la scène belge que du NYHC) quitte à lâcher quelques riffs thrash slayeresque par ci par là (le titre éponyme à 2’41, « False fame » à 1’58). La ligne rouge sang entre hardcore et metal n’a jamais été aussi ténue si bien que le groupe serpente constamment autour de celle-ci, les deux genres étant bien souvent totalement fondus dans une musique dont l’impact devient véritablement redoutable. Bordel le départ ultra accrocheur de « Like the worms », de « Winter ends », de « Nothing » ou de « False fame » sur ces riffs absolument énormes, les breaks brise-nuque à tout va (« Heaven and hell » à 1’44, « Fists of fury » à 2’24, « Winter ends » à 1’55, « Like the worms » à 2’48, « Triumph » à 1’26) , le jeu affûté de Scigalla (ce mitraillage de double sur le titre éponyme), la basse grondante de Pascal Pastore… et bien évidemment les vocaux éructés et totalement possédés d’un Stephen Bessac crachant son venin avec une hargne et une haine quasi palpables (« Vengeance burns in my soul !!! »). A ce niveau là, n'importe laquelle des paroles ici ferait aussi bien l'affaire sur un album de death metal.

Sorti lui aussi chez Hostile Records et avec un son une fois de plus confié à Jamie Locke (Sick Of It All, Madball, Leeway, Vision Of Disorder, Cro-Mags, Obituary…), « Forever War » est un quasi sans faute de A à Z (hormis peut-être une toute fin d’album manquant un poil de vélocité sur ses deux derniers titres, je mets de côté l’outro totalement inutile) qui peut fièrement arborer son statut d’album culte et reste pour beaucoup (y compris pour moi) le meilleur album de Kickback. De la haine à l'état pur. Doté d’une production plus dense que son ainé accentuant encore le côté fuligineux et appuyant l’atmosphère totalement déshumanisée et ténébreuse que l’album dégage (même les quelques leads s’y mettront comme sur la fin de « False fame »), recelant une foultitude de riffs tous plus bandants les uns que les autres et porté par un Stephen Bessac endiablé, ce deuxième opus des Parigots reste encore aujourd’hui une sortie majeure sur la scène hexagonale et même internationale, bref un incontournable du genre qui même plus de vingt ans après sa parution met à l’amende bon nombre de sorties plus récentes et aux moyens on ne peut plus conséquents. Une tuerie, point barre.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

4 COMMENTAIRE(S)

InnerDam citer
InnerDam
02/01/2020 01:02
note: 8/10
Niktareum a écrit : InnerDam a écrit : Très bon album, certes, nettement plus accrocheur et inspiré qu'un "cornered" récitant bien trop sagement ses gammes de la scène NYHC.
Après, faut dire qu'à l'époque il n'y avait pas grand chose à se mettre sous la dent en album pour ce qui etait de la scène française (exception faite de Stormcore ou Primal Age pour leurs EP par exemple), sinon beaucoup de groupes moyens en fait.
Musicalement parlant, le Kickback d'aujoud'hui m'interesse davantage, affranchi d'une scène hardcore qui lui a toujours craché à la gueule, mais c'est un autre débat :-)

Stormcore oui c'était sympa. Y'avait aussi CrossBreed dans le genre Kickback-like qui déboitait bien aussi.
Après effectivement on peut lancer un débat sans fin parce que "chacun des goûts" mais moi entre "Forever War" et les derniers y'a pas photo mais alors PAS DU TOUT.


Effectivement, discutailler sur ce point n'a aucun interêt et tout le monde s'en fout. Après, je pense qu'il est difficile d'emettre une comparaison entre ces albums à partir du moment où Kickback a volontairement décidé de ne plus faire de "hardcore".
Je n'avais pas écouté Kickback depuis plus de 15 ans en découvrant "Et le diable rit.." et je m'etais dis, mais putain mais c'est quoi ce bordel? Je pensais retrouver certaines sensations, un point d'horizon, mais que dalle. Bref, ça ne me parlait pas, moi qui ne suit absolument pas branché black.
Puis petit à petit le skeud a fait son chemin, loin du hardcore, loin de "Forever War".. et j'ai pu apprécié autre chose.
Sinon CrossBreed je ne connaissais pas, après pour trouver ça aujourd'hui.. compliqué!
Niktareum citer
Niktareum
01/01/2020 19:58
note: 10/10
InnerDam a écrit : Très bon album, certes, nettement plus accrocheur et inspiré qu'un "cornered" récitant bien trop sagement ses gammes de la scène NYHC.
Après, faut dire qu'à l'époque il n'y avait pas grand chose à se mettre sous la dent en album pour ce qui etait de la scène française (exception faite de Stormcore ou Primal Age pour leurs EP par exemple), sinon beaucoup de groupes moyens en fait.
Musicalement parlant, le Kickback d'aujoud'hui m'interesse davantage, affranchi d'une scène hardcore qui lui a toujours craché à la gueule, mais c'est un autre débat :-)

Stormcore oui c'était sympa. Y'avait aussi CrossBreed dans le genre Kickback-like qui déboitait bien aussi.
Après effectivement on peut lancer un débat sans fin parce que "chacun des goûts" mais moi entre "Forever War" et les derniers y'a pas photo mais alors PAS DU TOUT.
InnerDam citer
InnerDam
01/01/2020 12:40
note: 8/10
Très bon album, certes, nettement plus accrocheur et inspiré qu'un "cornered" récitant bien trop sagement ses gammes de la scène NYHC.
Après, faut dire qu'à l'époque il n'y avait pas grand chose à se mettre sous la dent en album pour ce qui etait de la scène française (exception faite de Stormcore ou Primal Age pour leurs EP par exemple), sinon beaucoup de groupes moyens en fait.
Musicalement parlant, le Kickback d'aujoud'hui m'interesse davantage, affranchi d'une scène hardcore qui lui a toujours craché à la gueule, mais c'est un autre débat :-)
Deathrash citer
Deathrash
31/12/2019 12:43
Album parfait, je suis d'accord.
Un bloc de haine pur, et surtout un putain de riffing.

Par rapport à ce que tu dis à la toute fin de la chronique, je trouve que le seul groupe récent à avoir réussi à retrouver cette noirceur et cette fougue, c'est Nesseria sur leur premier album. Avant qu'ils se mettent à faire des mélodies à la Alcest et écrire en inclusif.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Kickback
Hardcore Metal
1997 - Hostile Records
notes
Chroniqueur : 10/10
Lecteurs : (3)  8.67/10
Webzines : (3)  6.61/10

plus d'infos sur
Kickback
Kickback
? - 1991 - France
  

vidéos
 Forever War
Forever War
Kickback

Extrait de "Forever War"
  

tracklist
01.   Heaven And Hell
02.   Forever War
03.   Fists Of Fury
04.   Winter Ends
05.   Like The Worms
06.   Kingdom
07.   Nothing
08.   Long Live Death
09.   False Fame
10.   Triumph
11.   No One Gets Out Alive
12.   Nightstalker

Durée : 47'

line up
voir aussi
Kickback
Kickback
Et Le Diable Rit Avec Nous

2011 - GSR music
  
Kickback
Kickback
Cornered

1995 - Hostile Records
  
Kickback
Kickback
No Surrender

2009 - GSR music
  

Essayez aussi
Born From Pain
Born From Pain
In Love With The End

2005 - Metal Blade Records
  
Cubensis
Cubensis
Metaphysical Impact

2008 - 666 Production
  
Since the Flood
Since the Flood
No Compromise

2007 - Metal Blade Records
  
Stubora
Stubora
What we see is not what we wanna see

2001 - Thundering Records
  
Born From Pain
Born From Pain
Survival

2008 - Metal Blade Records
  

Bismuth / Undersmile
Split (Split 12")
Lire la chronique
Anhedonist / Spectral Voice
Abject Darkness ​/ ​Ineffab...
Lire la chronique
Tzun Tzu
The Forbidden City (EP)
Lire la chronique
Primitive Man
Steel Casket (Démo)
Lire la chronique
Coma Wall / Undersmile
Wood & Wire (Split 12")
Lire la chronique
Whoredom Rife / Taake
Pakt (Split 10")
Lire la chronique
METALHERTZ - S03E01 - Le power metal parodique
Lire le podcast
Black Curse
Endless Wound
Lire la chronique
Thanatos
Violent Death Rituals
Lire la chronique
Moongates Guardian
Cold Waters of Anduin
Lire la chronique
Manilla Road
Crystal Logic
Lire la chronique
Gorezone
Implexaeon
Lire la chronique
Exhumed
Horror
Lire la chronique
Regarde Les Hommes Tomber
Ascension
Lire la chronique
Tan Kozh - Les anciens feux
Lire l'interview
Aodon
11069
Lire la chronique
Caustic Wound
Grinding Terror (Démo)
Lire la chronique
Deveikuth
Cadavre
Lire la chronique
Saint Vitus
Saint Vitus
Lire la chronique
Borgne
Y
Lire la chronique
Cenotafio
Larvae Tedeum Teratos
Lire la chronique
Maere
I (EP)
Lire la chronique
Orphalis
The Approaching Darkness
Lire la chronique
Slaughter Messiah
Cursed to the Pyre
Lire la chronique
Code Orange
Underneath
Lire la chronique
Pearl Jam
Vitalogy
Lire la chronique
Solothus
Realm of Ash and Blood
Lire la chronique
Myrkur
Folkesange
Lire la chronique
Trauma
Ominous Black
Lire la chronique
Ruin Lust
Choir Of Babel
Lire la chronique