chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
151 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Halphas - The Infernal Path into Oblivion

Chronique

Halphas The Infernal Path into Oblivion
Allez, une dernière chronique pour 2019. Enfin... une dernière chronique que j’écris en 2019, parce que des albums de 2019, il m’en rest encore quelques-uns sur le feu, et j’en parlerai encore quelques semaines en 2020.

Et pour bien clore l’année, j’ai choisi un jeune groupe qui a un dynamisme et un entrain d’exception : HALPHAS. Les Allemands ont sorti leur deuxième album le 13 décembre, et ils nous permettent de bien terminer l’année, tout comme ARKONA qui vient lui aussi d’offrir un album de qualité. HALPHAS est constitué de 5 membres, dont deux qui s’entendent comme larrons en foire : Tempestas (alias Skullsplitter dans ses autres groupes) et Forcas. Ils ont tous les deux intégré les doomeux de ANGEL OF DAMNATION en 2013, et font aussi partie des autres doomeux de CROSS VAULT. Ils en sont membres depuis 2013 pour Skullsplitter, 2016 pour Forcas. Chez HALPHAS ils sont respectivement batteur et bassiste, et se sont entourés d’un guitariste expérimenté en la qualité de Thurstant (ex EVERFEST) et d’un autre plus novice : Avnas. Enfin, le chanteur est Legatus, gros bonhonmme qui a joué pour des formations obscures, restées dans l’ombre dans l’underground, ou qui n’ont pas dépassé les 100 vues sur Youtube, comme ARAK-DUHL. Allez, bonus :



Eh bah dis-donc, il est passé à un autre niveau avec HALPHAS. HALPHAS, c’est la grosse machine, celle qui déchire, qui riffe, qui maîtrise, qui assomme. Celle qui descend de DISSECTION, mais tout en ayant digéré la scène finlandaise et australienne et en épiçant avec de la hargne façon DARK FUNERAL. Et HALPHAS, ce n’est pas par hasard que ça rime avec « tabasse », « ta race ! » ! Avec « connasse » et « bonasse » aussi, mais là, c’est vraiment juste du hasard... Parce que ces enfoirés tabassent ta race. Et ils te la mettent avec les formes, avec une introduction remarquable parce que bien amenée. Ça commence doucement, avec une sorte de clavier lointain, et il ne réapparaîtra pas dans les compositions. Pendant deux minutes, il te donne l’impression que tu vas passer un petit voyage sympa en calèche dans les forêts paisibles de Bavière, et bim. Les guitares sont lancées, le batteur est lancé, la basse est lancée. C’est une explosion de sons sur lesquels crachent des vocaux possédés sans pitié.

Et comme ça, pendant les 6 minutes qui restent, tu es soulevé. Tu ne peux pas descendre, parce que la tornade n’a pas de répit ! Et c’est comme ça sur les autres pistes aussi. C’est presque éreintant ! Excellent, mais éreintant. Et, peut-être plus problématique, presque lassant. C’est que les compositions commencent à se répéter au bout de la 4ème piste. On a alors ce double sentiment de plaisir et de frustration. Heureusement, il y a quelques passages acoustiques, entre certaines pistes, qui permettent de souffler quelques secondes. On en a une sur l’introduction de « Temple of Oak », et à la fin de « Grave in the Sands ». Et surtout il y a « The Narrow Descent », qui est un morceau entier, de 3 minutes, acoustiques et reposant. Mais le mettre en 6ème position alors qu’il n’y a que 7 pistes est un petit mystère. Peut-être parce que le dernier morceau baisse un peu le pied et pour l’isoler ainsi du reste ? Enfin, même si cela avait été prévisible, le poser à la moitié n’aurait pas fait de mal !

Je ne connaissais pas HALPHAS, mais il m’a bien botté le cul. Du black metal assez Classique, bien déchainé, enragé, possédé !

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

2 COMMENTAIRE(S)

N4pht4 citer
N4pht4
01/01/2020 22:45
note: 8/10
Efficace, agréable et sans prétentions. Quand c'est fait de cette manière, le classicisme n'est absolument pas un défaut.
Jean-Clint citer
Jean-Clint
01/01/2020 14:32
note: 7.5/10
Pas mal du tout effectivement, un belle découverte très classique mais qui fait fait le boulot avec sérieux. Un groupe à suivre !

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Halphas
Black Metal
2019 - Folter Records
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (2)  7.75/10
Webzines : (2)  7.17/10

plus d'infos sur
Halphas
Halphas
Black Metal - 2014 - Allemagne
  

tracklist
01.   Into Eternity We Ride
02.   Monument of Blood
03.   Bones and Dust
04.   Temple of Oak
05.   A Grave in the Sands
06.   The Narrow Descent
07.   Forever Spellbound

Durée : 41:32

parution
13 Décembre 2019

Essayez aussi
Spectral Wound
Spectral Wound
Infernal Decadence

2018 - Les Fleurs Du Mal Productions
  
Yellow Eyes
Yellow Eyes
Silence Threads the Evening’s Cloth

2012 - Sol y Nieve
  
Inquisition
Inquisition
Obscure Verses for the Multiverse

2013 - Season Of Mist
  
Hegemon
Hegemon
Initium Belli (EP)

2017 - Autoproduction
  
Norrhem
Norrhem
Among The Ruins (EP)

2018 - Autoproduction
  

AODON pour l'album "11069"
Lire l'interview
Meshuggah
I (EP)
Lire la chronique
Bismuth / Undersmile
Split (Split 12")
Lire la chronique
Anhedonist / Spectral Voice
Abject Darkness ​/ ​Ineffab...
Lire la chronique
Tzun Tzu
The Forbidden City (EP)
Lire la chronique
Primitive Man
Steel Casket (Démo)
Lire la chronique
Coma Wall / Undersmile
Wood & Wire (Split 12")
Lire la chronique
Whoredom Rife / Taake
Pakt (Split 10")
Lire la chronique
METALHERTZ - S03E01 - Le power metal parodique
Lire le podcast
Black Curse
Endless Wound
Lire la chronique
Thanatos
Violent Death Rituals
Lire la chronique
Moongates Guardian
Cold Waters of Anduin
Lire la chronique
Manilla Road
Crystal Logic
Lire la chronique
Gorezone
Implexaeon
Lire la chronique
Exhumed
Horror
Lire la chronique
Regarde Les Hommes Tomber
Ascension
Lire la chronique
Tan Kozh - Les anciens feux
Lire l'interview
Aodon
11069
Lire la chronique
Caustic Wound
Grinding Terror (Démo)
Lire la chronique
Deveikuth
Cadavre
Lire la chronique
Saint Vitus
Saint Vitus
Lire la chronique
Borgne
Y
Lire la chronique
Cenotafio
Larvae Tedeum Teratos
Lire la chronique
Maere
I (EP)
Lire la chronique
Orphalis
The Approaching Darkness
Lire la chronique
Slaughter Messiah
Cursed to the Pyre
Lire la chronique
Code Orange
Underneath
Lire la chronique
Pearl Jam
Vitalogy
Lire la chronique
Solothus
Realm of Ash and Blood
Lire la chronique
Myrkur
Folkesange
Lire la chronique