chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
199 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Cult Of Luna - A Dawn to Fear

Chronique

Cult Of Luna A Dawn to Fear
Cult of Luna est un groupe agaçant, quelque part. Il adore feindre l’inactivité annoncée, laissant presque espérer une certaine fatigue après une discographie sans maillon faible au point d’en devenir lassante. On les croyait en sommeil après l’excellent Vertikal, jusqu’à ce que l’échappée un peu surfaite avec Julie Christmas sur un Mariner convaincant malgré tout ne les fasse mentir. Il n’empêche que ce A Dawn to Fear est le premier album officiel des Suédois depuis six ans, et il faut croire que cette longue pause a été des plus bienfaitrice pour leur inspiration.

Le premier signe qui ne trompe pas est le retour au format proche des 80 minutes qui rappelle les premières sorties du désormais sextet. Pourtant Cult of Luna affirme avoir voulu changer sa méthode et se laisser porter par son inspiration plutôt que de « viser » un idéal esthétique. Mais le paradoxe, c’est que comme toujours malgré les changements, les Suédois retombent naturellement sur leurs pattes comme des chats aux neuf vies. En découle un album qui n’a pas de thématique précise bien que sa pochette, avec sa coupe d’arbre, nous donne un indice sur la volonté du groupe de revenir à un aspect plus terreux de sa musique et plus proche de la nature, renvoyant à ses essais les plus ruraux. Une nature malheureusement condamnée visiblement, la coupe d’un arbre signifiant symboliquement sa mort. Le son de l’album est beaucoup plus chaud (étouffant même), organique et d’apparence brute, presque en réaction à un Vertikal mécanique et glacial. On peut penser très fort à Somewhere Along the Highway, si ce n’est que l’expérience des Suédois, et notamment l’utilisation des claviers qui est ici beaucoup plus fine, moins voyante, le style du dernier arrivé Kristian Karlsson n’y étant pas pour rien.

A ce titre la production est, comme depuis toujours avec les Suédois, inattaquable. Le niveau de soin accordé pour que chaque détail sonne pour le mieux, tout en maintenant sans cesse l’intérêt de l’écoute malgré la longueur des compositions, est absolument impressionnant. La basse bénéficie d’un son vraiment tellurique qui porterait presque seul un morceau plus massif comme « Lay Your Head to Rest », au point de devenir totalement irrésistible sur la deuxième partie du terrible « Nightwalkers ». Pour rester dans le même sujet, la section rythmique à deux batteries est toujours aussi imposante lorsque les morceaux décident de se mettre en marche pour ne plus s’arrêter, comme lors des envolées surpuissantes de « Inland Rain ». Si un bon équilibre est trouvé entre les morceaux épiques, ceux plus massifs et directs et les ballades, ce qui est salvateur sur ce A Dawn to Fear, c’est le retour des mélodies véritablement prenantes et élégantes qui faisaient cruellement défaut à Mariner. Même si discrètes, à l’instar de celle entonnée par un orgue assez délicieux sur « The Silent Man », ce sont bien elles qui font toute la différence entre une œuvre inspirée et une qui semble forcée. A Dawn to Fear se dévoile alors lentement comme un album à l’atmosphère globale vaporeuse et désabusée, aux espaces sonores marqués. Le titre éponyme, très ambiant, étant sans doute le plus emblématique de l’orientation de ce septième essai. Dans les sommets, on citera « Nightwalkers », longue composition apocalyptique en forme de montagnes russes de riffs implacables et d’enchevêtrements mélodiques d’une beauté folle. Le superbe « Lights on the Hills », avec ses quinze minutes de promenade au travers d’un ciel nébuleux, se présente également comme l’un des meilleurs moments jamais livré par le groupe. Le très classique « The Fall » terminera la traversée sur une alternance bien connue entre choc de guitares et accalmies, jusqu’à la déflagration finale tant attendue.

On vous le disait, Cult of Luna est un groupe agaçant. Pour une fois on a cru tenir l’espace d’une première écoute le premier semi-échec des Suédois, en cause quelques légères longueurs éparses… mais pourtant non. Hormis quelques petites expérimentations du côté des claviers, les Suédois ne surprennent pas sur le fond, mais surprennent plutôt par leur capacité à toujours pouvoir capitaliser sur leurs forces et continuer à proposer des albums intenses. Les esprits cyniques pourraient dire que Cult of Luna ne se livre qu’à une répétition sans intérêt sur A Dawn to Fear, mais votre serviteur vous dira qu’il y voit un groupe sûr de ses atouts, à l’identité bien définie, et qui surtout reste au-dessus de la mêlée.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

3 COMMENTAIRE(S)

Vartruk citer
Vartruk
22/09/2021 15:30
note: 9/10
Avec pas mal de recul et moult écoutes, cet album me réconcilie avec le groupe, après un "Eternal.." très mou du genou, après un Vertikal effectivement froid et mécanique, il y a une sensation de chaleur ici, quelque chose de plus direct (on le sent dès le premier morceau qui ne s'embarrasse pas d'intro futile de 5 minutes), plus précis et plus concis aussi (malgré la grosse durée) alors, certes, il y a quelques longueurs (inévitables) certes il sera difficile, voire impossible, de détrôner la fougue et la spontanéité d'un "The Beyond", mais on sent quand même un groupe sur de son fait, presque au sommet de son art qui n'est pas sans me rappeler un certain Dirge (en moins hypnotique, faut pas déconner Clin d'oeil c'est planant, jouissif, apaisant, un vrai plaisir, j'y vois aussi une forme de synthèse de tout ce qu'ils ont fait de mieux depuis leur débuts et les expérimentations un peu hasardeuses d'un "Mariner" (exemple au hasard Moqueur)

Hâte de les revoir en live en tout cas (ça aurait du être dans 2 mois à Nantes mais ce n'est que partie remise...) juste pour certains morceaux de cet album, merci Cult of Luna et merci Neuro pour cette belle chronique Sourire
choochoo citer
choochoo
20/01/2020 19:49
note: 9/10
Un album incroyable pour un groupe qui effectivement suit une carrière parsemée de sans fautes. A l'instar de Hallu, j'ai moi aussi un petit faible pour les trois premiers, probablement lié à une nostalgie et une époque où ces albums m'ont accompagné pendant de looonnngs trajets, un son témoin du spectacle des paysages défilant.
Un des rares groupes où je me procure instantanément la dernière sortie.
Un album sur la résilience et le feu dans nos voix.
Hallu citer
Hallu
20/01/2020 15:53
"une discographie sans maillon faible" oula... Pour moi quasiment tout entre 2006 et 2019 c'est soporifique et de la redite... Les deux premiers albums sont énormes, le troisième est plutôt bon, et après ça suit la pente descendante classique des groupes de ce type : ça se ramollit, ça rajoute des mélodies niaises, et ça s'auto parodie. Le chant a plus le mordant d'autrefois, l'aspect industriel a totalement disparu, et l'aspect "heavenly" m'enchante pas beaucoup. Restent quelques bons riffs, quelques bonnes ambiances.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Cult Of Luna
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs : (3)  9/10
Webzines : (8)  8.38/10

plus d'infos sur
Cult Of Luna
Cult Of Luna
Post-Metal - 1998 - Suède
  

vidéos
The Silent Man
The Silent Man
Cult Of Luna

Extrait de "A Dawn to Fear"
  
Lay Your Head to Rest
Lay Your Head to Rest
Cult Of Luna

Extrait de "A Dawn to Fear"
  

tracklist
01.   The Silent Man  (10:36)
02.   Lay Your Head to Rest  (06:23)
03.   A Dawn to Fear  (08:53)
04.   Nightwalkers  (10:48)
05.   Lights on the Hill  (15:07)
06.   We Feel the End  (07:06)
07.   Inland Rain  (07:00)
08.   The Fall  (13:13)

Durée : 79:06 minutes

line up
parution
20 Septembre 2019

voir aussi
Cult Of Luna
Cult Of Luna
Salvation

2004 - Earache Records
  
Cult Of Luna / Julie Christmas
Cult Of Luna / Julie Christmas
Mariner (Coll.)

2016 - Indie Recordings
  
Cult Of Luna
Cult Of Luna
Vertikal II (EP)

2013 - Indie Recordings
  
Cult Of Luna
Cult Of Luna
The Beyond

2003 - Earache Records
  
Cult Of Luna
Cult Of Luna
Cult of Luna

2001 - Earache Records
  

Album de l'année
Hate
Rugia
Lire la chronique
Bryan Eckermann
Plague Bringers
Lire la chronique
Angel Witch
Angel of Light
Lire la chronique
The Ruins Of Beverast
The Thule Grimoires
Lire la chronique
The Body / Big Brave
Leaving None but Small Bird...
Lire la chronique
Dream Theater
A View From The Top Of The ...
Lire la chronique
BLACK METAL : Les 100 groupes les plus influents des origines à nos jours !?
Lire le podcast
À Terre
Notre Ciel Noir (EP)
Lire la chronique
Worm
Foreverglade
Lire la chronique
Destinity
In Continuum
Lire la chronique
Momentum
Momentum
Lire la chronique
Kompost
Pallor Mortis
Lire la chronique
Carcass
Torn Arteries
Lire la chronique
Aussichtslos
Einsicht
Lire la chronique
Lamp Of Murmuur
Punishment And Devotion (EP)
Lire la chronique
Demolizer
Upgrade (EP)
Lire la chronique
Mythical Beast
Scales
Lire la chronique
Bishop
Bishop
Lire la chronique
Lamp Of Murmuur
Submission And Slavery
Lire la chronique
Aurvandil
Thrones
Lire la chronique
Nocturnal Nightmare
Abstrakt Sinne
Lire la chronique
Ghastly
Mercurial Passages
Lire la chronique
Hellsword
Cold Is The Grave
Lire la chronique
King Diamond
Conspiracy
Lire la chronique
Vile Apparition
Depravity Ordained
Lire la chronique
Necrofier
Prophecies of Eternal Darkness
Lire la chronique
Black Mass
Feast At The Forbidden Tree
Lire la chronique
Hexerei
Ancient Evil Spirits
Lire la chronique
Illum Adora
Ophidian Kult
Lire la chronique
Begräbnis
Izanaena
Lire la chronique