chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
128 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Meth Drinker - Discography

Chronique

Meth Drinker Discography (Compil.)
Comme quoi Meth Drinker est finalement un peu plus qu’un énième groupe de sludge « trop sick », comme j’avais pu le juger à l’époque. Il faut dire que les Néo-zélandais cochaient tant les bonnes cases du sludge qu’ils en devenaient assez anonymes, entre pochettes provocatrices, nom vénérant la clochardisation et musique faisant penser à une copie sans éclat de Fistula sur Oil, dernier album de la formation depuis retournée dans le silence.

Heureusement, l’excellent label Throne Records m’a fait réenvisager la bande, notamment au travers de la présente compilation regroupant un EP sans titre ainsi que les splits sortis avec Moloch, Leechfeast ou encore Dead Instruments. Soit une heure de sludge misanthropique, dédiée aux amateurs de Dystopia, Noothgrush et autres Grief ! Certes, par rapport au longue-durée de 2014, peu de différences sur le papier. Pourtant, Meth Drinker possède ici une aura bien à lui, rendue visible par la magie de la compilation, format capable dans ce genre particulier de faire particulièrement des miracles.

En effet, un peu comme les compilations de Seven Sisters of Sleep et Dystopia (qui nous aura fait le coup deux fois), Meth Drinker attrape ici cette ambiance de menace, de négativité constante, qu’il n’a pas selon moi quand il s’étale en une fois sur un long format. Mis bout à bout, les douze morceaux ci-présents conservent l’urgence inhérente à la nécessité de tout dire en peu de temps faisant le sel des splits et EPs tout en développant une ambiance commune. Il y a clairement de quoi se faire correctement arracher la gueule ici, à commencer par les titres « Spleen Splitting Pavement », « Stare » ou encore « Two Minutes Hate ». La bande n’épargne aucune occasion de transmettre un mal-être constant, par un dynamisme ensuqué et une lourdeur plongeant au cœur de la dépression de façon viscérale, à la manière de ces motifs musicaux allant et venant sur « Desperation », « Loss », « White Cell » et « Sewer ». Quatre compositions concluant parfaitement un ensemble aliénant au point de rendre grande la tentation de mettre Meth Drinker, ce groupe pourtant si appliqué à respecter un certain sludge, dans la case des aliens.

Mais le saut ne sera pas fait, le groupe étant définitivement à voir comme destiné aux amateurs d’un sludge d’une certaine tradition, pur dans l’impur, tout en attrapant, presque accidentellement, une personnalité propre où le mot « sordide » semble prendre tout l’espace. Aucune joie, aucune libération, aucune respiration dans cette compilation : comme un certain Come to Grief, Meth Drinker vise ici le noir constant, la misanthropie comme seul principe de vie. Trop sec, voire scolaire, sur un temps court, il profite de cette plongée dans l’excès, l’heure en sa compagnie finissant par avoir ces teintes grises, parcourues de jaune et de vert salis, rendant virales ses compositions. En somme, cette générosité qui lui manque au sein de ses titres, il l’attrape ici dans la durée. Le seul coup de chance que vous trouverez dans ce disque marqué par la poisse.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

1 COMMENTAIRE(S)

gulo gulo citer
gulo gulo
11/01/2020 19:54
La pochette tente de la jouer Mayhem.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Meth Drinker
notes
Chroniqueur : 3.5/5
Lecteurs :   -
Webzines :   -

plus d'infos sur
Meth Drinker
Meth Drinker
Sludge - 2010 † 2016 - Nouvelle-Zélande
  

tracklist
01.   Stare  (03:02)
02.   Dehumanize  (05:40)
03.   Beyond the Grate  (04:10)
04.   731  (07:02)
05.   Spleen Splitting Pavement  (04:10)
06.   731 (reprise)  (00:47)
07.   Test Subject  (04:27)
08.   Two Minutes Hate  (04:03)
09.   Desperation  (05:01)
10.   Loss  (06:11)
11.   White Cell  (05:32)
12.   Sewer  (09:38)

Durée : 59 minutes 46 secondes

line up
parution
13 Janvier 2020

Essayez aussi
Bädr Vogu
Bädr Vogu
Exitium

2012 - Memento Mori
  
Potop
Potop
Channels (EP)

2008 - Iron Pig Records
  
Eyehategod
Eyehategod
New Orleans Is The New Vietnam (Single)

2012 - A389 Records
  
Sludge
Sludge
Yellow Acid Rain

2004 - Mighty Music
  
Wort
Wort
Not Your Cup of Tea (EP)

2014 - When Planets Collide
  

Gorezone
Implexaeon
Lire la chronique
Exhumed
Horror
Lire la chronique
Regarde Les Hommes Tomber
Ascension
Lire la chronique
Tan Kozh - Les anciens feux
Lire l'interview
Aodon
11069
Lire la chronique
Caustic Wound
Grinding Terror (Démo)
Lire la chronique
Deveikuth
Cadavre
Lire la chronique
Saint Vitus
Saint Vitus
Lire la chronique
Borgne
Y
Lire la chronique
Cenotafio
Larvae Tedeum Teratos
Lire la chronique
Maere
I (EP)
Lire la chronique
Orphalis
The Approaching Darkness
Lire la chronique
Slaughter Messiah
Cursed to the Pyre
Lire la chronique
Code Orange
Underneath
Lire la chronique
Pearl Jam
Vitalogy
Lire la chronique
Solothus
Realm of Ash and Blood
Lire la chronique
Myrkur
Folkesange
Lire la chronique
Trauma
Ominous Black
Lire la chronique
Ruin Lust
Choir Of Babel
Lire la chronique
Ripper
Sensory Stagnation (EP)
Lire la chronique
Nibiru
Salbrox
Lire la chronique
Sink
The Holy Testament (Compil.)
Lire la chronique
Church Of Disgust
Consumed By Slow Putrefacti...
Lire la chronique
Lvcifyre
Sacrament (EP)
Lire la chronique
ALL #2 - L'incantation par le sang
Lire le podcast
Sarcofago
Crust (Rééd.)
Lire la chronique
Court Of Chaos Festival
Lire l'interview
Amnutseba
Emanatism
Lire la chronique
Higher Power
27 Miles Underwater
Lire la chronique
Reaper
Unholy Nordic Noise
Lire la chronique