chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
140 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Shrine of Insanabilis - Vast Vortex Litanies

Chronique

Shrine of Insanabilis Vast Vortex Litanies
A l’heure où nombre d’artistes et de formations privilégient le buzz médiatique et le coup d’éclat permanent, en lieu et place de la musique, d’autres au contraire cultivent un mystère bienvenu et rafraîchissant où seul le son est privilégié au détriment de l’image. C’est le cas pour cette mystérieuse entité dont les membres restent encore aujourd’hui inconnus, et dont le premier et excellent opus (« Disciples Of The Void ») avait marqué les esprits en 2015. Depuis ce coup d’éclat quatre ans se sont écoulés et seul un EP est venu nous rappeler que SHRINE OF INSANABILIS était toujours en vie, autant dire que l’annonce de ce nouvel album faisait vraiment plaisir et l’on avait hâte de voir si celui-ci confirmerait ou non toutes les belles promesses entrevues.

Sur le fond comme la forme rien n’a changé vu que les Allemands pratiquent toujours un Metal noir cru et sans concessions d’où suinte une haine impressionnante, qui ne laissera pas indemne tout au long de ces trois-quarts d’heure d’une violence présente de bout en bout. A la fois orthodoxe et brutal ce second volet de leurs aventures continue dans la même veine entrevue précédemment, et on ne va pas s’en plaindre tant ça reste d’une efficacité à toute épreuve, même si les éternels râleurs trouveront que le tout reste sur un terrain balisé à l’extrême. Certes ça ne réinvente rien mais c’est tellement bien foutu et joué avec une conviction implacable, que ce défaut mineur sera oublié dès les premières secondes du monstrueux « Parallax Endeavour ». En effet dès qu’il commence on est totalement happé par l’univers froid et tempétueux des Teutons qui nous sortent toute leur palette technique où vitesse élevée, blasts surhumains et parties plus lentes s’agglomèrent ensemble pour former une espèce de monstre tentaculaire impénétrable de prime abord. Car en écoutant attentivement on se rend compte d’une vraie fluidité au niveau de l’écriture, vu que les musiciens n’hésitent pas à proposer des plages de respiration bienvenues, comme ici avec des parties tribales qui servent à reprendre du souffle avant de mieux relancer la machine. Celle-ci va ensuite grimper d’un cran en termes d’intensité que ce soit avec « Lusting After A Burning Star » et « The Last-Born Tyrant » qui vont tout miser ou presque sur le tabassage intensif sous toutes ses formes. Car jouant le grand-écart ces deux compos ne vont pas y aller par quatre chemins sans trouver de juste milieu, vu que ça va être extrêmement rapide quasiment en continu et surtout sans être linéaire. En effet le batteur (dont la prestation de haute lutte tout du long est à souligner) ajoute suffisamment de variations pour ne pas tomber dans la redondance, et n’hésite pas à intégrer aussi de courts moments de répit au ralenti, pour permettre d’entrevoir un soupçon d’espoir au milieu de ces ténèbres oppressants. Si ce schéma de construction se répètera un peu plus loin sur le tout aussi expéditif « Invisible. Infinite. Inexorable » (d’où émerge des notes de piano en introduction ainsi qu’un court solo) le reste de ce long-format, bien que gardant la même trame, va offrir encore un supplément de variété, qui va aller crescendo.

En effet avec « Vertex » le combo bien que martyrisant ses instruments au maximum n’hésite pas à intégrer au milieu de ces déferlantes ultra-violentes et de ce chaos sans limites des courts passages épiques bien troussés et bienvenus, tout comme des instants éthérés à l’instar de la froideur de « Mother And Executioner ». Démarrant par un riff coupant et gelé il s’agglomère sur les parties les plus enlevées comme massives, vu qu’une place plus importante est laissée à la lenteur qui alourdit ainsi un titre qui l’était pourtant déjà de façon démesurée. Et afin de terminer dignement les débats « Verdict » (au nom parfaitement en raccord), outre le fait d’être la compo la plus longue de cette galette, va surtout prendre le temps de s’installer, notamment lors de son point de départ où la pression ne va cesser de grimper de façon subtile et longue, avant que les passages explosifs ne reprennent tout leur pouvoir. Pourtant au milieu de cela on va trouver un long break planant et aérien où une voix émerge en arrière-plan, donnant la sensation de rendre sa décision de justice qui condamne sans doute l’auditeur aux tourments éternels, vu que de nouveau ça va fracasser de plus belle, histoire de finir dignement les débats.

Du coup même si ce cru 2019 semble au début basique et primaire il faut lui laisser le temps de faire ses preuves, afin d’appréhender correctement ce maëlstrom indescriptible, qui montre un raffinement tout Germanique. S’il ne marquera pas l’année de son empreinte le groupe réussi néanmoins sa confirmation, montrant que sans faire de bruit il est l’une des meilleures choses qui soit arrivé ces dernières années sur la scène Black d’outre-Rhin qui en a bien besoin (vu qu’elle ne cesse de décliner). Autant dire que les amateurs d’obscurité racée et dense trouveront facilement leur bonheur sur cet excellent disque qui mérite largement que l’on s’y penche, même si on pourra être légèrement rebuté lors des premières écoutes par l’impression d’uniformité qui s’en dégage. Certes il est parfois difficile d’en extraire un passage plus qu’un autre, mais cela ne lui causera pas de préjudice vu que ce point de détail sera largement oublié au fil des écoutes, qui seront sans doute nombreuses à n’en point douter.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

1 COMMENTAIRE(S)

TarGhost citer
TarGhost
15/01/2020 21:09
Excellent album en effet et le morceau "Mother and Executioner" est incroyable !

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Shrine of Insanabilis
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs :   -
Webzines : (2)  8.5/10

plus d'infos sur
Shrine of Insanabilis
Shrine of Insanabilis
Black Metal - 2015 - Allemagne
  

tracklist
01.   Parallax Endeavour
02.   Lusting After A Burning Star
03.   The Last-Born Tyrant
04.   Vertex
05.   Mother And Executioner
06.   Invisible. Infinite. Inexorable
07.   Verdict

Durée : 47 minutes

parution
17 Octobre 2019

voir aussi
Shrine of Insanabilis
Shrine of Insanabilis
Disciples of the Void

2015 - World Terror Committee Records
  

Essayez aussi
Sytris
Sytris
Pod sztandarami otchłani (EP)

2016 - Werewolf Promotion
  
Aosoth
Aosoth
III

2011 - Agonia Records
  
Isengard
Isengard
Høstmørke

1995 - Moonfog Productions
  
Darkenhöld
Darkenhöld
A Passage To The Towers

2010 - Ancestrale Production
  
Antaeus
Antaeus
Cut Your Flesh and Worship Satan

2000 - Baphomet Records
  

Monarque
Jusqu'à La Mort
Lire la chronique
Khnvm
Foretold Monuments of Flesh
Lire la chronique
Berzerker Legion
Obliterate The Weak
Lire la chronique
Nekro Drunkz
Terminal Perversion
Lire la chronique
Nyogthaeblisz
Abrahamic Godhead Besieged ...
Lire la chronique
Bilan 2019
Lire le bilan
Belore
Journey Through Mountains ...
Lire la chronique
Mephitic Corpse
Immense Thickening Vomit (D...
Lire la chronique
Depressed
Beyond The Putrid Fiction
Lire la chronique
Weakling
Dead as Dreams
Lire la chronique
Abigail Williams
Walk Beyond the Dark
Lire la chronique
Harm's Way
Posthuman
Lire la chronique
Sacrifizer
La Mort Triomphante (EP)
Lire la chronique
Impiety
Versus All Gods
Lire la chronique
Cult of Luna
A Dawn to Fear
Lire la chronique
Forlorn Citadel
Ashen Dirge of Kingslain
Lire la chronique
Moonreich
Wormgod (EP)
Lire la chronique
Municipal Waste
The Last Rager (EP)
Lire la chronique
Necrolatry
Dead And Buried (Démo)
Lire la chronique
Haunter
Sacramental Death Qualia
Lire la chronique
Shrine of Insanabilis
Vast Vortex Litanies
Lire la chronique
Finsterforst
Zerfall
Lire la chronique
Amyl And The Sniffers
Amyl And The Sniffers
Lire la chronique
SETH pour la sortie du live "Les Blessures De l'Âme : XX Ans De Blasphème"
Lire l'interview
Atriarch
Forever The End
Lire la chronique
Kawir
Adrasteia
Lire la chronique
Meth Drinker
Discography (Compil.)
Lire la chronique
PPCM #29 - Ces groupes "similaires à" que je préfère aux originaux
Lire le podcast
Dreadful Fate
Bringer Of Damnation (EP)
Lire la chronique
Vardan
The Wish of Weeping
Lire la chronique