chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
179 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Nekro Drunkz - Terminal Perversion

Chronique

Nekro Drunkz Terminal Perversion
Formé en 2007 à Bay City, Oregon, j’ai fait la connaissance de Nekro Drunkz il y a de cela trois ou quatre mois seulement. Outre ce nom bien débile, nos chemins auraient pu se croiser bien avant si le groupe avait eu des titres un peu moins ridicules que par exemple Butts, Blowjobs, Bowels & Beer!, Doo-Doo Doughnuts ou Lavatory Carnage et des artworks un peu plus engageants que ceux de Tyrants Of Toilet Music ou Absolute Filth. Encore une fois, il aura fallu le sceau providentiel du label américain Headsplit Records pour que je me décide à m’y intéresser. Toutefois, c’était quand même loin d’être gagné vu la gueule là encore de cet artwork pourtant signé Þorvaldur Guðni Sævarsson aka Skaðvaldur (Coffin Rot, Hellripper, Misþyrming, Naðra, Sinmara...).
Formé sur la base d’un duo réunissant Seth Traver aka Crystal Seth (Cemetery Lust, Torture Rack) et Dylan Laviolette aka Tall Can Disgustor666 & Evil Pus Blood Commands (Cemetery Lust), Nekro Drunkz n’a certainement pas chômé en treize ans de carrière. Outre les splits, EP et autres album live dispensés à tire-larigot (onze au total), les Américains en sont aujourd'hui à leur quatrième album. Sortis précédemment sous la bannière du label Moribund Records, le duo a rejoint depuis l’année dernière le roster d’Headsplit Records pour la sortie de ce bel objet qu’est Terminal Perversion (une édition européenne signée No Bread! Records existe également mais malheureusement (enfin c’est selon) sans ce magnifique artwork).

A l’image de ces véritables œuvres d’art visuelles dont émanent non pas un délicieux fumet fécal mais plutôt une certaine inventivité au bon goût avéré (ce subtil mélange de Street Trash et Total Recall), la musique de Nekro Drunkz ne fait bien évidemment pas dans la dentelle. Du haut de ses quinze titres, Terminal Perversion ne dépasse ainsi même pas les vingt minutes. Vingt minutes menées pied au plancher et qui vont voir ainsi copuler différentes sonorités allant du Death Metal au Thrash en passant bien évidemment par le Grindcore. Dénué de toute finesse, le résultat final se montre particulièrement explosif (à l’image d’une bonne diarrhée après les fêtes de fin d’année) et entend bien ne laisser aucun répit à l’auditeur qui ne pourra même pas compter ici sur quelques samples généralement dispensés en guise d’introduction pour espérer reprendre son souffle puisqu'il n’y en a aucun.
Marchant dans les pas de formations telles qu'Impetigo ou Abscess, Nekro Drunkz se vautre avec le même plaisir qu’un pourceau dans la fange dans une formule vieille de déjà trente ans. Un manque d’originalité assumé et dont tout le monde se fout de toute façon puisqu'il est ici largement compensé par un savoir-faire et une efficacité à toute épreuve. Enregistré par Charlie Koryn (batteur tentaculaire d’Ascended Dead, Thanamagus, Funebrarum ou Extraneous) et masterisé par Phil Kusabs (ex-Diocletian, Vassafor, Temple Nightside...), Terminal Perversion a pour lui une production soignée (en tout cas pour le genre) qui, forcément, va participer à l’impact de ces compositions menées à coups de tartinades de riffs Death/Thrash simples mais redoutables ("Septic Shower" à 0:06, "Human Mine Field Of Fornication (Stepping Through An Orgy)", "Terminal Pervertion", "Peepshow Massacre"), de blasts pour le moins abrutissants ("Septic Shower" à 0:22, les premières mesures de "The Acidic Offal Overflow" ou "Death Strike From Septic Hell", "Kukkspawn" à 0:07, etc), de cavalcades Punk ultra entraînantes ("Septic Shower" à 0:58, "Into Eternal Queef" à 0:55, "Death Strike From Septic Hell" à 0:43) et de breaks bien sentis ("The Acidic Offal Overflow" à 0:18, "Human Mine Field Of Fornication (Stepping Through An Orgy)" à 0:39, "Ejaculating Maggots" à 0:49). Côté chant, c’est relativement propre pour le style avec un growl monocorde rugueux balancé par Crystal Seth sur lequel va venir se poser de temps à autre les hurlements maladifs parfois trafiqués de son compagnon d’arme histoire d’enrobé comme il se doit ces histoires de pipi caca prout etc...

Loin d’être l’album le plus malin de 2019, Terminal Perversion n’en reste pas moins une chouette découverte dans un genre finalement assez peu représenté en ces pages. Certes, on repassera pour ce qui est de la finesse, de l’originalité et du bon goût mais rassurez-vous, il y a bien d’autres albums sortis l’année dernière qui vous ferons vous sentir moins sale et moins stupide après les avoir écouté. En attendant, Nekro Drunkz ne fait pas semblant avec ce quatrième album torché en tout juste vingt minutes. Une durée peu excessive pour un album qui, lui, l’est beaucoup plus.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

1 COMMENTAIRE(S)

Rigs Mordo citer
Rigs Mordo
23/01/2020 17:59
J'aime bien, c'est sympa, mais le prob est le chant, comme tu le soulèves dans ta chro c'est très monocorde. Puis je sais pas, pour le genre j'aimerais un peu plus de folie question vocalises. Ca s'écoute et démoule de beaux rondins (pour rester dans le ton), mais Impetigo est encore loin quand même...

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Nekro Drunkz
Death Metal / Grindcore
2019 - Headsplit Records
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs :   -
Webzines :   -

plus d'infos sur
Nekro Drunkz
Nekro Drunkz
Death Metal / Grindcore - 2007 - Etats-Unis
  

tracklist
01.   Septic Shower  (01:32)
02.   Nekrogenous  (01:18)
03.   The Acidic Offal Overflow  (00:48)
04.   Into Eternal Queef  (01:18)
05.   Human Mine Field Of Fornication (Stepping Through An Orgy)  (01:21)
06.   Death Strike from Septic Hell  (01:17)
07.   Kukkspawn  (00:41)
08.   Terminal Perversion  (01:50)
09.   Peepshow Massacre  (01:25)
10.   Ejaculating Maggots  (02:06)
11.   Extreme Excretions  (01:08)
12.   Freaky Fukk Fiesta  (00:36)
13.   Impending Gynocological Conquest  (01:14)
14.   Fecal Upheaval (Of Satanic Might)  (01:39)
15.   Radically Inseminated With Coagulated Cum  (01:55)

Durée : 20:08

line up
parution
5 Novembre 2019

Essayez aussi
Pilori
Pilori
À Nos Morts

2020 - Terrain Vague / APB Records / Coups de Couteau
  
Lurid Panacea
Lurid Panacea
The Insidious Poisons

2019 - Indépendant
  
Napalm Death
Napalm Death
Nazi Punks Fuck Off (EP)

1993 - Earache Records
  
Usurpress / Bent Sea
Usurpress / Bent Sea
Usurpress / Animalist (Split-CD)

2014 - Selfmadegod Records
  
Cadaveric Incubator
Cadaveric Incubator
Sermons Of The Devouring Dead

2017 - Hells Headbangers Records
  

Kairon; IRSE!
Polysomn
Lire la chronique
Burial Remains
Spawn Of Chaos
Lire la chronique
L7
Smell The Magic (EP)
Lire la chronique
Azath
Through a Warren of Shadow
Lire la chronique
Paradise Lost
Paradise Lost
Lire la chronique
Tristengrav
II - Nychavge (EP)
Lire la chronique
Fluoride
Disentanglement
Lire la chronique
Soul Blind
Greatest Hits Vol. I (Compil.)
Lire la chronique
Putrid Offal
Sicknesses Obsessions
Lire la chronique
Novae Militiae
Topheth
Lire la chronique
Ascended Dead / Evil Priest
Nexus Of The Black Flame / ...
Lire la chronique
Uada
Djinn
Lire la chronique
Drowning / Misgivings
Requiem For Gods Perdition ...
Lire la chronique
Polymoon
Caterpillars Of Creation
Lire la chronique
Candiria
Beyond Reasonable Doubt
Lire la chronique
L'affaire JP FOURNIER... L'illustrateur qui tua son père.
Lire le podcast
Darkened
Kingdom Of Decay
Lire la chronique
The Great Old Ones
Cosmicism
Lire la chronique
Eirik
Omnis Erit Eductus
Lire la chronique
Paradise Lost
Gothic
Lire la chronique
Bestial Invasion
Monomania
Lire la chronique
Palehorse
Soft as Butter; Hard as Ice
Lire la chronique
Lik
Misanthropic Breed
Lire la chronique
Necrot
Mortal
Lire la chronique
Diabolic pour "Mausoleum of the Unholy Ghost"
Lire l'interview
Skeletal Remains
The Entombment Of Chaos
Lire la chronique
Diabolic
Mausoleum of the Unholy Ghost
Lire la chronique
Katavasia
Magnus Venator
Lire la chronique
Hulder
De Oproeping Van Middeleeuw...
Lire la chronique
Morta
Fúnebre (EP)
Lire la chronique