chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
144 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Belore - Journey Through Mountains and Valleys

Chronique

Belore Journey Through Mountains and Valleys
J’ai décidé que je ne citerai pas le nom d’un célèbre groupe autrichien dont on est obligé de parler habituellement lorsqu’on a dans les oreilles un groupe comme BELORE, qui s’en inspire. Je ne le citerai pas parce que je l’ai trop cité auparavant, notamment dans ma récente chronique de FORLORN CITADEL, sortant chez le même label, et le même jour. Oui, BELORE propose Journey Through Mountains and Valleys chez Northern Silence Records, le 24 janvier 2020. Et je ne le citerai pas parce que finalement l’influence, bien que très présente, n’est pas non plus aussi forte. Flagrante, mais contrôlée.

BELORE, précisons d’abord que c’est un groupe français tenu par un seul homme. Est-ce que le nom d’Aleevok vous dit quelque chose ? Il est habituellement bassiste, touchant à plusieurs genres différents puisqu’il a joué avec DXS, HAMKA et CONTINUUM… Trois groupes qui sont très, trèèèèèèèèèèèès loin de me parler. Alors citons une référence un peu plus appropriée à nos goûts : il est proche de DARKENHOLD, groupe déjà culte et pour lequel il joue la basse en concert. Il a même fait montre de ses talents pour eux à la basse sur leur split avec GRIFFON, sorti en 2019 chez Les Acteurs de l’Ombre !

Il est du coup un peu sur tous les fronts, et prend encore un peu de galon en proposant un premier album fait tout seul, et bien fait. Les 8 pistes, qui totalisent 53 minutes, sont de très belles invitations au voyage. Ou plutôt aux voyages, au pluriel, parce qu’hormis celles du groupe que je ne veux pas citer ici, il y a diverses ambiances qui traversent ces compositions, allant de SAOR à FALKENBACH, en passant par CALADAN BROOD, en passant par EMYN MUIL, en passant par VALAR… Non ? Pas VALAR ? Le groupe finlandais me plaisait bien moi pourtant, même si c’était synthétique à en vomir…

On retrouve un peu chacune de ces formations chez BELORE, un mélange de divers groupes épiques et atmosphériques créateurs d’images somptueuses, tour à tour reposantes ou agitées. Les claviers sont mis très en avant. C’est eux qui sont les maîtres des ambiances et qui mènent les compositions. Ils sont soutenus par des vocaux au timbre grave, très bien adaptés au style, et parfois des chœurs qui, sans être d’un niveau fou, réussissent l’effet désiré : faire s’envoler l’auditeur. Il faut aussi signaler l’importance de certains instruments plus traditionnels : une guitare acoustique qui amène une ambiance « ménestrel », et une flûte qui rappelle SAOR. Et puis il y a une multitude de détails, de petites saveurs qui plantent le décor, principalement grâce à de nombreux samples : oiseaux, cours d’eau, crépitement du feu, insectes nocturnes…

Le voyage est magique, nous emportant véritablement dans des lieux différents, mais tous grandioses : les montagnes et les vallées sont bel et bien au rendez-vous. Il n’y a pas grand-chose à critiquer. Il y a juste l’envie de croire que BELORE peut encore mieux faire. Il ne faut pas lui mettre une note exagérée parce qu’il est certain qu’il peut encore faire mieux, encore s’améliorer. Comment ? C’est à l’artiste de trouver la réponse, et il saura sûrement y parvenir ! Il est nécessaire de laisser encore une certaine marge avant de penser à un 9/10 ou plus, car c’est certain le groupe dont je ne dirai toujours pas le nom est parvenu à des résultats encore plus incroyables. Bravo pour cette belle découverte, et vivement la suite.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Belore
Black Metal Atmosphérique et Epique
2020 - Northern Silence Productions
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs :   -
Webzines :   -

plus d'infos sur
Belore
Belore
Black Metal Atmosphérique et Epique - France
  

nouveaute
A paraître le 24 Janvier 2020

tracklist
01.   The Valley of the Giants
02.   The Whispering Mountains
03.   The Bewitching Horns
04.   The Howlings Fields
05.   The Initiation Ritual
06.   The King's Funeral
07.   The Return of the Fallen Heroes
08.   The Serenity of Steel

Durée : 53:28

Essayez aussi
Summoning
Summoning
Dol Guldur

1996 - Napalm Records
  
Eldamar
Eldamar
The Force of the Ancient Land

2016 - Northern Silence Productions
  
Summoning
Summoning
Nightshade Forests (MCD)

1997 - Napalm Records
  
Summoning
Summoning
Old Mornings Dawn

2013 - Napalm Records
  
Summoning
Summoning
With Doom We Come

2018 - Napalm Records
  

Contre-Feux
Mort/Vivant
Lire la chronique
Carcass
Symphonies Of Sickness
Lire la chronique
Mourir
Animal Bouffe Animal
Lire la chronique
Slaughtbbath
Alchemical Warfare
Lire la chronique
Yacøpsæ
Timeo Ergo Sum
Lire la chronique
Caronte
Wolves Of Thelema
Lire la chronique
Lurker of Chalice
Tellurian Slaked Furnace (C...
Lire la chronique
Azels Mountain
Wieczny sen
Lire la chronique
Petits labels français BM : Rupture de stock CHALLENGE
Lire le podcast
Come to Grief
Pray for the End (EP)
Lire la chronique
Hellvetron
Trident Of Tartarean Gateways
Lire la chronique
Svarttjern
Shame Is Just A Word
Lire la chronique
Schizophrenia
Voices (EP)
Lire la chronique
Beneath The Massacre
Fearmonger
Lire la chronique
Vulture
Ghastly Waves & Battered Gr...
Lire la chronique
Nefarious Dusk
The Wanderer of the Cold North
Lire la chronique
Nova
Veniamo Dal Cielo
Lire la chronique
Nekrofilth
Worm Ritual
Lire la chronique
Helloween
Keepers of the Seven Keys p...
Lire la chronique
PPCM #30 - La Mort fait recette !
Lire le podcast
Black Mold
Tales of Degradation (Démo)
Lire la chronique
RAM
The Throne Within
Lire la chronique
White Ward
Love Exchange Failure
Lire la chronique
Adversary
Forgotten Remains Of Death ...
Lire la chronique
Svart Crown
Wolves Among The Ashes
Lire la chronique
Leprophiliac
Caskets Of Flesh (Démo)
Lire la chronique
Nawaharjan
Lokabrenna
Lire la chronique
Sadus
Chemical Exposure (Illusions)
Lire la chronique
Crusadist
The Unholy Grail
Lire la chronique
Ulcerot
Necuratu (Démo)
Lire la chronique