chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
96 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Perversor - Umbravorous

Chronique

Perversor Umbravorous
Passé inaperçu aux yeux du plus grand nombre, j’ai toujours eu un faible pour les Chiliens de Perversor. Déjà parce qu’ils sont originaires du Chili, un pays qui nous a habitué ces dernières années à des sorties de qualité (Totten Korps, Suppression, Ripper, Cenotafio, Magnanimvs, Oraculum, Wrathprayer...). Ensuite parce que leur Black/Thrash, aussi primitif et sommaire soit-il, a toujours su satisfaire avec une efficacité exemplaire à mes besoins les plus primaires en la matière. Pourtant cela ne m’a pas empêché de passer jusque-là sous silence les qualités de ce nouvel album dont la sortie remonte déjà à plus d’un an.
C’est en effet en novembre 2018 qu’est paru Umbravorous, un troisième album disponible dans un premier temps sous forme dématérialisée avant que Headsplit et Pulverised Records ne s’en mêlent tous les deux. Le premier pour une édition cassette sortie fin 2018, le second pour les versions LP et CD proposées respectivement depuis février et mars 2019. Illustré par Rodrigo Pereira Salvatierra remarqué cette année pour son travail (très similaire) avec Lurker Of Chalice et Unaussprechlichen Kulten, Umbravorous reprend les choses là où Perversor les avait laissé trois ans auparavant avec le très bon Anticosmocrator. Et c’est justement tout ce qu’on lui demande, ni plus, ni moins.

A la différence de son prédécesseur composé pour moitié (ou presque) de titres issus de précédentes réalisations réenregistrés pour l’occasion, Umbravorous ne fait nullement dans la redite (enfin si ce n’est en terme de formule employée). Si vous pensiez ainsi retrouver les titres de ce split en compagnie d'Istengoat sorti il y a trois ans dans l’indifférence la plus totale et bien vous vous fourrez le doigt dans l’œil puisque les dix titres proposés ici pour une durée toujours aussi contenue de trente-et-une minutes font tous figures d’inédits.
Comme toujours avec les Chiliens, ce nouvel album ne montre aucun signe de faiblesse tout au long de cette petite demi-heure particulièrement intense. Le groupe continue ainsi de mener ses assauts têtes baissées, sans jamais sourciller ni même se retourner une seule seconde. Pas le temps d’niaiser du côté de Perversor qui prend donc toujours autant de plaisir à enchaîner les brulots Black/Thrash sans aucune forme de répit (si ce n’est ces quelques secondes de blanc entre chaque titre). Les quelques samples - peu nombreux - dispensés durant ce troisième album ne servent pas ici d’introduction ou de conclusion permettant d’aérer l’ensemble mais plutôt d’arrangements permettant d’habiller certaines séquences pour en faire ressortir l’atmosphère absolument diabolique et infernale qui en émane (notamment sur la fin de "Somnambulus" avec ces voix de femmes dans la tourmente, entre jouissance et douleur).
A l’instar des précédents albums, le Black/Thrash de Perversor se caractérise par un riffing nerveux aussi sommaire que redoutable (il n’y a qu’à voir cette entrée en matière particulièrement explosive sur "Deadly Poison And Black Fire" avec ses faux-airs d'Angelcorpse pour comprendre qu’il n’y a aucun doute sur les intentions belliqueuses des Chiliens), un jeu de batterie haletant fait essentiellement de blasts et de cavalcades Punk entraînantes mais aussi de breaks et autres ralentissements toujours très bien sentis, permettant notamment d’apporter un peu de relief et de variation à une musique bien peu subtile et surtout assez linéaire. Et comme je n’ai pas envie de me lancer dans un énoncé détaillé et exhaustif de tous ces riffs à trois notes qui ici pullulent et mériteraient votre attention (chose que je fais pourtant régulièrement historie d’illustrer mon propos), je vais simplement m’arrêter là et passer à la conclusion…

Torché en trente-et-une minutes, Umbravorous fait une fois de plus honneur aux origines chiliennes de Perversor qui à l’inverse de quelques grands pontes australiens (Deströyer 666 et Nocturnal Graves pour ne pas les citer) n’entend vraisemblablement pas lever le pied. Servi par une production bien équilibrée ni trop cradingue (juste ce qu’il faut pour apporter caractère et authenticité à l’ensemble), ce troisième album ne devrait pas manquer d’interpeller et de séduire tous ceux ayant émis quelques réserves à la sortie du dernier et, disons-le, décevant Nocturnal Graves.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Perversor
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs :   -
Webzines : (2)  5.25/10

plus d'infos sur
Perversor
Perversor
Black / Thrash - 2007 - Chili
  

formats
  • Digital / 2018 - Autoproduction
  • K7 / 2018 - Headsplit Records
  • CD, Vinyl / 2019 - Pulverised Records

tracklist
01.   Deadly Poison And Black Fire  (02:47)
02.   Umbravorous  (03:48)
03.   The Dwell  (03:27)
04.   Formidable Destino  (03:02)
05.   Military Industrial Complex  (03:09)
06.   Somnambulus  (03:54)
07.   The Excrements Of Infinity Are The Vices Of Divinity  (03:12)
08.   Virtual Antropophagy  (02:54)
09.   Merchant Of Spirits  (02:14)
10.   D.M.T  (03:32)

Durée : 31:59

line up
parution
1 Novembre 2018

voir aussi
Perversor
Perversor
The Shadow Of Abomination (EP)

2011 - Hells Headbangers Records
  
Perversor
Perversor
Anticosmocrator

2015 - Hells Headbangers Records
  
Morbosidad / Perversor
Morbosidad / Perversor
Invocaciones Demoníacas (Split-CD)

2010 - Nuclear War Now! Productions
  
Perversor
Perversor
Cult Of Destruction

2008 - Nuclear War Now! Productions
  
Perversor
Perversor
Demon Metal (EP)

2010 - Hells Headbangers Records
  

Essayez aussi
Vesen
Vesen
Rorschach

2016 - Soulseller Records
  
Deadlock
Deadlock
Earth.Revolt

2005 - Lifeforce Records
  
Deströyer 666
Deströyer 666
Wildfire

2016 - Season Of Mist
  
Charon
Charon
Sulphur Seraph
(The Archon Principle)

2012 - Sepulchral Voice Records
  
The Furor
The Furor
Cavalries Of The Occult

2017 - Transcending Obscurity
  

Skullcrush
Archaic Towers Of Annihilation
Lire la chronique
Dread Sovereign + Saturnalia Temple + Wolvennest
Lire le live report
Skelethal
Antropomorphia (Démo)
Lire la chronique
Bovary
Sur ce mur trop souillé (Dé...
Lire la chronique
Feastem
Graveyard Earth
Lire la chronique
Muvitium
Evighetens Cirkel...
Lire la chronique
The True Werwolf
Devil Crisis
Lire la chronique
Sons Of A Wanted Man
Kenoma
Lire la chronique
Sijjin
Angel Of The Eastern Gate (...
Lire la chronique
Seder
Sunbled
Lire la chronique
Wormhole
The Weakest Among Us
Lire la chronique
Wombbath
Choirs Of The Fallen
Lire la chronique
Deathmaze
Eau Rouge
Lire la chronique
Pearl Jam
Vs.
Lire la chronique
Ad Vitam Infernal
Infernal Comedy
Lire la chronique
Contre-Feux
Mort/Vivant
Lire la chronique
Carcass
Symphonies Of Sickness
Lire la chronique
Mourir
Animal Bouffe Animal
Lire la chronique
Slaughtbbath
Alchemical Warfare
Lire la chronique
Yacøpsæ
Timeo Ergo Sum
Lire la chronique
Caronte
Wolves Of Thelema
Lire la chronique
Lurker of Chalice
Tellurian Slaked Furnace (C...
Lire la chronique
Azels Mountain
Wieczny sen
Lire la chronique
Petits labels français BM : Rupture de stock CHALLENGE
Lire le podcast
Come to Grief
Pray for the End (EP)
Lire la chronique
Hellvetron
Trident Of Tartarean Gateways
Lire la chronique
Svarttjern
Shame Is Just A Word
Lire la chronique
Schizophrenia
Voices (EP)
Lire la chronique
Beneath The Massacre
Fearmonger
Lire la chronique
Vulture
Ghastly Waves & Battered Gr...
Lire la chronique