chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
194 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

NEDXXX - NEDXXX

Chronique

NEDXXX NEDXXX
Débarquer d’on-ne-sait-où, avec un nom à mi-chemin entre le site pornographique louche et la crise d’épilepsie sur clavier, c’est une chose. Mais se payer le luxe de rester anonyme, et de balancer sa première (et vraisemblablement dernière) offrande chez Norma Evangelium Diaboli, c’en est une autre ! Jusqu’à présent, je pensais qu’il fallait avoir fait ses preuves pour sortir une galette sous l’égide du label hexagonal. Après tout, quand on regarde son roster, on n’y voit que des formations ayant marqué durablement, et profondément, le Black Metal. Rien que ça.

Donc forcément, quand le label annonce, d’un coup d’un seul, la sortie du premier disque d’un groupe inconnu au bataillon, l’accompagnement d’un cryptique « From the vortex of timeless chaos, a journey that will sink you to the depths of death. Devil-music for the end times! », on reste sceptique. Mais intrigué. Après tout, pour que NoEvDia fasse confiance à ce point à un "nouveau venu", il faut bien que le contenu soit à la hauteur, non ?

Les théories concernant NEDXXX sont nombreuses. D'aucuns évoquent un potentiel projet parallèle d'un des musiciens d'Abigor, d'autres spéculent sur une sorte de all star band de NoEvDia, la vérité est peut-être ailleurs, mais se situe vraisemblablement entre les deux. J’irais même jusqu’à dire que Nedxxx pourrait être « l’échantillon représentatif » ultime, le concentré le plus pur du mélange de tous les poulains de l’écurie. Le satanisme dévot et les salades eschatologiques habituelles, le mystère volontairement cultivé, la volonté de remuer les codes du genre… Tout y est. A label solide, sortie solide, donc. Pour autant, ce disque n’est pas exempt de défauts. Mais il reste fascinant, même dans ses travers.

Parce que je ne sais pas combien ils sont, ni qui ils sont, mais je suis convaincu qu'ils ont un autel à la gloire d'Abigor dans leur local de répétition, et qu'ils dorment avec la discographie de Deathspell Omega sous l'oreiller. Tout ce que l’on peut entendre sur ce premier opus « sonne comme » les plus belles heures des deux tauliers, ce qui n’est pas une mauvaise chose au vu de la qualité de leur art, mais bon, on aurait pu espérer une digestion un peu plus efficace… Néanmoins, à l’image de ses mentors, le groupe est impressionnant de minutie et de précision dans ses compositions, et dans leur exécution. Si l’on prend en pleine poire la déferlante, si rien ne semble tenir en place, une écoute attentive permet de se rendre compte du travail d’orfèvre qui se dissimule derrière le bordel ambiant. La batterie, quand elle ne blaste pas avec la précision d’un coucou Suisse, se répand en contretemps impossibles et autres roulements qui prennent les autres instruments à revers, les guitares dispensent leurs saillies, marquées du sceau DsO, véritables scalpels sonores qui tirent systématiquement dans les aigus…

Le tout donne l’impression d’avoir été mijoté dans la cervelle bouillante d’un fou-furieux. Les compositions sont en ébullition constante (les blast-beats furieux du sixième morceau), se plaisent à détricoter des compositions déjà bien gratinées, et le chant renforce encore la fièvre qui gagne l’auditeur à l’écoute de cette grande messe. En effet, difficile de ne pas être séduit par le hurleur, qui psalmodie, scande, grogne (l’ouverture du quatrième titre, orientalisant, qui réussit à rendre le Djembe et le Derbouka complètement sataniques) et hurle avec une conviction qui force le respect, des paroles aussi fanatiques que ce à quoi on pourrait s’attendre (« King of Kings, Lord of Lords ! » au beau milieu de la sixième piste). Fanatisme que NEDXXX a voulu renforcer, en bourrant littéralement son disque de samples. Jusqu’à la nausée.

C’est bien ce travers qui me retient d’intégralement louer cet opus. Il est court (à peine trente minutes), et pourtant saturé de samples de discours, effet écho, qui, à mon sens, auraient pu participer à l’ambiance générale s’ils n’avaient pas été aussi présents… Ils en finissent par handicaper un disque qui n’en avait vraiment pas besoin. Réussir à garder constantes tant la tension que l'intensité tout au long d'un disque, c'est une sacré réussite... Et briser son élan sur des samples sans réel intérêt, un vrai gâchis.

Ok, j’avoue, je crache un peu dans la soupe. NEDXXX est un album d’une maîtrise impressionnante… Ce qui n’est pas une surprise, vu l’écurie, et les probables musiciens qui se dissimulent derrière cette belle pochette. Certes, ce ne sont que des théories… Mais ces huit titres sont bien trop professionnels pour n’être que l’œuvre de rookies dans le genre. Un défaut qui n’en est pas un : on ne boude pas son plaisir à l’écoute de cette chimère, qui nécessitera du temps (et de l’aspirine) pour être apprivoisée. Un poil trop proche de ses influences, un poil trop chargée de superflu, certes, mais cette petite curiosité saura se tailler une place de choix dans vos écoutes. A découvrir.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

1 COMMENTAIRE(S)

Oxcidium citer
Oxcidium
30/01/2020 18:33
note: 8.5/10
Incroyablement surpris par ce disque. C'est vrai que un album sortant de nul part et venant d'un label aussi qualitative que NoEvDia fait planer le doute sur ce line-up.
Mais en tout cas, une énorme claque pour ma part, un disque qui faut que j'approfondis encore. Album court, mais plein d'information. Pour mon cas, les samples m'ont pas déranger et je trouve que c'est pas trop choquant à mon oreille.
Une sacré réussite !

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
NEDXXX
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs : (1)  8.5/10
Webzines : (1)  8.5/10

plus d'infos sur
NEDXXX
NEDXXX
Black Metal -
  

tracklist
01.   NED XXX 1  (03:11)
02.   NED XXX 2  (02:55)
03.   NED XXX 3  (01:46)
04.   NED XXX 4  (04:53)
05.   NED XXX 5  (05:21)
06.   NED XXX 6  (06:50)
07.   NED XXX 7  (03:31)
08.   NED XXX 8  (02:16)

Durée : 30:43

parution
13 Décembre 2019

Essayez aussi
Drudkh
Drudkh
The Swan Road

2005 - Supernal Music
  
Nawaharjan
Nawaharjan
Lokabrenna

2020 - Amor Fati Productions
  
Infestus
Infestus
Chroniken Des Ablebens

2008 - Debemur Morti Productions
  
Negator
Negator
Die Eisernen Verse

2005 - Remedy Records
  
Steingrab
Steingrab
Jahre nach der Pest

2018 - Soundage Productions
  

The True Werwolf
Devil Crisis
Lire la chronique
Sons Of A Wanted Man
Kenoma
Lire la chronique
Sijjin
Angel Of The Eastern Gate (...
Lire la chronique
Seder
Sunbled
Lire la chronique
Wormhole
The Weakest Among Us
Lire la chronique
Wombbath
Choirs Of The Fallen
Lire la chronique
Deathmaze
Eau Rouge
Lire la chronique
Pearl Jam
Vs.
Lire la chronique
Ad Vitam Infernal
Infernal Comedy
Lire la chronique
Contre-Feux
Mort/Vivant
Lire la chronique
Carcass
Symphonies Of Sickness
Lire la chronique
Mourir
Animal Bouffe Animal
Lire la chronique
Slaughtbbath
Alchemical Warfare
Lire la chronique
Yacøpsæ
Timeo Ergo Sum
Lire la chronique
Caronte
Wolves Of Thelema
Lire la chronique
Lurker of Chalice
Tellurian Slaked Furnace (C...
Lire la chronique
Azels Mountain
Wieczny sen
Lire la chronique
Petits labels français BM : Rupture de stock CHALLENGE
Lire le podcast
Come to Grief
Pray for the End (EP)
Lire la chronique
Hellvetron
Trident Of Tartarean Gateways
Lire la chronique
Svarttjern
Shame Is Just A Word
Lire la chronique
Schizophrenia
Voices (EP)
Lire la chronique
Beneath The Massacre
Fearmonger
Lire la chronique
Vulture
Ghastly Waves & Battered Gr...
Lire la chronique
Nefarious Dusk
The Wanderer of the Cold North
Lire la chronique
Nova
Veniamo Dal Cielo
Lire la chronique
Nekrofilth
Worm Ritual
Lire la chronique
Helloween
Keepers of the Seven Keys p...
Lire la chronique
PPCM #30 - La Mort fait recette !
Lire le podcast
Black Mold
Tales of Degradation (Démo)
Lire la chronique