chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
101 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Etoile Filante - Magnum Opus Caelestis

Chronique

Etoile Filante Magnum Opus Caelestis
Bon et bien zut, je la commence cette chronique... C’est rare que je me retrouve un peu bloqué à l’écriture d’un commentaire, mais ETOILE FILANTE ne m’a pas inspiré. Sa musique est loin d’être mauvaise, mais elle ne m’a pas soufflé les mots qui allaient me permettre de la décrire. Elle m’a soufflé à la place des images. Parce que c’est bien l’objectif de nos Franciliens : créer des images d’immensité spatiale dans nos tout petits crânes d’humains minuscules.

Et ça fonctionne. 4 titres et 44 minutes qui pourront titiller les poils du dos, caresser les oreilles, fasciner les neurones ou bien carrément illuminer l’esprit. Cela dépend de la sensibilité de chacun à ce style. La musique est cosmique, mais elle n’est pas vraiment similaire à l’éternel comparaison et maître du genre qu’est DARKSPACE. C’est ici bien moins « agressif ». Les pistes tentent plutôt de reproduire en son la poudre de l’espace, et c’est plutôt la douceur qui est reine.

C’est ainsi la sérénité des ambiances qui marque le plus. Non seulement grâce aux rythmes, mais aussi aux sonorités ajoutées. Des bruits synthétiques très spatiaux viennent très fréquemment nous rappeler la thématique principale d’ETOILE FILANTE. C’est une belle formule mais qui a aussi tendance à trop ronronner. Il est facile de se laisser trop bercer par la musique et de décrocher. De ne plus se sentir envahi, et de penser à autre chose. C’est sans doute pour cela que le titre « Icare ou la chute des corps célestes » a ma préférence. Placé en troisième piste, il est moins long que les deux premiers avec 8 minutes au compteur contre 22(!) et 10. Il a ainsi une durée plus propice à la concentration attentive. Il a aussi des parties emballées et agressives plus présentes, qui lui donne plus de puissance. Et enfin les vocaux en français y sont plus audibles par moment, donnant là encore une sensation de tension plus accentuée.

Le groupe sort ainsi un premier album avec de bonnes qualités, mais aussi des passages qui semblent pouvoir être améliorés, ou devenir plus efficaces. Il mérite d’être essayé et devrait trouver son public. Il fait partie des nouvelles découvertes du label qui aime signer les formations prometteuses : Northern Silence Productions, dont nous avons déjà parlé cette année pour les sorties de FORLORN CITADEL et BELORE.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

5 COMMENTAIRE(S)

Jor citer
Jor
06/02/2020 12:17
Sagamore a écrit :

Je ne me suis jamais attardé sur leur cas, je t'avoue que le côté "titres à rallonges" me rebute un peu... Mais si tu me dis que c'est cool, je vais me pencher dessus !


L'album Shards Of Silver Fade est dans mon panthéon personnel, c'est l'un des albums qui m'a le plus marqué ces 10-15 dernières années! Pour peu qu'on accepte de s'abandonner, c'est un voyage assez incroyable...
Sagamore citer
Sagamore
04/02/2020 18:35
Jor a écrit : @Sagamore
Midnight Odyssey est le seul autre groupe à qui je donne carte blanche pour la durée des titres. Shards Of Silver Fade a des titres qui oscillent entre 15 et 20 minutes, et je ne leur retirerais pas une seule seconde. Ils arrivent à rester captivants sans être fatigants.


Je ne me suis jamais attardé sur leur cas, je t'avoue que le côté "titres à rallonges" me rebute un peu... Mais si tu me dis que c'est cool, je vais me pencher dessus !
the gloth citer
the gloth
03/02/2020 15:47
La 4e piste, c'est une cover de Philip Glass je suppose ?
Jor citer
Jor
03/02/2020 13:31
@Sagamore
Midnight Odyssey est le seul autre groupe à qui je donne carte blanche pour la durée des titres. Shards Of Silver Fade a des titres qui oscillent entre 15 et 20 minutes, et je ne leur retirerais pas une seule seconde. Ils arrivent à rester captivants sans être fatigants.
Sagamore citer
Sagamore
03/02/2020 13:25
Un bon disque, comme tu le soulignes, bien fichu... Mais qui me fait le même effet qu'à toi. Et y'a pas, les titres de plus de 15 minutes, il n'y a qu'à Darkspace que je pardonne Mr Green

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Etoile Filante
Black Metal Cosmique
2020 - Northern Silence Productions
notes
Chroniqueur : 7/10
Lecteurs :   -
Webzines :   -

plus d'infos sur
Etoile Filante
Etoile Filante
Black Metal Cosmique - 2013 - France
  

tracklist
01.   Magnum Opus Calestis
02.   Feu Prométhée
03.   Icare ou la chute des corps célestes
04.   Koyaanisqatsi

Durée : 43:53

parution
24 Janvier 2020

Essayez aussi
Limbonic Art
Limbonic Art
Spectre Abysm

2017 - Candlelight Records
  
Darkspace
Darkspace
Dark Space III I

2014 - Avantgarde Music
  
Darkspace
Darkspace
Dark Space III

2008 - Avantgarde Music
  
Omnihierophantom
Omnihierophantom
Beyond Eternity

2000 - Black Flame Records
  

Anhedonist / Spectral Voice
Abject Darkness ​/ ​Ineffab...
Lire la chronique
Tzun Tzu
The Forbidden City (EP)
Lire la chronique
Primitive Man
Steel Casket (Démo)
Lire la chronique
Coma Wall / Undersmile
Wood & Wire (Split 12")
Lire la chronique
Whoredom Rife / Taake
Pakt (Split 10")
Lire la chronique
METALHERTZ - S03E01 - Le power metal parodique
Lire le podcast
Black Curse
Endless Wound
Lire la chronique
Thanatos
Violent Death Rituals
Lire la chronique
Moongates Guardian
Cold Waters of Anduin
Lire la chronique
Manilla Road
Crystal Logic
Lire la chronique
Gorezone
Implexaeon
Lire la chronique
Exhumed
Horror
Lire la chronique
Regarde Les Hommes Tomber
Ascension
Lire la chronique
Tan Kozh - Les anciens feux
Lire l'interview
Aodon
11069
Lire la chronique
Caustic Wound
Grinding Terror (Démo)
Lire la chronique
Deveikuth
Cadavre
Lire la chronique
Saint Vitus
Saint Vitus
Lire la chronique
Borgne
Y
Lire la chronique
Cenotafio
Larvae Tedeum Teratos
Lire la chronique
Maere
I (EP)
Lire la chronique
Orphalis
The Approaching Darkness
Lire la chronique
Slaughter Messiah
Cursed to the Pyre
Lire la chronique
Code Orange
Underneath
Lire la chronique
Pearl Jam
Vitalogy
Lire la chronique
Solothus
Realm of Ash and Blood
Lire la chronique
Myrkur
Folkesange
Lire la chronique
Trauma
Ominous Black
Lire la chronique
Ruin Lust
Choir Of Babel
Lire la chronique
Ripper
Sensory Stagnation (EP)
Lire la chronique