chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
174 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

White Ward - Love Exchange Failure

Chronique

White Ward Love Exchange Failure
On attendait WHITE WARD, et il y avait un problème important qui allait s’imposer. Le groupe avait montré un visage très personnel sur son premier album en 2017 pour la simple et juste raison qu’il y mêlait black metal et saxophone. Ça fonctionnait assez bien même si je reprochais déjà le fait que les passages sans l’instrument en question ne cassaient pas trois pattes à un canard. L’apport du saxo suffisait à donner de l’intérêt au groupe. Et là, avec un deuxième album, on allait donc se retrouver devant le même problème au centuple.

WHITE WARD est resté dans notre mémoire « le groupe au saxophone » et du coup on a hâte que l’instrument apparaisse, on y pense avant même d’appuyer sur lecture. Et du coup on ressent une petite déception à l’arrivée parce qu’il est moins présent qu’on l’aurait souhaité. Et pourtant il n’était déjà pas omniprésent sur Futility Report non plus ! Je le signalais d’ailleurs dans ma chro de l’époque : « Cet essai de 6 pistes pour 40 minutes contient effectivement du saxo, mais absolument pas de bout en bout. C’est un élément récurrent, qui se glisse dans la musique… ».

Et c’est bien là notre erreur, et le risque de passer à côté d’un album somptueux tout simplement parce qu’il ne correspondait pas à ce que nous pensions, ou à ce que nous en avions comme souvenir. WHITE WARD mérite beaucoup plus que d’être le « groupe au saxophone » car il ne s’agit que d’un des nombreux éléments qui construit son impressionnant édifice. On aurait tout aussi bien pu dire que WHITE WARD était le « groupe au piano » si le piano était rare dans le metal. J’ai même l’impression que ces deux instruments apparaissent au moins en même quantité, et ce dès la première piste dont l’introduction impose pendant 3 minutes une délicieuse ambiance feutrée de fin de soirée. Ensuite arrivent les influences black metal. Et je vais tenir à l’expression « influences » parce qu’il ne faut absolument considérer les Ukrainiens comme de fervents adorateurs et serviteurs du black metal. Ils l’utilisent en tant que texture, parmi d’autres. Et on peut même n’en avoir pas la moindre once pendant de longues minutes. Il est même inexistant sur le morceau « Surfaces an Depths », titre de piano bar teinté de rock.

Je vais avouer que je suis passé à côté de la plupart des qualités aux deux premières écoutes. Tout simplement parce que mes oreilles s’étaient fermées, n’entendant pas ce qu’elles attendaient. Mais la qualité est finalement évidente. Le problème vient uniquement de l’ouverture de chacun. J’imagine que certains sont hermétiques à ce style, d’autant qu’il peut vite paraître pédant. Mais finalement, le terme de pédant n’est pas très éloigné de celui d’élitiste ! Et là on est servi ! La construction des morceaux est soignée, naturelle, et même variée. L’agressivité est là, la douceur est au tournant, la mélancolie n’est jamais loin… DEAFHEAVEN n’est pas loin non plus. Les photos du groupe et le visuel y font penser également d’ailleurs… Ou du moins montrent l’envie de se démarquer d’une imagerie trop typée. On remarquera même que c’est encore plus marqué que sur le premier album. On pouvait deviner une affiliation avec le metal. Plus du tout désormais.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

6 COMMENTAIRE(S)

Neuro citer
Neuro
08/02/2020 19:11
J'ai un peu oublié de le citer dans notre bilan celui-là. Vraiment très bon.
choochoo citer
choochoo
08/02/2020 21:52
note: 8/10
Une très belle chronique très fluide qui reflète à merveille la fluidité et la tranquillité qui émanent de ce disque.
Dantefever citer
Dantefever
08/02/2020 12:12
Aucun doute sur la qualité artistique du truc, mais c'est tellement à l'opposé de ce qui m'intéresse au niveau musical et thématique que je vais forcément détester ... Du coup je préfère ne même pas écouter, garder ma profonde conviction que c'est excellent en soi, et ne pas me polluer avec une subjectivité opposée au projet.
Sagamore citer
Sagamore
08/02/2020 07:48
Toujours été rebuté par la pochette... C'est très con, je sais. Mais vu ce que tu en dis, j'y suis allé... Et première écoute plutôt très convaincante !! Merci Sourire
grintold citer
grintold
07/02/2020 21:59
J’en ai entendu que du bien, je l’ai pas encore écouté mais cette chronique va m’obliger à le faire
Raziel citer
Raziel
07/02/2020 17:53
Superbe album.
Très atypique, avec ce saxo entêtant, ces ambiances gorgées de nostalgie crasse, de celle que l'on trouve dans les vieux bars à jazz du fin fond de villes usées.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
White Ward
Style indéfini
2019 - Debemur Morti Productions
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs : (3)  8.5/10
Webzines : (2)  8/10

plus d'infos sur
White Ward
White Ward
Style indéfini - 2012 - Ukraine
  

tracklist
01.   Love Exchange Failure
02.   Poisonous Flowers of Violence
03.   Dead Heart Confession
04.   Shelter
05.   No Cure for Pain
06.   Surfaces and Depths
07.   Uncanny Delusions

Durée : 67:04

parution
20 Septembre 2019

voir aussi
White Ward
White Ward
Futility Report

2017 - Debemur Morti Productions
  

Manilla Road
Crystal Logic
Lire la chronique
Gorezone
Implexaeon
Lire la chronique
Exhumed
Horror
Lire la chronique
Regarde Les Hommes Tomber
Ascension
Lire la chronique
Tan Kozh - Les anciens feux
Lire l'interview
Aodon
11069
Lire la chronique
Caustic Wound
Grinding Terror (Démo)
Lire la chronique
Deveikuth
Cadavre
Lire la chronique
Saint Vitus
Saint Vitus
Lire la chronique
Borgne
Y
Lire la chronique
Cenotafio
Larvae Tedeum Teratos
Lire la chronique
Maere
I (EP)
Lire la chronique
Orphalis
The Approaching Darkness
Lire la chronique
Slaughter Messiah
Cursed to the Pyre
Lire la chronique
Code Orange
Underneath
Lire la chronique
Pearl Jam
Vitalogy
Lire la chronique
Solothus
Realm of Ash and Blood
Lire la chronique
Myrkur
Folkesange
Lire la chronique
Trauma
Ominous Black
Lire la chronique
Ruin Lust
Choir Of Babel
Lire la chronique
Ripper
Sensory Stagnation (EP)
Lire la chronique
Nibiru
Salbrox
Lire la chronique
Sink
The Holy Testament (Compil.)
Lire la chronique
Church Of Disgust
Consumed By Slow Putrefacti...
Lire la chronique
Lvcifyre
Sacrament (EP)
Lire la chronique
ALL #2 - L'incantation par le sang
Lire le podcast
Sarcofago
Crust (Rééd.)
Lire la chronique
Court Of Chaos Festival
Lire l'interview
Amnutseba
Emanatism
Lire la chronique
Higher Power
27 Miles Underwater
Lire la chronique