chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
144 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Black Mold - Tales of Degradation

Chronique

Black Mold Tales of Degradation (Démo)
Black Mold est une créature qui cultive le secret. Origine inconnue, membres fantômes, pochette trompeuse, Black Mold préfère clairement l’obscurité à la lumière des projecteurs. Il est de ceux-là, qui se repaissent dans l’obscurité, à l’abri des regards et dont seul un label audacieux, faisant office de pionnier, vient troubler le repos.

Tales of Degradation est la seconde demo du combo. 4 titres pour à peine plus de 13 minutes de BM à forte coloration thrash. Droit à l’essentiel mais pas que.

Premier constat, première surprise : le son n’est pas harsh. Au contraire, il est étonnement puissant et, surtout, gonflé d’un groove tout à fait surprenant. De fait, l’ensemble sonne bien moins agressif qu’on aurait pu le penser, ce d’autant que la voix est assez soft, chaude et audible, loin des stridences attendues. Ainsi, The Astral Dome est-il très rock dans l’esprit, très rond, bourré de groove et axé sur une dynamique enlevée, mais définitivement rock. Encrusted Parasite est davantage développé sur des structures thrash mais sans que la vitesse ne prenne jamais le pas sur la rondeur globale du morceau. Quant à Demon’s Embrace, il repose complètement sur une structure très rock là encore, au tempo enlevé, très plaisant, porté par des riffs facilement mémorisables, qui sonnent presque comme un hymne. Bringer of Light clôt cette demo de belle manière, en mid-tempo, avec une voix perdue dans l’écho et un son encore plus chaud et profond que sur le reste du disque. De nouveau, les riffs se répètent, insistent et s’enroulent autour d’un groove bienvenu.

Surprenant, ce Tales of Degradation l’est à plus d’un titre. Ne vous arrêtez surtout pas à la pochette. Elle ne dit rien du contenu très rock n’ roll de la demo, très agréable par ailleurs.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Black Mold
Black metal / Thrash
2019 - Helldprod Records
notes
Chroniqueur : 3.75/5
Lecteurs :   -
Webzines :   -

plus d'infos sur
Black Mold
Black Mold
Black metal / Thrash -
  

tracklist
01.   The Astral Dome
02.   Encrusted Parasite
03.   Demon's Embrace
04.   Bringer of Light

Durée : 13:34

parution
25 Mai 2019

Essayez aussi
Warfist
Warfist
Grünberger

2019 - Godz Ov War Productions
  
Sacramentum
Sacramentum
The Coming Of Chaos

1997 - Century Media Records
  
Power From Hell
Power From Hell
Profound Evil Presence

2019 - High Roller Records
  
Deadlock
Deadlock
Earth.Revolt

2005 - Lifeforce Records
  
Perversor
Perversor
Anticosmocrator

2015 - Hells Headbangers Records
  

Gorezone
Implexaeon
Lire la chronique
Exhumed
Horror
Lire la chronique
Regarde Les Hommes Tomber
Ascension
Lire la chronique
Tan Kozh - Les anciens feux
Lire l'interview
Aodon
11069
Lire la chronique
Caustic Wound
Grinding Terror (Démo)
Lire la chronique
Deveikuth
Cadavre
Lire la chronique
Saint Vitus
Saint Vitus
Lire la chronique
Borgne
Y
Lire la chronique
Cenotafio
Larvae Tedeum Teratos
Lire la chronique
Maere
I (EP)
Lire la chronique
Orphalis
The Approaching Darkness
Lire la chronique
Slaughter Messiah
Cursed to the Pyre
Lire la chronique
Code Orange
Underneath
Lire la chronique
Pearl Jam
Vitalogy
Lire la chronique
Solothus
Realm of Ash and Blood
Lire la chronique
Myrkur
Folkesange
Lire la chronique
Trauma
Ominous Black
Lire la chronique
Ruin Lust
Choir Of Babel
Lire la chronique
Ripper
Sensory Stagnation (EP)
Lire la chronique
Nibiru
Salbrox
Lire la chronique
Sink
The Holy Testament (Compil.)
Lire la chronique
Church Of Disgust
Consumed By Slow Putrefacti...
Lire la chronique
Lvcifyre
Sacrament (EP)
Lire la chronique
ALL #2 - L'incantation par le sang
Lire le podcast
Sarcofago
Crust (Rééd.)
Lire la chronique
Court Of Chaos Festival
Lire l'interview
Amnutseba
Emanatism
Lire la chronique
Higher Power
27 Miles Underwater
Lire la chronique
Reaper
Unholy Nordic Noise
Lire la chronique