chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
102 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Hellvetron - Trident Of Tartarean Gateways

Chronique

Hellvetron Trident Of Tartarean Gateways
Bien cachées parmi la litanie de sorties qui inondent un marché saturé et mondialisé, il existe des galettes surprenantes et marquantes de par leur originalité ou leur concept, et à ce titre la nouvelle livraison du duo d’El Paso fait totalement partie de cette catégorie vu qu’elle est une expérience sensorielle qui ne laisse pas indemne. Si jusqu’au présent celui-ci n’avait pas tellement fait parler de lui il le doit tout autant à sa discographie réduite au minimum (à peine une Démo et un album – avant ce successeur, en quinze années d’existence) que par sa faculté à rester dans l’ombre et l’obscurité afin de peaufiner son style au maximum, ce qui demande une sacrée habileté pour ne pas tomber dans le ridicule et/ou le n’importe quoi. En effet le binôme a poussé nettement plus loin son concept musical vu que son Black/Doom occulte et oppressant est une vraie messe noire au sens pur et propre du terme, porté par des ambiances omniprésentes qui remplacent une violence presque absente. Pendant presque une heure les texans vont emmener leur auditoire vers les abîmes et les ténèbres où le feu et la chaleur règnent en maître autour du diable et de ses légions (on peut facilement imaginer qu’elle serve de bande son à la « Divine Comédie » de Dante), à travers une musique hermétique et minimaliste d’où rien ne semble pouvoir s’échapper, et où la folie n’est jamais très loin tout comme le bûcher qui semble déjà prêt à accueillir ses victimes. Il est évident en effet que ce genre de disque n’est pas à mettre entre toutes les oreilles et qu’à une certaine époque le simple fait de le posséder aurait valu cette sanction à son propriétaire comme à ses créateurs, qui auraient été considérés comme des hérétiques en puissance.

Nul passage par le purgatoire vu que l’on plonge directement vers les flammes éternelles, c’est d’ailleurs comme cela que s’ouvre cet opus (via « I. Opening – Queen Of The Void ») avec un clavier particulièrement angoissant où se mêle au loin le bruit du vent et des loups, histoire de signifier qu’une personne vient de passer de vie à trépas et qu’une cérémonie sataniste se prépare quelque part. Quand elle démarre c’est à un voile de guitare tout en reverb’ et opaque auquel on a affaire, ainsi qu’à un chant possédé qui donne la sensation de débiter des incantations au fond d’une grotte enfumée, le tout avec un rythme majoritairement lent mais suffisamment habile pour proposer de légères variations afin de ne pas risquer de s’endormir. Car avec des morceaux qui pour la plupart s’étirent de façon très (voire trop) prolongée le risque est grand de piquer un roupillon, même si on n’est pas dans du Funeral Doom et que le côté très cru de l’ensemble ajoute du charme aux compos, comme avec « II. Initiation – Lustful Witchcraft » qui se montre encore plus dépouillée. Ici ça crépite lors de l’introduction afin de mieux faire ressentir la damnation éternelle même si on a l’impression qu’au niveau des riffs comme de la batterie que cela ressemble étrangement à ce qui a été proposé auparavant. Ce point de vue va d’ailleurs être une constante, d’où la difficulté à faire ressortir de cette masse grouillante un passage ou un titre complet plus qu’un autre, mais heureusement les gars ont là-aussi ajouté quelques petites subtilités pour de ne pas tomber dans la redondance. On peut entendre notamment quelques chœurs religieux sur le stable et homogène « III. Blessing – Anointed Under A Burning Throne » ou des voix féminines inquiétantes sur « VI. Offering – Solar Dark God » qui semblent préparer à l’instant crucial du sacrifice, tout en conservant une rythmique bridée et un côté hallucinatoire.

Cependant quand les texans se décident à raccourcir leur propos curieusement le tempo va avoir tendance à légèrement s’emballer et à se laisser aller, comme sur la fin de « IV. Evocation – King Of Thaumiel » où ça tabasse modérément tout en restant relativement sobre (on n’est pas non plus dans du Death Brutal). Cela s’entend également durant les moments hypnotiques de « V. Prayer – Draconian Witchblood » qui sont complétés par un riffing froid et coupant et à l’énergie contagieuse, dont semblent s’imprégner les disciples participants aux rituels. Avec des plages certes ressemblantes mais séparées et nommées tels les chapitres d’un vieux grimoire et indépendants les uns des autres, les américains ont pris le parti de jouer sur la chronologie des évènements jusqu’à son aboutissement final. Cela intervient via le surprenant et apaisant « IX. Transformation – Altar Of Scorpions », où les nappes de synthétiques portent l’ensemble et amènent un côté apaisant comme pour montrer que tout est terminé, et que le processus est arrivé à son terme.

Malgré toute la meilleure volonté de ses créateurs il va falloir du temps et de la patience pour appréhender leur œuvre, vu que tout écouter d’une seule traite est particulièrement éprouvant à la fois pour les oreilles comme pour la tête, tant le minimalisme assumé et répétitif est sur certains aspects particulièrement déroutant et difficile à appréhender. Si à une époque pas si lointaine on brûlait les disques de Rock’N Roll nul doute que la possession de ce « Trident Of Tartarean Gateways » aurait valu les mêmes ennuis à celui qui le possède, et qu’il risque de faire causer encore aujourd’hui dans l’Etat d’origine de ses géniteurs. En tout cas grâce à eux il est prouvé que le Diable existe toujours et qu’il a de beaux jours devant lui tant l’écoute de cette galette inclassable permet de vivre une expérience sensorielle et psychologique unique, et dont on ne ressort pas indemne. Cependant pas besoin ici de paradis artificiels ni de sociétés secrètes pour être emmené très loin dans l’esprit et le religieux, même si l’imperméabilité de cette torture auditive rendra difficile le retour à la réalité vu qu’on aura eu fortement l’impression d’avoir vécu une épreuve à mi-chemin entre la vie et la mort, corporelle comme spirituelle, mais dans tous les cas authentique à 100 %.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Hellvetron
Black/Doom Occulte
2019 - Iron Bonehead Productions
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs :   -
Webzines : (2)  7.75/10

plus d'infos sur
Hellvetron
Hellvetron
Black/Doom Occulte - 2004 - Etats-Unis
  

tracklist
01.   I. Opening – Queen Of The Void
02.   II. Initiation – Lustful Witchcraft
03.   III. Blessing – Anointed Under A Burning Throne
04.   IV. Evocation – King Of Thaumiel
05.   V. Prayer – Draconian Witchblood
06.   IV. Offering – Solar Dark God
07.   VII. Conjuration – Blood Of Ancients
08.   VIII. Rite – Tartarean Gateways
09.   IX. Transformation – Altar Of Scorpions

Durée : 60 minutes

line up
parution
16 Août 2019

Essayez aussi
ΚΕΝΌΣ
ΚΕΝΌΣ
Inner Rituals

2018 - BloodCrown Records
  

Anhedonist / Spectral Voice
Abject Darkness ​/ ​Ineffab...
Lire la chronique
Tzun Tzu
The Forbidden City (EP)
Lire la chronique
Primitive Man
Steel Casket (Démo)
Lire la chronique
Coma Wall / Undersmile
Wood & Wire (Split 12")
Lire la chronique
Whoredom Rife / Taake
Pakt (Split 10")
Lire la chronique
METALHERTZ - S03E01 - Le power metal parodique
Lire le podcast
Black Curse
Endless Wound
Lire la chronique
Thanatos
Violent Death Rituals
Lire la chronique
Moongates Guardian
Cold Waters of Anduin
Lire la chronique
Manilla Road
Crystal Logic
Lire la chronique
Gorezone
Implexaeon
Lire la chronique
Exhumed
Horror
Lire la chronique
Regarde Les Hommes Tomber
Ascension
Lire la chronique
Tan Kozh - Les anciens feux
Lire l'interview
Aodon
11069
Lire la chronique
Caustic Wound
Grinding Terror (Démo)
Lire la chronique
Deveikuth
Cadavre
Lire la chronique
Saint Vitus
Saint Vitus
Lire la chronique
Borgne
Y
Lire la chronique
Cenotafio
Larvae Tedeum Teratos
Lire la chronique
Maere
I (EP)
Lire la chronique
Orphalis
The Approaching Darkness
Lire la chronique
Slaughter Messiah
Cursed to the Pyre
Lire la chronique
Code Orange
Underneath
Lire la chronique
Pearl Jam
Vitalogy
Lire la chronique
Solothus
Realm of Ash and Blood
Lire la chronique
Myrkur
Folkesange
Lire la chronique
Trauma
Ominous Black
Lire la chronique
Ruin Lust
Choir Of Babel
Lire la chronique
Ripper
Sensory Stagnation (EP)
Lire la chronique