chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
194 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Yacøpsæ - Timeo Ergo Sum

Chronique

Yacøpsæ Timeo Ergo Sum
Il y a certains groupes qui forcent le respect, et ne laissent personne indifférent. Yacøpsæ est fait de cette essence de bois rare, vernie à la bière tiède et au jus de cendrier : que l’on aime ou qu’on déteste ce que le combo s’acharne à proposer, on ne peut que saluer sa longévité, et surtout, son intégrité.

Trente ans, ce n’est pas rien. Trente bougies, soufflées cette année. 10 950 jours durant lesquels, avec certes quelques passages à vide et petits changements de line-up, la formation Allemande sème, avec précision et grand plaisir, de véritables attentats sonores, Punk Hardcore gonflé aux stéroïdes qui s’est progressivement accéléré, pour se muer en hybride de Grindcore, de Fastcore et de Powerviolence, retournant tantôt les pits, tantôt les tympans. 12 full-lengths, 22 splits, moultes apparitions sur compilations et samplers divers, on ne peut raisonnablement pas parler de tout.

La sortie de leur dernier album, « Timeo Ergo Sum » (« J’ai peur, donc je suis »), est donc pour moi l’occasion en or d’aborder un groupe que j’apprécie tout particulièrement, mais que je ne savais pas par quel bout prendre – ou plutôt, par quelle sortie. Compliqué d’en parler, car durant ces trente ans mis au service de la violence débridée, Yacøpsæ ne s’est pas renouvelé. Mais alors, carrément pas (ou presque). Ce qui n’est pas franchement ce qu’on attendait d’eux, ni pour me déplaîre.

Rien de neuf, donc, depuis « Tanz, Grosny, Tanz… », ou « Gästezimmer », la recette n’a pas varié d’un millimètre. L’objectif reste le même : ensevelir l’auditeur sous des torrents de blast-beats, marqués par cette caisse claire qui claque (King Ju lui-même en perdrait son latin) malmenée par un batteur aux poignets décidément bien huilés, ces riffs qui collent aux parois de la bétonnière, et ce chant, délicieusement beuglard, qui tente, à bout de souffle, de suivre le tempo implacable des compositions. « Timo Ergo Sum », c’est du grand Yacøpsæ, dans le positif comme dans le négatif : il continuera de déplaire à ceux qui ne voient dans ces frappes convulsives « que du bruit pour crasseux ». Et ceux qui se délectent de ce défouloir, gratuit en apparence mais Ô combien revendicatif (il suffit de jeter un œil aux paroles – car oui, il y en a), continueront de savourer la raclée, ponctuée de (très) rares accalmies mid-tempo qui ne sont que des prétextes pour un peu plus enfoncer le propos (« Durchgestrichen » et ses « Tik… Tok… » égrenés durant son final).

Oui, ce dernier album m’arrange bien. Comme pour une grande partie des ténors sur-productifs de la frange Powerviolence, dont le propos finit immanquablement par se répéter au fil des disques, je me voyais mal faire chauffer le copier/coller pour chacune des sorties de la formation, aussi qualitatives soient-elles. Disons simplement que « Timeo Ergo Sum » est à la fois une bonne synthèse de la carrière des Allemands, une belle porte d’entrée vers leur riche discographie (pour qui n’aurait pas peur pour ses tympans), mais également un sacré défouloir pour qui ne chercherait qu’un prétexte à balancer quelques coups de latte dans son mobilier. La qualité Allemande : sans grande surprise, mais redoutable d’efficacité.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Yacøpsæ
Fastcore/Powerviolence
2019 - F.O.A.D. Records
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs :   -
Webzines :   -

plus d'infos sur
Yacøpsæ
Yacøpsæ
Fastcore/Powerviolence - 1990 - Allemagne
  

tracklist
01.   Misanthrop  (0:46)
02.   Hrez/schlag  (0:31)
03.   Kopflos  (0:48)
04.  Vergessen  (0:28)
05.  Welt/reich  (0:52)
06.  Endstation Langenhorn  (1:03)
07.  Das Wiegenlied Zum Totschlag  (0:30)
08.  Niemandsland  (0:33)
09.  Alle Worte  (0:19)
10.  Nah/t  (1:13)
11.  Leiden Schafft  (0:42)
12.  Durchgestrichen  (2:10)
13.  Zeitsprung  (0:52)
14.  Reis  (0:21)
15.  Lehre Leere  (0:54)
16.  K/lynch  (0:58)
17.  Selbst Bestimmt  (0:46)
18.  Spiele  (0:30)
19.  -  (0:49)
20.  Such(e)t  (0:53)
21.  F22.0  (1:02)
22.  Schrei/b  (0:04)
23.  Fünfe Gerade  (0:31)
24.  Timeo Ergo Sum  (3:45)

Deveikuth
Cadavre
Lire la chronique
Saint Vitus
Saint Vitus
Lire la chronique
Borgne
Y
Lire la chronique
Cenotafio
Larvae Tedeum Teratos
Lire la chronique
Maere
I (EP)
Lire la chronique
Orphalis
The Approaching Darkness
Lire la chronique
Slaughter Messiah
Cursed to the Pyre
Lire la chronique
Code Orange
Underneath
Lire la chronique
Pearl Jam
Vitalogy
Lire la chronique
Solothus
Realm of Ash and Blood
Lire la chronique
Myrkur
Folkesange
Lire la chronique
Trauma
Ominous Black
Lire la chronique
Ruin Lust
Choir Of Babel
Lire la chronique
Ripper
Sensory Stagnation (EP)
Lire la chronique
Nibiru
Salbrox
Lire la chronique
Sink
The Holy Testament (Compil.)
Lire la chronique
Church Of Disgust
Consumed By Slow Putrefacti...
Lire la chronique
Lvcifyre
Sacrament (EP)
Lire la chronique
ALL #2 - L'incantation par le sang
Lire le podcast
Sarcofago
Crust (Rééd.)
Lire la chronique
Court Of Chaos Festival
Lire l'interview
Amnutseba
Emanatism
Lire la chronique
Higher Power
27 Miles Underwater
Lire la chronique
Reaper
Unholy Nordic Noise
Lire la chronique
Moraš
Gaze Of The Void (Démo)
Lire la chronique
PPCM #32 - Un petit tour auprès d'un groupe pionnier...
Lire le podcast
Stabat Mater
Give Them Pain (Compil.)
Lire la chronique
Hexekration Rites
Desekration Manifesto (EP)
Lire la chronique
Fange
Pudeur
Lire la chronique
Grift
Budet
Lire la chronique