chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
187 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Caronte - Wolves Of Thelema

Chronique

Caronte Wolves Of Thelema
Deux ans après le sympathique mais pantouflard « Yoni » revoilà le combo italien aux affaires, toujours aussi motivé et qui se lance dans un nouveau défi musical où sont venus se greffer un second guitariste et un claviériste de session. Car évoluant maintenant sous la forme d’un quintet celui-ci en a terminé de sa trilogie consacrée aux rites chamaniques les plus divers, pour offrir désormais une autre orientation plus planante et cosmique mais toujours occulte à souhait. En effet on va voir apparaître au grand jour des influences rétro agréables et délicieuses, qui vont faire de cette quatrième livraison la meilleure jamais sortie par les transalpins, cela notamment grâce à l’apport des nouveaux arrivants qui vont apporter un second souffle au groupe, celui-ci réussissant enfin à produire un disque cohérent de bout en bout. Ce dernier à la fois puissant et intéressant porté par un son typique des années 60-70 va se révéler être particulièrement massif et lourd via l’apport de la deuxième guitare, mais aussi surtout grâce à l’invité qui va se révéler primordial dans la réussite de ce projet. Car ces nappes discrètes et jamais proéminentes vont renforcer la noirceur ambiante, et outre un clavier classique il ne va pas hésiter à ressortir le bon vieil orgue Hammond si prisé des formations de l’époque fans des substances hallucinogènes. Il n’y aura donc rien de surprenant à ce qu’on y entende des harmonies que l’on croirait sorties des DOORS, PROCOL HARUM ou encore DEEP PURPLE, qui vont se greffer avec justesse avec le reste de la musique de CARONTE.

D’ailleurs dès les premières notes de « Wolves Of Thelema » on va s’apercevoir du bond en avant franchit par l’entité (et ce même si ce premier morceau reste plus dans la lignée des précédentes galettes), car la brume et l’orgue vont envelopper l’ensemble de façon inquiétante avant que la suite ne soit plus classique entre passages lourds, riffs glaciaux et batterie tout en cassures et roulements. Pourtant alors qu’on pourrait croire que les frères Bones restent dans leurs travers anciens on s’aperçoit que malgré son classicisme cette compo se montre des plus prenante et intéressante, ceci grâce à un certain dynamisme que l’on va retrouver tout du long par la suite et qui évite ainsi les pertes d’intérêt que l’on retrouvait par le passé chez ses géniteurs. Après ces débuts prometteurs « 333 » va confirmer que l’on est en présence d’un opus de qualité de par ses notes douces et froides et surtout une rythmique active qui ne faiblit à aucun moment, donnant de fait à la noirceur présente une certaine luminosité pleine d’espoir. Cependant l’obscurité reste néanmoins le crédo majeur de la bande et cela va être confirmé sur le très bon « Hypnopyre » où des parties tribales apparaissent de façon flagrante, comme pour donner à la messe noire des airs de transe ainsi qu’un argumentaire au grand prêtre, d’autant plus avec ce riffing que n’aurait pas renié BLACK SABBATH. En effet on sent que ce titre a été inspiré par Ozzy Osbourne et ses acolytes, à l’instar du solo coupant et déchirant qui maintient l’auditeur dans un état comateux.

C’est à partir de ce moment-là que le voyage dans le passé va s’accélérer et aller crescendo, car avec « Queen Of The Sabbath » on est en présence d’influences Hard-Rock discrètes mais importantes, et surtout de notes stylées clavecin horrifiques qui renforcent ce sentiment oppressant tout en mettant paradoxalement en avant une facette musicale plus directe. Après toute cette noirceur et ces trous noirs une petite pause lumineuse est la bienvenue, et elle intervient via « Amalantrah Sonata » un interlude éthéré et nuageux où on a la sensation que le défunt quitte son enveloppe charnelle pour se diriger vers l’au-delà (porté des arpèges délicats et une frappe sur les toms très légère, et où la basse chaude est mise en avant), mais cependant il ne va pas trouver le sommeil tout de suite. En effet avec « Quantum Ecclesia » c’est un retour à l’occultisme car le chant se fait particulièrement religieux et les instruments se mettent au diapason en proposant quelquechose de très lent et lourd, où la sensation d’écrasement n’est jamais très loin mais où l’accroche reste incontestable tant les ambiances et les arrangements d’une grande sobriété permettent de garder un intérêt constant. « Black Hole Dawn » qui s’enchaîne dans la foulée conserve cette même trame d’écriture tout en misant davantage sur le vénérable instrument chéri de Ray Manzarek et John Lord tant on se retrouve dans une ambiance riche en fumées diverses et encens de toutes sortes, à l’instar de « Starway To The Cosmic Fire ». Avec un nom pareil on se doute dans quoi on met les pieds et là on est présence de rites diaboliques qui rendent hommage au Malin et à ses légions, tant le piano est encore de sortie et porté par une lenteur étouffante et suffocante, d’où émerge un solo mélodieux comme pour signifier que la cérémonie arrive à son terme (et qu’il est l’heure pour le décédé de partir rejoindre le royaume des cieux ou des enfers). Mettant la vitesse au rebut elle est compensée par ce sentiment de bien-être bizarre malgré la présence de maléfices et de spectres les plus étranges, qui concluent ainsi une galette réussie en tous points.

Si l’on n’attendait rien de cette sortie force est de reconnaître qu’il s’agit d’une vraie surprise, dont l’exploration va prendre du temps pour en percevoir toutes les subtilités, tant sous son apparence accessible se cache un vrai travail sur les harmonies et les effets divers. Si elle conserve une trame avec ce qui a été fait auparavant ce nouveau volet des aventures des parmesans montre une évolution plus personnelle, bénéfique au plus haut point qui lui fait franchir un cap dans sa carrière. Et même s’il y’a fort à parier que ce long-format passera tout aussi inaperçu que ses prédécesseurs il faut quand même souligner la qualité de la copie rendu par ses créateurs qui s’obstinent à faire vivre une musique pas si évidente que ça à concevoir comme à écouter. Ayant toujours la passion et l’abnégation nécessaire, ceux-ci méritent les encouragements les plus nourris tant leur obstination a fini par payer malgré les déconvenues de toutes sortes, comme quoi il ne faut jamais rien lâcher quel que soit le domaine concerné.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

1 COMMENTAIRE(S)

gulo gulo citer
gulo gulo
17/02/2020 20:22
note: 6/10
Grosse saveur Jaz Coleman sur les parties vocales de celui-ci... et gros début de radotage.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Caronte
Doom Occulte
2019 - Ván Records
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs : (1)  6/10
Webzines : (5)  8.13/10

plus d'infos sur
Caronte
Caronte
Doom Occulte - 2011 - Italie
  

tracklist
01.   Wolves Of Thelema
02.   333
03.   Hypnopyre
04.   Queen Of The Sabbath
05.   Amalantrah Sonata
06.   Quantum Ecclesia
07.   Black Hole Dawn
08.   Starway To The Cosmic Fire

Durée : 44 minutes

line up
parution
6 Décembre 2019

voir aussi
Caronte
Caronte
Yoni

2017 - Ván Records
  

Essayez aussi
ΚΕΝΌΣ
ΚΕΝΌΣ
Inner Rituals

2018 - BloodCrown Records
  
Hellvetron
Hellvetron
Trident Of Tartarean Gateways

2019 - Iron Bonehead Productions
  
Abysmal Grief
Abysmal Grief
Blasphema Secta

2018 - Sun and Moon Records
  

Deveikuth
Cadavre
Lire la chronique
Saint Vitus
Saint Vitus
Lire la chronique
Borgne
Y
Lire la chronique
Cenotafio
Larvae Tedeum Teratos
Lire la chronique
Maere
I (EP)
Lire la chronique
Orphalis
The Approaching Darkness
Lire la chronique
Slaughter Messiah
Cursed to the Pyre
Lire la chronique
Code Orange
Underneath
Lire la chronique
Pearl Jam
Vitalogy
Lire la chronique
Solothus
Realm of Ash and Blood
Lire la chronique
Myrkur
Folkesange
Lire la chronique
Trauma
Ominous Black
Lire la chronique
Ruin Lust
Choir Of Babel
Lire la chronique
Ripper
Sensory Stagnation (EP)
Lire la chronique
Nibiru
Salbrox
Lire la chronique
Sink
The Holy Testament (Compil.)
Lire la chronique
Church Of Disgust
Consumed By Slow Putrefacti...
Lire la chronique
Lvcifyre
Sacrament (EP)
Lire la chronique
ALL #2 - L'incantation par le sang
Lire le podcast
Sarcofago
Crust (Rééd.)
Lire la chronique
Court Of Chaos Festival
Lire l'interview
Amnutseba
Emanatism
Lire la chronique
Higher Power
27 Miles Underwater
Lire la chronique
Reaper
Unholy Nordic Noise
Lire la chronique
Moraš
Gaze Of The Void (Démo)
Lire la chronique
PPCM #32 - Un petit tour auprès d'un groupe pionnier...
Lire le podcast
Stabat Mater
Give Them Pain (Compil.)
Lire la chronique
Hexekration Rites
Desekration Manifesto (EP)
Lire la chronique
Fange
Pudeur
Lire la chronique
Grift
Budet
Lire la chronique