chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
103 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Feastem - Graveyard Earth

Chronique

Feastem Graveyard Earth
C'est quand même chouette, d'avoir un climat intransigeant. Tiens, prends la Finlande, par exemple. Une poignée de musiciens, que tu jettes en pleine forêt, condamnés à être malmenés par les températures glaciales, cinq mois de nuit par an et une langue quasi-ésotérique pour qui n’y est pas initié, et PAF ! Tu obtiens l'une des scènes Black Metal les plus riches et qualitatives du genre. Jouer vite et fort, bouger partout dans le pit pour se réchauffer, le pays aurait pu être un bon terreau pour le Grindcore… Pourtant, la scène Finlandaise n’est pas forcément la plus connue : sorti des vétérans Rotten Sound et des surdoués (je pense à Death Toll 80K), peu de noms de formations Finlandaises me viennent en tête... Ha, si, peut-être bien Feastem, en fait.

Pas la plus connue, mais loin d’être la plus jeune, puisqu’elle est active depuis 2005. Quinze ans de longévité pour un groupe que je n’ai découvert qu’avec la sortie d’ « Avaritia Humanae », en 2013, dont j’avais eu l’occasion de parler sur Thrashocore. A la réflexion, et à la réécoute, je trouve que j’ai été un peu sévère avec la galette. Peut-être que j’en attendais trop, que prendre Rotten Sound pour mètre-étalon était un peu raide… Peu importe, les Finlandais me corrigent cette année de la plus belle des manières : en sortant, sept ans plus tard, une lame d’un tranchant redoutable, forgée au marteau-pilon et trempée dans l’huile la plus corrosive qui soit, livrée bien polie dans deux fourreaux différents : en LP chez Lixiviat Records (label des gones de Warfuck), avec une pochette aussi réussie qu’improbable, et en CD chez EveryDayHate, parée d’un artwork autrement plus conventionnel.

Quoiqu’il en soit, Feastem n’a rien perdu de sa hargne, au contraire, tout porte à croire que le climat délétère ambiant aura renforcé l’envie du groupe de casser des gueules.

Doté d’une production qui a bien mangé ses cinq fruits et légumes par jour, mais saupoudrés de protéines, « Graveyard Earth » ne correctionne plus : il dynamite, il disperse, il ventile. La même recette que par le passé, mais en plus « tout ». Plus énervée, plus intense. Le blast-beat y est évidemment quasi-constant, chaque coup de médiator creuse un ravin, et le chant étranglé de Petri Eskelinen fait baisser les yeux, à grands coups de saillies fédératrices (« I Will Never Kill », rââââh…). Quand la démonstration de force est aussi impressionnante, on se tait, et on reconnaît avoir jugé le groupe un peu rapidement.

D’autant que Feastem sait infuser à son Grindcore, déjà pétri d’influences mises au service de l’agression, quelques petites idées qui lui évitent de s’encroûter dans la redite. Rien de révolutionnaire, hein, mais elles ne manqueront pas de décrocher une droite, puis le sourire, au connaisseur. Le chant qui s’aligne sur les tonalités de la guitare sur «Creeping Heat », le dôme de la ride qui vient ponctuer les changements de riffs du véloce « Verta ja lihaa », les breakdowns faussement pépères de « Sortovalta» qui ne sont que des échauffements avant le 100 mètres, ces cymbales étouffées démarrant « Turha toivo »… Une multitude de petits atouts qui poussent au replay. « Terror Balance » et ses motifs de fin du monde, « Pelon voima » et son D-beat façonné pour secouer les malheureux au premier rang, « Kurjuuden kuningas » qui voit Feastem donner tout ce qui lui reste d’énergie dans la dernière ligne droite, sont autant de preuves que le groupe n’a, à aucun moment, baissé la garde. Intensité soutenue du premier au dernier titre, la pression ne redescend qu’à l’outro bruitiste à souhait, friture sur la ligne sortant des enceintes, rudement éprouvées.

"Graveyard Earth" remplit toutes les clauses de son contrat. Il est court, il est violent, il ne ménage pas l'auditeur et ne pourra que prendre encore plus de relief sur les scènes. Mieux, il fait du zèle, en ajoutant quelques petites tournures, évoquées plus haut, ajoutant à l'efficacité de l'ensemble. Un boulot d'artisan, dans ce que le terme peut laisser entendre de plus noble : c'est honnête et ça respire la passion. Amateurs, vous savez ce qu'il vous reste à faire.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

1 COMMENTAIRE(S)

Nikolaaa citer
Nikolaaa
27/02/2020 21:28
Juste écouté la première piste sur Bandcamp, c’est jouissif! Vivement la sortie officielle! Et merci pour la découverte Sourire

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Feastem
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs :   -
Webzines : (1)  7/10

plus d'infos sur
Feastem
Feastem
Grindcore - 2005 - Finlande
  

tracklist
01.   The Rope Calls Your Name  (01:12)
02.   I Will Never Kill  (01:05)
03.   Sick  (01:15)
04.   Terror Balance  (01:51)
05.   Sortovalta  (01:32)
06.   Verta Ja Lihaa  (01:31)
07.   Creeping Heat  (01:07)
08.   In Isolation We Die  (01:09)
09.   Pelon Voima  (01:36)
10.   Graveyard Earth  (02:10)
11.   Spreading Darkness  (01:27)
12.   Mouths of Others  (00:51)
13.   Turha Toivo  (00:38)
14.   Kurjuuden Kuningas  (01:11)
15.   Outro  (01:14)

Durée : 19:49

parution
13 Mars 2020

voir aussi
Feastem
Feastem
Avaritia Humanae

2013 - Obscene Productions
  

Essayez aussi
Mindful of Pripyat
Mindful of Pripyat
...and Deeper, I Drown in Doom... (EP)

2015 - Autoproduction
  
Brutal Truth
Brutal Truth
Extreme Conditions Demand Extreme Responses

1992 - Earache Records
  
Napalm Death
Napalm Death
Scum

1987 - Earache Records
  
Phobia
Phobia
Remnants Of Filth

2012 - Willowtip Records
  
Brutal Truth
Brutal Truth
Evolution Through Revolution

2009 - Relapse Records
  

Mourning Beloveth / The Ruins Of Beverast
Don’t Walk on the Mass Grav...
Lire la chronique
Lifeless Dark
Who Will Be The Victims? (D...
Lire la chronique
Bait
Revelation Of The Pure
Lire la chronique
Mora Prokaza
By Chance
Lire la chronique
Meurtrières
Meurtrières (EP)
Lire la chronique
Irae
Lurking in the Depths
Lire la chronique
Death Courier
Necrotic Verses
Lire la chronique
Bašmu
Enshrined In Eternity
Lire la chronique
Exocrine
Maelstrom
Lire la chronique
Cryptic Shift
Visitations from Enceladus
Lire la chronique
Bezwering
Aan De Wormen Overgeleverd
Lire la chronique
Odiosior
Odiosior (EP)
Lire la chronique
Non Serviam
Le Cœur Bat
Lire la chronique
Hum
Inlet
Lire la chronique
Nexion
Seven Oracles
Lire la chronique
Mosaic
Secret Ambrosian Fire
Lire la chronique
BLACK METAL qui parle de virus !
Lire le podcast
Gloom
Rider of the Last Light
Lire la chronique
Witchcraft
Legend
Lire la chronique
Front
Antichrist Militia (EP)
Lire la chronique
Pearl Jam
Binaural
Lire la chronique
Buköwski
Grind on the Rocks
Lire la chronique
Le sondage des années 2010
Votre top 10 ! Difficile he...
Voir le sondage
Vspolokh
Помре
Lire la chronique
Zemial
Nykta
Lire la chronique
Meth Leppard
Woke
Lire la chronique
Runemagick / Chthonic Deity
Chthonicmagick (Split 12")
Lire la chronique
Azziard
Liber Secondus - Exégèse
Lire la chronique
Cathedral
The Last Spire
Lire la chronique
Carach Angren
Franckensteina Strataemontanus
Lire la chronique