chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Ad Vitam Infernal - Infernal Comedy

Chronique

Ad Vitam Infernal Infernal Comedy
En fin d'année dernière, le boss de Lavadome Productions poste un extrait du premier album de Ad Vitam Infernal, Infernal Comedy. "Rise! Our Souls..." me fout sur le cul. Un coup de foudre qui me pousse à en savoir plus sur ce groupe sorti de nulle part. Pas de page Metal Archives (elle n'a été créée que récemment) mais j'apprends que ce sont ... des Français ! Puis que l'un d'entre eux, puisqu'il s'agit d'un duo, fait partie d'AthanaTheos, formation méconnue ayant sorti un unique et excellent album, Alpha Theistic, en 2012. C'est qu'on est de mieux en mieux là ! Ni une ni deux je pré-commande la bête sur le label tchèque et le reçois dans la foulée, bien avant sa sortie officielle au 31 janvier. Décidément, tout roule !

Et les bonnes nouvelles vont continuer dès la première écoute de ce Infernal Comedy et sa jolie pochette tourmentée à la old-Immolation qui ne mettra pas longtemps à confirmer les espoirs nés de "Rise! Our Souls...". Foutre Satan que c'est jouissif ! Si le morceau lancé en avant-première s'avère le plus bourrin de l'opus, Ad Vitam Infernal ne fait clairement pas dans la dentelle tout au long des huit morceaux pour trente-cinq minutes d'orgasme auditif. Les influences death metal haut de gamme perçues sur "Rise! Our Souls..." se retrouvent aussi sur les autres compositions. Pas d'Incantation ou de HM-2 worship ici, les Français s'adonnent à un style beaucoup moins à la mode, surtout dans la scène nationale. Le modèle suprême reste Morbid Angel et la scène floridienne des années 1990 (on peut y rajouter Deicide et Diabolic) mais Ad Vitam Infernal fait surtout penser à la nouvelle vague de groupes plus extrêmes qui a déferlé à la fin de cette même décennie et au début des années 2000. Et là on pense au early-Hate Eternal, Centurian, Fleshtized voire Angelcorpse. En plus récent, c'est Chaos Inception qui vient à l'esprit. Bref, du très lourd !

Ça vous met l'eau à la bouche, hein ? Vous avez raison ! Le combo fait montre d'un savoir-faire hors pair sur sa comédie infernale, proposant différents rayons bien fournis. Le premier ayant su attirer mon attention, la brutalité (on ne se refait pas !). Ça joue souvent vite, parfois très vite et ça ne lésine pas sur les blast-beats. Ça bourre grave, quoi ! Une efficacité jubilatoire bien mise en valeur par une production solide et un beau bagage technique où ça maîtrise à mort sans en faire des caisses. Niveau riffs, on est aussi dans le haut du panier, souvent du tremolo sombre, mélodique et bouillonnant plus ou moins rapide en rythmique ou en lead, ou du sec et nerveux bien agressif. Quelques leads plus "ambiancées" (mais pas de solos) viennent compléter le tableau. Et en parlant d'ambiance, Ad Vitam Infernal s'est également donné la peine de peaufiner son atmosphère. Une aura maléfique entoure en effet l'opus grâce à tous ces riffs aux mélodies evil, qu'ils soient up-tempo ou plus pesants sur des séquences plus modérées comme sur "Abject" à 1'43, "Hell Hunger" à 4'24, "No Sides" à 1'19, "To Cross the Rivers" à 2'14, "Rise! Our Souls" à 2'28 ou sur l'intro de "Insane Prayer", morceau de clôture des plus savoureux s'ouvrant sur une montée en puissance prenante à base de tremolo de plus en plus chaotique et de spoken words désespérés. L'aspect démoniaque omniprésent se retrouve aussi dans les thématiques abordées (inspirées de la Divine Comédie de Dante Alighieri). Le chant, très convaincant, fait d'ailleurs partie des atouts principaux du duo. Un growl puissant épaulé d'intonations plus criardes qui donne corps aux paroles. Quel pied quand ça part en blasts sur de longs cris infernaux ! Le groupe a en plus le don de bien débuter ses morceaux afin que l'on soit happé d'entrée de jeu. Dernier point fort, si la brutalité domine ici, Ad Vitam Infernal n'oublie pas non plus de varier les plaisirs. Outre les blasts, on croise ainsi pas mal de cavalcades thrashies effrénées, de rythmiques enlevées au groove dark malfaisant et même de vrais ralentissements comme évoqué plus haut.

Pas de défauts alors ? Eh bien, quand même un peu, si. Je n'aurais pas été contre quelques solos ou encore davantage d'intensité, par exemple (oui je suis gourmand !). J'ai aussi senti une pointe d'accent français sur les spoken words de "Abject" et "Insane Prayer". Et entre nous, je ne sais pas pourquoi mais je ne peux pas m'empêcher d'entendre "Adrienne" (Rocky !) et non "Ad Vitam" sur le refrain du premier morceau "Ad Vitam Infernal" ! Rien de vraiment contrariant mais il faut bien dire un peu de mal sous peine d'accusations de léchages de boules ! Non, plus sérieusement, s'il y a un reproche à faire à Infernal Comedy, c'est plutôt la batterie. Ou plutôt l'absence de batteur. Ad Vitam Infernal utilise en effet ici une batterie programmée. Pas grand chose à redire sur la programmation en elle-même et le rendu sonore ne s'avère pas trop dégueulasse comparé à d'autres formations équipée d'une boite à rythmes ou même d'un vrai batteur mais à l'engin tellement triggé et quantisé qu'il n'a plus rien d'humain. On reconnaît néanmoins qu'il n'y a pas de batteur. Une vraie batterie au son à peu près naturel aurait certainement donné encore plus de vie et d'âme aux compositions qui n'en auraient été qu'encore plus éloquentes.

Avouez que les critiques restent légères, surtout pour un premier album. Vous savez bien que je ne m'enflamme pas pour n'importe quoi de toute façon. Dès son premier enregistrement, Ad Vitam Infernal nous sort le grand jeu. Impressionnant de maîtrise, le duo fait montre d'un potentiel des plus prometteurs. D'autant qu'il s'adonne à un style de (brutal) death metal exigeant et pas le plus trendy. Puisant chez Morbid Angel, Hate Eternal, Centurian, Deicide, Diabolic et Chaos Inception, les Français viennent de nous pondre l'air de rien une petite pépite de death metal fleurant bon la Floride des années dorées 1990 et sa version survitaminée du début des années 2000. Qu'importe finalement que la batterie soit programmée. Infernal Comedy est une putain de réussite que j'ai pris grand plaisir à écouter maintes et maintes fois depuis son acquisition, sans entamer mon enthousiasme. Mon premier coup de cœur de 2020 !

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

7 COMMENTAIRE(S)

Charon Del Hadès citer
Charon Del Hadès
01/03/2020 10:46
note: 7.5/10
Oui je plussoie, très bon premier album dont j'avais traité en long et en large sur Nonoise.
De plus ce sont des gars vraiment adorables; j'ai également pu les interviewer, c'est vrai qu'il y a beaucoup de trè bons retours autour de cet album.
Un démarrage en beauté quoi !
ERZEWYN citer
ERZEWYN
28/02/2020 14:40
Très chouette chronique pour une belle découverte !
Quelques passages fugaces m'ont fait penser à Massacra aussi !
Solarian citer
Solarian
20/02/2020 14:01
Excellente découverte. Un DM de qualité supérieure qui prend vraiment aux tripes malgré l'absence de batteur. Je valide.
Keyser citer
Keyser
20/02/2020 07:47
note: 8.5/10
Et interview à venir prochainement !
N4pht4 citer
N4pht4
19/02/2020 18:29
note: 8.5/10
Ah je confirme, avec un chant à la outre-tombe, (non pas les qualités du chanteur qui sont ici très bonnes, mais juste la langue) je serais sans doute rentré dans une frénésie meurtrière à chaque écoute.
Sorti de nulle part, cet album est une vrai réussite et laisse augurer du meilleur pour la suite! Espérons que les amis trouvent un vrai batteur au niveau de leur compos d’ici la prochaine fournée.
X-Death citer
X-Death
19/02/2020 17:02
note: 8.5/10
Premier album de 2020 !

Bonne chronique et note parfaitement adaptée pour un premier album de grande classe.
Facilement assimilable mais assez varié pour ne pas se lasser en 3 écoutes, il manque peut-être quelques solos un peu étudiés et plus de leads entêtants pour faire monter la note.

Les premières secondes (et plus encore) de l'album ressemblent énormement au début de "The Abrogation" de Chaos Inception et ça me plaît !

Pour l'accent on a vu pire, mais, je reprend les mots de N4pht4 " pourquoi ne pas chanter directement en français ?"
L'anglais leur ouvrira sûrement plus de portes, mais putin, un truc comme ça en français, je répond plus de rien....

J'attend la suite ^^
Jean-Clint citer
Jean-Clint
19/02/2020 13:40
note: 8/10
Pareil pour moi une grosse baffe que cet album inattendu ! Je trouve également que l'absence d'un vrai batteur se fait sentir tant les plans finissent par un peu se répéter, et fait perdre légèrement en puissance. Néanmoins c'est hyper bien composé, accrocheur au maximum, et ça sent la Floride à plein nez ! Bref du très bon et un coup de maître pour un premier opus !

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Ad Vitam Infernal
Death Metal
2020 - Lavadome Productions
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs : (4)  8.13/10
Webzines : (1)  8/10

plus d'infos sur
Ad Vitam Infernal
Ad Vitam Infernal
Death Metal - 2017 - France
  

tracklist
01.   Ad Vitam Infernal  (02:47)
02.   Abject  (04:42)
03.   Hell Hunger  (05:10)
04.   God Shall Not Take Your Hand  (04:06)
05.   No Sides  (03:10)
06.   To Cross the Rivers  (06:05)
07.   Rise! Our Souls...  (04:04)
08.   Insane Prayer  (05:40)

Durée : 35:44

line up
parution
31 Janvier 2020

Essayez aussi
Abysmal Dawn
Abysmal Dawn
Programmed To Consume

2008 - Relapse Records
  
Writhing / Ad Patres
Writhing / Ad Patres
Writhing / Ad Patres (Split-tape)

2012 - Nihilistic Holocaust
  
Contaminated
Contaminated
Final Man

2017 - Blood Harvest Records
  
Affliction Gate
Affliction Gate
Shattered Ante Mortem Illusions (EP)

2012 - Metal Inquisition Records
  
Cadaveric Fumes / Demonic Oath
Cadaveric Fumes / Demonic Oath
Entwined In Sepulchral Darkness (Split 12")

2014 - Iron Bonehead Productions
  

Deveikuth
Cadavre
Lire la chronique
Saint Vitus
Saint Vitus
Lire la chronique
Borgne
Y
Lire la chronique
Cenotafio
Larvae Tedeum Teratos
Lire la chronique
Maere
I (EP)
Lire la chronique
Orphalis
The Approaching Darkness
Lire la chronique
Slaughter Messiah
Cursed to the Pyre
Lire la chronique
Code Orange
Underneath
Lire la chronique
Pearl Jam
Vitalogy
Lire la chronique
Solothus
Realm of Ash and Blood
Lire la chronique
Myrkur
Folkesange
Lire la chronique
Trauma
Ominous Black
Lire la chronique
Ruin Lust
Choir Of Babel
Lire la chronique
Ripper
Sensory Stagnation (EP)
Lire la chronique
Nibiru
Salbrox
Lire la chronique
Sink
The Holy Testament (Compil.)
Lire la chronique
Church Of Disgust
Consumed By Slow Putrefacti...
Lire la chronique
Lvcifyre
Sacrament (EP)
Lire la chronique
ALL #2 - L'incantation par le sang
Lire le podcast
Sarcofago
Crust (Rééd.)
Lire la chronique
Court Of Chaos Festival
Lire l'interview
Amnutseba
Emanatism
Lire la chronique
Higher Power
27 Miles Underwater
Lire la chronique
Reaper
Unholy Nordic Noise
Lire la chronique
Moraš
Gaze Of The Void (Démo)
Lire la chronique
PPCM #32 - Un petit tour auprès d'un groupe pionnier...
Lire le podcast
Stabat Mater
Give Them Pain (Compil.)
Lire la chronique
Hexekration Rites
Desekration Manifesto (EP)
Lire la chronique
Fange
Pudeur
Lire la chronique
Grift
Budet
Lire la chronique