chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Wormhole - The Weakest Among Us

Chronique

Wormhole The Weakest Among Us
S'engager dans un album de Brutal Slam, ce n'est pas chose aisée. Le genre ne date pas d'aujourd'hui car l'utilisation compulsive de breaks bien casse-dents et l'absence de finesse, Devourment le faisait déjà en 1999. Mais la bulle a explosé durant la décennie 2010, notamment grâce à l'ère Internet, la facilité d'accès aux technologies du son ainsi que la multiplicité des studios qui ont permis un bond dans la recherche du grain dégueulasse et de la cassure nette et précise.
Durant ces dernières années, le Brutal est allé vers plus de blasts, plus de breaks basé sur le down tempo, jusqu'à atteindre des sommets absurdes où on arrive à plus de breaks que de musique voire des breaks en cascade – sauf que ce n'est pas le nec plus ultra – le tout ponctué de pig squeals toujours plus incompréhensibles, en mode le growler fait un son continu, il a chanté un paragraphe entier.
Ajouté à ça le fait que ce genre a fait énormément d'émules jouant sur des gimmicks répétés ad nauseam, que la chaîne youtube SLAM WORLDWIDE déverse à la tonne, autant dire que s'engager dans un genre aussi codifié et stagnant, c'est tout sauf une sinécure.

Et pourtant, alors que je n'y croyais pas, une exception est parvenue, tel un rayon de soleil en pleine nuit. Provenant d'un groupe dont les précédentes sorties ne m'avaient pas convaincues, la faute à ces cris trop présents, ce son trop percutant et un sentiment de “blend violent” généralisé qui fait que je ne retenais rien.
WORMHOLE arrive en 2020 avec son “The Weakest Among Us”, et il est là pour mettre tout le monde d'accord.
Ce qui frappe dès le premier morceau, ouverture parfaite pour appréhender le disque, c'est cette intro à la fois brutale dans le growl et le développement des riffs, le tout sur une base Tech Death avec une grosse assise de la basse et un traitement sonore clair. Puis c'est parti, les vocals passant du hurlement guttural au pig squeal qui fait les grandes heures du Slam, le batteur n'en finissant pas de suer sur ses fûts pour tricoter des rythmiques suffocantes, le tout avec une technicité à la guitare qui n'a rien à envier aux élans virtuose de la scène Tech. Vient le break, et ça repart comme en 40. La forte valence technique se fera ainsi présente à plusieurs reprises. Dans “Ultrafrigid”, le brutal est certes un peu en dessous, justement parce que la touche Tech prend son assise, et vient prouver la valeur exigeante du groupe dans son écriture et son exécution. Un tel titre te laisserait présager du violent neuneu, pas du tout.
Ceci me permettant d'évoquer un de mes titres favoris, “D-S3”, qui fait un parfait mélange des deux écoles, apportant l'exigence des parties jazzy qui n'ont rien à envier à du Death à partir de Human. Ceci permet au groupe de s'élever vers des sommets émouvants et sensibles, pour nous conduire en des cercles que je n'aurais jamais cru atteindre dans du Brutal Slam. Parce qu'on a une utilisation intelligente et réfléchie des codes : chaque élément slam sert un propos et n'est pas utilisé par automatisme ou mimétisme. C'est judicieux et pertinent.

Au fil des écoutes, tu vas sentir que l'ensemble est réellement solide. “Quad MB” saura par exemple bien faire la transition vers des éléments plus directs, par des blast omniprésents et des changements sans fioritures, dégageant tout un ensemble de slam parts sans ménagement, lorgnant parfois du côté Breakdown par des articulations purement méchantes. Parce que si tu viens en tant que Slam head, tu seras servi : entre les blasts alternés sans broncher sur “rA9_myth” ou le brutal total de “Wave Quake Generator Plasma Artillery Cannon” menant à un solo qui t'élève le tout en douceur et te permet de respirer un peu, tu ne seras pas déçu du voyage.
Mais suis-je en train de sentir que tu en souhaites davantage ? “The Gas System” te donnera entière satisfaction, puisqu'on tient la piste plus intéressante de l'album dans sa manière de créer une ambiance oppressante et urgente, via ces sons des guitares qui ont clairement un truc en plus par ce côté “alarme” très présent.
Avant de finir sur un “Ingswarm” qui te laisse là, à contempler le désastre que tu t'es pris dans la tronche. Mais un magnifique désastre, une écriture du chaos en mélangeant les genres comme rarement il a été fait ces derniers temps.

Sur une durée de 28 minutes, le dernier méfait de WORMHOLE est une valeur sûre : t'as pas le temps de t'ennuyer, et tu enchaînes les breaks velus tout en voyageant dans des pistes Tech. C'est simple, cet album n'aura qu'un seul défaut : à jouer sur plusieurs tableaux, pas sûr qu'il satisfasse ceux qui cherchent du Tech Death entier ou du Brutal Slam pur jus. Ceci dit, il me semble que les américains ont comme renoué avec une manière old school d'envisager le Death Metal. Dans les 90's, la frontière Brutal-Tech pouvait être ténue, notamment avec des formations telles que SUFFOCATION. J'ai ainsi cette agréable sensation qu'ils font du vieux avec du neuf : ils ont utilisé les éléments du Slam moderne pour proposer une réécriture du Tech de l'époque. Ceci apporte l'immense valeur forte de ce disque, à savoir un son net et original, conférant une véritable identité à cette musique.
Et signaler ça en 2020 dans le genre du Brutal Slam, c'est signe d'une grande réussite.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

4 COMMENTAIRE(S)

MoM citer
MoM
21/02/2020 11:19
note: 9/10
Mera a écrit : J'avoue que tu as titillé ma curiosité mais en fait non, y'a pas moyen Gros sourire
D'un point de vue musical, une moitié du disque est intéressante, l'autre ne l'est pas. Et le chant me rend de toute manière le tout insupportable.
Mais un bon point pour avoir effectivement tenté un truc différent Clin d'oeil


C'est exactement le seul reproche que j'arrive à faire au disque. Perso, je trouve que le Slam peut être archi solide et le pig squeal ne me gêne pas du tout, à partir du moment où c'est réfléchi. Un skeud qui bourre sans arrêt en pig squeal intégral, à mon sens on perd la force de frappe. Ici, la variété et la diversité des approches permet de confier un réel impact aux slam parts, tout en permettant des respirations via les éléments Tech à l'ancienne.
Mais si les touches Brutal Slam donnent de l'urticaire, difficile de transiger : ils utilisent les codes à fond des écoles auxquelles ils empruntent Sourire
Mera citer
Mera
21/02/2020 09:48
J'avoue que tu as titillé ma curiosité mais en fait non, y'a pas moyen Gros sourire
D'un point de vue musical, une moitié du disque est intéressante, l'autre ne l'est pas. Et le chant me rend de toute manière le tout insupportable.
Mais un bon point pour avoir effectivement tenté un truc différent Clin d'oeil
MoM citer
MoM
21/02/2020 08:27
note: 9/10
En fait, l'amour que je porte à ce disque est identique à celui que j'ai pour le Diluvium d'Obscura : je ne m'y attendais pas, ça m'a surpris et, au fil des écoutes, j'aime de plus en plus, et je souligne l'audace de vouloir changer de style alors que Wormhole d'un côté est un groupe plutôt apprécié dans son genre (pour Obscura, c'était très différent de ce qu'ils ont pu proposer, mais eux sont dans leur domaine bien plus attendus et cultes que Wormhole).
Keyser citer
Keyser
21/02/2020 07:41
note: 7.5/10
Je serais moins dithyrambique que toi mais c'est vrai que le groupe apporte un peu de "fraîcheur" à un style complètement sclérosé depuis un paquet d'années. Et moi qui n'aime pas le tech death, je trouve que là ça se marie bien avec le slam. Découverte intéressante !

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Wormhole
Technical Death / Brutal Slam
2020 - Lacerated Enemy Records
notes
Chroniqueur : 9/10
Lecteurs : (1)  7.5/10
Webzines : (1)  6/10

plus d'infos sur
Wormhole
Wormhole
Technical Death / Brutal Slam - 2015 - Etats-Unis
  

tracklist
01.   The Weakest Among Us  (03:11)
02.   rA9/myth  (02:38)
03.   D-S3  (04:40)
04.   Wave Quake Generator Plasma Artillery Cannon  (03:23)
05.   The Gas System  (03:11)
06.   Ultrafrigid  (03:34)
07.   Quad MB  (02:59)
08.   Ingswarm  (04:49)

Durée : 28:25

line up
Essayez aussi
Spiritual Dissection
Spiritual Dissection
Mors Ultima Ratio

2009 - Autoproduction
  
Hideous Deformity
Hideous Deformity
Defoulment Of Human Purity

2010 - Sevared Records
  
Brain Drill
Brain Drill
The Parasites (EP)

2006 - Unfun Records
  
Anakim
Anakim
Monuments To Departed Worlds

2017 - Autoproduction
  
Gortuary
Gortuary
Divine Indigenous Sacrament

2018 - Amputated Vein Records
  

Deveikuth
Cadavre
Lire la chronique
Saint Vitus
Saint Vitus
Lire la chronique
Borgne
Y
Lire la chronique
Cenotafio
Larvae Tedeum Teratos
Lire la chronique
Maere
I (EP)
Lire la chronique
Orphalis
The Approaching Darkness
Lire la chronique
Slaughter Messiah
Cursed to the Pyre
Lire la chronique
Code Orange
Underneath
Lire la chronique
Pearl Jam
Vitalogy
Lire la chronique
Solothus
Realm of Ash and Blood
Lire la chronique
Myrkur
Folkesange
Lire la chronique
Trauma
Ominous Black
Lire la chronique
Ruin Lust
Choir Of Babel
Lire la chronique
Ripper
Sensory Stagnation (EP)
Lire la chronique
Nibiru
Salbrox
Lire la chronique
Sink
The Holy Testament (Compil.)
Lire la chronique
Church Of Disgust
Consumed By Slow Putrefacti...
Lire la chronique
Lvcifyre
Sacrament (EP)
Lire la chronique
ALL #2 - L'incantation par le sang
Lire le podcast
Sarcofago
Crust (Rééd.)
Lire la chronique
Court Of Chaos Festival
Lire l'interview
Amnutseba
Emanatism
Lire la chronique
Higher Power
27 Miles Underwater
Lire la chronique
Reaper
Unholy Nordic Noise
Lire la chronique
Moraš
Gaze Of The Void (Démo)
Lire la chronique
PPCM #32 - Un petit tour auprès d'un groupe pionnier...
Lire le podcast
Stabat Mater
Give Them Pain (Compil.)
Lire la chronique
Hexekration Rites
Desekration Manifesto (EP)
Lire la chronique
Fange
Pudeur
Lire la chronique
Grift
Budet
Lire la chronique