chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
115 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

The True Werwolf - Devil Crisis

Chronique

The True Werwolf Devil Crisis
Les finlandais de The True Werwolf ne sont pas des perdreaux de l’année. Fondé en 2007, le combo produit aujourd’hui son tout premier album, Devil Crisis, après avoir accouché d’un nombre indécent de compilations (3), d’EP (6), de split (4), de demos (2) et de live (1)… The True Werwolf est UG jusqu’au bout des ongles, tu l’auras compris. Du BM finlandais de A à Z, de la musique à l’artwork en passant par les photos promos. Et pour une description plus précise, The True Werwolf est le clone de Satanic Warmaster, de la musique au logo. Rien d’étonnant cependant quand on sait que sa tête pensante et seul membre, Graf Werwolf, est aussi derrière Satanic Warmaster. Mais le groupe n’est pas que cela et sa musique vaut indéniablement qu’on s’y arrête. Et plus si affinités… qui sont grandes pour ma part !

Peu importe donc finalement puisque The True Werwolf présente des atours aussi intéressants que son glorieux ainé, dans un sillon identique donc mais fort bien travaillé. En un peu moins de 45 minutes pour 7 titres, le combo finnois nous transporte au cœur de l’hiver à grand renfort de riffs acérés, de tempi effrénés et d’ambiances comme seule la scène BM finlandaise peut en produire.

My Journey's Under the Battlemoon ouvre les hostilités avec un riff de suite accrocheur, dopé par un son moins harsh que Satanic Warmaster, plus rond, plus puissant finalement. La voix ressemble à s’y méprendre à qui vous savez mais c’est une évidence, Graf ayant été le chanteur sur Strength and Honor ou sur Carelian. La variation est de mise, le mid-tempo élevé enchaînant avec le déferlement de riffs, sans que la dynamique ne soit jamais brisée. Les mélodies évoluant à mesure de la progression de la structure, apportent une aération bienvenue, ce d’autant que le son est vraiment enveloppant. La rythmique est très dynamique, qui porte littéralement le morceau, lui offrant des ondulations très pertinentes et très agréables. L’entrée en matière est parfaite car l’enchaînement avec le second titre, le plus long, Thy Deviant, s’effectue avec beaucoup de naturel et surtout sans aucune perte de puissance. Le son est toujours aussi soyeux, profond alors que, sur ce titre, les premiers arrangements subtils se font jour. La structure est ainsi parsemée de petits arrangements au clavier, discrets mais évidents, qui apportent d’autres textures, d’autres informations et enrichissent globalement l’univers déjà riche du combo. Plus généralement, il est marquant de constater la profondeur des titres. Le son y joue un rôle décisif, on l’a dit mais pas que. Les compositions sont réellement très travaillées, chaque arrangement trouvant sa place naturelle, sans riff superflu, sans effet inutile. Le mauvais gras est chassé des structures pour ne conserver que le muscle et les parties nobles. L’intensité se mêle aux mélodies sans jamais baisser d’un ton.

C’est particulièrement marquant sur les deux titres d’ouverture mais ça l’est également sur Spellbound. Son intro faussement naïve peut tromper, dans un premier temps, mais la rythmique enchaîne de suite à haute vitesse, offrant un contraste plaisant avec la voix déclamée au ralenti. La suite du morceau n’est qu’intensité pure, quelques mélodies venant simplement permettre quelques ondulations au morceau (The Witch of my Heart de même). Chi No Namid est du même type : intro religieuse, cloches en fond sonore, discours un brin militaire, ambiance funèbre et rythmique finalement dévastatrice, portée par une batterie ultra profonde, un son chaud du meilleur effet et une emphase incroyable. La voix reste extrêmement typée mais peu importe car elle convient en fait parfaitement à la musique. Les mélodies sont toujours aussi travaillées sur ce titre car, cette fois-ci, elles portent le morceau dans son pont central en brisant la dynamique et en relançant le titre dans une autre direction, sur un autre univers musical, avec un final à l’orgue. Remarquable.

Les derniers titres clôturent l’album en beauté, en axant toutefois davantage le propos sur du mid-tempo et quelques accents plus rock thrash (0373, Magick Fire, surprenant).

Tu l’auras saisi, j’ai beaucoup aimé cet album. Il est riche, varié, très soigné au plan des mélodies et doté d’un son qui met particulièrement en valeur son intensité. Si les similitudes avec Satanic Warmaster sont évidentes, elles ne doivent surtout pas te divertir ; en passant à côté de cet album, tu passeras à côté d’un des albums les plus prometteurs de ce début 2020.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

6 COMMENTAIRE(S)

Assarhaddon citer
Assarhaddon
10/03/2020 20:53
note: 8.5/10
Sagamore a écrit : Castlevania Black Metal, très JV dans l'esprit

Complètement, Chi No Namida reprend d'ailleurs Bloody Tears à merveille, ces frissons...

C'est le coup de foudre cet album, je sens qu'il va tourner en boucle pas mal de temps
Dantefever citer
Dantefever
26/02/2020 18:33
Deux premières pistes chiantes, mais alors après le déluge de mélodies bordel ...
uruk citer
uruk
26/02/2020 13:39
Ils sont vraiment au top, Werewolf Records !
Raziel citer
Raziel
24/02/2020 10:22
note: 8.5/10
AxGxB a écrit : [quote]Rien d’étonnant cependant quand on sait que sa tête pensante et seul membre, Graf Werwolf, fut aussi, un temps, membre de Satanic Warmaster.

Comment ça "un temps" ? Ça a toujours été la même personne derrière ces deux projets.

Sinon l'album a l'air bien cool en effet.[/quote]

Oui, j'ai relié deux phrases écrites sans corriger... je le fais de ce pas !
Sagamore citer
Sagamore
24/02/2020 10:16
Castlevania Black Metal, très JV dans l'esprit, j'ai bien aimé. Après, comme Satanic Warmaster, je vais l'écouter deux ou trois fois et l'oublier.
AxGxB citer
AxGxB
24/02/2020 08:57
Citation : Rien d’étonnant cependant quand on sait que sa tête pensante et seul membre, Graf Werwolf, fut aussi, un temps, membre de Satanic Warmaster.

Comment ça "un temps" ? Ça a toujours été la même personne derrière ces deux projets.

Sinon l'album a l'air bien cool en effet.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
The True Werwolf
Black metal
2020 - Werewolf Records
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs : (1)  8.5/10
Webzines : (2)  7.25/10

plus d'infos sur
The True Werwolf
The True Werwolf
Black metal - 2002 - Finlande
  

tracklist
01.   My Journey's Under the Battlemoon
02.   Thy Deviant
03.   Spellbound
04.   Chi No Namida
05.   0373
06.   The Witch of My Heart
07.   Magick Fire

Durée : 44:35

parution
28 Février 2020

Essayez aussi
Nawaharjan
Nawaharjan
Lokabrenna

2020 - Amor Fati Productions
  
Haemoth
Haemoth
In Nomine Odium

2011 - Debemur Morti Productions
  
Goath
Goath
Luciferian Goath Ritual

2017 - Ván Records
  
Vreid
Vreid
Milorg

2009 - Indie Recordings
  
Black Witchery / Revenge
Black Witchery / Revenge
Holocaustic Death March To Humanity's Doom (Split-CD)

2015 - Nuclear War Now! Productions
  

Anhedonist / Spectral Voice
Abject Darkness ​/ ​Ineffab...
Lire la chronique
Tzun Tzu
The Forbidden City (EP)
Lire la chronique
Primitive Man
Steel Casket (Démo)
Lire la chronique
Coma Wall / Undersmile
Wood & Wire (Split 12")
Lire la chronique
Whoredom Rife / Taake
Pakt (Split 10")
Lire la chronique
METALHERTZ - S03E01 - Le power metal parodique
Lire le podcast
Black Curse
Endless Wound
Lire la chronique
Thanatos
Violent Death Rituals
Lire la chronique
Moongates Guardian
Cold Waters of Anduin
Lire la chronique
Manilla Road
Crystal Logic
Lire la chronique
Gorezone
Implexaeon
Lire la chronique
Exhumed
Horror
Lire la chronique
Regarde Les Hommes Tomber
Ascension
Lire la chronique
Tan Kozh - Les anciens feux
Lire l'interview
Aodon
11069
Lire la chronique
Caustic Wound
Grinding Terror (Démo)
Lire la chronique
Deveikuth
Cadavre
Lire la chronique
Saint Vitus
Saint Vitus
Lire la chronique
Borgne
Y
Lire la chronique
Cenotafio
Larvae Tedeum Teratos
Lire la chronique
Maere
I (EP)
Lire la chronique
Orphalis
The Approaching Darkness
Lire la chronique
Slaughter Messiah
Cursed to the Pyre
Lire la chronique
Code Orange
Underneath
Lire la chronique
Pearl Jam
Vitalogy
Lire la chronique
Solothus
Realm of Ash and Blood
Lire la chronique
Myrkur
Folkesange
Lire la chronique
Trauma
Ominous Black
Lire la chronique
Ruin Lust
Choir Of Babel
Lire la chronique
Ripper
Sensory Stagnation (EP)
Lire la chronique