chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
198 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Gris - Il était une forêt...

Chronique

Gris Il était une forêt...
Toi, qui a cliqué sur cette chronique, soit par pure nostalgie, soit pour te moquer du groupe (et je ne pourrai décemment pas t’en vouloir), je dois t’avouer qu’elle est restée à l’état de brouillon une paire d’années. J’y suis revenu plusieurs fois, jamais satisfait, et j’ai procrastiné. Aujourd’hui, ménage de Printemps un peu tardif oblige, j’efface tout, et je recommence.

En fait, je n’ai jamais su par quel versant aborder cet album, sans avoir trop recours au couteau à bout rond. Au risque de passer pour un faux-sensible, il est difficile de trouver les bons mots pour parler d’un disque qui nous a accompagné aussi longtemps. « Il était une forêt… » ne m’a jamais réellement quitté ; Comme un vieux copain d’enfance, on s’est souvent éloignés, oui, mais jamais perdus de vue. Toujours dans un coin de la tête. Et surtout, comme ce même copain d’enfance, on en a partagé, des choses ! Parce qu’il a eu l’art du timing.

Il est sorti en 2007, année durant laquelle il s’est taillé une place de choix dans le fil de mes écoutes. A l’époque lycéen, triste comme peut l’être n’importe quel adolescent vaguement edgy, je découvrais le morceau-titre du disque, amputé d’une moitié, sur un sampler de Hard’N’Heavy (c’est dire si ça remonte). Sidéré. Proprement scié. La première fois que mes oreilles goûtaient à quelque chose de cette trempe, elles qui, pourtant, étaient rompues aux pires saloperies. Les questions se bousculaient : Comment peut-on décemment sortir un album au son aussi abrasif ? Qu’est-ce que c’est que cette caisse claire en tension permanente, ces guitares dont on discerne à peine les notes ? Et surtout : à quel point faut-il être malheureux pour arriver à transmettre autant de douleur dans sa voix ?

C’est, je crois, la première chose qui a marqué tout ceux ayant croisé le chemin d’ « Il était une forêt… » lors de sa sortie, et même au-delà : le chant. Au-delà des compositions, tires-larmes en puissance, c’est le duo de voix d’Icare et Neptune qui donne le ton de l’album. La tristesse folle qui habite les parties vocales qui hantent l’album reste, encore aujourd’hui, saisissante – que l’on goûte à la musique ou non. Elles hurlent, elles vocifèrent, elles se brisent régulièrement en sanglots («Veux-tu danser ? »), elles tremblotent. D’aucuns me diront que c’est forcé. Ils ont peut-être raison, d’autant que ça n’enlèverait aucun mérite à Gris : réussir à jouer la comédie avec autant de conviction, ce n’est pas donné à tout le monde.

Forcément, on pardonne tout à une vieille connaissance. Ainsi, au fil des années et des écoutes, l’œil et les tympans sont devenus plus affûtés, décelant les éclats de plomb dans l’aile. Les paroles, qui semblent, pour la plupart, tirées du Skyblog d’une goth-girl prépubère tant elles sonnent faux, pompeuses, et alignent les quines au loto du cliché (« Tant de fois j’ai voulu mettre fin à cette impénétrable noirceur qu’est la vie… »[sic], «Torture ma tête, impose lui la douleur, jusqu’à ce que la mort fasse sécher mes pleurs » [re-sic]) ; Les compositions qui tournent parfois dans le vide (« Profonde Misanthropie » n’en finit pas, et mon seuil de tolérance au bruit blanc des guitares diminue avec l’âge) ; La batterie qui en fait parfois des caisses pour rien (cette manie de doubler la cymbale ride, surtout pour manquer de se gaufrer derrière)… Pourtant, ce que je prenais pour des défauts composent, en réalité, la plus grande force de l’album : il reste spontané. Semble avoir été composé, enregistré dans l’urgence, à tâtons, pour conjurer je-ne-sais-quel chagrin. Touchant, évidemment, comme peut l’être un compagnon de galère que l’on voit sombrer dans la déprime, sans pouvoir y faire grand-chose, si ce n’est lui dire « Je comprends ».

Quitte à continuer de nager la brasse coulée dans une mer de clichés, « Il était une forêt… » s’écoute en vraie madeleine de Proust, il rappelle. On porte sur lui le même regard que celui jeté sur nos propres photos. Si si, vous savez, celles qui nous ramènent quinze ans en arrière : les dégaines mal assurées, les essais capillaires… Oui, il prête à sourire, mais n’oubliez pas qu’à une époque, plus ou moins lointaine, vous étiez comme eux. Ce premier full-length de Gris (second, en fait, si l’on compte « Neurasthénie » , initialement publié sous l’alias Niflheim) a réussi à capturer, avec une incroyable justesse, cette petite tristesse adolescente que, travaillés par les hormones, on finit fatalement par exagérer complètement. Ainsi, « À l'âme enflammée, l'âme constellée...», sorti six ans plus tard (et, à mon sens, injustement descendu par mon collègue Sakrifiss), marque le passage de ces deux jeunes à l’âge adulte. Les émotions sont contrôlées, le chagrin mis au service d’un album fin, raffiné… Moins urgent, moins immédiat, mais autrement plus mature, qui se déguste comme un bon pinard.

C’est pour toutes ces raisons que je qualifierai « Il était une forêt… » d’intemporel. Il est si juste, si sincère, si touchant dans ses petits défauts, qu’il continue de faire mouche bien des années après sa sortie. De ce piano cristallin jusqu’aux violons qui chialent littéralement (« La Dryade »), passant par ces compositions majoritairement lentes, qui traînent le cafard comme un lourd boulet aux chevilles, il fait partie de ces disques vers lesquels on finit toujours par revenir. Un peu pour se faire du mal, beaucoup pour se souvenir. Bref, un classique.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

8 COMMENTAIRE(S)

Oxcidium citer
Oxcidium
29/05/2020 17:57
note: 9/10
andreas_hansen a écrit : Oxcidium a écrit : C'est bien ton droit et j'ai personnellement aucun soucis avec ça, on est tous comme ça. On a tous un album qu'on ne supporte pas alors que la majorité le trouve sublime (Genre Blackwater Park d'Opeth pour mon cas Clin d'oeil )
Si t'aime pas la voix, peut-être que tu aimes pas le DSBM non ?


Ahlàlà, les classiques que j'aime pas, j'en suis spécialiste. Mr Green

Effectivement, il y a un lien : c'est l'un des genres que j'aime le moins.


Donc oui je comprends pourquoi t'aime pas trop ce type de vocal ^^
Astraldeath citer
Astraldeath
29/05/2020 17:21
Oxcidium a écrit : C'est bien ton droit et j'ai personnellement aucun soucis avec ça, on est tous comme ça. On a tous un album qu'on ne supporte pas alors que la majorité le trouve sublime (Genre Blackwater Park d'Opeth pour mon cas Clin d'oeil )
Si t'aime pas la voix, peut-être que tu aimes pas le DSBM non ?


Ahlàlà, les classiques que j'aime pas, j'en suis spécialiste. Mr Green

Effectivement, il y a un lien : c'est l'un des genres que j'aime le moins.
Oxcidium citer
Oxcidium
29/05/2020 12:17
note: 9/10
andreas_hansen a écrit : C'est marrant comme cet album c'est vraiment les extrêmes, sur le plan musical comme sur le plan des opinions. Je vous vois tous très élogieux, touchés ou bouleversés par ce disque... pour ma part, je peux pas écouter plus de trois minutes sans couper tellement je trouve ce groupe insupportable.

Je trouve pas ça mauvais, nul... ou n'importe quoi de péjoratif : simplement pas du tout à mon goût. Je sais pas trop pourquoi, peut-être juste une question de ressenti. J'ai horreur de cette voix déchirante par exemple. J'ai cliqué sur la chronique pas par nostalgie ni même pour me moquer, juste pour voir ce qu'un collègue avait à en dire et réécouter par la même occasion... ben j'y arriverai jamais. C'est comme ça !


C'est bien ton droit et j'ai personnellement aucun soucis avec ça, on est tous comme ça. On a tous un album qu'on ne supporte pas alors que la majorité le trouve sublime (Genre Blackwater Park d'Opeth pour mon cas Clin d'oeil )
Si t'aime pas la voix, peut-être que tu aimes pas le DSBM non ?
Dantefever citer
Dantefever
29/05/2020 10:50
andreas_hansen a écrit : C'est marrant comme cet album c'est vraiment les extrêmes, sur le plan musical comme sur le plan des opinions. Je vous vois tous très élogieux, touchés ou bouleversés par ce disque... pour ma part, je peux pas écouter plus de trois minutes sans couper tellement je trouve ce groupe insupportable.

Je trouve pas ça mauvais, nul... ou n'importe quoi de péjoratif : simplement pas du tout à mon goût. Je sais pas trop pourquoi, peut-être juste une question de ressenti. J'ai horreur de cette voix déchirante par exemple. J'ai cliqué sur la chronique pas par nostalgie ni même pour me moquer, juste pour voir ce qu'un collègue avait à en dire et réécouter par la même occasion... ben j'y arriverai jamais. C'est comme ça !


Tout pareil que toi. Je ne remets pas une seconde en cause la qualité de l'album, mais ça me parle pas du tout. tant pis pour nous !
Astraldeath citer
Astraldeath
28/05/2020 21:55
C'est marrant comme cet album c'est vraiment les extrêmes, sur le plan musical comme sur le plan des opinions. Je vous vois tous très élogieux, touchés ou bouleversés par ce disque... pour ma part, je peux pas écouter plus de trois minutes sans couper tellement je trouve ce groupe insupportable.

Je trouve pas ça mauvais, nul... ou n'importe quoi de péjoratif : simplement pas du tout à mon goût. Je sais pas trop pourquoi, peut-être juste une question de ressenti. J'ai horreur de cette voix déchirante par exemple. J'ai cliqué sur la chronique pas par nostalgie ni même pour me moquer, juste pour voir ce qu'un collègue avait à en dire et réécouter par la même occasion... ben j'y arriverai jamais. C'est comme ça !
TarGhost citer
TarGhost
28/05/2020 21:15
Un monstre qui fait froid aux yeux...
Oxcidium citer
Oxcidium
28/05/2020 15:22
note: 9/10
Un album incroyable d'ambiance avec des textes d'une beauté rarement vus autre part. Et aussi d'une très grande sincérité.
Mon premier album de DSBM obtenu
Sulphur citer
Sulphur
28/05/2020 14:50
note: 9/10
Un album qui pique.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Gris
notes
Chroniqueur : 9/10
Lecteurs : (4)  8.75/10
Webzines :   -

plus d'infos sur
Gris
Gris
Black metal spirituel - 2006 - Canada
  

tracklist
01.   Il était une forêt...  (09:36)
02.   Le gala des gens heureux  (10:28)
03.   Cicatrice  (11:44)
04.   Veux-tu danser?  (09:28)
05.   Profonde misanthropie  (08:05)
06.   La Dryade  (10:04)

Durée : 59:25

parution
20 Décembre 2007

voir aussi
Gris
Gris
À l'âme enflammée, l'âme constellée...

2013 - Sepulchral Productions
  

Essayez aussi
Nyseius
Nyseius
De Divinatione Daemonum

2015 - Aeternitas Tenebrarum Musicae Fundamentum
  
Sad
Sad
Devouring the Divine

2013 - Hass Weg Productions
  
Behemoth
Behemoth
Pandemonic Incantations

1998 - Solistitium Records
  
Gruzja
Gruzja
I Iść Dalej

2019 - Godz Ov War Productions
  
13th Moon / Ritual Death
13th Moon / Ritual Death
Mors Triumphans (Split 7")

2017 - Terratur Possessions / Triangulum Ignis
  

Mourning Beloveth / The Ruins Of Beverast
Don’t Walk on the Mass Grav...
Lire la chronique
Lifeless Dark
Who Will Be The Victims? (D...
Lire la chronique
Bait
Revelation Of The Pure
Lire la chronique
Mora Prokaza
By Chance
Lire la chronique
Meurtrières
Meurtrières (EP)
Lire la chronique
Irae
Lurking in the Depths
Lire la chronique
Death Courier
Necrotic Verses
Lire la chronique
Bašmu
Enshrined In Eternity
Lire la chronique
Exocrine
Maelstrom
Lire la chronique
Cryptic Shift
Visitations from Enceladus
Lire la chronique
Bezwering
Aan De Wormen Overgeleverd
Lire la chronique
Odiosior
Odiosior (EP)
Lire la chronique
Non Serviam
Le Cœur Bat
Lire la chronique
Hum
Inlet
Lire la chronique
Nexion
Seven Oracles
Lire la chronique
Mosaic
Secret Ambrosian Fire
Lire la chronique
BLACK METAL qui parle de virus !
Lire le podcast
Gloom
Rider of the Last Light
Lire la chronique
Witchcraft
Legend
Lire la chronique
Front
Antichrist Militia (EP)
Lire la chronique
Pearl Jam
Binaural
Lire la chronique
Buköwski
Grind on the Rocks
Lire la chronique
Le sondage des années 2010
Votre top 10 ! Difficile he...
Voir le sondage
Vspolokh
Помре
Lire la chronique
Zemial
Nykta
Lire la chronique
Meth Leppard
Woke
Lire la chronique
Runemagick / Chthonic Deity
Chthonicmagick (Split 12")
Lire la chronique
Azziard
Liber Secondus - Exégèse
Lire la chronique
Cathedral
The Last Spire
Lire la chronique
Carach Angren
Franckensteina Strataemontanus
Lire la chronique