chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
113 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

The Spirit - Cosmic Terror

Chronique

The Spirit Cosmic Terror
Débarqué de nulle part en 2017 avec le très inspiré « Sounds From The Vortex » (hélas sorti de façon assez confidentielle), le quatuor a rapidement pris du galon vu qu’il a signé quelques mois plus tard chez Nuclear Blast qui en a profité pour rééditer ce premier album, qui a bénéficié pour l’occasion d’une nouvelle pochette plus accrocheuse et professionnelle. Autant dire que les choses sont allés très vite pour le combo qui doit maintenant transformer l’essai, car il se sait attendu au tournant tant les fans sont toujours en demande de nouveaux ersatz de DISSECTION qui tiennent la route et se maintiennent en qualité. Car entre THULCANDRA qui se fait plus que discret et STORTREGN qui s’est très éloigné de ses influences initiales il y’a une vraie place à prendre pour les Allemands, qui font partie désormais de l’écurie AOP Records.

Et le moins que l’on puisse dire c’est que ceux-ci vont confirmer d’entrée qu’ils sont partis pour durer, et que leur précédente réalisation n’était pas un coup d’épée dans l’eau, vu que dès les premières notes de « Serpent As Time Reveals » on s’aperçoit que le désormais trio est dans une forme olympique. En effet toute sa panoplie technique est ici de sortie entre longs passages rapides sous toutes ses formes, et parties plus lentes et posées d’où émerge un solo de qualité, tout y est donc particulièrement entraînant, agressif et froid, où s’ajoute un soupçon mélodique indispensable pour relever tout ça. Sans révolutionner quoi que ce soit et sans chercher à plagier l’œuvre de Jon Nödtveidt (les parties acoustiques sont totalement absentes), le groupe montre une écriture solide et variée, où l’entrain général ne va jamais baisser malgré des morceaux qui ne descendent qu’à une seule reprise sous les cinq minutes. Et même si par la suite on va retrouver une certaine similitude au niveau des riffs et patterns, cela ne va pas être un souci tant les gars sont suffisamment habiles pour proposer des variations et de changement de rythmes au moment opportun, comme avec « Strive For Salvation » qui s’enchaîne dans la foulée. Outre le fait d’être le titre le plus court de ce long-format c’est aussi le plus dépouillé et radical, vu qu’hormis un court instant en mid-tempo le reste est mené à fond les ballons, telle une invitation à braver les éléments de l’hiver de par son côté épique affirmé. D’ailleurs ce sentiment va se retrouver régulièrement tout du long de l’écoute, bien calé entre des déferlantes et des plages plus apaisantes, qui vont être là la majorité du temps vu que ses créateurs aiment jouer sur l’équilibre et l’homogénéité. Que ce soit via l’excellent « Repugnant Human Scum » ou le tout aussi réussi « The Wide Emptiness » on se rend compte que l’équilibre des forces y est savamment dosé, tout comme la qualité intrinsèque de chacune des plages où aucune n’est plus faible qu’une autre, même si « The Path Of Solitude » aurait pu (et dû) être raccourcie sur sa conclusion qui traîne un peu en longueur.

Mais si le tout est raffiné et joué au millimètre il y’a aussi également des compositions qui se détachent du lot et vont sans nul doute cartonner sur scène, à l’instar du monstrueux et entêtant « Pillars Of Doom » au riffing que n’aurait pas renié le AMON AMARTH des débuts, et qui donne envie de prendre les armes comme de remuer la tête. On est rapidement emporté dans un tourbillon ultra-rythmé, porté par un chant implacable et une batterie qui ne cesse de marteler et ne baisse jamais en intensité. Il faut d’ailleurs souligner la qualité vocale de MT qui crache toute sa rage à la face du monde, aidé en cela par des notes guitaristiques jouées au cordeau et un frappeur au jeu sobre et fin, mais à l’efficacité sans borne. Et comme si cela ne suffisait il faut souligner la qualité de la production parfaitement équilibrée et qui rend grâce à chacun des instruments, dont la basse bien massive dans le mixage final amène un surplus de puissance et de lourdeur bienvenue, renforçant du coup le côté naturel de l’ensemble.

Continuant sur sa lancée THE SPIRIT signe une œuvre dans la droite ligne de la précédente, mais supérieure en tous points grâce à plus d’expérience et un vécu commun renforcé. Propre et sans faiblesses globales elle fait le boulot avec sérieux et application, faisant ainsi passer ses créateurs à un stade supérieur en matière de notoriété, ce qui est largement mérité. Autant dire qu’avec ce disque joué par des vieux briscards ayant fait leurs armes dans d’autres entités au préalable (notamment AGATHODAIMON et DETHRONED), celui-ci nous renvoie aux grandes heures des années 90 - âge d’or du genre, en conservant un plaisir intact. Malgré les préjugés et les râleurs qui le disent mort le style est à l’heure actuelle bel et bien vivant et on ne va pas s’en plaindre, surtout quand c’est pour sortir des galettes comme celle-ci qu’on appréciera de réécouter régulièrement, preuve de sa qualité générale.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

3 COMMENTAIRE(S)

THUNDER citer
THUNDER
25/03/2020 09:14
note: 8/10
Entièrement d'accord avec ta chronique, merci pour la découverte !
Jean-Clint citer
Jean-Clint
01/03/2020 18:43
note: 8/10
andreas_hansen a écrit : Belle découverte, merci ! Sourire

Je t'en prie ! Content qu'elle te plaise Clin d'oeil
andreas_hansen citer
andreas_hansen
01/03/2020 15:32
Belle découverte, merci ! Sourire

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
The Spirit
Black/Death Mélodique
2020 - Art Of Propaganda
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (1)  8/10
Webzines : (3)  8.36/10

plus d'infos sur
The Spirit
The Spirit
Black/Death Mélodique - 2015 - Allemagne
  

tracklist
01.   Serpent As Time Reveals
02.   Strive For Salvation
03.   Repugnant Human Scum
04.   The Path Of Solitude
05.   Pillars Of Doom
06.   The Wide Emptiness
07.   Cosmic Terror

Durée : 42 minutes

line up
  • AT / Basse
  • MT / Chant - Guitare
  • MS / Batterie

parution
7 Février 2020

voir aussi
The Spirit
The Spirit
Sounds From The Vortex

2017 - Nuclear Blast Records / Eternal Echoes
  

Essayez aussi
Unanimated
Unanimated
In The Light Of Darkness

2009 - Regain Records
  
Deadlock
Deadlock
Earth.Revolt

2005 - Lifeforce Records
  
Sarcasm
Sarcasm
Within The Sphere Of Ethereal Minds

2017 - Dark Descent Records
  
Crimson Moonlight
Crimson Moonlight
The Covenant Progress

2003 - Rivel Records
  
Black Sun Aeon
Black Sun Aeon
Routa

2010 - Cyclone Empire Records
  

Bismuth / Undersmile
Split (Split 12")
Lire la chronique
Anhedonist / Spectral Voice
Abject Darkness ​/ ​Ineffab...
Lire la chronique
Tzun Tzu
The Forbidden City (EP)
Lire la chronique
Primitive Man
Steel Casket (Démo)
Lire la chronique
Coma Wall / Undersmile
Wood & Wire (Split 12")
Lire la chronique
Whoredom Rife / Taake
Pakt (Split 10")
Lire la chronique
METALHERTZ - S03E01 - Le power metal parodique
Lire le podcast
Black Curse
Endless Wound
Lire la chronique
Thanatos
Violent Death Rituals
Lire la chronique
Moongates Guardian
Cold Waters of Anduin
Lire la chronique
Manilla Road
Crystal Logic
Lire la chronique
Gorezone
Implexaeon
Lire la chronique
Exhumed
Horror
Lire la chronique
Regarde Les Hommes Tomber
Ascension
Lire la chronique
Tan Kozh - Les anciens feux
Lire l'interview
Aodon
11069
Lire la chronique
Caustic Wound
Grinding Terror (Démo)
Lire la chronique
Deveikuth
Cadavre
Lire la chronique
Saint Vitus
Saint Vitus
Lire la chronique
Borgne
Y
Lire la chronique
Cenotafio
Larvae Tedeum Teratos
Lire la chronique
Maere
I (EP)
Lire la chronique
Orphalis
The Approaching Darkness
Lire la chronique
Slaughter Messiah
Cursed to the Pyre
Lire la chronique
Code Orange
Underneath
Lire la chronique
Pearl Jam
Vitalogy
Lire la chronique
Solothus
Realm of Ash and Blood
Lire la chronique
Myrkur
Folkesange
Lire la chronique
Trauma
Ominous Black
Lire la chronique
Ruin Lust
Choir Of Babel
Lire la chronique