chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
112 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Faustian Pact - Outojen tornien varjoissa

Chronique

Faustian Pact Outojen tornien varjoissa
Compliqué de trouver du temps pour chroniquer en ce moment … Et même pas simple de trouver du temps et de la disponibilité d’esprit pour la musique en soi. Mais enfin, il y a des choses qui ne laissent aucune place à la recherche d’excuse. Comme la sortie d’un nouveau disque chez Werewolf Records par exemple. Parce que oui, on peut reprocher mille chose à ce cher Tyrant Werewolf (si ce n’est plus), mais s’il y a bien une chose sur laquelle le finlandais est irréprochable, c’est sur la qualité de ses productions comme de ses signatures. Et une fois de plus, avec Fasutian Pact, c’est le strike.

Faustian Pact est bien évidemment finlandais, existe depuis 2007 et restait très discret jusqu’ici. Trois démos et puis c’est tout. Et puis bim, milieu février, l’album, le full-lenght, le LP. Il s’appelle Outojen Tornien Varjoissa, et se présente avec une superbe pochette et une promotion sur Youtube, s’il vous plaît. Les extraits dévoilés en avance m’avaient pas mal accroché, avec cette plongé dans du black symphonique à l’ancienne. A croire que les finlandais ont décidé d’aller ressusciter l’héritage de Limbonic Art et d’Obtained Enslavement d’un coup, comme ça, sous la houlette de ce bon vieux Tyrant qui signait d’ailleurs également Vargrav, nécromancien du genre depuis quelques années, pour son deuxième album très remarqué. Bonne initiative Monsieur Loup-garou.

Bon, à la base, moi le black metal sympho, à quelques exception près, ça me gonfle (et non, le premier Emperor n’est pas du sympho, boudiou !). Mais pour une étrange raison, cette récente réappropriation du black symphonique norvégien par ces étranges types qui mangent du renne à tous les repas me parle pas mal. Peut-être parce qu’ils ont le bon goût de ne pas trop tartiner avec les claviers et les orchestrations synthétiques, que ça reste mesuré et assez bien fichu, et que ça évite intelligemment l’écueil ignoble du John Williams ou du Dany Elfman métallisé. Merci pour ça.

Faustian Pact, donc, aime bien faire dans le théâtral dans ses visuels (comme son nom pouvait l’indiquer, c’est subtil). Les gars prennent des poses tragico-affligées sur leurs photos promos, s’affichent en costumes et corpse-paint dignes d’un music-hall ensauvagé … Pourquoi pas. Leur musique, en revanche, n’en fait pas trop sur ce tableau-là, et c’est bien vu. On est face à du black classique dans son riffing, avec trémolo-picking et blast-beat à la pelle, voix de sorcière mise assez en avant, et production organique tout en restant bien équilibrée et audible. Bien sûr, ce qui fait toute la personnalité de Faustian Pact, se sont ses claviers. Ils sont bien présents, pas de soucis à ce niveau-là. En revanche, ils sont assez pertinemment ajoutés pour ne pas prendre toute la place. On sent que les compositions ont d’abord été travaillées sur les cordes avant d’être enrichies d’ajouts de synthés. On a évidemment quelques nappes enveloppantes, mais pas outrageusement. A la place, on nous sert de jolis motifs en fond, qui créent une seconde ligne mélodique derrière les guitares. Je dis bien « derrière les guitares », puisque les claviers ne viennent jamais se mettre réellement au premier plan. Ils sont même un peu sous-mixés par rapport aux cordes.

On ne dira pas que les compositions de Faustian Pact relèvent du génie, mais plutôt d’un travail sérieux et appliqué au service d’un talent certain. Le riffing est somme toute assez simple, voire presque un peu déjà entendu parfois. C’est peut-être le point faible du disque, d’ailleurs, qui accuse une petite carence de riffs réellement marquants. Des moments forts, il y en a bel et bien, mais c’est à chaque fois l’association clavier-guitare qui leur donne vie et force de frappe, l’écriture à la six-cordes restant un peu trop sage et « neutre » pour marquer en elle-même. Pas mauvaise hein, mais pas impactante non plus. Tenez par exemple, la meilleure piste de l’album, « Rauniopuhetta », qui reste en tête après la fin du disque … Vous entendez ces breaks lents marqués par des claviers caressants ? C’est très chouette, hein ? Ben oui, c’est très chouette, mais le souci c’est qu’on est quand même un tout petit peu frustré au fil des écoutes. On se dit qu’avec un petit cran d’exigence en plus dans la composition des guitares, on aurait eu des moments grandioses et vraiment puissants, quand on se retrouve avec des instants de grâce très satisfaisants et agréables, mais pas transcendants pour autant.

Le disque est assez court, à peine plus de quarante minutes. C’est une bonne durée. L’album passe tout seul, pas de problème avec ça, mais il manque un poil de variété. Et ça, c’est en partie de la faute de cette petite faiblesse des grattes, mais aussi un peu de celle d’une légère tendance à donner dans de la phase intermédiaire un peu facile ou déjà-entendue plus tôt dans le disque entre deux moments plus spécifiques et originaux à l’intérieur d’une même piste. On l’entend très bien sur « Valottomien Askelten Takana » par exemple, qui entraîne bien comme il faut avec de chouettes apparitions de chant féminin et des cavalcades épiques assaisonnées d’un clavier très à-propos, mais qui peut faire dubiter en début de parcours avec des passages un peu clonés.

L’album se termine sur la très sympathique « Viimeisen Tyrannin Silmä », avec son final tout en hurlements scandés et chorus. On a définitivement passé un très bon moment, et on a envie de s’immerger à nouveau dans les ambiances de l’album. Personnellement, j’ai été ravi d’apprécier à ce point un disque de sympho qui a l’obligeance de ne pas en faire des tonnes (ou de le faire intelligemment, du moins). Soyons d’accord, ce n’est pas un chef d’œuvre. C’est un album très solide, efficace et diablement prenant. La petite monotonie qu’il peut dégager par moment agace un peu, mais enfin, il demeure charmant. Une belle réussite, et on a envie d’entendre la suite, avec un peu plus de variété et de riffs s’il vous plaît. D’ici-là, on a de quoi se faire plaisir.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

1 COMMENTAIRE(S)

Flesh29 citer
Flesh29
06/04/2020 18:58
note: 7/10
Comme le précise bien la chronique, album très homogène, ce qui est forcément à double tranchant pour le groupe.

Album qui n'est donc pas immédiat de prime abord, les morceaux étant basés sur le même schéma.

La première écoute (pas forcément dès plus attentive je l'avoue) m'a laissé sur ma faim, n'y trouvant pas ce petit goût de reviens-y. Il faudra à l'auditeur (dont je fais partie) quelques écoutes pour s'en imprégner.

Pas forcément de moments/morceaux "forts" mais les 2-4-5 et 10 ont ma préférence (les autres morceaux, sans être mauvais, sont plus "scolaires" dans le genre).

A noter une variété de rythmes/tempo appréciable qui permet à l'album de ne pas tomber dans la monotonie. Bien apprécié aussi les petites vrilles aigües du chanteur.

Dans le genre, élève studieux/sérieux mais on attend de vraiment juger sur un 2ème album.
En tout cas pour un 1er album, le contrat est rempli.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Faustian Pact
Black Metal Symphonique
2020 - Werewolf Records
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs : (1)  7/10
Webzines : (2)  8/10

plus d'infos sur
Faustian Pact
Faustian Pact
Black Metal Symphonique - 2007 - Finlande
  

tracklist
01.   Saastainen valo lintutornissa  (04:18)
02.   Myytti Am'Khollenin kuninkaasta  (04:31)
03.   Kuulas musta aika  (04:04)
04.   Loitsupuut  (05:32)
05.   Rauniopuhetta  (04:19)
06.   Keihäsrinta  (04:26)
07.   Valottomien askelten takana  (04:17)
08.   Askeesikuun luolissa  (04:45)
09.   Yön viittojen saleissa  (03:41)
10.   Viimeisen tyrannin silmä  (04:46)

Durée : 44 minutes

parution
14 Février 2020

Essayez aussi
Anorexia Nervosa
Anorexia Nervosa
New Obscurantis Order

2001 - Osmose Productions
  
Carach Angren
Carach Angren
Death Came Through a Phantom Ship

2010 - Maddening Media
  
...and Oceans
...and Oceans
The Symmetry Of I The Circle Of O

1999 - Season Of Mist
  
Dimmu Borgir
Dimmu Borgir
Spiritual Black Dimensions

1999 - Nuclear Blast Records
  
Carach Angren
Carach Angren
Where the Corpses Sink Forever

2012 - Season Of Mist
  

Cemetarian
Tomb Of Morbid Stench (Démo)
Lire la chronique
16
Dream Squasher
Lire la chronique
Wayward Dawn
Haven Of Lies
Lire la chronique
October Falls
A Fall of an Epoch
Lire la chronique
Pearl Jam
Yield
Lire la chronique
Gris
Il était une forêt...
Lire la chronique
Odraza
Rzeczom
Lire la chronique
Ectoplasma
White-Eyed Trance
Lire la chronique
Violence Gratuite
EPonyme (EP)
Lire la chronique
Laetitia in Holocaust
Fauci Tra Fauci
Lire la chronique
Winter Deluge
Degradation Renewal (EP)
Lire la chronique
Nekrovault
Totenzug : Festering Peregr...
Lire la chronique
Infestment
Human Altar (Démo)
Lire la chronique
Naglfar
Cerecloth
Lire la chronique
Asofy
Amusia
Lire la chronique
Helfró
Helfró
Lire la chronique
Infestment
Maggots In Your Brain (Démo)
Lire la chronique
Serment
Chante, O Flamme de la Libe...
Lire la chronique
Unearthly Trance
V
Lire la chronique
Kurnugia
Forlorn And Forsaken
Lire la chronique
Misanthrope
Lire l'interview
Iku-Turso
Pakana
Lire la chronique
Massacre
From Beyond
Lire la chronique
Bâ'a
Deus Qui Non Mentitur
Lire la chronique
Hellsodomy
Morbid Cult
Lire la chronique
No/Más
Last Laugh (EP)
Lire la chronique
Groupe Mystère
Album mystère
Lire la chronique
Esoctrilihum
Eternity Of Shaog
Lire la chronique
Amyl And The Sniffers
Big Attraction & Giddy Up (...
Lire la chronique
Sodomisery
The Great Demise
Lire la chronique