chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
193 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Caverne - Omphalos

Chronique

Caverne Omphalos
Je devrais pourtant commencer à le savoir : se hyper outre-mesure pour une sortie, c'est prendre l'immense risque d'être déçu.

Fidèle à la tradition, à la ville comme à la scène, c’est sans tambours ni trompettes qu’Amertume sort ce nouvel album de Caverne, « Omphalos », via sa structure Résilience. Lorsque je suis tombé dessus, complètement au pif, mon sang n’a fait qu’un tour, et la commande fut instantanée. Même si les deux projets n'ont, musicalement, plus grand chose en commun, je gardais en tête le « Solarité » de Nécropole, beau pied de nez d'Amertume à ses anciens compères, partis fonder Cénotaphe : « Hé oui, les gars, j’ai besoin de personne pour niquer des mères » Un album d'une classe peu commune, bourré de feeling, tutoyant la perfection, qui avait, purement et simplement, survolé le Black-jeu l’année de sa sortie. Une sacrée évolution, sur le plan purement technique comme sur l’écriture des compositions, qui laissait présager du meilleur pour la suite. Avec un tel potentiel dévoilé, qu’est ce qui pourrait mal se passer ?

Disons que le pire, pour des gens de cette trempe, ce n’est pas tant de se planter. C’est plutôt de n’assurer que le strict minimum, celui que les gamins doués mettent en œuvre pour s’assurer le passage à la classe supérieure sans avoir à trop forcer. Ainsi, « Omphalos » est un beau gâchis. Pire, il est frustrant : on sent l’évolution, l’assurance du musicien derrière ses instruments, mais qui, par lassitude ou par flemme, au choix, n’en utilisera pas le quart, sachant pertinemment que ce minimum syndical suffira à plaire à son auditoire.

Le dépouillement a toujours servi l’imagerie, de Caverne comme de Nécropole. Ainsi, l’objet « Omphalos » est sobre, classieux, de sa pochette figurant une croix celtique brûlant dans un feu de joie jusqu’à l’improbable photographie du chef-d ‘orchestre, en position de yogi, encadré par deux torches, dans le plus simple appareil. Si l’on goûte ce genre de pantalonnades labélisées « Pierre Vial & Bite à l’air », l’ensemble produit son petit effet, c’est indéniable – et j’avoue, sans honte aucune, avoir toujours été une fille facile pour tout ce qui touche à l’univers pagano-pouet-pouet. Bref, c’est un Amertume-nouveau, apaisé, sûr de lui, qui s’apprête à montrer ce dont il est capable au travers de ces quatre nouveaux titres… Comment ça, quatre ?

Non, trois en fait. Puisque l’interlude, que son géniteur n’a même pas pris la peine de nommer, ne sert strictement à rien, si ce n’est rallonger péniblement la sauce à l’eau du robinet. A peine une demi-heure, c’est un peu léger… Surtout lorsqu’elle se vautre, au détour de quelques tournures pas forcément très heureuses, dans la facilité précédemment évoquée. Ces doubles-croches sur la cymbale ride, tartinées de façon compulsive, ces longueurs un peu vides, disséminées çà et là tout au long de « Tambours de Pierre », ces chœurs graves, globalement réussis mais parfois à côté de la plaque (les tonalités pas franchement heureuses de l’ouverture de « Les Forges de Pyrène »)… Pas mal de choses à redire, si l’on veut être tatillon. Et nous le sommes de toutes façons : quand Caverne nous a habitué à des chefs-d’œuvre en puissance (il suffit de lire les chroniques Thrashocore à son sujet, toutes dithyrambiques), on s’attend, forcément, à ce que l’album suivant nous procure les mêmes sensations, ce même sens du romantique au détour de chaque riff, de chaque éclat de voix d’Amertume, dont même le timbre peine parfois à convaincre.

Du gâchis, puisque techniquement, c’est le jour et la nuit. Que de chemin parcouru depuis les premières sorties du projet ! Le jeu de batterie se fait autrement plus fin, plus précis, bourré de feeling. Les cordes nous offrent des motifs d'une beauté saisissante, perçant tant bien que mal les riffs beaucoup plus communs qui tournent à vide. Ragaillardi par le beau succès d’estime (amplement mérité) de « Solarité », Amertume a continué de bosser ses instruments, et ça s'entend, plus que jamais. "Les Forges de Pyrène" est probablement l'un des tout meilleurs titres de Caverne, tant les saccades de son introduction, ses tremolo saisissent d'émotion. "La Mue du Serpent" réserve également de sacrés instants de grâce, mais, comme toujours, noyés dans la redite. Un comble que de tirer en longueur quand son disque est aussi court...

« Omphalos », c’est des outils de pointe, des plans d’architecte et l’un des touts meilleurs ouvriers du bâtiment mis au service de la construction d’un château de sable. Je ne saurai dire si Amertume est fatigué d'avoir tant donné sur sa précédente sortie, ou si le changement d'air qu'il décrit dans les textes de ce dernier opus lui auront fait préférer les randonnées sur les crêtes rocheuses du Sud de la France à la composition. Tout ce que je retiens, c'est la frustration que me procure « Omphalos », un talent, un potentiel incroyable dilués dans une mer de platitude, dans laquelle flottent, cependant, quelques éclats foudroyants, ceux-là même qui faisaient les plus belles heures d' « Aux Frontières du Monde » et des deux démos du projet. Dommage, ce sera pour la prochaine.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

5 COMMENTAIRE(S)

Fabulon citer
Fabulon
11/03/2020 10:04
note: 7/10
Il tourne chez moi seulement depuis le début de semaine, et mis à part sa trop courte durée, je n'ai pas grand chose à lui reprocher.
AxGxB citer
AxGxB
11/03/2020 09:25
Personnellement, je ne l'ai pas encore suffisamment écouté pour avoir un avis définitif. A la première écoute je l'ai trouvé plutôt bon, avec deux/trois plans qui m'ont pas mal fait penser à Primordial. Par contre, effectivement, c'est un peu court.
JoHell666 citer
JoHell666
11/03/2020 09:08
note: 3/10
Je suis du même avis que Sagamore, quelle déception, une fois de plus je dirais, car je n'avais pas vraiment accroché non plus au précédent album, j'ai toujours préféré Nécropole de toute façon.
Là tout tombe à plat, c'est vide, sans âme, certes bien mieux exécuter mais celà ne suffit pas, c'est un brin de l'esbroufe. Et effectivement 33min c'est pas un full-lenght mais un maxi Ep...
Sagamore citer
Sagamore
10/03/2020 16:05
note: 6.5/10
Qui aime bien châtie bien Mr Green
Plus sérieusement, je réécoutais la compilation "Sentiers d'Avant" ce week-end, et c'est là que je me suis rendu compte que cet "Omphalos" peinait à tenir la distance, malgré de sacrés instants de bravoure, malheureusement trop rares.
Jean-Clint citer
Jean-Clint
10/03/2020 15:55
note: 8/10
Je te trouve très dur sur ce coup-là, certes on a un léger sentiment de pilotage automatique et une certaine facilité dans l'écriture, mais ça reste cependant largement au-dessus de la concurrence. Dommage en revanche que l'opus soit si court, on en aurait bien repris en rabe.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Caverne
Black Metal
2020 - Résilience
notes
Chroniqueur : 6.5/10
Lecteurs : (3)  6/10
Webzines :   -

plus d'infos sur
Caverne
Caverne
Black Metal - 2011 - France
  

tracklist
01.   Tambours de pierre  (11:54)
02.   La forge de pyrène  (09:20)
03.   Untitled  (01:48)
04.   La mue du serpent  (11:48)

Durée : 34:50

parution
28 Février 2020

voir aussi
Caverne
Caverne
Sentiers d'Avant (Compil.)

2016 - Résilience
  
Caverne
Caverne
Aux Frontières Du Monde

2015 - Résilience
  

Essayez plutôt
Ultra Silvam
Ultra Silvam
Ultra Silvam (Démo)

2017 - Shadow Records
  
Autarcie
Autarcie
Epoque Révolue

2012 - Dernier Bastion
  
Cryfemal
Cryfemal
D6s6nti6rro

2016 - Osmose Productions
  
Bovary
Bovary
Sur ce mur trop souillé (Démo)

2019 - Nar Productions
  
Regarde Les Hommes Tomber
Regarde Les Hommes Tomber
Exile

2015 - Les Acteurs de l'Ombre
  

Deveikuth
Cadavre
Lire la chronique
Saint Vitus
Saint Vitus
Lire la chronique
Borgne
Y
Lire la chronique
Cenotafio
Larvae Tedeum Teratos
Lire la chronique
Maere
I (EP)
Lire la chronique
Orphalis
The Approaching Darkness
Lire la chronique
Slaughter Messiah
Cursed to the Pyre
Lire la chronique
Code Orange
Underneath
Lire la chronique
Pearl Jam
Vitalogy
Lire la chronique
Solothus
Realm of Ash and Blood
Lire la chronique
Myrkur
Folkesange
Lire la chronique
Trauma
Ominous Black
Lire la chronique
Ruin Lust
Choir Of Babel
Lire la chronique
Ripper
Sensory Stagnation (EP)
Lire la chronique
Nibiru
Salbrox
Lire la chronique
Sink
The Holy Testament (Compil.)
Lire la chronique
Church Of Disgust
Consumed By Slow Putrefacti...
Lire la chronique
Lvcifyre
Sacrament (EP)
Lire la chronique
ALL #2 - L'incantation par le sang
Lire le podcast
Sarcofago
Crust (Rééd.)
Lire la chronique
Court Of Chaos Festival
Lire l'interview
Amnutseba
Emanatism
Lire la chronique
Higher Power
27 Miles Underwater
Lire la chronique
Reaper
Unholy Nordic Noise
Lire la chronique
Moraš
Gaze Of The Void (Démo)
Lire la chronique
PPCM #32 - Un petit tour auprès d'un groupe pionnier...
Lire le podcast
Stabat Mater
Give Them Pain (Compil.)
Lire la chronique
Hexekration Rites
Desekration Manifesto (EP)
Lire la chronique
Fange
Pudeur
Lire la chronique
Grift
Budet
Lire la chronique