chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
124 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Cianide - Unhumanized

Chronique

Cianide Unhumanized (EP)
A l’instar de MASTER les vétérans de CIANIDE font partie des précurseurs de la scène extrême Américaine, même si contrairement à Paul Speckmann et ses acolytes ils n’ont obtenu ni le même statut ni une reconnaissance identique. Pourtant ça n’est pas faute d’avoir essayé tant (depuis ses débuts en 1988) le combo de Chicago s’est toujours montré productif en termes de sorties, même s’il avait un peu ralenti l’allure ces dernières années. Du coup afin d’offrir du nouveau son à ses fans (sans devoir les faire patienter encore plus longtemps) il a eu l’excellente idée de se contenter de sortir un EP, histoire de montrer qu’en seulement vingt-six minutes et cinq nouvelles compos il n’a rien perdu de son style ultra-primaire. Officiant depuis sa création dans un Death/Doom minimaliste et gras au possible il n’est donc pas étonnant de voir que sa formule musicale n’a pas changé d’un iota, même si au vu du résultat on n’en tiendra pas rigueur au trio. En effet celui-ci nous offre un excellent condensé de ce qu’il sait faire de mieux, car sa musique mélangeant habilement vitesse et lourdeur est depuis toujours oppressante et boueuse, via une production dégoulinante à souhait qui renforce ainsi le sentiment de malaise généralisé.

Dès les premières secondes de l’excellent « Serpent’s Wake » on est effectivement totalement happé par la noirceur et le groove qui se dégagent de ce titre d’ouverture, via un riffing imparable et une rythmique ultra-efficace. Point de chichis ici vu que ça oscille entre un mid-tempo remuant au possible et des parties plus rapides parfaites pour headbanguer, d’où émerge un court moment au ralenti afin de densifier l’ensemble. Car il est facile de tomber dans la redite avec un genre si rudimentaire, pourtant bien qu’on puisse avoir la sensation que les plans et la construction globale soient relativement semblables et interchangeables d’un morceau à l’autre, l’addiction qui s’en dégage est totale et cela sera encore le cas plus tard même quand les gars prennent une voie plus directe mais aussi plus étouffante. Après ce démarrage réussi et mené tambour battant la suite va être exactement du même acabit, preuve en est avec le redoutable « Unhumanized » légèrement plus élaboré où le bridage a droit de cité à chacune de ses extrémités, histoire de renforcer le sentiment d’étouffement généralisé (vu qu’avec cette basse omniprésente et grassouillette on a l’impression d’être ballonné dans tous les sens). Heureusement en son centre la rapidité fait son retour et permet donc de digérer un peu tout ça et de reprendre de l’air avant la deuxième couche d’indigestion. Car afin de ne pas subir une intoxication prolongée les mecs vont revenir à une rythmique plus enlevée avec tout d’abord le dodelinant « The Weapon Of Curse » au rendu super agréable, et surtout avec la tuerie « Traitors » jouée à fond les ballons, et qui ne débande pas un seul instant. Là-encore ça fait particulièrement mal et ne se pose aucune question, on a seulement envie de taper du pied et de ne pas se laisser emmerder par des éléments extérieurs, chose qui se confirmera via la conclusion dénommée « Shadow Of The Claw », qui va emmener l’auditeur dans des tréfonds d’angoisse et d’obscurité. Entre des larsens rutilants et une ambiance tribale portée par une batterie calée au ralenti, on est ici en présence de la plage la plus dense tant l’obscurité y est à son paroxysme, aidée en cela par un tempo qui reste largement bridé (les accélérations y sont rares et courtes). Une fois encore on s’aperçoit que même en levant le pied la qualité d’écriture et le rendu proposés sont impeccables et ne faiblissent nullement, conservant donc globale entendue jusque-là.

Avec sa sobriété et une technique générale réduite à son minimum ce nouveau volet des aventures de la bande de l’Illinois est là-encore particulièrement sympathique et ne détonnera pas dans sa discographie pléthorique et plus homogène que celle de MASTER. Servant autant à se défouler qu’à se vider la tête ce court-format sans faute de goût s’écoute vite et bien, en ayant la bonne idée de ne pas s’éterniser inutilement tout en se révélant bien plus fin qu’il n’y paraît au départ. Doté d’une vraie fluidité générale il est sans prétention aucune, hormis le fait de proposer quelquechose de simplissime et de diablement redoutable, ce qui est réussi de bout en bout. Même si ça ne marquera pas 2019 de son empreinte et que ça risque de s’oublier rapidement on appréciera néanmoins de se le réécouter de temps en temps, quand l’envie d’entendre du bon son sans prise de tête et loin de toute modernité se fera sentir.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

4 COMMENTAIRE(S)

Rigs Mordo citer
Rigs Mordo
16/03/2020 13:38
note: 4/5
ERZEWYN a écrit :

Rigs Mordo, j'espère qu'ils continueront à se produire sur scène, car l'unique fois où je les ai vus (NDF 2017), c'était la fessée !


Et vu que j'aimerais bien les voir une fois, on sera au moins deux à l'espérer Sourire
ERZEWYN citer
ERZEWYN
14/03/2020 23:02
Chouette chronique pour un chouette EP ! Totalement d'accord avec toi sur la conclusion !

Rigs Mordo, j'espère qu'ils continueront à se produire sur scène, car l'unique fois où je les ai vus (NDF 2017), c'était la fessée !
Schlackmuch citer
Schlackmuch
14/03/2020 14:28
Merci pour la découverte et la chronique ! "Et si Celtic Frost avait fait du Death Metal ?" Ça m'a sauté aux oreilles quand j'ai écouté cet EP. Une sorte d'étude de cas, vraiment intéressant de la part d'un groupe tel que Cianide.
Rigs Mordo citer
Rigs Mordo
12/03/2020 14:09
note: 4/5
Bien bonne chro à laquelle j'adhère à 100% ; je suis clairement d'acc pour dire que les cinq titres sont sortis d'un moule très similaire sans que cela soit lassant. Je reste toujours plus accroché à Death, Doom and Destruction, mon favori parmi leurs travaux, mais Unhumanized a surtout pour but de rappeler qu'ils sont bien en vie. A priori, le concert de samedi dernier avec Autopsy leur a laissé un goût d'accomplissement, car un de leur proche sous-entendait qu'ils songeaient à en rester là, niveau live...

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Cianide
Death/Doom Primitif
2019 - Hells Headbangers Records
notes
Chroniqueur : 4/5
Lecteurs : (2)  4/5
Webzines : (2)  3.88/5

plus d'infos sur
Cianide
Cianide
Death/Doom Primitif - 1988 - Etats-Unis
  

tracklist
01.   Serpent’s Wake
02.   Unhumanized
03.   The Weapon Of Curse
04.   Traitors
05.   Shadow Of The Claw

Durée : 26 minutes

line up
parution
29 Décembre 2019

Bismuth / Undersmile
Split (Split 12")
Lire la chronique
Anhedonist / Spectral Voice
Abject Darkness ​/ ​Ineffab...
Lire la chronique
Tzun Tzu
The Forbidden City (EP)
Lire la chronique
Primitive Man
Steel Casket (Démo)
Lire la chronique
Coma Wall / Undersmile
Wood & Wire (Split 12")
Lire la chronique
Whoredom Rife / Taake
Pakt (Split 10")
Lire la chronique
METALHERTZ - S03E01 - Le power metal parodique
Lire le podcast
Black Curse
Endless Wound
Lire la chronique
Thanatos
Violent Death Rituals
Lire la chronique
Moongates Guardian
Cold Waters of Anduin
Lire la chronique
Manilla Road
Crystal Logic
Lire la chronique
Gorezone
Implexaeon
Lire la chronique
Exhumed
Horror
Lire la chronique
Regarde Les Hommes Tomber
Ascension
Lire la chronique
Tan Kozh - Les anciens feux
Lire l'interview
Aodon
11069
Lire la chronique
Caustic Wound
Grinding Terror (Démo)
Lire la chronique
Deveikuth
Cadavre
Lire la chronique
Saint Vitus
Saint Vitus
Lire la chronique
Borgne
Y
Lire la chronique
Cenotafio
Larvae Tedeum Teratos
Lire la chronique
Maere
I (EP)
Lire la chronique
Orphalis
The Approaching Darkness
Lire la chronique
Slaughter Messiah
Cursed to the Pyre
Lire la chronique
Code Orange
Underneath
Lire la chronique
Pearl Jam
Vitalogy
Lire la chronique
Solothus
Realm of Ash and Blood
Lire la chronique
Myrkur
Folkesange
Lire la chronique
Trauma
Ominous Black
Lire la chronique
Ruin Lust
Choir Of Babel
Lire la chronique