chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
130 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Heaven Shall Burn - Of Truth & Sacrifice

Chronique

Heaven Shall Burn Of Truth & Sacrifice
Ma longue histoire avec Heaven Shall Burn (depuis 2004) continue, le seul groupe de metalcore (oui ça existe toujours !) au côté d’Unearth que je suis encore… Century Media y croit toujours (les frères d’armes Caliban résistent eux aussi). Cette fois le groupe teuton tente le pari osé du double album après un décevant Wanderer qui suivait un inégal mais pourtant efficace VETO. Quatre années se seront écoulées dont une année blanche (2019) sans aucun concert, Heaven Shall Burn se focalisant sur les 19 titres (!?) de son neuvième opus sans réelle deadline. Une fiche promo plutôt aguicheuse et un artwork magnifique de la coqueluche surdouée Eliran Kantor (vous n’avez pas fini de voir ses œuvres pour 2020), forcément comme une envie de mettre la doublette (Of Truth et Of Sacrifice) en platine et de replonger dans mes années fac.

Pas vraiment de rock progressif conceptualisé ici, Heaven Shall Burn continue sur son metalcore mélodique sous perfusions US (Unearth, As I Lay Dying, Killswitch Engage) et sa base death mélodique scandinave. Tout cela encore sans refrain au chant clair immonde… Ouf. Une musique à écouter principalement en bermuda (mélodies iodées au teint hâlé) plutôt qu’en polaire en Thuringe (land du centre-est de l’Allemagne réputé pour ses forêts étendues et ses montagnes) avec quand même ce qu’il faut de testostérones pour faire bobo dans le pit (racines du groupe). Le trio de tête direct et « catchy » de Of Truth répondant au descriptif : « Thoughts And Prayers » (2:48, break acoustique typé Insomnium ), « Eradicate » (sa mélodie Edge Of Sanity à 3:18) et « Protector ». Côté Of Sacrifice, l’ouverture « Children Of A Lesser God » et l’entêtant « Stateless » (relents d’un Gates Of Ihstar). Pour contrebalancer ces mélodies chaudes et sucrées, les grosses cojones thrash/death de « What War Means » (avec ce tremolo black à 1:55), « Tirpitz » ou « Truther » (2 minutes de cross-fit) sous une production toujours aussi massive (Tue Madsen encore aux manettes du mixage). Et pour confirmer le doigt d’honneur à ceux trouvant leur musique trop « mainstream », la reprise (une habitude depuis Asunder) de Nuclear Assault « Critical Mass ».

Trop simpliste ? Oui c’est vrai mais pas que. Heaven Shall Burn souhaite toujours gagner en émotion et peaufiner ses compositions, quitte à réexpérimenter d’anciens démons. Oui, sacrilège pour certains, le groupe retente sa phase electro/dance (osées sur Invictus) sur le morceau « La Résistance », les « spoken word » lourdingues en français n’aideront pas. Pour ma part ça ne passe pas… Malgré tous les arrangements disséminés se fondent plutôt bien avec le reste. Côté « sensible », outre les mélodies froides comme le refrain de « My Heart And The Ocean », on trouvera des morceaux plus « profonds », les 8 minutes de « Expatriate » et « Weakness Leaving My Heart » usant d’orchestrations un peu kitsch pour ma part. On retiendra surtout l’étonnant « The Sorrows Of Victory » passant du heavy/doom (je ne pas si Marcus s’occupe du chant) à du black (2:51) et du metalcore décérébré. Frustrant qu’il ne faille se contenter que de cela… Une musique épaulée de paroles toujours très engagées se basant ici sur la combinaison des thèmes que sont la « vérité » et le « sacrifice ». Ceux qui se sacrifient pour la vérité et ceux qui sacrifient la vérité et choisissent l’ignorance.

Prometteur sur le papier sauf que contrairement à un double album tel que The Living Infinite de Soilwork ne baissant jamais réellement en qualité et étant fluide quasiment de bout en bout, on retrouvera de nombreux « fond de tiroir » et des compositions trop « light » malgré les dires d’un travail acharné (dixit la fiche promo) : les vides « Übermacht », « Terminate The Unconcern », « Eagles Among Vultures » ou tous ces couplets du pauvre à rallonge. Pas franchement acceptable d’un groupe avec une telle expérience. Du déchet qui nous fera inéluctablement décrocher par intermittence le long de ces 19 titres.

1h30 de metalcore sans défenestration ?! Oui je suis toujours vivant. Le pari du double album semble finalement réussi. Outre cette base relativement primaire qui arrive encore à capter notre nuque, la musique d’Heaven Shall Burn jouit d’une atmosphère plus touchante et de compositions fouillées. Malheureusement le résultat paraîtra trop inégal, aux émotions pas aussi poussées et aux rallonges lambda qui feront que l’écoute complète sera compliquée. C’est dommage car il y avait matière à ce que Heaven Shall Burn prouve qu’il n’est pas qu’un simple groupe du mal-aimé (et enterré) « metalcore ». Peut-être pour leur dixième essai ?

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Heaven Shall Burn
Metalcore/Death mélodique
2020 - Century Media Records
notes
Chroniqueur : 7/10
Lecteurs :   -
Webzines : (3)  8.69/10

plus d'infos sur
Heaven Shall Burn
Heaven Shall Burn
Metalcore/Death mélodique - 1997 - Allemagne
  

nouveaute
A paraître le 20 Mars 2020

vidéos
Eradicate
Eradicate
Heaven Shall Burn

Extrait de "Of Truth & Sacrifice"
  
My Heart and the Ocean
My Heart and the Ocean
Heaven Shall Burn

Extrait de "Of Truth & Sacrifice"
  
Protector/Weakness Leaving My Heart
Protector/Weakness Leaving My Heart
Heaven Shall Burn

Extrait de "Of Truth & Sacrifice"
  
Übermacht
Übermacht
Heaven Shall Burn

Extrait de "Of Truth & Sacrifice"
  

tracklist
Disque 1 - Of Truth

01.   March of Retribution  (01:21)
02.   Thoughts and Prayers  (04:57)
03.   Eradicate  (04:31)
04.   Protector  (05:26)
05.   Übermacht  (05:24)
06.   My Heart and the Ocean  (05:50)
07.   Expatriate  (08:51)
08.   What War Means  (05:29)
09.   Terminate the Unconcern  (04:41)
10.   The Ashes of My Enemies  (02:02)

(48:32)

Disque 2 - Of Sacrifice

01.   Children of a Lesser God  (06:35)
02.   La résistance  (05:05)
03.   The Sorrows of Victory  (08:24)
04.   Stateless  (03:48)
05.   Tirpitz  (05:54)
06.   Truther  (02:40)
07.   Critical Mass  (03:34)
08.   Eagles Among Vultures  (05:05)
09.   Weakness Leaving My Heart  (07:31)

(48:36)

Durée : 01:28:59

line up
voir aussi
Heaven Shall Burn
Heaven Shall Burn
Deaf To Our Prayers

2006 - Century Media Records
  
Heaven Shall Burn
Heaven Shall Burn
Veto

2013 - Century Media Records
  
Caliban / Heaven Shall Burn
Caliban / Heaven Shall Burn
The Split Program (Split-CD)

2000 - Lifeforce Records
  
Caliban / Heaven Shall Burn
Caliban / Heaven Shall Burn
The Split Program II (Split-CD)

2005 - Lifeforce Records
  
Heaven Shall Burn
Heaven Shall Burn
Antigone

2004 - Century Media Records
  

Essayez aussi
Stigma
Stigma
When Midnight Strikes!

2008 - Pivotal Rockordings
  
Misery Speaks
Misery Speaks
Catalogue Of Carnage

2008 - Drakkar Entertainment
  
Fall Of Serenity
Fall Of Serenity
The Crossfire

2007 - Lifeforce Records
  
Neaera
Neaera
Omnicide
(Creation Unleashed)

2009 - Metal Blade Records
  
Bloodshoteye
Bloodshoteye
An Unrelenting Assault

2006 - Galy Records
  

Bismuth / Undersmile
Split (Split 12")
Lire la chronique
Anhedonist / Spectral Voice
Abject Darkness ​/ ​Ineffab...
Lire la chronique
Tzun Tzu
The Forbidden City (EP)
Lire la chronique
Primitive Man
Steel Casket (Démo)
Lire la chronique
Coma Wall / Undersmile
Wood & Wire (Split 12")
Lire la chronique
Whoredom Rife / Taake
Pakt (Split 10")
Lire la chronique
METALHERTZ - S03E01 - Le power metal parodique
Lire le podcast
Black Curse
Endless Wound
Lire la chronique
Thanatos
Violent Death Rituals
Lire la chronique
Moongates Guardian
Cold Waters of Anduin
Lire la chronique
Manilla Road
Crystal Logic
Lire la chronique
Gorezone
Implexaeon
Lire la chronique
Exhumed
Horror
Lire la chronique
Regarde Les Hommes Tomber
Ascension
Lire la chronique
Tan Kozh - Les anciens feux
Lire l'interview
Aodon
11069
Lire la chronique
Caustic Wound
Grinding Terror (Démo)
Lire la chronique
Deveikuth
Cadavre
Lire la chronique
Saint Vitus
Saint Vitus
Lire la chronique
Borgne
Y
Lire la chronique
Cenotafio
Larvae Tedeum Teratos
Lire la chronique
Maere
I (EP)
Lire la chronique
Orphalis
The Approaching Darkness
Lire la chronique
Slaughter Messiah
Cursed to the Pyre
Lire la chronique
Code Orange
Underneath
Lire la chronique
Pearl Jam
Vitalogy
Lire la chronique
Solothus
Realm of Ash and Blood
Lire la chronique
Myrkur
Folkesange
Lire la chronique
Trauma
Ominous Black
Lire la chronique
Ruin Lust
Choir Of Babel
Lire la chronique