chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
116 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Big Scenic Nowhere - Vision Behind Horizon

Chronique

Big Scenic Nowhere Vision Behind Horizon
Autant vous prévenir tout de suite, il va être difficile d’échapper à un minimum de name-dropping dans cette chronique du all star band stoner BIG SCENIC NOWHERE. Fruit de la rencontre entre Bob Balch (allez ça commence ! FU MANCHU) et Gary Arce (YAWNING MAN, à qui l’on doit la fantastique « Catamaran » reprise par KYUSS), « Vision Behind Horizon » est un instantané miraculeux de tout ce qu’on attend d’un bon disque de desert rock ; bonifié par pléthores d’invités bien connus de nos lecteurs (Nick Oliveri, Per Wiberg mais aussi Lisa Alley de THE WELL), ce premier full length fait carton plein à tous les niveaux. Un casting de rêve donc mais surtout un contenu hautement inspiré, le chassé croisé des artistes ne cédant jamais aux sirènes du fourre-tout décérébré.

Plus ou moins burné, parfois évanescent, vaporeux par séquences : « Vision Behind Horizon » porte bien son titre, déclinant chacune des heures d’une traversée en terre inconnue sans Florent Pagny ni Frédéric Lopez. Et si l’on se prend de plein fouet le coup de sirroco « The Paranoid » (l’hommage aux BAD BRAINS façon Tony Reed), c’est pour mieux se laisser surprendre par le cachet mélancolique de bon nombre de compositions (« Tragic Motion Lines », « Hidden Wall »). D’une grande douceur finalement, les 9 titres qui structurent la ballade capitalisent sur de formidables associations vocales (magnifiques Ian Graham et Lisa Alley sur « Then I Was Gone ») et un feeling floydien de plus en plus présent à mesure que l’on avance dans le tracklisting. Passée maître dans l’art de la progression dramatique, la vieille garde stoner ne se contente pas de sortir de bons riffs ; chaque ligne de clavier ou de chant, aussi inspirée soit-elle, est aussitôt suivie d’une autre encore plus savoureuse, preuve s’il en est qu’une desert session de dix minutes sur canapé peut accoucher d’un titre formidable (« Then I Was Gone », encore).

Si l’effort collectif s’avère à ce point abouti, ça tient peut-être à plusieurs facteurs : au genre pratiqué, très propice à l’impro et au brassage des musiciens ; au vécu des intervenants ensuite, tous débarqués avec un morceau, une mélodie ou un riff incasable dans leurs groupes respectifs ; au trio Bob Balch/Gary Arce/Bill Stinson enfin, quasi indissociable sur la plupart des morceaux et garant de la cohésion de l'ensemble. BIG SCENIC NOWHERE, dernier saloon où l’on cause riffs, fuzz et mellotron ? Des membres de ACID KING, BLACK FLAG et SCREAMING TREES rôdent non loin, pour un nouvel album prévu à l’été 2020 Et si vous pensiez vraiment que j’allais conclure une chronique de stoner sans citer le Sab’, branchez vous un peu sur les ondes de la lancinante « Behind The Hidden Wall » à 3:36. On ne croirait pas entendre Ozzy là bas, au loin, hurlant à la mort au sommet d’une colline arpentée par la meute ?

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

1 COMMENTAIRE(S)

AxGxB citer
AxGxB
13/03/2020 13:27
Il va falloir que je retente (surtout avec tout ce beau monde) car l'écoute du premier extrait ne m'avait pas transcendé outre mesure...

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Big Scenic Nowhere
Desert rock/Stoner
2020 - Heavy Psych Sounds
notes
Chroniqueur : 9/10
Lecteurs :   -
Webzines :   -

plus d'infos sur
Big Scenic Nowhere
Big Scenic Nowhere
Desert rock/Stoner - 2019 - Etats-Unis
  

tracklist
01.   The Glim  (5:05)
02.   The Paranoid  (1:35)
03.   Then I Was Gone  (3:47)
04.   Mirror Image  (5:42)
05.   Hidden Wall  (6:55)
06.   Shadows From The Altar  (4:24)
07.   En Las Sombras  (6:38)
08.   Tragic Motion Lines  (5:51)
09.   War Years  (4:11)

Durée : 44:08

line up
parution
31 Janvier 2020

Essayez aussi
Unida
Unida
Coping With The Urban Coyote

1999 - Man's Ruin Records
  
John Garcia
John Garcia
John Garcia and The Band Of Gold

2019 - Napalm Records
  

Anhedonist / Spectral Voice
Abject Darkness ​/ ​Ineffab...
Lire la chronique
Tzun Tzu
The Forbidden City (EP)
Lire la chronique
Primitive Man
Steel Casket (Démo)
Lire la chronique
Coma Wall / Undersmile
Wood & Wire (Split 12")
Lire la chronique
Whoredom Rife / Taake
Pakt (Split 10")
Lire la chronique
METALHERTZ - S03E01 - Le power metal parodique
Lire le podcast
Black Curse
Endless Wound
Lire la chronique
Thanatos
Violent Death Rituals
Lire la chronique
Moongates Guardian
Cold Waters of Anduin
Lire la chronique
Manilla Road
Crystal Logic
Lire la chronique
Gorezone
Implexaeon
Lire la chronique
Exhumed
Horror
Lire la chronique
Regarde Les Hommes Tomber
Ascension
Lire la chronique
Tan Kozh - Les anciens feux
Lire l'interview
Aodon
11069
Lire la chronique
Caustic Wound
Grinding Terror (Démo)
Lire la chronique
Deveikuth
Cadavre
Lire la chronique
Saint Vitus
Saint Vitus
Lire la chronique
Borgne
Y
Lire la chronique
Cenotafio
Larvae Tedeum Teratos
Lire la chronique
Maere
I (EP)
Lire la chronique
Orphalis
The Approaching Darkness
Lire la chronique
Slaughter Messiah
Cursed to the Pyre
Lire la chronique
Code Orange
Underneath
Lire la chronique
Pearl Jam
Vitalogy
Lire la chronique
Solothus
Realm of Ash and Blood
Lire la chronique
Myrkur
Folkesange
Lire la chronique
Trauma
Ominous Black
Lire la chronique
Ruin Lust
Choir Of Babel
Lire la chronique
Ripper
Sensory Stagnation (EP)
Lire la chronique