chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
93 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Church Of Disgust - Consumed By Slow Putrefaction

Chronique

Church Of Disgust Consumed By Slow Putrefaction (EP)
Trois ans et demi après la sortie de son deuxième album, le fort sympathique Veneration Of Filth paru fin 2016 sur le label espagnol Memento Mori, Church Of Disgust est aujourd’hui de retour avec un EP intitulé Consumed By Slow Putrefaction. Alors oui, c’est vrai, le groupe américain n’est pas resté tout à fait inactif durant ce laps de temps puisqu’il a tout de même sorti deux splits. Le premier en compagnie de quatre autres groupes sur lequel figurent deux anciens morceaux tirés de l’album Unwordly Summoning et du EP Dread Ritual. Le second avec leurs compatriotes de Cemetery Filth et disponible uniquement lors d’une tournée qui s’est jouée à domicile il y a deux ans. Toutefois, on ne va pas se mentir, ce n’est pas avec ces quelques sorties que le groupe aura réussi à susciter un quelconque intérêt. Le voilà donc de retour aujourd’hui aux affaires, de manière un peu plus sérieuse, avec un maigre EP paru fin février, cette fois-ci sous la houlette du label dont tout le monde parle (ou presque) ces derniers mois, Maggot Stomp Records (petite structure californienne à qui l’on doit d’ailleurs la version LP de Veneration Of Filth).

Du haut de ses onze petites minutes (quinze pour la version CD qui embarque avec elle "Imperious Mutilation", titre inédit figurant initialement sur le split en compagnie de Cemetery Filth), Consumed By Slow Putrefaction ne vous conduira sûrement pas à l’indigestion puisque celui-ci nous propose de découvrir trois nouveaux morceaux. Certes, tout cela est effectivement un peu léger mais après trois ans et demi d’absence, on s’aura s’en contenter. Et puis bon, comment cracher sur un disque arborant un tel artwork ?

Alors passé cette satisfaction de retrouver les Américains sur leur terrain de jeu, que nous reste-t-il exactement à se mettre sous la dent ? Et bien le plaisir simple de s’enfiler trois ou quatre titres d’un Death Metal sans prétention à travers une formule qui, si elle ne date pas d’hier, préfère toujours autant miser sur l’efficacité et la mise en place d’atmosphères putrides plutôt que sur une quelconque recherche d’originalité.

Sans surprise, Church Of Disgust a fait le choix une fois encore d’une production rugueuse (mais cependant un poil moins grasse et épaisse que sur Veneration Of Filth) portant avec elle les stigmates d’une époque où les groupes avaient peut-être moins de moyens mais possédaient cependant cette faculté de créer des ambiances cradingues et morbides capables de donner la frousse à l’auditeur (guitares rugueuses, basse métallique et ultra saturée, batterie naturelle, chant d’outre-tombe). Si trente-cinq ans plus tard nous n’en sommes peut-être plus tout à fait là (à moins d’avoir dix ans), on saura tout de même apprécier le soin apporté par les Américains en la matière, ceci afin d’amener une certaine profondeur à sa musique.
Si la production reste donc plus ou moins calquée sur celles des précédentes sorties du groupe, il en va de même pour la musique de Church Of Disgust. Le groupe continue ainsi sur sa lancée, produisant avec toujours autant d’aisance un Death Metal qui doit toujours beaucoup à la scène Punk des années 80, notamment sur ces franches accélérations menées à coups de tchouka-tchouka effrénés ("Consumed By Slow Putrefaction" 0:31 ou 2:21, "Drowned In Eldritch Slime" à 1:32, "Imperious Mutilation" à 0:32) ou de (semi) blasts ("Consumed By Slow Putrefaction" à 0:20, "Drowned In Eldritch Slime" à 0:53). Quand il ne mène pas ses assauts le couteau entre les dents, Church Of Disgust la joue mid-tempo poisseux et lourdinque à l’aide de séquences particulièrement bien senties comme par exemple sur "Consumed By Slow Putrefaction" à 1:13, "Drowned In Eldritch Slime" à 1:54, "Imperious Mutilation" à 3:07 ou comme sur "Burst Coffin", un titre moins agressif mais à l’aura maléfique. Coté riffs, les Américains ne figurent peut-être pas parmi les élèves les plus brillants de leur génération mais dans le genre riffing Death Metal primitif saupoudré de quelques leads et solos bien sinistres ("Consumed By Slow Putrefaction" à 2:01, "Drowned In Eldritch Slime" à 1:05 et 1:54 ou "Burst Coffin" à 2:13), Church Of Disgust s’en sort avec les honneurs, réussissant au passage à faire de chaque écoute un vrai bon moment, aussi bref soit-il.

En attendant un retour en bonne et due forme via un troisième essai longue durée qui ne devrait maintenant plus tarder, Church Of Disgust nous livre ici un amuse-bouche toujours aussi encourageant. Certes, les Américains se contentent de reprendre les choses là où ils les avaient laissées trois ans et demi auparavant mais bon, lorsque la qualité et l’efficacité sont au rendez-vous, pourquoi s’en plaindre ?

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Church Of Disgust
Death Metal
2020 - Maggot Stomp Records
notes
Chroniqueur : 4/5
Lecteurs :   -
Webzines :   -

plus d'infos sur
Church Of Disgust
Church Of Disgust
Death Metal - 2010 - Etats-Unis
  

tracklist
01.   Consumed By Slow Putrefaction  (03:48)
02.   Drowned In Eldritch Slime  (03:11)
03.   Burst Coffin  (04:01)
04.   Imperious Mutilation  (04:24)

Durée : 15:24

line up
parution
28 Février 2020

voir aussi
Church Of Disgust
Church Of Disgust
Veneration Of Filth

2016 - Memento Mori
  

Essayez aussi
200 Stab Wounds
200 Stab Wounds
Piles Of Festering Decomposition (Démo)

2020 - Maggot Stomp Records
  
Cerebral Rot
Cerebral Rot
Odious Descent Into Decay

2019 - 20 Buck Spin Records
  
Vader
Vader
The Empire

2016 - Nuclear Blast Records
  
Nex Carnis
Nex Carnis
Obscure Visions Of Dark

2015 - Nightbreaker Productions
  
Horrendous
Horrendous
Ecdysis

2014 - Dark Descent Records
  

Smile
What a Wonderful World (EP)
Lire la chronique
Fange
Poigne (EP)
Lire la chronique
Electric Wizard
Let Us Prey
Lire la chronique
Crowbar
Odd Fellows Rest
Lire la chronique
Dawn of Nil
Culminating Ruins
Lire la chronique
Sombre Héritage
Alpha Ursae Minoris
Lire la chronique
Candiria
Surrealistic Madness
Lire la chronique
Devouring Void
Septic Fluid Dripping From ...
Lire la chronique
Vaal
Visioen Van Het Verborgen Land
Lire la chronique
Mourning Beloveth / The Ruins Of Beverast
Don’t Walk on the Mass Grav...
Lire la chronique
Lifeless Dark
Who Will Be The Victims? (D...
Lire la chronique
Bait
Revelation Of The Pure
Lire la chronique
Mora Prokaza
By Chance
Lire la chronique
Meurtrières
Meurtrières (EP)
Lire la chronique
Irae
Lurking in the Depths
Lire la chronique
Death Courier
Necrotic Verses
Lire la chronique
Bašmu
Enshrined In Eternity
Lire la chronique
Exocrine
Maelstrom
Lire la chronique
Cryptic Shift
Visitations from Enceladus
Lire la chronique
Bezwering
Aan De Wormen Overgeleverd
Lire la chronique
Odiosior
Odiosior (EP)
Lire la chronique
Non Serviam
Le Cœur Bat
Lire la chronique
Hum
Inlet
Lire la chronique
Nexion
Seven Oracles
Lire la chronique
Mosaic
Secret Ambrosian Fire
Lire la chronique
BLACK METAL qui parle de virus !
Lire le podcast
Gloom
Rider of the Last Light
Lire la chronique
Witchcraft
Legend
Lire la chronique
Front
Antichrist Militia (EP)
Lire la chronique
Pearl Jam
Binaural
Lire la chronique