chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
130 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Fange - Pudeur

Chronique

Fange Pudeur
Ce n’était qu’une question de temps. A force de l’entendre évoluer en vitesse accélérée, prendre au pied de la lettre les ambiances de mutations physiques et psychologiques que ses textes et sonorités transmettent, il ne s’agissait d’attendre que le moment où Fange (désormais un trio, arrêtant ici la valse des batteurs pour inviter une boite à rythme dans la danse) allait enfin briser totalement le reste d’humanité, bien que déjà fortement entamé – pensez-donc, quand on renvoie à ce point à Entombed et Swans –, qu’il avait encore sur le jouissif Punir.

C’est désormais chose faite, comme l’appuie le nouveau libellé qu’on a directement envie d’apposer à Pudeur dès la première écoute. Industriel : voilà ce qui vient tout de suite en tête, lui et sa bardée d’images typiques, ses histoires de contagion, isolation, transformation, infection. Promis, je ne ferai ici pas de lien outrancier entre ce qui nous traverse toutes et tous actuellement et cette nouvelle sortie, bien que la tentation soit grande (pire / meilleur hasard du calendrier de l’année ?). Toujours est-il que les Bretons, à l’image de cette pochette signée par leur guitariste, embrassent désormais leur part mutante à pleines bises, délaissant – au premier abord – l’accroche pour mieux nous étouffer au fur et à mesure des écoutes.

Car on entre dans cet album avec l’impression que c’est lui qui nous pénètre, à grands coups de riffs et sons accumulés au point de ne pas savoir où donner de la tête au départ. Doté d’une production puissante et brouillonne ce qu’il faut, façon HM-2 passée au broyeur, Pudeur accule avec une méthode qui, dans la foule des noms qu’ils donnent envie de convoquer (Swans ; Zulawski ; Morbid Angel ; Cronenberg...), me fait surtout halluciner d’images d’un Ævangelist période Omen Ex Simulacra habitant dans un ghetto urbain bien de chez nous. « Ultrafrance », Fange le reste, donnant à ses cauchemars une lumière terne, réaliste et défaitiste, où le monstre grossier, écœurant et avide qu’il n’arrête jamais de devenir fait de l’Hexagone son octogone, ses ruelles mortes, ses désirs sales, son atmosphère noire coupée au mauvais vin rouge. Quelque part entre La Mouche et Rue Barbare, Tetsuo et Série noire, jusqu’à une voix et des paroles plus que névrosées faisant tourner dans ma tête des scénarios où, non, la grippe qui a atteint Patrick Dewaere n’est pas qu’une grippe.

Stop. Inutile d’aller plus loin dans les délires qu’inspire ce disque d’une richesse et d’une personnalité si grandes que l’on s’y perd. Surtout que, durant ces trente-neuf minutes, on est loin d’errer hors-sol : Pudeur, au-delà de son univers particulier, possède bien sa ration de moments qui percent, enculent et brisent, une fois que l’oreille s’est habituée. La guitare folle de « Cafard Céleste » ; les voix stridentes et entêtantes de « A Tombeaux Ouverts » ; les entremêlements à la Morbid Angel de « Génuflexion »... Faire un track-by-track des instants forts qui parcourent l’album est plus que possible mais c’est bien cette alliance entre fond et forme, cet enlisement pratiqué en nous maintenant fermement la tête pour être certain qu’on s’y noie totalement, qui marque sur la durée.

Et pourtant, on le sent avec délice : Fange n’a pas encore atteint sa forme finale. Derrière son death metal marqué par le sludge (ce dernier s’amenuisant de plus en plus), il laisse entrevoir un nouveau champ des possibles lors de « Dieux Gémissants » et « A Tombeaux Ouverts », titres où il s’adonne complètement à son obsession industrielle. Pudeur montre alors qu’il est une nouvelle étape qui, heureusement, ne fait pas preuve de timidité (tout juste met-il un peu de temps à démarrer, « Soleils Vaincus » étant moins convaincant que ce qui le suit). Quant à savoir s’ils se décideront lors de leur prochain disque à aller encore un peu plus au bout des choses... Espérons qu’on le sache très rapidement.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

2 COMMENTAIRE(S)

Sagamore citer
Sagamore
25/03/2020 10:42
Pas accroché, je ne sais pas si c'est la boîte à rythme qui me fait tiquer, mais j'ai tellement bloqué sur le précédent que celui-ci me passe complètement au dessus...
gulo gulo citer
gulo gulo
17/03/2020 09:44
note: 9/10
Très beau pas en avant, et en effet, espérons qu'ils conservent leur rythme créatif et nous dévoilent la suite de la mutation dans pas trop longtemps - ce disque-ci ayant été conçu pour être battu à la main.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Fange
Industrial Death Metal / Sludge
2020 - Throatruiner Records
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (2)  8.5/10
Webzines :   -

plus d'infos sur
Fange
Fange
Industrial Death Metal / Sludge - 2013 - France
  

nouveaute
A paraître le 24 Avril 2020

vidéos
"Soleils Vaincus" live music video
"Soleils Vaincus" live music video
Fange

Extrait de "Pudeur"
  

tracklist
01.   Soleils Vaincus  (04:42)
02.   Cafard Céleste  (03:57)
03.   À Tombeaux Ouverts  (03:02)
04.   Génuflexion  (07:40)
05.   Croix De Paille  (04:47)
06.   À Blanc  (06:21)
07.   Dieux Gémissants  (03:25)
08.   Total Serpent  (05:12)

Durée : 39 minutes 8 secondes

line up
voir aussi
Fange
Fange
Pourrissoir

2017 - Throatruiner Records / Lost Pilgrims
  
Fange
Fange
Poisse (EP)

2014 - Lost Pilgrims / Basement Apes Industries / Zugzwang / Ulterior Records / Cold Dark Matter
  
Fange
Fange
Punir

2019 - Throatruiner Records
  
Fange
Fange
Purge

2016 - Throatruiner Records / Lost Pilgrims
  

Bismuth / Undersmile
Split (Split 12")
Lire la chronique
Anhedonist / Spectral Voice
Abject Darkness ​/ ​Ineffab...
Lire la chronique
Tzun Tzu
The Forbidden City (EP)
Lire la chronique
Primitive Man
Steel Casket (Démo)
Lire la chronique
Coma Wall / Undersmile
Wood & Wire (Split 12")
Lire la chronique
Whoredom Rife / Taake
Pakt (Split 10")
Lire la chronique
METALHERTZ - S03E01 - Le power metal parodique
Lire le podcast
Black Curse
Endless Wound
Lire la chronique
Thanatos
Violent Death Rituals
Lire la chronique
Moongates Guardian
Cold Waters of Anduin
Lire la chronique
Manilla Road
Crystal Logic
Lire la chronique
Gorezone
Implexaeon
Lire la chronique
Exhumed
Horror
Lire la chronique
Regarde Les Hommes Tomber
Ascension
Lire la chronique
Tan Kozh - Les anciens feux
Lire l'interview
Aodon
11069
Lire la chronique
Caustic Wound
Grinding Terror (Démo)
Lire la chronique
Deveikuth
Cadavre
Lire la chronique
Saint Vitus
Saint Vitus
Lire la chronique
Borgne
Y
Lire la chronique
Cenotafio
Larvae Tedeum Teratos
Lire la chronique
Maere
I (EP)
Lire la chronique
Orphalis
The Approaching Darkness
Lire la chronique
Slaughter Messiah
Cursed to the Pyre
Lire la chronique
Code Orange
Underneath
Lire la chronique
Pearl Jam
Vitalogy
Lire la chronique
Solothus
Realm of Ash and Blood
Lire la chronique
Myrkur
Folkesange
Lire la chronique
Trauma
Ominous Black
Lire la chronique
Ruin Lust
Choir Of Babel
Lire la chronique