chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Ruin Lust - Choir Of Babel

Chronique

Ruin Lust Choir Of Babel
Alors, celle-là, je ne l’avais pas vu venir, pour être honnête. On a beau être habitué, écouter du metal depuis des décennies et à longueur de temps, il nous arrive encore de tomber sur LA pépite du moment. Celle dont je vais vous parler ici fait aussi mal qu’un baiser breton sur le coin d’un parpaing. Il est vrai que dit comme ça, je vous enlève tout suspens, et que les plus fainéants ou les plus malins, voire les deux, vont derechef passer à une autre chronique. Seulement, z’auriez tort de me squeezer de la sorte, car de surprises, ce troisième longue durée des New-Yorkais de Ruin Lust ne manque pourtant pas.

C’est en 2011 que se forme le groupe, enchainant directement avec la sortie d’une première démo. Restés jusque là dans un relatif anonymat, il se pourrait bien que les loustics voient enfin leurs efforts récompensés. S’ouvrant sur le morceau-titre, le disque nous fait entrer de plain-pied dans un monde anxiogène, oppressant et sans compromis. Les gars ne font pas dans la figuration ; non, ici, on a affaire à de vrais acteurs, à des mecs qui transpirent véritablement leur musique, et qui la vomissent au travers de vocaux malsains au possible, très souvent doublés. « Choir Of Babel » puisque c’est lui, envoie la sauce dès 1’30, après une « intro », ou plutôt une absence de vocaux, puis c’est la déflagration. On notera d’ailleurs la typicité de ce groupe à proposer des accélérations foudroyantes quand on s’y attend le moins (« Bestial Magnetism », gras et…bestial justement, en mode mid-tempo avant d’envoyer le fulguro-poing vers 2’17).

Le disque est resserré, à peine trente minutes pour cinq titres, un peu dans l’esprit du premier full des Turcs de Burial Invocation, sauf qu’ici on ne donne pas dans le metal de mort à la finlandaise. Que nenni, ici on fait allégeance aux pontes de la scène U.S., Incantation en tête, mais pas seulement. Ainsi, la noirceur d’Immolation n’est jamais absente des débats, mixée à la virulence d’un Angelcorpse/Revenge/Perdition Temple (rayez la mention inutile –‘tention, y’a un piège). Evidemment, le tout est noyé dans un son d’une épaisseur à faire passer un sumo pour un 36 fillette, et sent le soufre à 666 lieux à la ronde. L’album défile ainsi, et déroule ses douces complaintes sans équivoque (« Worm », le bien-nommé, ou « Prison Of Sentient Horror », très judicieusement choisi en guise d’extrait). Imparable. Tout semble si naturel et millimétré malgré cette sauvagerie et ce professionnalisme, que se forme alors une dichotomie, lugubre espace où l’on est aspiré, et où viennent s’agglomérer des images de guerre, de désolation, de caveaux remplis ras la gueule de corps démembrés.

Fier défenseur d’un death/black sans compromis, on peut dire que Ruin Lust n’a pas changé son fusil d’épaule depuis l’avant-dernier « Sacrifice », mais seulement changé de calibre, pour un gros truc à défourailler tout ce qui bouge. Automatiquement, l’impact est plus gros, faisant du dégât collatéral un but, plutôt qu’une conséquence ; j’ai d’ailleurs omis de vous parler de « Rites Of Binding » et ses presque neuf minutes de descente aux Enfers (riffing vicieux, atmosphères lugubres où Autopsy fornique avec Abscess sur fond de funeral doom), point d’orgue infernal de cet aller sans retour.

Abouti, aussi bien construit que composé, vécu autant qu’interprété, Ruin Lust nous offre là un disque essentiel, qui ravira tout autant le fan des groupes précités, que chaque amateur de sauvagerie sonore qualitative, ou de boucherie soigneusement appliquée. Assurément, un must have dans le style, et d’ores et déjà une des tueries de cette année 2020, décidément riche en moments forts.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Ruin Lust
Death/black
2020 - 20 Buck Spin Records
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs : (1)  7.5/10
Webzines : (2)  7.84/10

plus d'infos sur
Ruin Lust
Ruin Lust
Death/black - 2011 - Etats-Unis
  

nouveaute
A paraître le 13 Mars 2020

tracklist
01.   The Choir Of Babel  (04:54)
02.   Prison Of Sentient Horror  (04:23)
03.   Worm  (05:31)
04.   Bestial Magnetism  (05:44)
05.   Rite Of Binding  (08:53)

Durée : 29:25

line up
Essayez aussi
In Vain
In Vain
Ænigma

2013 - Indie Recordings
  
Knelt Rote
Knelt Rote
Trespass

2012 - Nuclear War Now! Productions
  
Requiem Laus
Requiem Laus
The Eternal Plague

2008 - 666 Production
  
Diocletian / Weregoat
Diocletian / Weregoat
Disciples Of War (Split-CD)

2012 - Dark Descent Records
  
In Aeternum
In Aeternum
Dawn Of A New Aeon

2005 - Agonia Records
  

Deveikuth
Cadavre
Lire la chronique
Saint Vitus
Saint Vitus
Lire la chronique
Borgne
Y
Lire la chronique
Cenotafio
Larvae Tedeum Teratos
Lire la chronique
Maere
I (EP)
Lire la chronique
Orphalis
The Approaching Darkness
Lire la chronique
Slaughter Messiah
Cursed to the Pyre
Lire la chronique
Code Orange
Underneath
Lire la chronique
Pearl Jam
Vitalogy
Lire la chronique
Solothus
Realm of Ash and Blood
Lire la chronique
Myrkur
Folkesange
Lire la chronique
Trauma
Ominous Black
Lire la chronique
Ruin Lust
Choir Of Babel
Lire la chronique
Ripper
Sensory Stagnation (EP)
Lire la chronique
Nibiru
Salbrox
Lire la chronique
Sink
The Holy Testament (Compil.)
Lire la chronique
Church Of Disgust
Consumed By Slow Putrefacti...
Lire la chronique
Lvcifyre
Sacrament (EP)
Lire la chronique
ALL #2 - L'incantation par le sang
Lire le podcast
Sarcofago
Crust (Rééd.)
Lire la chronique
Court Of Chaos Festival
Lire l'interview
Amnutseba
Emanatism
Lire la chronique
Higher Power
27 Miles Underwater
Lire la chronique
Reaper
Unholy Nordic Noise
Lire la chronique
Moraš
Gaze Of The Void (Démo)
Lire la chronique
PPCM #32 - Un petit tour auprès d'un groupe pionnier...
Lire le podcast
Stabat Mater
Give Them Pain (Compil.)
Lire la chronique
Hexekration Rites
Desekration Manifesto (EP)
Lire la chronique
Fange
Pudeur
Lire la chronique
Grift
Budet
Lire la chronique