chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
72 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Maere - I

Chronique

Maere I (EP)
Parmi la masse de labels qui pullulent un peu partout il y’en a certains dont on suit les nouveautés avec grande attention tant on sait que la qualité est au rendez-vous, et sans surprises le label de Jan Fastner fait partie de ces noms incontournables. Le Tchèque ayant depuis toujours le nez creux pour dégoter des groupes plus qu’intéressants, et en ce début d’année celui-ci est une fois encore particulièrement inspiré en dégotant ces petits gars venus d’outre-Rhin dont la première sortie se montre redoutablement efficace (à l’instar d’AD VITAM INFERNAL). Formé d’anciens membres du tentaculaire INGURGITATING OBLIVION le groupe va durant presque une demi-heure dévoiler à la face du monde son Death Metal technique occulte et hermétique d’une froideur absolue, qui va demander du temps et de la patience pour être totalement assimilé.

Car la musique du quintet n’est pas du genre à s’apprivoiser facilement vu que les cinq morceaux sont relativement semblables dans leur construction, renforçant de fait la sensation d’herméticité qui se ressent de prime abord (et se retrouve tout du long). Pourtant en creusant un peu sous la surface on va s’apercevoir que chacun d’entre eux se montre différent de l’autre, encore faut-il vouloir le rechercher. Débutant par l’oppressant et massif « I, Devouring » l’EP va d’entrée dévoiler ses atouts via une rythmique écrasante au tempo majoritairement lourd (les blasts et passages rapides vont passer en permanence au second plan), où les riffs dissonants vont ajouter à la noirceur ambiante. En effet point de salut ici, tout est putride et glacial renforcé par un mur sonore qui ne laisse rien passer, et porté par une technique imposante de chacun des mecs qui cependant n’en font jamais trop. C’est d’ailleurs une des forces de la réussite de ce « I », joué par des vieux briscards de la scène underground allemande qui poussés par leurs expériences respectives arrivent à ne jamais tomber dans les excès de manche et patterns inutiles, même si les cassures rythmiques indispensables ne sont pas oubliées. D’ailleurs avec « I Descend » ceux-ci restent dans ce qui a été entendu juste avant, tout en poussant plus loin l’écriture et la construction générale, vu que le tempo toujours aussi bridé se voit complété par quelques cassures explosives et passages menées tambour battant. Ceci permet du coup d’aérer légèrement le tout qui va ensuite continuer à ralentir jusqu’à l’étouffement, et l’arrivée de « I Ascend » encore plus inquiétant. En effet au milieu du bridage en règle on perçoit des arpèges gelés émergeant de la nuit et complétés par une basse chaude et audible qui ajoute au sentiment de malaise généralisé, où la production de bonne tenue relativement naturelle est en total raccord (même si l’on peut regretter la batterie mise un peu trop en avant dans le mixage).

Cependant cela ne nuit pas du tout à la réussite insolente de ce court-format qui va atteindre son paroxysme avec le monstrueux « I Am » où les variations vont être nombreuses, donnant de fait encore plus d’obscurité à une galette qui pourtant n’en manque pas. Montrant un côté remuant affirmé on se retrouve donc en présence de la plage qui représente le mieux ce que sait faire ses géniteurs, chose que l’on retrouve sur la clôture nommée « I, Transcending ». Si elle démarre par une série de blasts l’éloge de la lenteur reste encore et toujours prépondérante jusqu’à s’écraser complément, et ainsi terminer de façon apocalyptique où rien n’a survécu de cette opacité saisissante et inquiétante.

Si l’on peut regretter que la bande ne lâche pas plus souvent les chevaux pour y mettre plus de vitesse, et qu’une certaine redondance des riffs et plans se fasse sentir jusqu’au bout, il n’en reste pas moins qu’on est en présence d’un combo de haute tenue et très prometteur qui ne demande qu’un peu plus de vécu en commun pour littéralement tout fracasser sur son passage. En tout cas avec leur style caverneux et totalement opaque (à l’instar de leurs regrettés compatriotes de BEYOND) les Teutons se placent comme des outsiders dans un genre qui cherche un second souffle, et dont la vision négative et désespérée a tout ce qu’il faut pour devenir incontournables à l’avenir. Autant dire qu’avec de tels arguments il ne faut pas faire la fine bouche et apprécier ce premier jet, certes pas parfait, mais qui happera l’auditeur dès l’introduction et ne le relâchera de son étreinte qu’une fois l’ultime note terminée, ce qui est un signe des plus positifs !

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Maere
Obscure Death Metal
2020 - Lavadome Productions
notes
Chroniqueur : 4/5
Lecteurs :   -
Webzines : (1)  2.5/5

plus d'infos sur
Maere
Maere
Obscure Death Metal - 2017 - Allemagne
  

tracklist
01.   I
02.   I, Devouring
03.   I Descend
04.   I Ascend
05.   I Am
06.   I, Transcending

Durée : 27 minutes

line up
parution
31 Janvier 2020

Downset
downset.
Lire la chronique
Reek
Death Is Something There Be...
Lire la chronique
Engrossed
Initial Decay (Compil.)
Lire la chronique
Pilori
À Nos Morts
Lire la chronique
French Black Metal : Les plus gros conn*rds
Lire le dossier
Misanthrope
Bâtisseur de Cathédrales : ...
Lire la chronique
Spell
Opulent Decay
Lire la chronique
Cemetarian
Tomb Of Morbid Stench (Démo)
Lire la chronique
16
Dream Squasher
Lire la chronique
Wayward Dawn
Haven Of Lies
Lire la chronique
October Falls
A Fall of an Epoch
Lire la chronique
Pearl Jam
Yield
Lire la chronique
Gris
Il était une forêt...
Lire la chronique
Odraza
Rzeczom
Lire la chronique
Ectoplasma
White-Eyed Trance
Lire la chronique
Violence Gratuite
EPonyme (EP)
Lire la chronique
Laetitia in Holocaust
Fauci Tra Fauci
Lire la chronique
Winter Deluge
Degradation Renewal (EP)
Lire la chronique
Nekrovault
Totenzug : Festering Peregr...
Lire la chronique
Infestment
Human Altar (Démo)
Lire la chronique
Naglfar
Cerecloth
Lire la chronique
Asofy
Amusia
Lire la chronique
Helfró
Helfró
Lire la chronique
Infestment
Maggots In Your Brain (Démo)
Lire la chronique
Serment
Chante, O Flamme de la Libe...
Lire la chronique
Unearthly Trance
V
Lire la chronique
Kurnugia
Forlorn And Forsaken
Lire la chronique
Misanthrope
Lire l'interview
Iku-Turso
Pakana
Lire la chronique
Massacre
From Beyond
Lire la chronique