chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Saint Vitus - Saint Vitus

Chronique

Saint Vitus Saint Vitus
Selon mon habitude, je ne te ferais pas l’offense de te présenter Saint Vitus. Papas du doom trad’ aux côtés de Black Sabbath (les grands-pères…), Scott Reagers et sa bande traînent leurs guêtres depuis pas loin de 40 ans dans la scène, même si quelques chicanes ont pu éloigner le premier de la seconde. Si une grande partie de leurs albums a marqué le genre (Saint Vitus, le premier…, Born too Late, Mournful Cries ou V), le combo présente encore l’impertinence de sortir un album… qui porte le même nom que leur premier effort ! Et à 60 ans passés, on peut dire que le bonhomme a encore des choses à raconter, même si l’impression de redite et quelques maladresses viennent entacher le tout.

Saint Vitus est donc le 9ème album du combo ricain. Il ne fait aucun doute que les fans évolueront en terrain connu. Saint Vitus n’est pourtant pas tout à fait du même niveau que les précédents efforts parce qu’à jouer sur la légende, le groupe s’expose à la critique. Son doom trad’ n’a pas vieilli. Il est toujours prenant, poignant, puissant. Mais c’est aussi là sa faiblesse. Il l’est tout autant qu’en 1984. Ni plus, ni moins. Similaire. Comme fossilisé. Comme si, avec Saint Vitus, la boucle était bouclée, de 1984 à 2019.

De fait, l’impression de déjà entendu est forte. Saint Vitus ne déroge pas d’un poil à sa recette. Et l’incohérence pointe parfois le bout de son nez. Ainsi, Remains et Wormhole sont lourds et gras, hyper rock’n’roll dans l’âme et bourrés de groove. De même, Hour Glass et Last Breath galopent au rythme d’un doom trad’ bien pesant, gonflé aux stéroïdes. A Prelude to…, très calme, ressemble en revanche davantage à une ballade metal qu’à un morceau réellement rock. En se plaçant en seconde position, elle brise la dynamique d’un album qui venait juste de débuter sur des sonorités bien plus dures. Dommage. De même, City Park se lance dans des expérimentations un brin à côté de la plaque, faites de bruitages sonores jungle, de dissonances noise, de didgeridoo et de fields recording, qui tranche totalement avec le reste de l’album, sans articulation cohérente.

C’est finalement dans les rythmiques les plus thrashy que le combo se révèle le plus pertinent, proche parfois d’un Maiden dans ses accents heavy (Bloodshed ; 12 Years in the Tomb et sa distorsion en guise de pont central), voir carrément punk comme sur l’OVNI Useless, bourré de riffs limite hardcore.

Bref, tu l’auras compris, il y a dans ce Saint Vitus à boire et à manger, du morceau de très bon niveau, de l’expérimentation inutile et du… classique déjà entendu. Un poil en roue libre, le combo ricain assure l’essentiel mais sans plus.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

2 COMMENTAIRE(S)

Raziel citer
Raziel
29/03/2020 12:23
note: 7/10
Jamais eu ma préférence non plus, dans la palette des dinosaures du genre.

C'est l'occasion - on a un peu de temps...- de se replonger un peu dans l'histoire pour voir si on avait faux... ou pas.
gulo gulo citer
gulo gulo
28/03/2020 14:08
note: 7.5/10
Très peu connaisseur du groupe, et c'est peu de le dire - mais je l'ai bien apprécié, davantage qu'aucun des disques plus historiques que j'avais essayés précédemment.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Saint Vitus
Doom trad'
2019 - Season Of Mist
notes
Chroniqueur : 7/10
Lecteurs : (2)  7.5/10
Webzines : (10)  7/10

plus d'infos sur
Saint Vitus
Saint Vitus
Doom trad' - 1981 - Etats-Unis
  

tracklist
01.   Remains
02.   A Prelude to...
03.   Bloodshed
04.   12 Years in the Tomb
05.   Wormhole
06.   Hour Glass
07.   City Park
08.   Last Breath
09.   Useless

Durée : 41:04

parution
17 Mai 2019

Essayez aussi
Pilgrim
Pilgrim
II: Void Worship

2014 - Metal Blade Records
  
Spiritus Mortis
Spiritus Mortis
The Year is One

2016 - Svart Records
  
Pagan Altar
Pagan Altar
Lords of Hypocrisy

2004 - Oracle Records
  
Cauchemar
Cauchemar
Chapelle ardente

2016 - Nuclear War Now! Productions
  
Witch Mountain
Witch Mountain
Witch Mountain

2018 - Svart Records
  

White Magician
Dealers of Divinity
Lire la chronique
5ème cérémonie des BM Awards
Lire le podcast
The Bishop of Hexen
The Death Masquerade
Lire la chronique
Koffin
Nailed Into The Coffin (Démo)
Lire la chronique
Kataklysm
Unconquered
Lire la chronique
Power Trip
Hornet's Nest (Single)
Lire la chronique
Warside
The Enemy Inside (EP)
Lire la chronique
Phthisis
Embodiment Of Decay (Démo)
Lire la chronique
Pain of Salvation
In The Passing Light of Day
Lire la chronique
Selbst
Relatos de angustia
Lire la chronique
Vacuous
Katabasis (EP)
Lire la chronique
Wayward Dawn
House Of Mirrors (EP)
Lire la chronique
Echoes Of Death Fanzine
Lire l'interview
Vile Creature
Glory, Glory! Apathy Took H...
Lire la chronique
The Body
Christs, Redeemers
Lire la chronique
Dream Theater
Falling into Infinity
Lire la chronique
Un suppôt et au lit : MARDUK
Lire le podcast
Godflesh
Streetcleaner
Lire la chronique
Wombbath
Tales Of Madness
Lire la chronique
Biohazard
Urban Discipline
Lire la chronique
Gorephilia
In the Eye of Nothing
Lire la chronique
Apraxic
Edge Of Human
Lire la chronique
Abigor
Totschläger (A Saintslayer'...
Lire la chronique
End of Mankind
Antérieur à la lumière
Lire la chronique
Frozen Soul
Crypt Of Ice
Lire la chronique
Sanction
Broken In Refraction
Lire la chronique
No Return
Live XXX (Live)
Lire la chronique
Downset
Do We Speak A Dead Language?
Lire la chronique
Khthoniik Cerviiks
Æquiizoiikum
Lire la chronique
Dream Theater
A Change of Seasons (EP)
Lire la chronique